| Africatime
Dimanche 21 Décembre 2014
(AFP 20/12/14)
Le Burkina Faso, où une insurrection populaire a balayé fin octobre le président Blaise Compaoré, connaîtra une croissance de 5% en 2014 et 2015, en baisse de 1 à 2% par rapport aux prévisions, a estimé vendredi le Fonds monétaire international. La croissance, qui devait être de "6 à 7%", s'établira à "environ 5% en 2014 et 2015", a déclaré Laure Redifer, directrice adjointe du FMI pour l'Afrique, lisant un communiqué lors d'une conférence de presse tenue avec le ministre burkinabè de l'Economie et des Finances, Jean Gustave Sanon. "Les événements politiques de fin octobre ont exacerbé la situation existante mais ne constituent pas un élément majeur dans la révision des projections de croissance", a...
(AFP 20/12/14)
Cinq pays africains formant le "Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel)", réunis en sommet vendredi à Nouakchott, ont évalué à 15 milliards de dollars (près de 12,2 milliards d'euros) les besoins de financement pour leurs projets prioritaires pour trois ans, jusqu'à 2017. Le sommet des dirigeants du G5 Sahel, comprenant la Mauritanie, le Niger, le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso et le Tchad, "a retenu et adopté un programme d'investissement prioritaire pour la période 2015-2017, d'un montant de 15 milliards de dollars", a déclaré le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, également président en exercice du G5 Sahel, à l'issue de la rencontre. Aucun détail n'a été fourni sur les projets concernés par ces financements. Mais...
(RFI 20/12/14)
Des représentants du Tchad, Mali, Niger, Burkina Faso et de la Mauritanie étaient réunis vendredi 19 décembre à Nouakchott pour un sommet consacré aux questions de sécurité. Dans la soirée, la présidence mauritanienne a fait savoir que les cinq pays lancent un appel au Conseil de sécurité de l'ONU pour la mise en place d'une force internationale afin de « neutraliser les groupes armés ». C'est le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a lancé l'appel, en tant que...
(La Voix de l'Amérique 20/12/14)
Le Tchad, le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Burkina Faso, qui forment le "Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel)" - créé en février - saluent les tentatives des voisins de la Libye et de l'ONU pour "réunir les conditions d'un dialogue entre toutes les parties libyennes à l'exception des groupes terroristes reconnus comme tels". "Néanmoins, le G5 Sahel lance un appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour la mise en place, en accord avec l'Union...
(Burkina24 20/12/14)
La justice, c’est l’un des secteurs où des changements sont attendus à la faveur de l’insurrection populaire. Pour preuve, certains dossiers pourraient ressurgir durant la transition. Pour le syndicat burkinabè des magistrats, la volonté politique comptera beaucoup pour redorer l’image de la justice. Dans cette interview qu’il a accordée à Burkina 24, le Secrétaire général de ce syndicat, le juge Karfa Gnanou, s’est prononcé sur les attentes du syndicat pour cette période de transition et sur les sujets d’actualité comme...
(Burkina24 20/12/14)
Le bureau des étudiants de l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) a organisé ce jeudi 18 décembre 2014 une conférence autour de la contribution des journalistes dans la lutte contre la corruption au Burkina Faso. Animée par Bruno Kéré, juriste chargé du plaidoyer et lobbying au REN-LAC (Réseau national de lutte anti-corruption, la conférence organisé au profit des étudiants de l’ISTIC a porté sur le thème : lutte contre la corruption : rôle des...
(AFP 19/12/14)
Le Tchad, le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Burkina Faso ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationale "pour neutraliser les groupes armés" en Libye, à l'issue d'un sommet tenu vendredi à Nouakchott Ces pays, rassemblés au sein du "Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel)", saluent "les efforts déployés par les pays voisins" de la Libye et l'ONU "en vue de réunir les conditions d'un dialogue entre toutes les parties libyennes à l'exception des groupes terroristes reconnus comme tels", selon le communiqué final...
(Le Pays 19/12/14)
Dans sa volonté de participer à la construction des paradigmes socioéconomiques et politiques qui gouverneront le Burkina de demain, l’Association Faso action renouveau (FAR), née au lendemain de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre derniers, a organisé une journée de réflexion. Celle-ci s’est déroulée le jeudi 18 décembre 2014 à l’Université de Ouagadougou et avait pour thème, « les défis majeurs de la transition ». Dégager les grandes orientations de la transition au Burkina. C’est à cet exercice que s’attèle la toute jeune association Faso action renouveau (FAR), qui...
(Sidwaya 19/12/14)
Organisée par le Ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale (MASSN), la 10e édition du mois de solidarité a été officiellement lancée par le Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, le 18 décembre 2014, à Ouagadougou. Pour la dixième année consécutive, le ministère en charge de l’action sociale a sacrifié à la tradition en organisant le mois de solidarité, moment de partage et de promotion de la paix. La présente édition s’étend du 18 décembre 2014 au 17 janvier...
(Burkina24 19/12/14)
Salif Diallo, ancien ministre d’Etat de Blaise Compaoré et aujourd’hui premier vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), est revenu sur l’affaire Dabo Boukary. C’était lors d’un panel organisé par l’association Faso Action Renouveau (FAR), qui s’est déroulé ce 18 décembre 2014 sur les défis majeurs de la transition. Il dit être prêt à passer l’épreuve de la justice. Le 19 mai 1990, un étudiant en 7e année de médecine de l’Université de Ouagadougou, est porté disparu dans...
