Mardi 12 Décembre 2017
(RFI 08/12/17)
C’est une première en Afrique. Une étude sur la perception de l’élevage nomade dans les médias a été rendue publique jeudi 7 décembre, lors d’une réunion du PASSHA. Le Projet d’appui au pastoralisme et à la stabilité au Sahel est réuni depuis deux jours à Cotonou au Bénin pour parler de la prévention des conflits. Une équipe de l’Institut des sciences de l’information de Bordeaux a épluché des centaines d’articles de presse, publiés dans 5 pays, dont le Mali, la Mauritanie et le Niger, entre 2000 et 2017. Il en ressort un certain nombre de préjugés à l’encontre des éleveurs nomades. Sept thématiques ont guidé les recherches de l’équipe de l’Institut des sciences de l’information de Bordeaux, comme la valeur...
(AFP 07/12/17)
Des travaux forcés en Libye à un emploi dans une start-up de mode italienne, Bassirou, Burkinabé de 26 ans, a fait du chemin en deux ans, grâce à son talent et à une formation à la fabrication de sacs à main en cuir. Après 15 mois d'apprentissage, il a été le premier embauché dans le cadre de ce projet destiné à des demandeurs d'asile et voué à terme à devenir une véritable entreprise. "C'est une grande opportunité pour moi", explique-t-il. "J'avais déjà fait ce type de travail mais c'était avec du tissu, pas du cuir. Au début, ce n'était pas du tout facile (...) mais on s'habitue." Craignant pour sa vie après le coup d'Etat militaire de 2015 au Burkina...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la situation. On sait qu'en Afrique, obtenir un visa pour un pays européen est une gageure. A titre d'exemple, sur les 80 millions de touristes qui entrent en France chaque année, ils sont seulement 2 millions à être originaires d'Afrique. Or,...
(AFP 06/12/17)
Des proches de personnalités disparues dans des circonstances mystérieuses, l'opposant marocain Mehdi Ben Barka ou l'ancien président burkinabè Thomas Sankara, ont réclamé mercredi la réforme du "secret défense" français qui "entrave" les enquêtes et "contrevient" à la Convention européenne des droits de l'homme. "Je me suis heurtée dès le départ, dès janvier 1996, au secret" autour de la mort du juge Bernard Borrel, dont le corps a été retrouvé calciné à Djibouti en octobre 1995, a lancé Elisabeth Borrel lors d'une conférence de presse du Collectif Secret Défense, organisée à Paris. Le collectif compte entre autres le fils de Mehdi Ben Barka, opposant marocain enlevé à Paris en 1965...
(APA 06/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Quatre partis politiques burkinabè, proches de la majorité présidentielle, ont annoncé, mercredi lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, leur fusion pour donner naissance à l’Union pour la démocratie et le progrès (UDP). L’UDP est formée de l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR), du Front des forces socialistes (FFS) du Parti du peuple républicain (PPR) et du Rassemblement pour la démocratie et le socialisme (RDS). «Nous sommes persuadés que le regroupement des partis politiques partageant les mêmes valeurs et principes accroit leur efficacité et leur efficience», a affirmé, dans une déclaration liminaire, Tambi François Kaboré, président en exercice de l’UDP. L’UDP est d’obédience progressiste, de gauche et se déclare membre de la majorité...
(AFP 06/12/17)
La lutte contre l'épidémie de sida stagne, voire faiblit en Afrique de l'Ouest et centrale, où la mortalité des adolescents a augmenté d'un tiers en cinq ans, un "scandale" pour les associations et l'Unicef. "La mortalité liée au VIH/sida en Afrique de l’Ouest et du Centre est (proportionnellement) plus du double (5,1% contre 2,1%) de ce qu’elle est dans le reste de l’Afrique", dénonce Coalition Plus, un groupe d'ONG de lutte contre le sida, dans un communiqué publié pour la 19e Conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA) qui se tient à Abidjan du 4 au 9 décembre. L’Afrique de l’Ouest et du Centre "concentre à elle seule 20% des nouvelles infections au VIH...
(RFI 06/12/17)
Gagner du temps en réduisant le trajet jusqu’ici très laborieux, gagner aussi en sécurité et en confort en empruntant la voie de chemin de fer plutôt que les routes dégradées de Côte d’Ivoire : c’est le projet des travaux de réhabilitation du chemin-de-fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya qui ont été lancés ce lundi 4 décembre 2017, dans la capitale économique ivoirienne par la Sitarail, filiale du groupe Bolloré.Cette voie de chemin de fer, l’une des rares en Afrique de l’Ouest, représente un enjeu économique important pour le transport de marchandise et de passagers vers l’hinterland. Cela faisait des années pour ne pas parler de décennies qu'Ivoiriens et burkinabè attendaient cette réhabilitation de la seule voie de chemin de fer reliant les deux pays...
