| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(Agence d'information d'afrique centrale 18/04/17)
L’Afrique regorge de belles et encourageantes initiatives culturelles, mais les difficultés financières auxquelles sont confrontées les initiateurs de ces projets sont monnaies courantes. Et il est souvent dommage de constater que face à l’indifférence des acteurs culturels, mais aussi faute de soutien et de moyen, ces projets à fort potentiel s’arrêtent au beau milieu du chemin. C’est le cas, aujourd’hui, de l’école de danse EDIT. Créé en 2009 par la danseuse, chorégraphe et actrice burkinabé, Irène Tassembédo, EDIT est un établissement de formation artistique basé à Ouagadougou et dédié à la danse. De nombreux danseurs et créateurs de divers horizons qui la fréquentent ont trouvé dans cette structure une formation de haut niveau, qui leur...
(RFI 12/04/17)
Notre invité est un photographe entièrement autodidacte qui s'intéresse à l'Histoire. Le Burkinabè Warren Saré présente son travail sur les tirailleurs sénégalais, ces combattants des colonies engagés dans l'armée française, dans le cadre de « L'Emoi Photographique », un festival à Angoulême, dans l'ouest de la France. Warren Saré n'a pas fait d'école - à part l'école coranique - et encore moins d'école de photo. Il a commencé comme vendeur ambulant sur les marchés. Warren Saré est l'invité de Sébastien Jédor. « Ce qui m'intéresse dans la photographie c'est de pouvoir échanger avec les gens. Si j'avais eu la chance d'aller à l'école, j'aurais peut-être été historien ou écrivain, car tout mon travail est basé sur l'Histoire. »
(RFI 31/03/17)
On connaissait l’étalon d’or de Yennenga, 1er prix du FESPACO, le plus grand festival panafricain du cinéma. On pourra bientôt vivre, travailler, étudier, sortir et visiter la ville nouvelle de Yennenga. Elle sera construite à 15 km au sud de Ouagadougou. Un groupement de 5 cabinets d’architectes, 1 Burkinabè et 4 Français, vient de remporter le concours international pour la construction d’une partie de la ville nouvelle. C’est un projet qui bénéficie d’un partenariat public-privé, avec CGE Immobilier comme maître...
(BBC 27/03/17)
Sans Charles Kaboré, Alain Traoré, Bakary Koné, les Étalons se sont inclinés 2-0 face au Maroc qui jouait à domicile. L'équipe burkinabè a joué bas dans cette rencontre laissant les initiatives de jeu à l'équipe marocaine. Les étalons faisaient face à une équipe marocaine au complet . Le Burkinabès ont courbé l'échine à travers des réalisations de Faisal Fajr (35e) et Aziz Bouhaddouz (63e). Arrivé seulement ce vendredi, le gardien Hervé Kouakou Koffi a été remplacé dans les buts par...
(Burkina24 21/03/17)
La deuxième édition du « Dan’Fani Fashion week », le salon international de design textile africain, se tiendra du 25 mars au 1er avril 2017 au Musée national de Ouagadougou. « La transformation du coton, un défi pour l’Afrique » est le thème sous lequel des décideurs et acteurs de la chaîne du textile de coton se réuniront pour des échanges et des opportunités d’affaires. Une semaine durant, Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, vivra au rythme de la fête...
(APA 20/03/17)
Le promoteur de mode au Burkina Faso, Doris Dabiré, est décédé des suites d’un accident de la circulation à Ouagadougou, a-t-on appris dimanche auprès des médias locaux. Selon le média en ligne Afriyelba.net, Doris Dabiré, surnommé le «le capitaine de la mode burkinabè», est décédé à la suite d’un accident de la circulation survenu dans la nuit du 16 au 17 mars dernier, sur l’avenue France-Afrique, au sud de la capitale burkinabè. Transporté urgemment à l’hôpital de Tingandogo, encore appelé...
(Burkina24 13/03/17)
Sams’K Le Jah est un acteur actif de la société civile burkinabè et membre du mouvement Balai Citoyen. Le nord du Burkina Faso est l’objet d’une série d’attaques par des terroristes. Voici ce que l’artiste en pense. Sams’K Le Jah a une bonne impression sur le nord du Burkina Faso. Il y était il y a quelques années, notamment dans les localités de Gorom-Gorom et d’Oursi. « C’est un endroit super bien, contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent...
