| Africatime
Jeudi 30 Mars 2017
(RTB 25/03/17)
Le ministre en charge de la Sécurité, ministre d’Etat, Simon Compaoré, entouré de ses techniciens, a animé un point de presse sur les attaques ou agressions terroristes au Burkina Faso, ce vendredi 24 mars 2017. En terme de bilan livré aux hommes de médias, il est fait mention depuis le 04 avril 2015, de 70 pertes en vie humaines, plusieurs personnes mises aux arrêts par les Forces de Défense et de Sécurité et des suspects activement recherchés. « Le Burkina Faso a connu de 2015 à 2016 plus d’une vingtaine d’attaques ou agressions d’anti-terroristes menées contre les Forces de Défense et de Sécurité ou contre des civils et qui se sont soldées par plus de 70 pertes en vies humaines...
(RFI 25/03/17)
Fin septembre 2016, la justice militaire burkinabè avait demandé à l’expert allemand Hermann Künzel d’analyser les enregistrements téléphoniques présumés mettant en cause Djibrill Bassolé, l’ex-ministre de Blaise Compaoré, et Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, dans la tentative de coup d’État de septembre 2015. D’après nos informations, une traduction du rapport de cet expert a été présentée aux avocats de Bassolé le 23 décembre dernier au tribunal militaire ...
(APA 25/03/17)
APA-Dakar (Sénégal) - La campagne agricole 2016 a été satisfaisante dans les pays membres du Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), a affirmé vendredi à Dakar, Mouhamadou Hamadoun, coordonnateur du Programme régional de sécurité alimentaire de cette organisation, soulignant que ce sont plus de 67 millions de tonnes qui ont été produites. "La campagne agricole a été satisfaisante. En novembre 2016, nous estimions la production céréalière à 66 millions de tonnes. Mais, le bilan définitif fait état de 67,2 millions de tonnes de céréales produites", a expliqué M. Hamadoun. Il s'adressait à la presse au terme d'une Concertation régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l'Ouest du CILSS...
(L'Equipe 25/03/17)
Le Maroc a bien digéré son élimination en quarts de la CAN et a battu le Burkina Faso (2-0). Belhanda, ici avec le Maroc en 2013, a adressé une passe décisive face au Burkina Faso. (L'Equipe). Eliminé en quarts de finale de la CAN par l'Égypte, le Maroc a bien réagi en amical contre le Burkina Faso (2-0). L'ex-Caennais Fayçal Fajr a ouvert le score d'une frappe somptueuse dans la lucarne adverse. Trouvé par le Niçois Belhanda, Bouhaddouz a creusé l'écart.
(AFP 24/03/17)
Mimi Ould Baba Ould Cheikh, un jihadiste arrêté en janvier au Mali et présenté par les Ivoiriens comme "l'un des cerveaux" de l'attentat en Côte d'Ivoire de Grand-Bassam (19 morts, mars 2016) était aussi le "chef des opérations" de l'attaque de Ouagadougou (30 morts janvier 2016), a affirmé un haut responsable de la gendarmerie burkinabè. Arrêté en janvier 2017 au Mali par des soldats français de la force française Barkhane, Mimi Ould Baba Ould Cheikh a été présenté comme "le chef des opérations des attaques" ou le "commanditaire" de Ouagadougou, par les autorités burkinabè lors d’un point de presse vendredi. "Mimi Ould Baba Ould Cheikh et Ibrahim Ould Mohamed, anciens pensionnaires du site de réfugiés de Mentao, à Djibo, entendus...
(AFP 24/03/17)
Arouna Dicko, un des leaders du groupe jihadiste Ansarul Islam, auteur de nombreuses attaques dans le nord du Burkina Faso, frontalier du Mali, a été tué dans la nuit de mercredi à jeudi par l’armée burkinabè, a appris jeudi l’AFP de sources sécuritaires. "Le leader terroriste Arouna Dicko a été abattu lors d’une opération au cours de la nuit de mercredi à jeudi à Petéga (25 km de Djibo)", a déclaré à l’AFP un officier sous le couvert de l’anonymat. Arouna Dicko, la cinquantaine, était souvent présenté comme un des lieutenant du prédicateur burkinabè Ibrahim Maalam Dicko, le chef d'Ansarul Islam, qui tente de s’implanter dans le nord du pays depuis plusieurs mois. Selon cette source sécuritaire, Arouna Dicko s’était...
(APA 24/03/17)
Le Burkina Faso enregistre un taux de chômage de 20% pour les femmes contre 8% pour les hommes, a-t-on appris jeudi à Ouagadougou, à l’occasion du Forum sur le leadership féminin. La rencontre a été couplée au lancement officiel du rapport régional sur le développement en Afrique 2016 intitulé : «Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique». L’initiative est de la Plateforme nationale des jeunes pour les objectifs du développement durable au Burkina Faso (PNJ-ODD/BF), en partenariat avec le Programme des nations unies pour le développement (PNUD). «Le Burkina Faso compte un taux d’alphabétisation de 26% pour les femmes, contre 45% pour les hommes et un taux de chômage de 20%...