(Fasozine 06/12/17)
Dans ce communiqué, l'Alliance pour la démocratie et la Fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) invite les autorités gouvernantes, à se pencher de façon urgente sur les questions de l’éducation, de la formation, de la sécurité et de la santé, qui demeurent selon le parti, les domaines clés pour faire face aux nouveaux défis de notre millénaire. L’ADF/RDA déplore également l’attitude «rétrograde» des membres de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), lors de leur sortie médiatique sur l’An 2 de gouvernance du MPP. Le Secrétariat Exécutif National (SEN) de l'Alliance pour la Démocratie et la Fédération - Rassemblement Démocratique Africain (ADF-RDA) s'est réuni en sa séance ordinaire le samedi 02 décembre 2017 au siège national du parti, sous la présidence...
(Le Quotidien (Bf) 06/12/17)
La traditionnelle cérémonie de décorations des fils et filles du Burkina ayant contribué au développement du Burkina s’est tenue dans la soirée du mardi 5 décembre 2017, au palais présidentiel de Kosyam. Au total, ils sont 940 fils et filles du Burkina à être distingués. Le 57e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso sera célébré le 11 décembre prochain à Gaoua. Dans le cadre des activités entrant en droite ligne de cette commémoration, le peuple burkinabè à travers son président Roch Marc Christian Kaboré a décidé de reconnaitre et d’honorer le travail de ses fils qui se sont distingués par leur ardeur, leur dévouement et leur exemplarité au travail bien fait. C’est donc au cours d’une cérémonie des grands jours...
(Fasozine 06/12/17)
Le commissariat de Police de Koumbri, une commune de la province du Yatenga, région du Nord, a été attaqué vers 23h dans la nuit du lundi 4 décembre 2017, rapporte le site Faso-Nord infos. Il y aurait eu des dégâts matériels importants, mais pas de perte en vie humaine. Quand les tirs nourris d’armes à feu se sont fait entendre du côté du commissariat, les habitants se sont terrés chez eux, explique le site d’informations qui relaie le quotidien de cette partie du pays. Ousséni Ganamé, le maire de cette commune rurale, assure sur sa page Facebook avec des photos à l’appui que l’attaque n’a pas occasionné de perte en vie humaine, mais beaucoup de dégâts matériels, des motos incendiées...
(Le Pays 06/12/17)
Ceci est la réaction de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) suite à la récente sortie médiatique du Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui, dressant le bilan de l’an II du MPP au pouvoir, n’a pas été tendre avec certains partis politiques de l’Opposition. Et l’UPC de conclure que « le Premier ministre ne connaît pas le Burkina Faso ». Lisez plutôt ! « Le jeudi 30 novembre 2017, au cours d’une rencontre dite de bilan de l’an II de l’accession du MPP au pouvoir, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a fait des déclarations indignes de la fonction qu’il occupe. Evoquant le contexte socio-politique de notre pays, il a affirmé que l’Opposition politique est financée par des...
(Fasozine 06/12/17)
La célébration de la fête de l’indépendance du Burkina se tiendra cette année sous le signe de la diversité culturelle, de la solidarité et de l’harmonie sociale, à Gaoua dans la région du Sud-ouest. Fidèle à son slogan «Les lots aux heureux gagnants et les bénéfices à la nation entière», la Loterie nationale burkinabè (Lonab) a encore fait parler son cœur. Au total, ce sont plus de deux milliards de francs CFA qui ont été investis par la nationale des jeux de hasard pour la construction de différentes infrastructures. Simon Tarnagda, directeur général de la Lonab fait le point de ces réalisations à travers cette interview. Fasozine: Quel est le point des investissements de la Lonab à Gaoua dans le...
(RFI 06/12/17)
La semaine du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest est un rendez-vous annuel pour parler de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Elle a lieu cette semaine à Cotonou au Bénin. Cet événement réunit les acteurs de l'agriculture et de l'alimentation : gouvernements, institutions, ONG, associations de producteurs et d'éleveurs. Depuis des années, il y a des programmes nationaux, des projets financés par les bailleurs, pour éradiquer la faim. Elle n'a pas disparu. Faut-il revoir l'approche ? C'est ce qui a été défendu mardi 5 décembre. C'est un changement de perspective : contrairement à ce qu'on peut croire, l'agriculture n'est pas le seul levier à actionner pour éradiquer la faim, et chaque région n'a pas à produire ce qu'elle va consommer...
(APA 06/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le thème des migrations sera abordé lors de la 13e édition du Festival culturel Ciné droit Libre (CDL), qui débute samedi à Ouagadougou, a-t-on appris auprès du comité d’organisation de la manifestation. Face à la presse les organisateurs ont indiqué que le Festival va se tenir du 9 au 16 décembre sous le thème : «Migrations: loin de chez moi ?». Selon le coordinateur du Festival CDL, Abdoulaye Diallo, il s’agira de mener la réflexion autour du triptyque migrations-immigrations clandestines-réfugiés. Il a expliqué que «cette question nous interroge sur les enjeux des flux migratoires aussi bien sur les migrants que sur leurs pays d’origine et de destination». M. Diallo a regretté que la quête d’un avenir...
