Mardi 23 Mai 2017
(Afrique sur 7 12/05/17)
Le Burkina-Faso, le pays qui se veut celui des hommes intègres, n’est pas si intègre que cela, en jugent les récents résultats des contrôles effectués par la Direction Générale du Contrôle Economique et de la Répression des Fraudes du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat. Après les contrôles effectués par la la Direction Générale du Contrôle Economique et de la Répression des Fraudes du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat jusqu’à fin avril 2017 dernier, les résultats ont montré que tout n’est vraiment pas intègre au pays des hommes intègres. Sur 433 commerces ouverts et prospères, seulement 18 respectent les règles établies par le ministère de tutelle et sont dans la légalité. Ces 18 commerces sont...
(Jeune Afrique 12/05/17)
Pour le nouveau président de la Chambre des mines du Burkina Faso, Tidiane Barry, l’avenir du secteur est assuré à moyen terme, mais sa croissance est encore freinée par des contraintes structurelles. Lors de leur assemblée générale, le 16 janvier, les membres de la Chambre des mines du Burkina (CMB) ont élu à leur tête Tidiane René Barry, le directeur des approvisionnements et des affaires corporatives (affaires générales) de Iamgold Essakane SA. Ils ont également adopté à l’unanimité une charte d’éthique selon laquelle ils s’engagent notamment à privilégier les fournisseurs locaux et à promouvoir la formation. Cette volonté passe aussi par le projet d’École des mines, que la CMB souhaite créer avec différents partenaires, parmi lesquels l’Institut canadien des mines,...
(APA 12/05/17)
L’ingénieur en électromécanique, Hilaire Kaboré, a été nommé Directeur général (DG) de la Société nationale burkinabè des hydrocarbures (SONABHY), rapporte le communiqué du Conseil des ministres dont APA a reçu copie jeudi. Hilaire Kaboré qui remplace Gambetta Aboubacar Nacro, nommé depuis 2015 sous la transition, est un ingénieur en électromécanique, Hilaire Kaboré ayant fait ses études à l’Ecole nationale d’ingénieurs (ENI) au Mali. Cadre à la SONABHY depuis plusieurs années, il y a occupé divers postes responsabilité dont celui de directeur technique, de contrôleur interne, de secrétaire général, de conseiller technique et de directeur d’exploitation. C’est à juste titre que sa nomination est perçue par certains médias comme la promotion d’un homme du sérail. L’un de ses principaux défis consistera...
(Burkina24 12/05/17)
La Coalition pour la démocratie et la réconciliation (CODER) prend partie pour le monde syndical et exige de l’Assemblée nationale le retrait de la proposition de loi sur l’exercice du droit de grève. Une proposition de loi sur l’exercice du droit de grève est à l’étude à l’Assemblée nationale. L’Union d’action syndicale (UAS) a déjà réagi et a demandé le retrait de cette mouture car elle est jugée attentatoire au droit de grève des travailleurs. La CODER apporte son soutien aux syndicats. Au cours d’une réunion tenue le 10 mai, la conférence des présidents de la structure politiques a exigé de l’Assemblée nationale «le retrait pur et simple de la proposition de loi». La Coalition a par ailleurs réagi sur...
(Agence Ecofin 12/05/17)
La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et l’Aera Group ont créé BOAD-CO2, la première facilité carbone de l’Afrique de l’Ouest. L’objectif de cette entité est de simplifier et d’accélérer l’accès des projets élaborés dans la région à la finance carbone. Pour y parvenir, l’institution financière préfinancera les certifications de projets qui permettront aux différentes initiatives réduisant les émissions de CO2 de mesurer leurs performances carbone et d’obtenir des crédits carbone qui leur fourniront des revenus supplémentaires. Concrètement, il s’agira d’appuyer les différents projets dans l’obtention des enregistrements internationaux adéquats et dans la mise en place d’un mécanisme de monétisation de leur réduction de CO2. « La dynamisation des opportunités liées à la finance climatique au bénéfice de la zone UEMOA...
(APA 12/05/17)
Le cycliste Burkinabè Moneyan s’est imposé en solitaire en 1h54mn 10 sec avec une moyenne de 40,993km/h avec un écart de 40,9 secondes d’avec l’Ivoirien Sanogo. Le sprinter burkinabè Abdoul Aziz Nikiéma (6h 12mn 27 sec) récupère du coup le maillot jaune le plus convoité de la compétition, qui était sur les épaules de son compatriote Mathias Sorgho qui a le même temps. Aziz Nikiéma et Salifou Yerbanga (Burkina Faso) occupent la tête au classement général des points chauds avec 7 points chacun. Le Burkina Faso occupe toujours la première place par équipe suivi de la RD Congo, de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin, du Niger, du Congo et de l’équipe mixte Bénin-France.
