Dimanche 18 Février 2018
(APA 13/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - La journée des légumineuses sera célébrée lundi prochain à Koumbané, localité située dans la région du Nord du Burkina Faso, a annoncé le ministre burkinabè en charge de l’Agriculture et des Aménagement hydraulique. Selon Jacob Ouédraogo, cette journée du 19 février sera marquée par la présence au Burkina Faso, du directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). M. Ouédraogo qui donnait un point de presse à Ouagadougou, à une semaine de l’évènement, a aussi renseigné qu’à l’occasion le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et son épouse Sika Kaboré seront distingués par la Confédération mondiale des légumineuses. La célébration de la Journée des légumineuses 2018 intervient un an après la...
(Xinhua 13/02/18)
Les leaders d'opinion du secteur de la santé venus du monde entier se sont réunis autour d'un atelier innovant, du 12 au 16 février 2018 à Ouagadougou, afin de donner un coup d'accélérateur à l'éradication de l'épidémie du VIH/SIDA d'ici 2030. Selon un communiqué de l'ONG "Initiatives Conseil international-Santé (ICI-Santé)" rendu public lundi, cet atelier innovant est organisé sous la forme d'un forum d'échange d'expériences et de résultats. Il permettra aux participants venus de tous les pays d'Afrique centrale et de l'Ouest de prioriser, concevoir et planifier leurs stratégies de l'offre de service pour la riposte au VIH et de surmonter les obstacles qui entravent leur mise en œuvre. L'objectif est de développer pour chacun des pays des plans d'action...
(Fraternité Matin 12/02/18)
Le Président burkinabè Roch Kaboré a reçu, ce lundi 12 février 2018, au palais présidentiel de Kossyam, à Ouagadougou, l’Ivoirien Jean-Claude Brou, rapporte l’Agence d’information du Burkina (Aib). Si rien n’a filtré de cette rencontre, il faut cependant rappeler que Jean-Claude Brou est le nouveau président de la Commission économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao). Il devrait prendre officiellement ses fonctions le 1er mars prochain, en remplacement du Béninois Marcel de Souza dont le mandat expire le 28 février. Jean-Claude Brou est l’actuel ministre ivoirien de l’industrie et des mines. A noter que le vendredi 9 février, le Président burkinabè a élevé à la dignité de Commandeur de l’Ordre national du Burkina, Marcel de Souza. Franck YEO
(RFI 12/02/18)
La fondation Bill et Melinda Gates va investir 45 millions de dollars dans des programmes de nutrition et de planification familiale au Burkina Faso. C’est ce qu’a annoncé la semaine dernière Melinda Gates, la femme du multimilliardaire américain, fondateur de Microsoft, au cours d’une visite à Ouagadougou. Qaurante-cinq millions sur trois ans dans divers programmes visant à améliorer la nutrition et la santé des femmes et des enfants au Burkina Faso. La plus grande partie de cet investissement est destinée à financer des programmes de nutrition qui visent à promouvoir l’alimentation ...
(Agence Ecofin 12/02/18)
La compagnie minière Savary Gold, active au Burkina Faso sur le projet Karankasso, a annoncé en fin de semaine dernière la clôture d’une transaction qui l’a vue vendre à 33,33 millions de ses actions ordinaires à SEMAFO, au prix unitaire de 0,06 $. Le placement privé permet à SEMAFO d’acquérir 15,5% du capital-actions de Savary. La compagnie listée sur TSX-V, a indiqué qu’elle utilisera les fonds levés (2 millions $) pour faire avancer son projet aurifère Karankasso, en réalisant des études techniques et des forages. Savary Gold est une compagnie d’exploration et de développement aurifère canadienne. Elle gère le projet Karankasso via une coentreprise avec Sarama Resources, dans laquelle elle détient 69,5% d’intérêts. Le projet Karankasso hébergeant une ressource minérale...
(Le Monde 12/02/18)
Maître de recherches au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST), le professeur Maxime Compaoré dirige l’Atelier de recherche sur l’éducation au Burkina Faso (AREB). Il porte un regard critique sur la qualité de l’offre éducative au « pays des hommes intègres ». L’AREB vient de publier un ouvrage collectif sur l’évolution du système éducatif burkinabé de 1960 à nos jours. Que peut-on en retenir ? Maxime Compaoré Cette évolution peut être appréciée sous divers angles. Si l’on considère le taux brut de scolarisation, le bilan est positif. Alors qu’au début des indépendances, on tournait autour de 6 %, les derniers chiffres du ministère de l’éducation nationale, qui datent de 2016, parlent de 86 %. Ce fort taux...
(Le Monde 10/02/18)
La visite d’Emmanuel Macron à l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017, avait enfin permis aux étudiants, habitués à des amphithéâtres suffocants, de goûter au doux confort de l’air conditionné. Pour accueillir le président français, les autorités avaient en effet sorti la grosse artillerie, repeint les amphithéâtres et remis en marche une climatisation généralement défectueuse. On se rappelle d’ailleurs la plaisanterie maladroite de M. Macron sur son homologue burkinabé...
