Mardi 22 Août 2017
(La Tribune de Genève 21/08/17)
Le Burkina Faso est sous le choc après l'attentat qui a fait 18 morts, Burkinabés et étrangers, dans sa capitale Ouagadougou, dont le mode opératoire rappelle une attaque djihadiste commise au même endroit en 2016. Un deuil national de trois jours a débuté lundi. L'attaque, menée par des djihadistes présumés, a frappé dimanche soir le café-restaurant Aziz Istanbul, dans le centre de Ouagadougou, particulièrement fréquenté par des expatriés au moment de la retransmission de grands matchs de football. «Ils ont commencé à tirer sur la terrasse, on est montés par l'escalier jusqu'en haut, on était couchés par terre, les assaillants sont venus, ils ont pointé leurs fusils sur nous (...) je ne comprenais pas leur langue, (si) c'était de l'arabe...
(APA 21/08/17)
Le ministre sénégalais de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, a souligné samedi à Ouagadougou l'importance de l’information comme stratégie-clé pour lutter contre le terrorisme. « Dans un premier temps, pour lutter contre le fléau, il faut faire de l’information. Il nous faut beaucoup d’informations. Il nous faut échanger sur cela », a-t-il déclaré. « Le ministre d’Etat (du Burkina Faso) Simon Compaoré et moi, a-t-il poursuivi, on s’est rencontré à Abidjan lorsqu’il y a eu les attaques de Grand-Bassam, il y a été question d’avoir un journal, un mensuel, de partage d’informations. Nous sommes en train d’y travailler ». Il a proposé ensuite ensuite de nous « préparer à ces attaques qui peuvent arriver d’un moment...
(Le Point 21/08/17)
C'était un pari pour les quinze pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) : créer une monnaie unique d'ici à 2020. Cette date butoir a soulevé beaucoup d'espoirs du côté des populations. Ces dernières années, c'était même devenu une fierté pour nombre d'Africains qui voyaient dans la future monnaie unique une monnaie beaucoup plus stable et plus crédible que les monnaies actuellement en vigueur. Et aussi le moyen de sortir du franc CFA et donc du face à face avec la France. Maintes fois reporté depuis 2009, l'objectif semble désormais hors de portée. La faute à une conjoncture économique compliquée pour plusieurs pays de la zone, notamment le Nigeria, le Ghana et même la...
(APA 21/08/17)
Les Etalons locaux du Burkina Faso se sont qualifiés dimanche soir pour le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) Kenya 2018 en battant à Kumassi, leurs homologues, les Blacks Stars locaux, par le score de 2 buts à 1. Mi-temps : 0-2. Après un match nul de 2 buts partout au stade du 4 août de Ouagadougou à l’aller, les poulains de Drissa Malo Traoré dit Saboteur sont allés pour attaquer. Très vite donc, Mohamed Sylla va ouvrir le score dès la 7e minute, mettant son équipe en confiance. C’est Hermann Nikiéma qui mettra les Etalons locaux sur la voie du succès en doublant la mise (27e). Félix Adou donnera espoir aux Blacks Stars en réduisant le score (60e). Cette qualification...
(Afrik.com 21/08/17)
Encore une belle surprise ce dimanche lors du dernier tour retour des éliminatoires du CHAN 2018, l’équivalent de la CAN pour les joueurs locaux. En position défavorable après le match nul concédé à domicile à l’aller (2-2), le Burkina Faso a réalisé un petit exploit en validant son billet pour la phase finale en allant s’imposer 2-1 au Ghana. Mohamed Sylla (7e) puis Hermann Nikièma (27e) ont rapidement mis les Etalons locaux sur les bons rails. Felix Addo (60e) a bien fini par réduire le score alors que les Black Stars poussaient… En vain. C’est bien le Burkina Faso qui ira au Kenya ! Lire la suite sur: http://www.afrik-foot.com/chan-2018-le-burkina-faso-sort-le-ghana
(AFP 19/08/17)
Le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso et chef du parti au pouvoir, Salifou Diallo, est décédé samedi à Paris à 60 ans, a annoncé le gouvernement burkinabè sans préciser les circonstances du décès. "Le gouvernement burkinabè a le regret d’annoncer le décès de son Excellence Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale", a indiqué le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou dans un communiqué transmis à l’AFP. Chef du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, pouvoir), sa mort est "survenue ce jour 19 août 2017 à Paris en France", a-t-il indiqué sans autre précision. Le programme des obsèques sera communiqué ultérieurement. Le président du parlement burkinabè a été retrouvé mort dans un hôtel de Paris, a indiqué une source...
