Jeudi 19 Avril 2018
(AFP 21/03/18)
Le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso, suspendu il y a trois semaines a repris mercredi à Ouagadougou en présence des principaux accusés les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, a constaté un journaliste de l'AFP. L'audience du tribunal militaire s'est ouverte peu après 09H00 (locales et GMT) à la salle des banquets de Ouaga 2000, un quartier huppé au sud de Ouagadougou pour pouvoir accueillir un public fourni. Le 16 septembre 2015, des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place...
(Jeune Afrique 21/03/18)
Le procès dans lequel doivent être jugés 84 personnes poursuivies pour leur implication présumée dans le coup d'État manqué du 16 septembre 2015, s'ouvre ce mercredi 21 mars, après un premier report. Si le procès divise l'opinion, il devra toutefois éclaircir l'avenir politique des dignitaires de la famille politique de l'ex-président Blaise Compaoré. Le procès du putsch manqué qui s’ouvre ce mercredi 21 mars devant la Chambre de jugement du tribunal militaire avait été reporté une première fois, le 27 février dernier. Sur le banc des accusés : 84 personnes, dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé...
(RFI 21/03/18)
Après une première suspension, le procès du putsch manqué de 2015 au Burkina Faso reprend ce mercredi 21 mars – il avait ouvert le 27 février. Au total, 84 accusés sont jugés : 18 civils et 66 militaires dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés de la tentative de coup d'Etat, où des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré. Bilan : 14 morts et plus de 250 blessés. L'audience débute ...
(Jeune Afrique 21/03/18)
Le procès des auteurs du putsch manqué de septembre 2015 doit reprendre ce 21 mars. Sur le banc des accusés : 83 Burkinabè, mais aussi un Malien membre du Mouvement arabe de l'Azawad, un groupe armé actif dans la région de Tombouctou. Nous sommes le 21 octobre 2015 au soir, dans le quartier Tanpouy de Ouagadougou. Trois membres de mouvements armés maliens viennent de quitter une mosquée lorsque deux gendarmes et huit policiers en civil les arrêtent. La même nuit, tous seront libérés, à l’exception d’un seul : Sidi Lamine Oumar, membre du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), organisation partie prenante de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). « Ce dernier a été retenu en garde à vue sur...
(APA 21/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) – 1287 artistes seront en compétition dans les différentes catégories et disciplines à l’occasion de la 19e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) qui s’ouvre samedi prochain à Bobo-Dioulasso, ont annoncé les organisateurs. Après les éliminatoires au niveau régional courant décembre-janvier qui ont regroupé plus de 7000 compétiteurs dans les différentes catégories, 1194 artistes ont été sélectionnés pour la phase finale. A ces derniers sont venus s’ajouter les concurrents du concours littéraire, qui évoluent pour cette édition dans 3 genres (roman, nouvelle et poésie), soit 93 candidats. Les 1287 artistes vont rivaliser d’ardeur et d’ingéniosité dans les différentes catégories et disciplines du Grand prix national des arts et des lettres, notamment dans les arts...
(RFI 20/03/18)
Au Burkina Faso, à quelques heures de la reprise du procès du coup d'Etat manqué de septembre 2015, les avocats des accusés ne sont pas contents du traitement judiciaire de l'affaire. Après avoir récusé la légalité du décret portant sur la nomination du président l'instance devant laquelle doivent comparaitre les généraux Gilbert Dienderé et Djbrill Bassolé ainsi que 82 autres accusés, les avocats dénoncent certaines anomalies n'ont pas été corrigées avant l'audience de mardi 21 mars. Des anomalies qui font planer le doute sur la reprise effective du procès qui avait été ...
(Xinhua 20/03/18)
Le gouvernement burkinabé a salué la mémoire du diplomate et ancien candidat à l'élection présidentielle de 2016, Jean-Baptiste Natama, décédé à l'âge de 54 ans, dimanche à son domicile à Ouagadougou, peut-on lire lundi dans un communiqué du Service d'information du gouvernement (SIG). Présentant ses condoléances à la famille éplorée, le communiqué souligne que M. Natama a été secrétaire permanent du Mécanisme africain d'évaluation par les Pairs (MAEP), directeur de cabinet de la présidente de l'Union africaine et expert des Nations Unies et de l'Union africaine pour les opérations de maintien de la paix. M. Natama a été décoré en 1986 par le président Thomas Sankara de la médaille d'or du flambeau de la révolution. L'homme que le Burkina Faso...