(APA 10/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)- Plus de 200 journalistes de 50 pays du monde ayant la langue française en commun, sont attendus au Burkina Faso, en fin mars prochain, pour un symposium sur la problématique de la paix et de la sécurité, a-t-on appris auprès de l'Union internationale de la presse francophone (UIPF) dont une mission est actuellement à Ouagadougou. La mission de l’UIPF est venue rencontrer les autorités et la section locale de la structure pour discuter de la modalité d'organisation du symposium international dont le thème portera précisément sur : «Médias, paix et sécurité». «Nous sommes au Burkina Faso dans le cadre des préparatifs du troisième symposium international de l'UIPF que nous comptons tenir du 29 au 31 mars 2018...
(APA 09/02/18)
APA-Ouagadougou (Ouagadougou) - Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, a été désigné, président en exercice du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), à l’issue du 18e sommet de l’institution, tenu mercredi à Niamey au Niger Le chef de l’Etat du Burkina Faso a été désigné par ses pairs, succédant ainsi au président malien Ibrahim Boubacar Keïta. «Je remercie mes homologues de m'avoir accordé leur confiance en me désignant pour assurer la Présidence en exercice du CILSS», s’est réjoui Roch Marc Christian Kabore, sur son compte twitter. Il s’est engagé à poursuivre les chantiers de son prédécesseur et à redynamiser le CILSS. «Dans le prolongement du Président Boubacar Keîta du Mali, je m'emploierai à redonner...
(Xinhua 09/02/18)
Le Burkina Faso a inauguré jeudi à Ouagadougou un centre national pour la coordination du Mécanisme d'Alerte Précoce et de Réponse, contre l'insécurité sous toutes les formes, a annoncé un communiqué de la Primature. Selon le communiqué, il s'agit d'une initiative de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) en partenariat avec l'Etat burkinabè et les Etats-Unis. Ce centre a pour mission la préservation de la sécurité humaine à travers la prévention des attaques terroristes, des catastrophes naturelles, sanitaires et des crises alimentaires, ajoute le document. Le Burkina Faso est devenu depuis 2015 une cible privilégiée des terroristes.
(APA 09/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le gouvernement burkinabè envisage d’attribuer ‘’des licences individuelles technologiquement neutres’’ aux opérateurs de téléphonies mobiles, en vue d’améliorer l’accès à l’internet, a-t-on appris à l’issue du dernier conseil des ministres. Selon le compte rendu de la réunion gouvernementale parvenu à APA jeudi, l’on a évoqué un rapport relatif aux conditions et modalités d’attribution de licences individuelles technologiquement neutres pour l’établissement et l’exploitation de réseaux et services de communications électroniques au Burkina Faso. «L’attribution des licences technologiquement neutres permet de simplifier le processus d’attribution et de gestion des licences tout en donnant aux opérateurs une plus grande flexibilité pour la mise en œuvre de leurs réseaux et services, notamment la 4G», renseigne le document. Et le compte...
(APA 09/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le Collectif citoyen pour l’agro-écologie (CCAE) s’est insurgé, jeudi à Ouagadougou, contre un probable retour de la culture du coton OGM (Organisme génétiquement modifié) au Burkina Faso. S’exprimant au cours d’une conférence de presse, les représentants du Collectif se sont vivement opposé aux velléités de retour du coton OGM soutenues par certains acteurs qualifiés de ‘’pro-OGM’’. Pour le collectif, les sorties médiatiques dans lesquelles ces ‘’Pro-OGM’’ lient la baisse de la production lors de la campagne écoulée et l’abandon du coton OGM ne sont qu’«une intention cachée du gouvernement et de certains acteurs, de brader l’agriculture burkinabè». Le porte-parole du CCAE, Ali Tapsoba a rappelé que «de nos jours, il n’y a pas de culture génétiquement...
(Agence Ecofin 09/02/18)
La compagnie minière West African Resources a publié mardi, de nouveaux résultats de forages en cours de réalisation sur le gisement Mankarga-1 Sud (M1 Sud) de son projet aurifère Sanbrado, au Burkina Faso. Elle a réalisé plusieurs intersections de minéralisation de haute teneur et prévoit de continuer les travaux pour une meilleure classification des ressources du gisement. Les intersections marquantes comprennent celle de 14 m à une teneur d’or de 39,33 g/t à partir d’une profondeur de 448,5 m réalisée au trou «TAN17- DD174A», dont 0,5 m à 860 g/t d’or. Au trou «TAN17- DD179», la société a intercepté 1,5 m à une teneur de 194,47 g/t à partir d’une profondeur de 414,5 m, dont 0,5m à 440 g/t. «Tous...
(Jeune Afrique 09/02/18)
Dans "Ouaga Girls", Theresa Traoré Dahlberg échoue à prouver l’existence d’un girl power à l’africaine. Mais elle aide à comprendre les rêves et les illusions de la jeunesse burkinabè. L’affiche l’affirme en rose fluo : « Aucun métier ne devrait être interdit aux femmes ! » On s’attend donc à un documentaire sur l’empowerment au féminin qui prouve une nouvelle fois qu’il n’y a pas de sexe faible. Erreur. Derrière la caméra, Theresa Traoré Dahlberg, née à Stockholm en 1983, ayant grandi au Burkina et étudié à New York, suit des jeunes filles qui veulent devenir mécanos. Le Centre féminin d’initiation et d’apprentissage aux métiers (CFIAM), où elles étudient, a été créé à l’initiative de l’association ATTous-Yennenga – soutenu par l’ONG Terre...