(Jeune Afrique 19/08/17)
Le président de l'Assemblée nationale burkinabè, Salif Diallo, est décédé à Paris dans la nuit. Il avait 60 ans. Salif Diallo s’était rendu récemment à Tunis pour se soigner, avant de rejoindre la capitale française pour un « repos médical », selon un proche interrogé par Jeune Afrique. Il y est décédé des suites d’une longue maladie. Compagnon de Blaise Compaoré jusqu’à leur divorce en 2008, Salif Diallo a marqué la vie politique du Burkina durant ces trente dernières années. Il était président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP – au pouvoir) dont il est l’un des co-fondateurs en 2014 avec Roch Marc Christian Kaboré, devenu chef de l’État, et Simon Compaoré, l’actuel ministre de la Sécurité. Lire...
(AFP 19/08/17)
Près d'un milliers de personnes ont marché en silence samedi à Ouagadougou pour dire "Non à la barbarie!" sur l'avenue Kwame N'Krumah, principale artère de la capitale burkinabè et théâtre d'une récente attaque qui a fait 18 morts. A l'appel de la société civile, des personnalités culturelles et politiques, des hommes d'affaires et des leaders religieux, plusieurs centaines de personnes, majoritairement vêtues de tee-shirts blancs frappés du message "Non à la violence", ont effectué une procession sur près de 1,5 km baptisée "Burkina debout". Au cours de la marche encadrée par un important dispositif sécuritaire, ils ont brandi des banderoles où l'on pouvait lire: "Hommage aux victimes de l'ignominie", "le Burkina reste debout contre la barbarie, pour la démocratie et...
(AFP 19/08/17)
L'imam de la grande mosquée sunnite de Ouagadougou a appelé vendredi dans son sermon à "dissocier musulmans et terroristes", après l'attentat contre un restaurant hallal qui a fait 18 morts dimanche dernier. "Ce sont des musulmans qui ont été abattus. C'est la preuve que cela (le terrorisme) ne relève pas de l'islam, donc il faut dissocier musulmans et terroristes", a lancé l'imam Mohamad Kindo à près de 2000 fidèles réunis pour la prière du vendredi dans la grande mosquée sunnite de la capitale du Burkina Faso. Il a également mis en garde les fidèles contre "le terrorisme au nom du jihadisme". Dix-huit personnes, neuf Burkinabè et neuf étrangers, ont péri dimanche soir sous les balles de deux assaillants présumés jihadistes,...
(Agence Ecofin 19/08/17)
Coris Capital a réalisé un investissement initial de 3 millions $ dans le capital de Sama Resources Guinea, une junior minière cotée sur le marché financier canadien, possédant des actifs dans le secteur du graphite en Guinée Conakry. En échange de cet investissement, Coris Capital recevra 7,5 millions d'actions, pour un montant unitaire de 0,4$. En même temps que ces actions, la firme d'investissement recevra aussi une option non-transférable d'acquisition de 3,75 millions d'actions supplémentaires dans les 24 mois suivant, au prix défini de 0,5 $. En plus de cela, Coris Capital aura le droit de participer à des augmentations de capital pour maintenir le poids de son actionnariat. Il aura en outre le droit de désigner au moins deux...
