Mardi 27 Juin 2017
(AFP 22/06/17)
Nestorine Sangaré, ancienne ministre de la promotion de la Femme dans le dernier gouvernement de Blaise Compaoré, balayé par l’insurrection populaire d’octobre 2014, a présenté mercredi son premier album consacré au "pardon" et à la "réconciliation". "J’aime ma patrie et je voudrais que les fils et filles se pardonnent, se réconcilient pour que la paix, l’amour et la cohésion règnent dans notre pays", a indiqué Mme Sangaré, lors de la présentation de son album "Un père fidèle" au jardin de la musique de Ouagadougou. "Même si souvent il y a des disputes, des incompréhensions, des colères violentes, nous resterons tous unis (et) quand demain nous serons réconciliés et que reviendrons les jours de joie, nous chanterons tous", souligne-t-elle dans le...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi à l'unanimité une résolution saluant le déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel. Le projet de résolution élaboré par la France a été accepté par la totalité des quinze membres du Conseil, après que Paris et Washington soient parvenus à trouver un accord sur son contenu. Le texte salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso), mais sans toutefois délivrer un mandat de l'ONU à cette force. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français Emmanuel Macron doit assister au prochain sommet...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer mercredi sur un projet de résolution présenté par la France ouvrant la voie au déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel, ont annoncé des diplomates. Le vote est prévu à 14H00 GMT, ont-ils précisé mardi. Après plusieurs jours de discussions, la France et les Etats-Unis sont tombés d'accord sur ce texte qui salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso) sans toutefois lui délivrer un mandat de l'ONU, selon le texte consulté par l'AFP. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français...
(RFI 21/06/17)
Au Burkina Faso, les résultats de la contre-expertise sur les restes des corps de Thomas Sankara et ses compagnons n'ont pas permis d'identifier leur ADN. « On n'a pas pu identifier l'ADN », a confié à RFI maître Bénéwendé Sankara, l'un des avocats de la famille Sankara. Le résultat est le même pour les 12 autres corps sur lesquelles la contre-expertise a été effectuée. Cette contre-expertise demandée par les familles des victimes du coup d'Etat d'octobre 1987, vient confirmer les premiers résultats livrés par un laboratoire ...
(Présidence 21/06/17)
Les Rois de différentes localités du Burkina Faso ont été reçus en audience le mardi 20 juin 2017 par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré. Selon le porte-parole de la délégation, Sa Majesté le Koupiendiéli, Roi du Gulmu, cette audience a été le cadre pour aborder avec le chef de l’Etat, la question de « la gestion du pouvoir local à travers nos populations respectives ». Les hauts leaders coutumiers ont présenté au Président du Faso, leurs vœux de réussite dans l’accomplissement de ses missions à la tête de l’Etat. Ils en ont profité pour lui donner l’assurance de leur accompagnement : « Nous voulons l’assurer de notre présence effective et permanente à ses côtés...
(Xinhua 21/06/17)
La contre-expertise réalisée sur les supposés restes de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara, mort en 1987 dans un coup d'Etat, ont donné un "résultat négatif", mais cela n'empêche pas la justice de suivre son cours normal, a déclaré lundi dans la soirée à la presse, l'un des avocats de la famille, Bénéwendé Sankara. "Il n'a été observé aucun profil génétique pour ces marqueurs. Ce qui veut dire que le résultat est exactement comme celui qui avait déjà été rendu par la première expertise, c'est-à-dire un résultat négatif", a déclaré M. Sankara, précisant "on n'a pas pu identifier l'ADN". "C'est malheureux, c'est même triste de constater que cela n'a pas été possible, mais cela ne met pas fin à la procédure",...
(Agence Afrique 21/06/17)
Le Burkina Faso compte se lancer dans un ambitieux programme d’énergie solaire en 2019, avec le soutien de l’Agence française de développement (AFD) et la Banque africaine de développement (BAD). Le programme a pour objectif d’accroître l’offre énergétique pour les populations à partir du solaire. Il se déroulera en deux étapes dont la première consistera en la construction «de grandes centrales solaires de 10 MW et plus, à développer sur les sites situés à proximité des lignes hautes tension et de mini centrales solaires à l’Est, au Sud-ouest et au Sahel». Le deuxième niveau du programme vise le long terme, avec le développement de grosses centrales électriques. Le démarrage des travaux est prévu pour janvier 2019. Les études préliminaires devraient...