(Le Monde 08/02/18)
Ecole Kua C de Bobo-Dioulasso, dans l’ouest du Burkina Faso : dans la classe d’à peine 40 m2 s’entassent 132 élèves de CE2. Sur les pupitres de bois délabrés, les cahiers se chevauchent. La page de celui de Houssen cache celle de Souleymane, qui à son tour recouvre celle de Faycal. Ils sont huit à se partager ce bout de table de 1,50 m de long. Découvrez notre série La classe africaine Pour faire la rédaction demandée par l’enseignant, l’histoire d’un singe et d’un chien se baladant en brousse, il va falloir que certains se sacrifient. Houssen pivote, un pied sur le banc, une main sur la table, et tente de s’extirper pour s’installer à même le sol. Après quelques...
(Le Monde 08/02/18)
Géomorphologie, cristallographie, géochimie… Concentré, Lacina Bafiogo, 30 ans, mémorise le schéma résumant les liens entre les différentes sciences. Ses cours sont soignés, mais les révisions pas vraiment acharnées. Cet étudiant en sciences de la vie et de la Terre à Ouaga 1, la plus grande université du Burkina Faso, est pourtant en pleine période d’examen. Mais il a tout son temps. « Je n’ai pas eu cours depuis juillet 2017 », explique-t-il. Voilà sept ans que Lacina Bafiogo est entré à l’université. Depuis, il se bat pour terminer sa licence. « Tout ça, c’est à cause du chevauchement des années universitaires », dénonce-t-il. Découvrez notre série La classe africaine Ce problème, qui gangrène le système universitaire burkinabé depuis plus de...
(AFP 07/02/18)
Les chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis en sommet mardi à Niamey, ont réitéré leur demande à la communauté internationale d'un soutien financier supplémentaire pour leur force militaire conjointe. "Compte tenu de la pression qu'exerce la crise sécuritaire actuelle dans le Sahel sur les finances publiques des Etats membres, les chefs d'Etat invitent les institutions financières internationales (...) à mettre en place des ressources additionnelles pour y faire face", affirme le communiqué final du sommet publié mardi soir. La force du G5 Sahel, qui devrait compter 5.000 soldats des cinq pays impliqués d'ici la mi-2018, a pour mission de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne. Les pays du G5...
(AFP 07/02/18)
La Nouvelle alliance pour le Faso (Nafa), le parti de Djibrill Bassolé, l’ancien chef de la diplomatie burkinabè, a dénoncé mardi la "mainmise de l'exécutif sur le tribunal militaire", à quelques semaines du procès du putsch manqué de septembre 2015. La Nafa s'inquiète du remplacement d'un magistrat, pour ce procès dans lequel M. Bassolé est l'un des principaux accusés. "Le 24 janvier dernier, le président de la chambre de contrôle, Jean Marie Ouattara, a été révoqué après avoir jugé illégal l'arrêté d'assignation à résidence (de Dijibrill Bassolé) pris par le ministre de la Défense", a déclaré lors d'un point de presse le président de la Nafa, Mahamoudou Dicko, y voyant "la mainmise de l'exécutif sur le tribunal militaire", une juridiction...
(Jeune Afrique 07/02/18)
La société turque Ayka Textile, soutenue par les autorités burkinabè, a annoncé son intention de construire un complexe industriel pour la fabrication de vêtements au Burkina Faso, avec un lancement de la production fin 2020. Adoubé par les autorités burkinabè, le patron turc du groupe Ayka Textile, Yusuf Aydeniz, a annoncé le 2 février dernier son intention de construire un complexe industriel pour la fabrication de vêtements à Ouagadougou. Un méga-projet de près de 225 milliards de francs CFA (343 millions d’euros), qui devrait être mis en chantier courant 2018 et livrer son premier lot de vêtements prêt-à-porter d’ici fin 2020. Le projet sera porté par une société d’économie mixte détenue à 45 % par l’État et à 55 %...
(Xinhua 07/02/18)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui prend la tête du G5 Sahel, a lancé un appel mardi, à l'occasion de l'ouverture du 4ème sommet des chefs d'Etats et de gouvernement de l'organisation, pour une opérationnalisation d'urgence de la force conjointe G5 Sahel. La force conjointe G5 Sahel est constituée des armées de la Mauritanie, du Mali, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger pour faire face à la recrudescence des attaques terroristes meurtrières et dévastatrices perpétrées par les mouvements djihadistes et autres terroristes, notamment dans les pays riverains du bassin du lac Tchad, au Mali et dans les Etats voisins. La rencontre de Niamey à laquelle prennent part les présidents des cinq pays membres, les représentants des partenaires et...

Pages