(Jeune Afrique 11/05/17)
L’économiste burkinabé Zéphirin Diabré, président du principal parti d’opposition, l’Union pour le changement (UPC), et chef de file de l’opposition politique (CFOP), revient sur les raisons qui poussent l'opposition burkinabè à se mobiliser depuis plusieurs mois. Jugeant décevante la gestion du président Kaboré, malgré un rebond de la croissance du PIB à 6,2 % en 2016, l’opposition hausse à nouveau le ton et a battu le rappel de ses troupes en organisant, le 29 avril, un « meeting d’interpellation de la majorité ». Jeune Afrique : L’opposition a fait sa rentrée politique le 29 avril avec un meeting populaire. Pourquoi ? Zéphirin Diabré : La situation politique et socio-économique est très difficile pour les Burkinabè, à cause de l’échec de gouvernance du pouvoir...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Pour financer son plan de développement sans trop s’endetter, l’État burkinabè doit augmenter ses ressources propres. La ministre de l’Économie, Rosine Coulibaly, semble avoir trouvé la solution. Concoctée par Rosine Sori-Coulibaly, la ministre de l’Économie, des Finances et du Développement (Minefid), pour lutter contre les faux et la fraude fiscale, la facture normalisée est entrée en vigueur le 1er mars. Depuis cette date, toutes les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions de F CFA (76 000 euros) doivent émettre des factures comportant l’ensemble des mentions légales requises (raison sociale, montant de la...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Après huit ans de partenariat, le divorce entre Monsanto et le Burkina est consommé. En octobre 2016, le pays n’a pas renouvelé son contrat avec la firme américaine (rachetée un mois auparavant par le groupe allemand Bayer) et a abandonné le coton transgénique. Quel avenir pour la filière locale du coton ? Gountiéni Damien Lankoande, du groupe de recherche et d'analyse appliquées pour le développement nous en parle. La campagne qui s’achève est plutôt bonne, avec une récolte d’environ 600 000 tonnes, équivalente aux précédentes. Mais selon Gountiéni Damien Lankoande, secrétaire exécutif du Groupe de recherche et d’analyse appliquées pour le développement (Graad, organisation indépendante dont le siège se trouve à Ouagadougou) et enseignant-chercheur à l’université de Koudougou, la filière risque...
(Agence Ecofin 11/05/17)
Le Burkina Faso est dans la phase des tests de diffusion de la Télévision numérique terrestre (Tnt). Ces essais devraient s’achever à la mi-juin 2017 et s’inscrivent dans la première étape de déploiement du multiplex. Ici également, il y a un échéancier. « Nous pensons que si les choses continuent sur cette lancée, nous serons opérationnels, au plus tard le 30 septembre 2017.», assure Philippe Kahoun (photo), directeur technique de la Société burkinabè de télédiffusion (Sbt) chargée de la mise en place de la Tnt au Burkina Faso. Il s’est exprimé, ce mardi 9 mai 2017, au cours de la séance de concertation avec le Conseil supérieur de la communication (Csc) et les éditeurs de service de télévision. Au moment...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Les habitants du Soum, qui redoutent plus que jamais le terrorisme islamique, tout comme les chômeurs de Bobo-Dioulasso, qui ne comprennent pas pourquoi ils ne trouvent pas de travail dans la capitale économique du pays, s’impatientent de ne pas voir d’amélioration dans leur quotidien. Et pourtant, le Burkina Faso bouge, et l’année 2017 est appelée à le confirmer. Une nouvelle Constitution soigneusement peaufinée devrait combler les « tombeurs » de Blaise Compaoré en matière de contre-pouvoirs et de garanties pour de futures alternances pacifiques. Une vigoureuse reprise de l’activité économique commence à être perceptible. Le FMI classe, cette année, le Faso à la sixième place des économies qui seront les plus dynamiques du continent, ex aequo avec le Rwanda. Les...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Au Burkina, une plateforme numérique unique, Sylvie, référence les opérations d'import-export et permet d'alléger considérablement le nombre de formalités administratives à accomplir pour passer la douane. Quel est son bilan ? Opérationnel depuis février 2016, le Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation et d’exportation (Sylvie) affiche un bilan très positif. Ce guichet numérique unique pour les opérations d’import-export réunit tous les acteurs publics et privés chargés de déli­vrer les documents requis pour le dédouanement des mar­chandises. Y sont notamment reliées les banques, les sociétés d’assurances ou encore la Cotecna, société suisse chargée de l’inspection et de la certification des marchandises. « Au début, nous avons rencontré quelques difficultés, mais, à force de sensibilisation et de dialogue, tous les...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Après avoir pâti des crises ivoirienne et burkinabè, puis avoir été suspendu après les manifestations de contestation menées par les représentants des 6 000 ménages déplacés ou affectés par l’ouvrage, le chantier du barrage de Samendéni est bel et bien relancé. Grâce à un accord négocié en 2016 par un comité interministériel et les chefs de village, les riverains ont enterré la hache de guerre : l’État a débloqué pour les dédommager une enveloppe de plus de 22 milliards de F CFA (33,5 millions d’euros), incluant la viabilisation des terrains sur les sites de relocalisation. Conçu sur le même modèle que le Bagrépôle (Centre-Est), le programme de développement intégré de Samendéni (PDIS) s’étend sur la région des Hauts-Bassins et la boucle du...