Samedi 21 Avril 2018
(Jeune Afrique 15/03/18)
Si le Burkina Faso affiche ces dernières années un taux de croissance très encourageant, il reste fragilisé par l'ampleur de sa dette publique, alors que son déficit budgétaire et sa balance commerciale se creusent sensiblement. L'enveloppe du FMI devrait permettre au gouvernement de mieux gérer les finances publiques. Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, le mercredi 14 mars, un accord triennal dit « de la facilité élargie de crédit » avec le Burkina Faso. Ce plan comporte un prêt de 157,6 millions de dollars (127,5 millions d’euros). Cette aide surprendra ceux qui voient la croissance du pays accélérer significativement (3,9 % en 2015, 5,9 % en 2016 et 6,5 % en 2017), dans un contexte d’inflation...
(RFI 15/03/18)
Les forces françaises maintiennent la pression sur les groupes terroristes au Mali. Ce jeudi, l’état-major français a communiqué le nombre de 60 jihadistes neutralisés, tués ou capturés. La France porte encore un sérieux coup aux groupes armés. Barkhane menait encore, il y a quelques jours, une nouvelle opération du côté de Menaka aux confins des trois frontières : Mali, Niger et Burkina Faso. La zone des trois frontières, entre le Mali, le Niger, et le Burkina Faso, c'est la zone que Barkhane ratisse depuis le mois de novembre 2017. Une action dans la durée de manière à obtenir du renseignement utilisable rapidement pour désorganiser les capacités de l'adversaire. « Ces derniers jours encore, au sud de l’axe Ansongo-Ménaka, Barkhane a...
(RFI 15/03/18)
L'enquête sur la double attaque du vendredi 2 mars dernier se poursuit. Les services de renseignements burkinabè suspectent un cadre d'Al-Mourabitoune d'être le coordonnateur des attaques du 2 mars dernier. Il s'appelle Ayouri Al-Battar, un homme âgé de 45 à 50 ans. Il est entré sur le territoire burkinabè le 9 février, en compagnie des autres membres du commando. Selon les premiers éléments de l'enquête, le coordonnateur des opérations de la double attaque qui a fait huit morts et plusieurs blessés serait Ayouri al-Battar, un cadre d'Al-Mourabitoune. Selon une source proche de l'enquête, c'est Youssouf al-Fullani, peu connu des services de sécurité, qui se serait fait exploser avec le véhicule contre un bâtiment de l'état-major général des armées. Les services...
(Agence Ecofin 15/03/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, dans un communiqué publié le 14 mars, avoir accordé au Burkina Faso une assistance financière de 157,6 millions de dollars sous forme de facilité élargie de crédit (FEC), pour appuyer les réformes économiques engagées par le gouvernement. Ce programme d’aide qui s’étalera sur trois ans, vise à restaurer les équilibres de la balance des paiements et à favoriser la croissance inclusive et la réduction de la pauvreté, en créant un espace budgétaire pour les dépenses d'investissement prioritaires dans les domaines de la sécurité, des services sociaux et des infrastructures. Il vise également à aider le Burkina Faso à mobiliser des financements publics et privés et à renforcer la résilience de son économie aux...
(Xinhua 15/03/18)
La Brigade Anti-Criminalité (BAC) a interpellé dans la nuit de mardi à mercredi, des individus armés dans le quartier populaire de Karpala situé dans l'est de Ouagadougou, a annoncé la police dans un communiqué. Selon le communiqué publié mercredi, aux environs de 23H00 (heure locale), à la vue du véhicule de la BAC, deux individus suspects ont immédiatement ouvert le feu sur l'équipe, avant de prendre la fuite. Après une première riposte suivie d'une course poursuite et d'échanges de tirs, les suspects ont abandonné leur monture en tentant de se fondre dans l'obscurité. Mais les efforts des éléments de la police ont permis d'interpeler un suspect. La police a également saisi un vélomoteur emprunté par les suspects dans leur manœuvre,...
(Agence Ecofin 14/03/18)
La compagnie minière Teranga Gold a annoncé lundi, qu’elle a reçu une lettre de Taurus Funds dans laquelle celui-ci s’engage à lui prêter pas moins de 200 millions $ pour financer ses projets aurifères au Burkina Faso. Selon les détails énoncés, la facilité de financement, dont tous les termes seront conclus au deuxième trimestre de l’année, comprend une tranche de 165 millions $ qui sera utilisée pour le développement du projet aurifère Wahgnion, et rembourser 15 millions $ de dette bancaire de la société. En outre, une tranche de 25 millions $ servira à faire avancer les activités sur le projet aurifère Golden Hill, en finançant notamment une étude de faisabilité. La dernière tranche porte sur un crédit-bail d’équipement de...