(Le Monde 21/06/17)
Les résultats de la contre-expertise ADN demandée en Espagne par les proches du capitaine révolutionnaire sont tombés : aucun profil génétique n’a pu être défini. Par Morgane Le Cam (contributrice Le Monde Afrique, Ouagadougou) Cela fait un an demi que les investigations scientifiques sont en cours. Celles chargées de faire la vérité sur un sujet ô combien sensible au Burkina Faso : la dépouille, enterrée à la va-vite au lendemain de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses douze compagnons, au cimetière ouagalais de Dagnoen, est-elle bien celle du capitaine ? Le mystère demeure. Le laboratoire espagnol de l’Institut de médecine légale de l’université de Santiago a livré les résultats de sa contre-expertise lundi 19 juin : aucun profil génétique...
(APA 21/06/17)
Une nouvelle compagnie aérienne dénommée Air Sarada va bientôt desservir certaines villes du Burkina Faso, de mêmes que la sous-région, a-t-on appris mardi, à l’issue du lancement officiel des activités de ladite compagnie, la veille, à Ouagadougou. A l’occasion, les premiers responsables de la compagnie ont renseigné que Air Sarada promet assurer des vols réguliers à partir des villes burkinabè que sont : Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya et Fada N’Gourma. Le vol inaugural de cette compagnie de transport aérien est prévu pour le jeudi 22 juin et va consister à un aller-retour Ouagadougou–Bobo Dioulasso. Les promoteurs ont indiqué qu’après l’ouverture de ses lignes nationales, celles au plan international seront disponibles à partir de septembre 2017, avec des destinations comme Bamako (Mali)...
(Fasozine 21/06/17)
La modification de la loi organique de la Haute cour de justice figure à l'ordre du jour de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale, ouverte ce mardi 20 juin 2017. Si la présente session a été convoquée, c’est pour examiner cinq projets de loi et d’initier le débat d’orientation budgétaire. Au nombre de ses projets de loi, figure celui organique portant modification de la loi organique N°20/95/ADP du 16 mai 1995 portant composition et fonctionnement de la haute cour de Justice et procédure applicable devant elle. L’examen de ce projet de loi est essentiel pour la suite du procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré. Certaines dispositions avaient été jugées contraires à la constitution par le Conseil constitutionnel...
(Fasozine 21/06/17)
C’est parti depuis ce mardi 20 juin 2017 pour les épreuves du premier tour du baccalauréat session de 2017. Sur l’ensemble du territoire national, ils sont au total 75 959 élèves en lice pour décrocher leur premier diplôme universitaire. Dans la région du centre, ils sont au total 27 872 candidats répartis dans 131 jurys. Le top départ dans ladite région a été donné au lycée municipal Rimvougré de Ouagadougou par le gouverneur Joachim Somda. Avant le début des épreuves, le gouverneur de la région du centre a fait le tour des 9 salles de classes pour encourager les 269 candidats qui composent dans le jury 132. Les épreuves des séries G2 (110 candidats) et D (159 candidats) sont administrées...
(APA 21/06/17)
Les candidats des séries A4 et A5 de l’examen du Baccalauréat session 2017 au Burkina Faso qui devaient composer en français, ce mercredi, devront patienter jusqu’à vendredi, à cause d’une erreur intervenue dans un jury, la veille, lors de la distribution d’épreuves, a-t-on appris auprès des organisateurs dudit examen. Selon l’un des responsables en charge de l’organisation du Baccalauréat 2017, qui sur les antennes de la télévision nationale, ce report a été décidé le temps de convoyer l’épreuve de substitution à l’ensemble des jurys concernés. Tout est parti du fait qu’une enveloppe contenant l’épreuve de français prévue ce mercredi, pour ces séries (A4 et A5), a été malencontreusement ouverte, hier mardi, dans un jury. En pareille circonstances, les textes préconisent...
(RFI 21/06/17)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit voter mercredi matin à New York une résolution qui permet le déploiement d'une force anti-jihadistes dans la région du Sahel. Washington s'était violemment opposé à tout texte. Mais la France -qui porte la plume sur ce sujet- et les Etats-Unis sont finalement parvenus à un accord. C'est néanmoins un texte édulcoré qui devrait être adopté. Le texte qui sera soumis au vote est un texte de consensus qui permet à Paris d'obtenir le soutien de Washington alors que les Américains étaient opposés à l'idée d'une résolution. Dans les grandes lignes, il ne s'agit plus d'autoriser la force antiterroriste du G5 Sahel mais simplement de saluer son déploiement. Ce glissement sémantique rassure les...