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Le parti de l’ex-président Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) reste divisé sur sa stratégie, et ses membres ne sont toujours pas parvenus à choisir un nouveau chef. D'ici là, Achille Tapsoba assure l'intérim. Le parti reste néanmoins la troisième force politique du pays. Sur l’avenue Kwame-Nkrumah, l’une des principales artères du centre-ville de Ouagadougou, le siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) porte encore les stigmates des jours de colère d’octobre 2014. Tout un symbole. « Le CDP a été fortement affecté par la chute de Blaise Compaoré, la brusque perte du pouvoir et la fuite d’une partie de ses cadres, rappelle Cynthia Ohayon, analyste au sein de l’ONG International Crisis Group...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Entre l'étalement démesuré des villes, l'accaparement des terres et le déficit de logements décents, les défis ne manquent pas pour le ministre burkinabè de l'Habitat et de l'Urbanisme. Ingénieur du génie civil, Maurice Dieudonné Bonanet, 57 ans, ancien ministre de l'environnement et du tourisme (1989-1991) sous le régime Compaoré, donne un aperçu de ses priorités à JA. Jeune Afrique : Le gouvernement a lancé une opération de souscription pour 40 000 logements sociaux et économiques. Pourquoi? Maurice Dieudonné Bonanet : Ce programme vise à améliorer les conditions d’accès aux logements décents pour les Burkinabès. À ce jour, je peux vous affirmer que nous avons enregistré plus de 100 000 demandeurs [un tirage au sort aura lieu ultérieurement pour n’en garder...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Depuis la transition, la fin des privilèges et la lutte contre la corruption sont au cœur des préoccupations de l’exécutif comme des citoyens. Maître mot : vigilance. La fin de l’année 2016 a fait grincer des dents ceux qui croyaient à des lendemains plus intègres. Il y a d’abord eu, le 10 novembre, la remise aux députés, par le ministre de l’Économie numérique, de 130 tablettes offertes par le groupe chinois Huawei Technologies, auquel a été confiée la construction du réseau de fibre optique depuis la frontière ghanéenne jusqu’à Ouagadougou, un marché de plus de 4,8 milliards de F CFA (7,3 millions d’euros) – financé par la Banque mondiale. De nombreuses voix se sont élevées au sein de l’hémicycle et de...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Six mois après sa création, la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), qui regroupe les partis de l’ex-majorité présidentielle, a profité du renouvellement de son bureau, le 20 avril, pour dresser un premier bilan de son action. Après Ablassé Ouédraogo, leader du Faso autrement, qui avait assuré en premier la présidence de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), fin 2016, c’était au tour de Me Gilbert Noël Ouédraogo, le président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA), de passer le flambeau, cette fois à Rasmané Ouédraogo, le patron de la Nouvelle Alliance du Faso (Nafa). Achille Tapsoba, président par intérim du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP),...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Tout va mieux sur le plan économique. Le gouvernement burkinabè a saisi la balle au bond et investi en priorité dans les infrastructures et la formation. Reste à transformer l’essai. Que la croissance du Burkina Faso ait, en 2016, atteint 5,4 %, comme l’a calculé le FMI, ou 6,2 %, comme l’a annoncé le Premier ministre Paul Kaba Thieba lors de son discours sur la situation de la nation, le 14 avril, importe peu. Ce qui compte, c’est que la machine économique burkinabè soit repartie plus vite qu’escompté – malgré l’attentat de janvier – après son coup de mou à 4 % en 2015. Les causes de cette embellie sont multiples. L’agriculture se porte mieux ; le prix de l’or est...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Depuis quelques années, les dispositifs d’appui aux start-up se multiplient à Ouaga. Et le succès est au rendez-vous, dans tous les domaines. Il règne au Faso une saine émulation en matière d’innovation. Ces dernières années, des start-up et applications développées par de jeunes Burkinabè se sont régulièrement fait remarquer, au niveau continental comme international, et de nouvelles pousses, tout aussi prometteuses, marchent déjà dans leurs pas, soutenues par des dispositifs d’accompagnement publics ou privés de mieux en mieux organisés. La Fabrique C’est le cas de La Fabrique, un incubateur pour entrepreneurs sociaux créé en décembre 2014 à Ouagadougou par la Française Lisa Barutel, ancienne responsable de l’entrepreneuriat au sein du technopôle de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement...
(Jeune Afrique 11/05/17)
La start-up FasoSoap a créé un savon permettant de lutter contre la paludisme à des prix abordables pour les populations. En 2013, le Burkinabè Moctar Dembélé et le Burundais Gérard Niyondiko, encore élèves de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) de Ouagadougou, ont créé la start-up FasoSoap, du nom du savon qu’ils ont mis au point. Utilisé pour l’hygiène corporelle, mais aussi pour la lessive, ce dernier permet de lutter contre le paludisme grâce son odeur repoussant les moustiques et à ses propriétés larvicides, qui empêchent la propagation de l’anophèle dans les eaux stagnantes. Le tout à un prix accessible pour les populations : alors que les traitements contre la malaria sont onéreux, le pain de FasoSoap ne...

Pages