(Xinhua 20/03/18)
Le Togo table, d'ici à 2022, sur une réduction à 24 heures de la durée moyenne de passage d'un camion le long de la route Nationale n°1 (Corridor Lomé - Ouagadougou). "De 72 heures en 2012, ce temps moyen est déjà passé à 48 heures depuis 2016. Et pour atteindre son objectif à l'horizon 2022, le pays mise sur l'amélioration de l'état du réseau routier", a rapporté lundi le journal économique, "Togo First". Pendant la période 2012-2016, le tronçon routier en bon état a fait un bond, passant de 18% à 29%, soit une progression de 11%. Cette progression démontre, d'une part, que les routes sont de mieux en mieux construites au Togo, et d'aute part, que l'entretien routier est...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Apollinaire Compaoré, le fondateur du groupe Planor, et Élie Justin Ouédraogo, le président du conseil d’administration du groupe canadien Société d’exploitation minière en Afrique de l’Ouest (Semafo), visent tous les deux la présidence du Conseil national du patronat burkinabè. L’un a été ministre des Mines sous Blaise Compaoré et est une figure de la filière aurifère en Afrique de l’Ouest, l’autre est un entrepreneur reconnu dans les télécoms, les assurances, et veut se faire une place dans le secteur bancaire. Jamais concurrents dans leurs affaires, Élie Justin Ouédraogo, 65 ans, président du conseil d’administration du groupe canadien Société d’exploitation minière en Afrique de l’Ouest (Semafo), et Apollinaire Compaoré, 64 ans, fondateur du groupe Planor, vont s’affronter pour décrocher la présidence...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Depuis le double attentat de Ouagadougou, Iyad Ag Ghaly est le chef jihadiste le plus recherché de la région. À moins que cet ancien interlocuteur privilégié d’Alger et de Bamako ne bénéficie toujours d’une protection… Pour la troisième fois en un peu plus de deux ans, Ouagadougou a donc été frappée en plein cœur. Cette fois, les jihadistes n’ont pas tué indistinctement des civils dans un café, un hôtel ou un restaurant de l’avenue Kwame-NKrumah, comme en janvier 2016 et août 2017, mais se sont attaqués frontalement à deux cibles symboliques et osées. Le 2 mars au matin, à quelques minutes d’intervalle, deux commandos ont pris d’assaut l’ambassade de France et l’état-major général des armées, distants de moins de deux...
(Agence Ecofin 20/03/18)
La compagnie minière Iamgold a annoncé lundi l’inauguration, le 16 mars dernier, de la centrale de 15 MW Essakane Solar, devant alimenter sa mine d’or d’Essakane, au Burkina Faso. Etaient présents à la cérémonie d’ouverture, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, les ministres des mines et de l’énergie ainsi que d’autres membres du gouvernement et des représentants des communautés locales. Le projet de la centrale a été piloté par la compagnie énergéticienne EREN Renewable Energy, l’installation étant composée de près de 130 000 panneaux photovoltaïques. Elle sera ajoutée à la centrale de fioul lourd (HFO) de 57 MW existante sur la mine, créant ainsi la plus grande centrale hybride solaire/thermique au monde et l’une des plus grandes installations solaires...
(APA 19/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)- L’homme politique burkinabè, Jean-Baptiste Natama, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Ouagadougou, a appris APA de sources proches de sa famille. Candidat indépendant à la présidentielle de 2015 au Burkina Faso, Jean-Baptiste Natama (54 ans) est décédé à son domicile à Ouagadougou, a précisé sa famille. Il avait démissionné de son poste de directeur de cabinet de la présidente de l’Union africaine pour se lancer dans la politique. Décoré en 1986 de la médaille d’or du flambeau de la révolution (équivalent du commandeur de l’ordre national) par le défunt président burkinabè Thomas Sankara à titre exceptionnel pour bravoure et haut fait de guerre, Jean-Baptiste Natama avait déclaré sa candidature à la présidentielle de...
(APA 19/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - La société minière Iamgold Essakane SA vient de mettre en service, dans la région du Sahel burkinabè, la plus grande centrale hybride fioul-solaire du monde, a appris APA samedi, de source proche de l’entreprise. De l’avis de la Directrice générale (DG) d’Essakane Solar, Marie Kantiono, la mise en service de l’infrastructure constitue «un tournant majeur et irréversible pour l’industrie minière». Selon elle, la société a réussi à prouver que «l’électricité renouvelable dédiée aux industriels offre des avantages économiques et environnementaux majeurs». Il ressort que la mine d’or d’Essakane, pour ses besoins d’énergie aux fins de fonctionnement, dispose déjà d’une centrale énergétique de mazout lourd de 57 MW. Avec la centrale hybride, la mine pourra économiser 6...