(Le Monde 24/03/17)
Mimi Ould Baba Ould Cheickh, un Malien arrêté en janvier, est présenté par les autorités burkinabées comme le « commanditaire principal ». Par Morgane Le Cam (contributrice Le Monde Afrique, Ouagadougou) L’hôtel Splendid de Ouagadougou après l’attentat du 16 janvier 2016 revendiqué par le groupe djihadiste Al-Mourabitoune, afilié à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Il aura fallu quatorze mois aux autorités burkinabées pour identifier les cerveaux de l’attentat de Ouagadougou, qui avait fait 30 morts et près de 70 blessés le 15 janvier 2016. Le Malien Mimi Ould Baba Ould Cheickh, arrêté au Mali en janvier, a été présenté par l’état-major de la gendarmerie nationale comme le « commanditaire principal » de cette attaque perpétrée au café-restaurant Cappuccino et à...
(La Voix de l'Amérique 24/03/17)
Selon les informations, Harouna Dicko a été abattu sur une colline de Petega, un village situé à 25 kilomètres de Djibo dans le nord du pays. Dix-huit suspects ont aussi été interpellés dans le Nord. Ouagadougou annonce la mort d’un certain Harouna Dicko. Il s’agit d’un présumé terroriste qui aurait perpétré plusieurs attaques dans le nord du pays. "Cela fait quelques éléments nuisibles de moins" s’est félicité sur VOA Afrique le journaliste Ibrahim Maiga qui vit aux Etats-Unis et qui connait bien la région. Selon les informations, Harouna Dicko a été abattu mercredi nuit sur une colline de Petega, un village situé à 25 kilomètre de Djibo dans le nord du pays. Il a été tué au cours d’une opération...
(Fasozine 24/03/17)
Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, est en visite officielle à Ouagadougou depuis le mercredi 22 mars 2017. Reçu ce jeudi 23 mars dans le cadre des échanges parlementaires par son homologue burkinabè, Salifou Diallo, Claude Bartolone est revenu sur certains sujets de l’actualité nationale et française. L’acte un de l’audience accordée à M. Bartolone par Salifou Diallo a été la signature d’un mémorandum d’entente de coopération entre l’AN de la France et celle du Burkina Faso. Désireuses de réaffirmer leur engagement mutuel à renforcer leur amitié et leur coopération dans le domaine de la formation, les deux institutions parlementaires ont convenu de définir le cadre général de leur coopération. Selon le mémorandum signé, les deux parties œuvreront...
(Dw-World 24/03/17)
Interview avec le député français Pouria Amirshahi qui réclame à François Hollande la levée du secret-défense sur certains documents diplomatiques. Peut-être un premier pas vers une levée du secret-défense, en France, sur les archives concernant Thomas Sankara ? En visite à Ouagadougou, le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, a réitéré qu’il était favorable à une coopération entre les justices des deux pays, et déclaré que la France « aidera le peuple burkinabè à connaître tout de son passé ». Ces déclarations vont dans le sens de la veuve de Thomas Sankara et de ses partisans burkinabè, qui réclament que la France déclassifie certains documents diplomatiques des années 1984 à 1987 pour permettre à la justice de faire toute...
(Présidence 24/03/17)
Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience, une délégation de l’Assemblée nationale française, conduite par son président, Monsieur Claude BARTOLONE en fin de matinée du jeudi 23 mars 2017. La délégation a été introduite auprès du chef de l’Etat par le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Monsieur Salifou DIALLO. A l’issue de l’audience, Monsieur Claude BARTOLONE a dit être venu faire le point des travaux de sa délégation avec le Parlement burkinabè. « Nous venons d’avoir une audience avec le Président du Faso. Nous avons eu l’occasion avec mon collègue président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso de lui dire le travail que font ensemble les deux Assemblées pour renforcer...
(Sidwaya 24/03/17)
Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a successivement reçu en audience le président de l’Assemblée nationale français, Claude Bartolone, et Manssouri Mohamed Yassine, un émissaire du roi Mohamed VI du Maroc, le jeudi 23 mars 2017, à Ouagadougou. La lutte contre le terrorisme et les questions de développement ont été abordées avec le premier hôte. Séjournant au Burkina Faso pour une visite de travail et d’amitié de deux jours, le président du parlement français, Claude Bartolone, accompagné de son homologue burkinabè, Salifou Diallo, est allé échanger avec le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, le jeudi 23 mars 2017. «Nous avons eu un échange lié à la fois aux questions de terrorisme et à celles qui doivent...