(APA 19/08/17)
Le Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Salifou Diallo est décédé samedi à Paris en France, a annoncé le Chef de l’Etat Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré. ‘’C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le décès survenu ce samedi de M. Salifou Diallo, le Président de l'Assemblée Nationale. En cette circonstance douloureuse, j'ai une pensée pour la famille de l'illustre disparu et tous les proches de M. Salifou Diallo’’, écrit le Président Kaboré sur son compte tweeter. Après ses soins à Tunis, Salifou Diallo a continué sur Paris pour se reposer et devrait regagner Ouagadougou ce samedi, précisent d’autres sources dans la capitale du Faso. Né le 9 mai 1957 à Ouahigouya au Burkina Faso, Salifou Diallo est...
(RFI 19/08/17)
Au Burkina Faso, une marche silencieuse, organisée par les acteurs de la société civile, des personnalités culturelles et politiques, des hommes d'affaires et des leaders religieux est prévue ce samedi 19 août au matin à Ouagadougou, six jours après l'attentat qui a fait 18 morts dans un restaurant de la ville. C'est une marche d'hommage et du souvenir indique les membres de la mairie de Ouagadougou qui se déroulera ce samedi matin. Une marche blanche et silencieuse qui partira à 9h00 du rond-point des Nations unies pour aller jusque sur les lieux du drame, au restaurant Istanbul sur l’avenue Kwame Nkrumah. Seront présents les membres du gouvernement, de l'Assemblée nationale, des autorités religieuses et le maire de la ville. Lire...
(Xinhua 19/08/17)
L'Union nationale de la police (UNAPOL) du Burkina Faso a appelé vendredi le gouvernement à équiper les forces de défense et de sécurité suite à l'attaque terroriste qui a fait dimanche dernier 18 morts et une vingtaine de blessés à Ouagadougou. "Les gouvernants sont interpellés à faire de l'équipement des forces de sécurité une priorité car le manque du matériel constitue une faille non seulement pour la sécurité de nos équipes en opération mais également un obstacle à la pleine réussite de nos équipes en campagne", a déclaré le syndicat de la police dans un communiqué. Dans une interview publiée dans la presse locale, le propriétaire du café restaurant turc qui a été le théâtre de l'attaque a déclaré que...
(RFI 19/08/17)
Malgré les attentats qui ont frappé Ouagadougou en 2016 et, tout récemment, le 13 août, les professionnels du tourisme continuent d’investir et de développer le secteur. Le groupe hôtelier panafricain Azalaï vient de signer un accord avec la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) en vue de la reconstruction de l'un de plus grands hôtel de Ouagadougou : L’Indépendance. Alors qu'une attaque terroriste vient de frapper un restaurant, faisant 18 morts dimanche 13 août dans un quartier touristique de Ouagadougou, la signature de l’accord de prêt entre le groupe Azalaï et la BOAD en vue de la reconstruction de ce qui sera l'un des plus grands hôtels de la capitale burkinabè n'est pas anodin. Ce sont 7 milliards de francs CFA...
(AFP 18/08/17)
"La lutte contre la pauvreté constitue la réponse définitive au terrorisme", a estimé jeudi le président guinéen Alpha Condé, en visite à Ouagadougou où l'attaque perpétrée par des jihadistes présumés dimanche a fait 18 morts. "Il y a une réponse immédiate (au terrorisme) qui est l'action militaire, mais la réponse définitive c'est la lutte contre la pauvreté et l'injustice", a affirmé le chef de l'Etat guinéen dans une déclaration à la presse au palais présidentiel de Ouagadougou, soulignant que "la pauvreté est le terreau du terrorisme". "Nous ne pouvons vaincre le terrorisme, sauf si nous développons effectivement nos pays.