(L'Observateur Paalga 19/12/14)
Des délégations de la France et du Fonds monétaire international (FMI) ont été reçues en audience hier 17 décembre au palais de Kosyam par le président du Faso, Michel Kafando. Deux dames les y ont conduites. Il s’agit de la Conseillère Afrique du président français, Hélène Le Gal, et du Chef de division adjoint du département Afrique du FMI, Laure Redifer. Le moins que l’on puisse dire est qu’à Ouagadougou, la «Madame Afrique» de l’Elysée, Hélène Le Gal, n’est pas...
(L'Observateur Paalga 19/12/14)
Actualité oblige, au lendemain de la publication des arrêtés de suspension du CDP, de l’ADF-RDA et de la FEDAP-BC par le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS), c’est à un véritable marathon médiatique que s’est livré le SG dudit ministère, Sadou Sidibé, pour expliquer le bien-fondé de cette décision. Pour preuve, pendant qu’il nous recevait sous le coup de 13h hier 16 décembre dans son bureau pour une interview, le téléphone portable posé sur...
(Sidwaya 19/12/14)
Le Premier Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays participants au «processus de Nouakchott» sur la coopération sécuritaire dans la bande sahélienne, s’est ouvert dans la matinée du jeudi 18 décembre 2014 dans la capitale mauritanienne. Cinq chefs d’Etat dont le président du Faso, Michel Kafando, ont pris part à la cérémonie d’ouverture au Palais des Congrès de Nouakchott. Ils ont exprimé leur volonté de constituer une communauté du renseignement en vue de barrer la route au terrorisme...
(L'Observateur Paalga 19/12/14)
Même si ses performances sont globalement bonnes, le ministère de l’Economie et des Finances (MEF) n’a pu atteindre ses objectifs de mobilisation des ressources au titre de cette année 2014. Le ministre Jean Gustave Sanon a exhorté son personnel à redoubler d’efforts et à se munir d’un esprit de patriotisme et de professionnalisme pour relever les défis de 2015. C’était le 18 décembre 2014 à Ouagadougou, lors de l’ouverture des travaux de la deuxième session ordinaire 2014 du Conseil d’administration...
(Le Pays 19/12/14)
Lors d’une conférence de presse sur la situation financière du Burkina post-Blaise Compaoré, j’ai entendu le nouveau ministre de l’Economie et des finances, le successeur de Lucien Marie Noël Bembamba, dire que l’Etat ferait tout son possible pour payer la dette intérieure. Cette annonce m’a beaucoup plu, mais en même temps, elle m’a fait sourire. Elle m’a plu parce que je me suis dit qu’en acceptant de payer ses dettes, l’Etat permettra à beaucoup d’entrepreneurs de redécoller. Car, l’Etat est...
(Burkina24 19/12/14)
Le promoteur du SEMICA (Salon International de l’Energie des Mines et des Carrières) BELEMTOUGRI Innocent a tenu une conférence de presse ce vendredi 19 décembre 2014 au sein de l’agence BITEL Communication. L’objectif de la conférence était d’annoncer l’organisation de la prochaine Edition du SEMICA en 2015. Le Directeur Général de BITEL Communication a lors d’une conférence de presse tenue dans l’enceinte dudit établissement annoncé à la presse l’organisation de la 4ème Edition du SEMICA. Pour sa prochaine édition, le...
(APA 19/12/14)
Le Fonds monétaire international (FMI) s’est engagé à accompagner le Gouvernement de la transition au Burkina Faso dans l’élaboration du budget 2015, a appris APA de source proche du ministère burkinabè de l’Economie et des Finances. ‘'Nous sommes venus pour aider à préparer le projet de Budget de 2015 pour le rendre crédible et réaliste, exhorter les partenaires techniques et financiers à accélérer les engagements pour 2015. Il nous faut également faire une évaluation de la situation macroéconomique, car le...
(Burkina24 19/12/14)
« Décembre, c’est le mois des fêtes ». Dit-on. Mais, c’est aussi le mois où les secouristes déplorent de nombreux accidents de la circulation surtout à Ouagadougou. Pourquoi ? A cause du mauvais état des infrastructures routières seulement ? Isaak Traoré, moniteur dans une auto et moto école de la place, pense que non. Il nous donne quelques éléments de réponses sous forme de conseils afin d’éviter certains accidents de la circulation. Accidents « bêtes », parce que selon le...
(Le Faso 19/12/14)
A l’occasion du Premier sommet sur le processus de Nouakchott sur l’opérationnalité de l’architecture africaine de paix et de sécurité, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Michel KAFANDO, a rencontré les Burkinabè vivant en Mauritanie, le 17 décembre 2014, dans la capitale du pays. Le délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE), Ousséni SAWADOGO, a indiqué au président du Faso que l’on dénombre environ 300 compatriotes en Mauritanie. Ces Burkinabè, a-t-il indiqué, vivent dans la capitale, Nouakchott...
(L'Observateur Paalga 19/12/14)
Les protagonistes du terrain de sport communément appelé «Mogo ma mogo wélé», sis au secteur 12 (ex-Niéneta) de Bobo-Dioulasso, se sont de nouveau retrouvés mardi chez le gouverneur de la région des Hauts-Bassins ; une 3e rencontre qui visait cette fois à apporter des pièces à conviction sur le véritable destinataire de ce grand espace de plus de 20 000m2 (et non de 2 000m2 comme nous l’écrivions dans notre parution du mercredi 10 décembre 2014). A la lumière des...

Pages