(RFI 14/03/18)
Le riz est l’une des céréales les plus consommées sur le continent africain. Toute cette semaine, RFI vous propose une série de reportages et d’analyses sur les habitudes de consommation et les défis auxquels sont confrontés les paysans africains. Troisième épisode : au Burkina Faso, les autorités encouragent la consommation des produits locaux. Parmi ces produits, il y a le riz. Depuis les scandales de mauvais riz importé, de nombreuses familles se tournent vers le riz local et de nombreux points de vente sont ouverts à travers le pays. Le succès est au rendez-vous. A l’aide d’une bascule et de petits sacs, Martial Dipama, le gérant de la boutique du « projet riz pluvial », reconditionne le riz produit dans...
(Jeune Afrique 13/03/18)
Les services burkinabè ont identifié celui qu'ils considèrent comme le coordonnateur des attentats du vendredi 2 mars : il s'agit d'un combattant d'Al-Mourabitoune, déjà soupçonné d'être impliqué dans l'attaque contre le café Cappuccino, en janvier 2016. Dans un communiqué de revendications publié le 3 mars, au lendemain des attentats contre l’état-major burkinabè et l’ambassade de France à Ouagadougou, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) a affirmé avoir agi en représailles à un raid militaire français contre plusieurs de ses chefs, le 14 février, dans l’extrême nord du Mali. Les enquêteurs estiment que cette double attaque simultanée, dont une à la voiture piégée...
(Jeune Afrique 13/03/18)
La réussite de l’entreprise de BTP Ebomaf a permis à son fondateur de tisser des liens étroits avec de nombreux chefs d’État d’Afrique de l’Ouest. Doté d’un solide carnet d’adresses, le patron burkinabè diversifie maintenant ses activités tous azimuts. Malgré lui, Mahamadou Bonkoungou se retrouve au centre de toutes les attentions. En 2016, l’homme d’affaires burkinabè a été en toute discrétion l’un des bailleurs de la campagne de Lionel Zinsou à la présidence du Bénin. Deux ans se sont presque écoulés et, en dépit des multiples reconnaissances de dette de l’ex-candidat, l’entrepreneur n’a toujours pas réussi à se faire rembourser. Une décision du tribunal de grande instance de Paris vient de mettre l’affaire...
(Agence Ecofin 13/03/18)
Le président de la République du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré (photo), a annoncé, lors de la célébration de la Journée internationale de le femme à Ouagadougou que le quart des terres aménagées sera octroyé aux femmes. C’est ce que rapporte le site d’information Le Pays. Le président, qui prenait part avec les membres de son gouvernement à un forum sur le thème « La participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives », a tenu à rassurer son auditoire féminin. « 25% des terres aménagées par l’Etat seront octroyées aux femmes. Il en sera ainsi, par exemple, à Samendeni dans les Hauts- Bassins », a-t-il notamment annoncé. Entre autres préoccupations soulevées, lors...
(Xinhua 13/03/18)
Les acteurs des secteurs du droit et des nouvelles technologies de l'information et de la communication, ont entamé lundi à Ouagadougou, l'élaboration d'un avant-projet de loi contre la cybercriminalité au Burkina Faso. Le ministre en charge de la Justice, René Bagoro, a déclaré à l'ouverture des travaux que cet avant-projet devra permettre d'adapter la législation burkinabè aux obligations internationales, "mais aussi de pouvoir demander à adhérer à la convention de Budapest qui est une base de coopération judiciaire entre les pays qui en sont membres en matière de répression de la cybercriminalité". "Le numérique efface tout ce qui est géographique. Il est important en la matière de ne pas s'enfermer, mais cela ne veut pas dire que nous n'avons pas...
(APA 13/03/18)
APA-Douala (Cameroun)- Les transactions financières via Mobile money au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 2016 sont de l’ordre de 11 450 milliards de francs CFA. L’annonce a été faite par Boa Roger Johnson, Directeur général d’Axa Côte d’Ivoire dans le cadre des états généraux de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA) et de la Fédération des sociétés d'assurances de droit national Africaines (FANAF). Au cours de cette rencontre qui s’est tenue à Abidjan, la capitale économique de la côte d’Ivoire du 6 au 9 mars 2018, il ressort que les transactions gagnent du terrain dans les deux unions monétaires. En 2016, pour ce qui...
(Le Monde 13/03/18)
Au Sahel, l’engagement militaire de la France et l’aide au développement serviront désormais le même objectif : la lutte contre les groupes djihadistes et la radicalisation de la jeunesse. Cette convergence souhaitée par Emmanuel Macron doit se traduire par une concentration des projets financés par la coopération française dans les zones les plus fragiles susceptibles de basculer et de voir s’enraciner de nouveaux foyers terroristes. Les experts du ministère de la défense et de l’Agence française de développement (AFD) ont travaillé pendant six mois pour parvenir à une cartographie commune de cette géographie des risques. Elle coïncide en grande partie avec celle sur laquelle se déploient déjà les forces françaises de l’opération « Barkhane » dans le centre et le...