(Le Monde 18/08/17)
Cinq jours sont passés depuis qu’un commando djihadiste a abattu 18 personnes dans un restaurant du Burkina, et les cauchemars s’installent. Les cuisiniers, le médecin et le commandant de l’assaut racontent. Par Morgane Le Cam (contributrice Le Monde Afrique, Ouagadougou) Daouda n’aura pas eu le temps de terminer la préparation de son plat. Sur le plan de travail de la cuisine de l’Aziz Istanbul, l’assiette n’a pas fini d’être dressée. « J’étais en train de préparer à manger quand j’ai entendu des coups de feu. Les gens fuyaient la terrasse et venaient vers la cuisine. Nous avons tous fui », raconte-t-il dans la cour du restaurant. Daouda était cuisinier à l’Aziz Istanbul, le café-restaurant de Ouagadougou ciblé par deux assaillants...
(RFI 18/08/17)
Au Burkina Faso, à peine les familles ont commencé l'inhumation des victimes de l'attaque du café Aziz Istanbul que c'est un véhicule de patrouille du groupement des forces antiterroriste basé dans le nord du pays qui a sauté sur un engin explosif. L'explosion a fait trois morts et deux blessés. C'est la première fois que les groupes terroristes utilisent un engin explosif sur le sol burkinabè. Le véhicule militaire a sauté sur un « engin explosif improvisé » selon un communiqué de l'état-major des armées. L'explosion a eu lieu à 25 kilomètres de Djibo alors que les militaires effectuaient des patrouilles dans le cadre de leurs actions quotidiennes de sécurisation dans la zone nord du pays explique l'état-major dans son...
(APA 18/08/17)
Trois soldats burkinabè (deux hommes et une femme), ont été tués et deux autres blessés jeudi, lorsque qu’un véhicule de l’armée a sauté sur une mine à Touronata dans la commune de Tongomayel, localité située dans la région du sahel, à plus de 200 kilomètres au Nord de Ouagadougou, a-t-on appris de source médiatiques. Selon l’Agence d’information du Burkina (AIB) qui a donné la nouvelle, l’un de ses reporters était présent cet après-midi au Centre médical de Djibo (70 km de Tongomayel) et a vu l’arrivée des deux blessés: l’un à l’épaule et l’autre à la hanche. Le drame intervient quatre jours après l’attentat terroriste qui a tué 18 personnes dans le café restaurant Aziz Istanbul, situé sur l’avenue Kwamé...
(Xinhua 18/08/17)
Au moins trois militaires burkinabè ont été tués et deux autres blessés quand leur véhicule a sauté jeudi sur une mine anti personnelle à Touronata, dans le nord du pays, ont annoncé les médias locaux citant des sources sécuritaires. Les autorités militaires n'ont pas encore communiqué sur l'incident, mais des habitants de la localité ont affirmé avoir vu des militaires blessés. Le nord du Burkina Faso est régulièrement la cible d'attaque terroriste contre l'armée et les populations civiles. C'est dans le Sahel burkinabè à la frontière avec le Mali et le Niger que s'est retranché un djihadiste burkinabè du nom de Malam Ibrahim Dicko qui a déjà revendiqué plusieurs attaques contre les positions de l'armée et contre les villageois. Une...
(APA 18/08/17)
Le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine (UA) a effectué, ce jeudi une visite sur le site de l’attentat terroriste du 13 août dernier à Ouagadougou, ayant fait 18 morts et 25 blessés. Le président Condé a déclaré être venu présenter ses condoléances et celles de l’UA au peuple du Burkina Faso, suite à l’attaque terroriste survenue au café restaurant Aziz Istanbul, à Ouagadougou, dans la nuit du 13 au 14 août dernier. C’est à 16 heures 10 minutes que l’avion du chef de l’Etat guinéen a atterri à l’aéroport international de Ouagadougou où il a été accueilli par son homologue Roch Marc Christian Kaboré. C’est après un bref entretien avec son hôte dans le salon...

Pages