Mercredi 20 Septembre 2017

Burkina: plusieurs milliers de personnes aux obsèques du président de l'Assemblée

Burkina: plusieurs milliers de personnes aux obsèques du président de l'Assemblée
(AFP 24/08/17)

Les obsèques du président de l'Assemblée nationale burkinabè, Salifou Diallo, décédé le 19 août à 60 ans, ont réuni jeudi plusieurs milliers de personnes à Ouagadougou, dont de nombreuses personnalités.

Plusieurs dizaines de personnalités, du président nigérien Mahamadou Issoufou au chef de l'Etat guinéen Alpha Condé, en passant par les présidents de parlements, d'institutions, des membres de gouvernements et des diplomates, ont assisté à la cérémonie au palais des sports, paré aux couleurs nationales et orné de plusieurs portraits de Salifou Diallo.

Faute d'avoir pu entrer, une foule s’est rassemblée sous un chapiteau à l’extérieur où elle a suivi sur un écran géant la diffusion de la cérémonie, également retransmise en direct par plusieurs chaines de télévision et radios.

Présent depuis plus de 30 ans au sein du pouvoir, Salifou Diallo était un personnage clé de la scène politique burkinabè.

Directeur de cabinet de Blaise Compaoré, alors ministre sous la révolution sankariste (1983-1987), M. Diallo a occupé ensuite plusieurs portefeuilles gouvernementaux pendant la longue présidence du "Beau Blaise" (1987-2014).

Finalement tombé en disgrâce, Salif Diallo entre en dissidence et fonde le MPP en janvier 2014, avec l’actuel président Roch Marc Christian Kaboré et d’autres barons du régime. Ils remporteront les élections présidentielle et législatives de novembre 2015.

Réputé pour son franc-parler et sa maîtrise des rouages politiques du pays, Salifou Diallo avait été élu à présidence du Parlement burkinabè en décembre 2015, puis à la tête du parti présidentiel en mars 2017.

Tour à tour, les personnalités et membres des délégations étrangères se sont inclinés devant son cercueil.

Rendant hommage à un "frère", le président Kaboré a salué "un homme de conviction, courageux, tacticien et résolument déterminé à gagner toutes la batailles qu'il engageait".

"Notre peuple pleure un de ses fils les plus illustres", a déclaré le chef de file de l'opposition, Zéphyrin Diabré.

"Ce n'est pas le Burkina Faso seul qui pleure la disparition de Salifou Diallo, c'est toute l'Afrique militante", a souligné le président nigérien Mahamadou Issoufou.

"Sans conteste Salifou Diallo, dont la vie a été faite de militantisme (...) et de persévérance, a fait l'histoire de notre pays", a estimé le vice-président du parlement burkinabè, Benewendé Sankara.

Dans un numéro spécial du "Mouvement", le journal du parti présidentiel, son vice-président, Simon Compaoré, a salué la mémoire d'un homme politique "rôdé aux péripéties de la lutte politique", "qui a marqué de façon indélébile sa génération, son époque et l'histoire politique du Burkina". "Sa disparition laisse un vide qu'il faudra que nous sachions combler".

Un deuil national de trois jours a été décrété mercredi par le président Kaboré.

A l'issue de la cérémonie qui a duré trois heures, la dépouille de Salifou Diallo a été conduite en direction de sa ville natale de Ouahigouya (nord) où il sera inhumé vendredi.

Commentaires facebook