(Agence Ecofin 06/12/17)
Grande nouvelle pour la force conjointe G5 Sahel. L’Arabie Saoudite va contribuer au déploiement de la force sahélienne à hauteur de 100 millions de dollars. La promesse a été faite, il y a quelques jours, durant le séjour à Ryad du ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop. « Cela nous rapproche un peu de l’objectif de 423 millions d’euros. Nous espérons aussi que cela puisse constituer une incitation pour les autres donateurs, » a déclaré sur Rfi le patron de la diplomatie malienne. Cette promesse intervient à quelques jours du mini-sommet des donateurs que le G5 Sahel organise avec l’appui de la France, le 13 décembre prochain à Paris. Et c’est à cette table ronde que l’Arabie Saoudite annoncera...
(RFI 06/12/17)
Au Sahel, l'Arabie saoudite a promis de contribuer à hauteur de 100 millions de dollars à la nouvelle force du G5 Sahel. C'est le ministre des Affaires étrangères malien qui s'en fait l'écho, au retour d'une mission à Riyad. Le plaidoyer d'Emmanuel Macron auprès de l'Arabie saoudite semble avoir fonctionné. Les autorités françaises ont largement incité Riyad à se montrer généreux envers la force conjointe anti-terroriste du G5 Sahel. Le chef de la diplomatie malienne, le ministre Abdoulaye Diop, était justement en Arabie saoudite il y a quelques jours. Il en est revenu avec cette annonce de contribution et espère que cela va en entraîner d'autres : « Cela nous rapproche encore un peu plus de l’objectif des 423 millions,...
(Le Monde 05/12/17)
Inculpé dans l’enquête sur la mort du journaliste Norbert Zongo, François Compaoré a joué en coulisse un rôle central sous la présidence de son frère Blaise. Il est, malgré lui, de retour sur le devant la scène. Rattrapé par l’histoire la plus sombre de son passé, celle qui, en 1998, l’avait fait sortir de l’ombre malgré lui. L’histoire d’un vol domestique, perpétré par son chauffeur, David Ouédraogo, auprès de sa femme, Salah, et qui aurait mené à l’assassinat du célèbre journaliste d’investigation burkinabé Norbert Zongo, le 13 décembre 1998. Une histoire sous forme de polar. Une intrigue mystérieuse de plus qui rend l’histoire politique du Burkina Faso fascinante. Dans l’affaire David Ouédraogo, il y a tous les éléments permettant de...
(AFP 05/12/17)
Le poste de commissariat de police de Koumbri, localité située à 220km au nord de Ouagadougou, près de la frontière malienne, a été incendié dans la nuit de lundi à mardi, a appris l'AFP de sources sécuritaires. "Des hommes non identifiés ont incendié le poste de commissariat de Koumbri lors d'une attaque menée ce lundi vers 23h (locales et GMT), sans faire de victimes ni de blessés", a indiqué l'une de ces sources sous le couvert de l'anonymat. Koumbri est une commune rurale située à 30 km de Ouahigouya, chef lieu de la région du nord, en proie a des attaques récurrentes.
(APA 05/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le Burkina Faso a rendu lundi soir un hommage national à l’ancien Premier ministre Youssouf Ouédraogo, décédé le 17 novembre dernier à Abidjan, considéré par l’actuel chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba comme un ‘’grand bâtisseur de la nation’’. «La nation burkinabè rend hommage à un grand bâtisseur, un homme d’Etat, un serviteur du Faso, un valeureux fils de notre pays», a affirmé Paul Kaba Thiéba. Le chef du gouvernement burkinabè s’exprimait lundi après-midi à Ouagadougou, lors de la cérémonie d’hommage national à l’ancien Premier ministre Youssouf Ouédraogo de 1992 à 1994. Pour lui, Youssouf Ouédraogo fait partie des Burkinabè dont les noms resteront gravés dans l’histoire du pays. «Il est parti les armes à la...
(Jeune Afrique 05/12/17)
Pour préparer son discours-fleuve à Ouagadougou, Emmanuel Macron a agi en trois temps. D’abord, à partir de la fin août, il a fait remonter plusieurs dizaines de propositions. Au moins deux d’entre elles – le visa de long séjour pour les Africains diplômés en France et la restitution à l’Afrique de ses biens culturels – viennent du Conseil présidentiel pour l’Afrique, animé par le Franco-Béninois Jules-Armand Aniambossou. Ensuite, Macron a fait filtrer ces propositions par l’administration. Le projet de visa long séjour a été visé par le Quai d’Orsay et le ministère de l’Intérieur, qui ont donné leur feu vert dix jours avant le discours. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/498905/politique/emmanuel-macron-a-ouaga...

Pages