(Burkina24 24/03/17)
Le ministre de la communication, Remis Dandjinou, au cours d’une conférence publique sur les aspects juridiques des réseaux sociaux ce jeudi 23 mars 2017 à Ouagadougou, a fait savoir qu’il y a des limites à ne pas franchir et que la justice peut s’appliquer dans ces cadres d’expression. C’est face à l’escalade de certaines dérives dénoncées que le gouvernement, des activistes et des acteurs du secteur judiciaire ont initié cette conférence débat. « Réseaux sociaux, pouls de l’opinion publique ou créneaux de non droit ? » C’est sous ce thème que s’est tenue la conférence publique ce 23 mars à Ouagadougou. Plusieurs personnes ont contribué à animer le débat notamment Moumouni Sibalo, Substitut du Procureur près le Tribunal de grande...
(Agence Ecofin 24/03/17)
Les autorités tunisiennes ont annoncé, le 23 mars, que le Fonds monétaire international (FMI) devrait débloquer prochainement la deuxième tranche d’un prêt de 2,8 milliards de dollars US concédé à leur pays. Ce financement, d’une valeur de 350 millions de dollars US, intervient avec trois mois de retard. Le FMI l’avait reporté, en raison de la faible progression des réformes pour lesquelles il est alloué. Ridha Saidi, conseiller aux affaires économiques du premier ministre tunisien, a confirmé qu’une « délégation du FMI sera en Tunisie au début du mois prochain pour discuter de l’avancée des réformes». Au nombre des mesures promises par Tunis, la suppression de quelque dix mille postes de fonctionnaires au sein de l’administration publique. Le déblocage de...
(Sidwaya 24/03/17)
Le président de l’Assemblée nationale (AN) française, Claude Bartolone, est en visite officielle de 48h dans la capitale burkinabè. Il a, à l’occasion, fait un tour, dans l’après-midi du mercredi 22 mars 2017, à la centrale solaire photovoltaïque en construction de Zagtouli, dont la réalisation est financée à 33% par l’Agence française de développement (AFD). C’est un chantier en pleine exécution qui a accueilli le président de l’Assemblée nationale (AN) française, Claude Bartolone, dans l’après-midi du mercredi 22 mars 2017 à Zagtouli. Il s’est, en marge de sa visite officielle à Ouagadougou, rendu sur le site de la centrale solaire photovoltaïque en construction, qui, rappelons-le, a été cofinancée par l’Union européenne (UE) et l’Agence française de développement (AFD). Après une...
(Burkina24 24/03/17)
Les forces de défense et de sécurité burkinabè ont abattu un présumé terroriste ce mercredi 22 mars 2017 à Petega, dans le Soum, a appris Burkina24 de sources sécuritaires. 18 autres personnes ont été interpellées. Harouna Dicko, un présumé terroriste a été « neutralisé » ce mercredi 22 mars 2017 à Petega, à 25 km de Djibo dans le Soum, par les forces de défense et de sécurité burkinabè. 18 personnes, présumées membres de son groupe, ont été également interpellées, a confirmé une source officielle. Les investigations se poursuivent pour déterminer les implications réelles du terroriste abattu, mais les premières informations indiquent qu’il serait « un des lieutenants » de Malam Ibrahim, le chef terroriste qui a implanté son groupe...
(Xinhua 24/03/17)
Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) a estimé, jeudi, que le rapport de force est présentement en "défaveur" des terroristes qui, acculés, procèdent désormais par des "opérations de harcèlement". "Les terroristes acculés procèdent désormais par des opérations de harcèlement de nos troupes, le rapport de force étant en leur défaveur", indique un communiqué du parti parvenu à Xinhua. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) salue l'ensemble des mesures prises par le gouvernement pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité, ajoute le texte. Le parti du président Roch Marc Christian Kaboré exhorte les populations à davantage de collaboration avec les Forces de Défense et de Sécurité "afin de gagner cette...
(APA 24/03/17)
Le Burkina Faso a célébré ce 22 mars la Journée mondiale de l’eau sous le thème: «Eaux usées, quelles stratégies pour leur valorisation?» dans un pays où plus de 2/3 de la population n’a toujours pas accès à des infrastructures adéquates d’assainissement pour la gestion des eaux usées. «Le thème choisi pour la commémoration de la Journée mondiale de l’eau au Burkina vise à interpeller notre conscience collective sur l’adoption d’une stratégie visant à répondre efficacement», a relevé le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, dans son message à l’occasion de la journée. Selon le ministre, pour faire face à cette situation, une place de choix est faite dans le Plan national de développement économique et social...
(AFP 23/03/17)
Le président de l’Assemblée nationale française Claude Bartolone a déclaré jeudi à Ouagadougou que la France "aidera le peuple burkinabè à connaitre tout de son passé", notamment sur l’affaire Thomas Sankara, l’ancien président burkinabè tué lors d'un putsch le 15 octobre 1987. En octobre dernier, la justice burkinabè a transmis une commission rogatoire à la justice française pour l’audition d’un certain nombre de personnes, mais aussi pour demander la levée du secret-défense, afin de déterminer le rôle éventuel que la France, l'ancienne puissance coloniale, aurait pu jouer dans l’assassinat du "père de la révolution burkinabé". "Ce dossier ...

Pages