(AFP 17/03/18)
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a estimé vendredi à l'issue d'une rencontre avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré à Ouagadougou que "la coopération" était la "riposte au terrorisme". "La riposte aux attentats, au terrorisme c'est le renforcement de nos liens, (…) notre riposte c'est de renforcer notre coopération", a déclaré M. Le Drian. "Cette riposte, c'est de faire en sorte aussi que le G5 Sahel, la force conjointe, se renforce, multiplie ses initiatives contre le terrorisme qui est à la fois un terrorisme idéologique, de radicalisme islamiste, mais c'est aussi un narco-terrorisme, un terrorisme de trafic... Les uns se confortant avec les autres dans une spirale qui peut être parfois dramatique", a-t-il ajouté. "Nous...
(Agence Ecofin 17/03/18)
La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé au Burkina Faso, un financement de 74 millions $ (environ 39,37 milliards de francs CFA) au profit du projet d’interconnexion électrique Nigeria-Niger-Bénin-Togo-Burkina Faso. Selon le ministère burkinabé de l’Economie et des finances, le protocole de financement est composé d’un prêt de 51,3 millions $ et d’un don d’environ 22,6 millions $. Dénommé Epine dorsale Nord, le projet de mise en place de cette ligne électrique de 330 kV reliera les cinq pays sur 842 km et inclura la construction de 6 postes de transformation le long de son parcours. Il permettra non seulement l’échange d’énergie entre ses différents bénéficiaires, mais rendra également possible, l’électrification de 294 localités dont 76 au Burkina Faso...
(AFP 16/03/18)
L'opération antijihadiste française Barkhane au Sahel, qui mobilise quelque 4.000 hommes, est "une opération de longue durée" même s'il est nécessaire de "faire évoluer notre engagement", a estimé vendredi le chef d'état-major français des armées, le général François Lecointre. "Ce que je pense moi, c'est que l'opération au Sahel est une opération de longue durée pour laquelle nous sommes engagés aujourd'hui dans un appui à la montée en puissance des forces de nos pays partenaires dans la zone", a-t-il déclaré sur la radio Europe 1, en référence au soutien français apporté à la force militaire du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).
(La Tribune 16/03/18)
Le FMI vient d'octroyer au Burkina Faso une assistance financière de 157,6 millions de dollars pour soutenir son programme de réformes. Le prêt devrait aider le pays à rééquilibrer sa balance de paiement, à réduire la pauvreté, mais aussi à renforcer la résilience de son économie face aux chocs futurs, dans un contexte sécuritaire tendu. Le conseil d'administration du FMI vient d'approuver ce 14 mars 2018, en faveur du Burkina Faso, un nouvel accord de Facilité élargie de crédit d'un montant de 157,6 millions de dollars. Etalé sur trois ans, le programme de financement devrait contribuer à atteindre une position viable de la balance des paiements et à soutenir le développement inclusif pour réduire la pauvreté, à travers des réformes...
(La Tribune 16/03/18)
Le Burkina Faso entend désormais développer davantage le secteur des énergies renouvelables, après avoir projeté de porter à 30% la part du solaire dans son mix énergétique. Le Burkina Faso est décidé à profiter davantage du potentiel solaire dont jouit le pays. De retour de New Delhi où il a pris part ce 11 mars au premier Sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale (ASI), le chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a annoncé que son pays mettra les bouchées doubles afin que l'énergie solaire représente 30% de l'énergie utilisée dans le pays. «Nous avons été un des premiers membres fondateurs de cette alliance, pour réaffirmer le choix que nous avons opéré de transformer et de faire en sorte que...
(AFP 15/03/18)
Les forces armées françaises déployées au Sahel pour l'opération Barkhane ont tué ou capturé en un mois une soixantaine de jihadistes dans la "zone des trois frontières" au confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, a annoncé jeudi l'état-major français. "Depuis le 15 février, une soixantaine de terroristes ont été mis +hors de combat+ (tués ou capturés)" et "des matériels saisis ou détruits: des pickups, des motos, des équipements individuels ou collectifs, du matériel nécessaire à la confection d'engins explosifs improvisés", a détaillé le colonel Patrik Steiger dans un point presse du ministère français des Armées. Du 9 au 12 mars, deux opérations menées au sud de l'axe Ansongo-Menaka...
(AFP 15/03/18)
Un garde forestier a été tué dans l'attaque d'un poste de l'est du Burkina Faso par des hommes armés soupçonnés d'appartenir à la mouvance jihadiste, a-t-on appris jeudi auprès d'une source sécuritaire. "Un agent des eaux et forêts a été tué par des individus armés qui ont attaqué leur poste" dans la localité de Nassougou, dans la nuit de mercredi à jeudi, a déclaré de son côté sous le couvert de l'anonymat un responsable local joint depuis Ouagadougou. L'attaque a été "perpétrée par huit à dix hommes" qui ont "également incendié les locaux et un véhicule", a-t-il ajouté à l'AFP. Selon la source sécuritaire ayant requis l'anonymat, l'attaque a eu lieu "aux environs de 04h00"...

Pages