(Sidwaya 21/06/17)
Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, a organisé, le mardi 20 juin 2017 à Ouagadougou, la 5e édition de la Journée de promotion des industries culturelles et créatives (JPICC). A la veille de la célébration de la fête de la musique, le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a organisé la 5e édition de la Journée de promotion des industries culturelles et créatives (JPICC) autour du thème « La musique burkinabè à l’ère du numérique : quel modèle économique pour la filière ? ». C’était le mardi 20 juin 2017 à Ouagadougou. L’objectif de cette 5e édition est de donner plus de visibilité aux différents créateurs à travers la promotion de leurs œuvres...
(AFP 21/06/17)
La création d'une force conjointe des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), sur laquelle le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer mercredi, vise à enrayer l'expansion des groupes jihadistes dans la région. - Quelle est la genèse de cette force ? - La décision initiale remonte au sommet du G5 Sahel en novembre 2015 à N'Djamena, mais le projet a été réactivé récemment, en raison notamment de la dégradation de la situation dans le centre du Mali, limitrophe du Burkina Faso et du Niger, gagnés à leur tour par les violences jihadistes. En janvier, ces trois pays ont décidé de créer une force de sécurisation du Liptako-Gourma - zone à cheval sur leurs frontières...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Jamais diffusé sur Canal+ Horizons, qui fait pourtant partie de ses producteurs, jamais sélectionné pour le Fespaco, "Bayiri, la patrie" fait figure de film maudit. S’il n’a pas été victime, semble-t‑il, de véritable censure, il est vrai que le 6e long-métrage de S. Pierre Yameogo aborde un sujet très sensible en Côte d’Ivoire comme au Burkina. Il raconte en effet, à travers l’histoire d’une jeune femme victime de racket et de viol, ce qu’ont vécu les familles de planteurs burkinabè chassés des villages de Côte d’Ivoire où ils vivaient par les tenants de l’« ivoirité », lors de la crise du début des années 2000. « Crimes de guerre » Sans rien cacher des exactions contre les civils auxquelles se...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Les incertitudes de la situation économique mondiale, les difficultés de l’Afrique centrale dues à la baisse du prix du pétrole et les progrès de l’intégration commerciale en Afrique de l’Ouest suscitent à nouveau une réflexion sur l’avenir de la Zone franc. Celle-ci a plus de cinquante années d’existence et a connu de nombreuses réformes qui, tout en laissant subsister les principes de base — fixité du taux de change des francs CFA et garantie de disponibilité des devises grâce aux comptes d’opérations des Banques centrales (BCEAO et BEAC) auprès du Trésor français — ont montré sa capacité d’adaptation à des situations nouvelles. Comme par le passé et selon la demande des États africains, elle peut évoluer à nouveau. Comment donner...
(AFP 20/06/17)
La contre-expertise réalisée sur les restes présumés de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara, tué en 1987 lors d’un coup d’Etat, n’a permis d’observer "aucun profil génétique", a annoncé lundi l’un des avocats de la famille Sankara, Me Bénéwendé Sankara. Les corps présumés de Sankara et de ses 12 compagnons tués avec lui ont été exhumés fin mai 2015 afin de déterminer avec certitude l’identité des victimes et de lever le voile sur les circonstances de leur mort. Les premiers résultats de ces tests, réalisés en France, indiquaient que les ADN n’étaient pas "détectables" et ne permettaient pas d’identifier à coup sûr les victimes. La famille Sankara avait contesté les résultats de cette expertise, obligeant le juge à ordonner en juillet...
(APA 20/06/17)
Les épreuves écrites et orales du Baccalauréat, session de 2017, débutent ce mardi au Burkina Faso avec en lice 75.959 candidats, sur l’ensemble du territoire national, a-t-on appris auprès du ministère de l’Enseignement supérieur. Selon cette source, le nombre de candidats au Baccalauréat cette année est en progression de 5,92%, comparativement à la session 2016 qui avait enregistré 71.712 postulants. Dans son message à la veille de l’examen, lundi, le ministre de l’Enseignement supérieur...
(Le Faso 20/06/17)
« Processus démocratique au Burkina Faso, de 1960 à nos jours : bilan, enjeux et perspectives ». C’est autour de ce thème principal, que la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) a organisé, le samedi, 17 juin 2017 à Ouagadougou, un panel. Cette activité de réflexion qui a mobilisé, dans la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), plusieurs participants de toutes les franges sociales, a été animée par des spécialistes et figures bien connues de la vie publique burkinabè. Selon le président de la CODER, Rasmané Ouédraogo, ce panel participe de la mise en œuvre de l’offre politique de la Coalition. Cette proposition comporte quatre axes, dont celui de la sauvegarde de la démocratie...

Pages