(APA 12/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)- Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a déclaré dimanche à New Dehli (Inde), être convaincu que l’énergie solaire reste la voie pouvant permettre de parvenir à un marché transformateur «de nos économies». Je reste convaincu que, l'énergie solaire est la solution pour parvenir à un marché transformateur de nos économies. A condition que les projets soient adaptés aux besoins de nos pays", a écrit le président Roch Kaboré sur compte twitter. Il prend part ce dimanche en Inde au sommet de l’Alliance solaire internationale. Selon lui, «l'Alliance Solaire Internationale conforte le Burkina Faso dans son ambition de faire de la ressource solaire une solution pour le développement...
(Agence Ecofin 12/03/18)
Sarama Resources, compagnie active dans le secteur aurifère burkinabé, vient d’annoncer une levée de fonds de 4 millions de dollars canadiens via le placement privé de 40 millions d’actions ordinaires au prix unitaire de 0,10 dollar. Le placement annoncé fin février devait permettre de lever 3 millions de dollars, mais a suscité beaucoup plus d’intérêts que prévus de la part des actionnaires existants et de nouveaux investisseurs. La société prévoit d’utiliser les fonds pour financer ses activités d’exploration au Burkina Faso, ainsi qu’à des fins générales de besoins en fonds de roulement. Sarama veut accélérer l’exploration sur les projets qu’il détient à 100%, en l’occurrence ThreeBee et Koumandara. Le projet ThreeBee héberge le gisement Bondi qui a une ressource minérale...
(APA 12/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)- Le Burkina Faso vient de bénéficier d’un projet de 6,176 millions d’euros, soit plus de 4 milliards de francs CFA destinés à la promotion de l’entreprenariat des femmes dans le secteur des énergies durables, a indiqué dimanche le ministère de l’Energie. Selon une source de APA, le projet de trois ans (2018-2021) vient d’être lancé et vise, entre autres, à augmenter les emplois et revenus des femmes dans le secteur de l’énergie durable, à promouvoir l’égalité liée au genre, à améliorer les conditions de travail et de vie et le bien-être des femmes en leur facilitant l’accès aux technologies. «Plus spécifiquement, il vise à promouvoir un environnement social et institutionnel favorable à l’entreprenariat des femmes dans ledit...
(APA 12/03/18)
APAOuagadougou Burkina Faso )- La première édition du Salon international de l’emploi et des métiers (SIEM) de Ouagadougou est prévu du 24 au 26 mai 2018, ont annoncé dimanche ses organisateurs. Au cours d'une rencontre avec la presse, le commissaire général du SIEM, Moumouni Séré, a expliqué que l’objectif recherché à travers ce salon est de «parvenir à une adéquation formation-emploi en matière de travail dans les principaux secteurs porteurs comme les mines, le BTP, les Banques, les assurances, les TIC et l’agrobusiness». L’évènement placé sous le thème: «L’emploi et la formation pour booster le développement économique du Burkina Faso» sera marqué par dse conférences, des ateliers de formation, des expositions, des rencontres et de la nuit du SIEM. Le...
(Jeune Afrique 10/03/18)
La double attaque qui a frappé la capitale burkinabè, vendredi dernier, a ravivé les soupçons de collusion entre le régime du président déchu Blaise Compaoré et les réseaux jihadistes. L'ancien président s'en est toujours défendu. Mais la question est sur toutes les lèvres à Ouaga. Outré. C’est un Blaise Compaoré ouvertement outré qui dénonçait, il y a quelques mois déjà, des déclarations « odieuses, scandaleuses et abjectes » tendant à établir un lien présumé entre la chute de son régime, fin 2014, et la perpétration des premiers attentats terroristes au Burkina, début 2015.
(La Tribune 10/03/18)
A l'heure où le Burkina Faso enterre ses soldats, tombés lors des attaques du 2 mars 2018, revendiquées par le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM), le procureur du Faso n'exclut pas des complicités au sein de l'armée... Entre émotion des témoins et déclarations officielles, difficile de démêler le déroulement de la journée chaotique du vendredi 2 mars à Ouagadougou, suite aux attentats revendiqués par le GSIM (Nusrat al-Islam Wal-Muslim) qui ont touché l'Ambassade de France et l'Etat-major général burkinabè. Mercredi 6 mars, la procureure Maïza Sérémé a présenté le bilan, toujours provisoire, des attaques.
(Jeune Afrique 10/03/18)
Facinet Sylla, économiste et ancien directeur de la banque centrale de Guinée, plaide pour une monnaie commune dépouillée des poids symboliques que sont son nom et la présence d'officiels français au sein de ses instances de gouvernance. Tribune. Jamais le débat sur le franc CFA, cette monnaie commune à huit pays d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et à six pays d’Afrique centrale (Cemac), n’aura atteint un tel niveau. Ses partisans font l’éloge de la stabilité macroéconomique qu’il sous-tend, tandis que ses détracteurs y voient un moyen d’asservissement de l’ex-puissance coloniale. Sans verser dans une polémique passionnelle, et parfois stérile, nous plaidons pour un franc CFA débarrassé de ses poids symboliques, à commencer par la dénomination « Franc de la communauté financière...

Pages