(Burkina24 08/03/17)
La Représentation nationale burkinabè veut légiférer sur le FESPACO pour éviter qu’il ne devienne une propriété privée ou qu’il soit organisé par un autre pays que le Burkina. L’association de l’image de l’Assemblée nationale à celle du FESPACO 2017 avec à la clé le prix spécial « Démocratie et liberté » d’une valeur de 10 millions de F CFA n’est pas fortuite. « Dans le plan stratégique de l’Assemblée nationale, dans l’axe 2, la question du rayonnement et de la...
(Agence Ecofin 07/03/17)
La 25ème édition du FESPACO, Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, s’est clôturée ce samedi 4 mars par la cérémonie de remise des prix dévoilant le palmarès officiel. À cette occasion, CANAL+, partenaire privilégié du cinéma africain et du FESPACO, félicite le comité d’organisation de ce festival et tous les talentueux candidats de cette sélection officielle. CANAL+ se réjouit du palmarès, attribuant de prestigieuses récompenses à des films et séries ayant bénéficié d’un financement et d’un...
(Jeune Afrique 06/03/17)
C’est donc Alain Gomis, le grand favori, qui a remporté samedi 4 mars à Ouagadougou l’Étalon d’or de Yennenga du 25e Fespaco pour son film Félicité. Mais d'autres œuvres auraient elles aussi mérité un Étalon. revue de détail. Le jury présidé par l’ancien responsable du Centre cinématographique marocain Nouredddine Saïl a très logiquement couronné à l’issue de la biennale ce 4e long métrage du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis, qui vient par ailleurs de recevoir l’Ours d’argent au festival de Berlin,...
(APA 06/03/17)
Le Burkina Faso a eu moins de prix à la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), comparativement à l’édition précédente (2015) de la biennale, a-t-on appris à l’issue du palmarès livré samedi. Selon le palmarès complet parvenu à APA dimanche, le Burkina Faso qui était en compétition avec 18 films (toute catégories confondues) n’a eu que deux prix officiels. Il s’agit de «La forêt du Niolo» du réalisateur Adama Roamba qui a...
(Le Monde 06/03/17)
Lauréat de la 25e édition du festival de Ouagadougou avec son film « Félicité », le Franco-Sénégalais a livré sa vision du cinéma aux étudiants de la capitale. Par Morgane Le Cam (contributrice Le Monde Afrique, Ouagadougou) Alain Gomis face aux étudiants en cinéma de Ouagadougou. Masterclass à l'ISIS pendant la 25e édition du Fespaco. Il faut descendre quelques marches pour atteindre l’espace grisâtre et sans fenêtre. Il faut aussi jouer des coudes pour se faire une place. A l’Institut...
(RFI 06/03/17)
Son «Orage africain» s’est transformé au Fespaco en tempête cinématographique. Pendant une semaine et à chaque projection de «L’Orage africain, un continent sous influence», le réalisateur béninois Sylvestre Amoussou n’a cessé de répéter : «Les dirigeants occidentaux ont encore la mainmise sur l’économie africaine et décident à notre place. Ce n’est plus possible.» Au Festival panafricain du cinéma africain, son manifeste cinématographique contre le néocolonialisme économique du XXIe siècle a décroché le samedi 4 mars le prestigieux prix de l’Étalon...
(APA 06/03/17)
L’étudiante en médecine, Aïda Sidibé, 22 ans, a été élue Miss Universités 2017 au Burkina Faso, a-t-on appris, dimanche auprès des organisateurs. Inscrite en première année de médecine à l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, elle succède ainsi, à Carine Yanogo, Miss Universités de la précédente édition. Selon les organisateurs, Aïda Sidibé s’est démarquée de ses camarades par sa beauté et surtout par son speech qui a porté sur le thème : «Burkina Faso, la destination à ne pas manquer»...
(RFI 05/03/17)
La venue du président ivoirien Alassane Ouattara pour la clôture du festival de cinéma de Ouagadougou n'est pas anodine. Depuis l'insurrection populaire burkinabè et quelques épisodes retentissants comme ceux des écoutes téléphoniques entre le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro et le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibril Bassolé, les relations des deux pays frères et voisins n'étaient pas des plus simples. Aujourd'hui, avec la Côte d'Ivoire comme pays invité d'honneur, des gages concrets de réconciliation sont échangés. Dans la trilogue de la réconciliation ivoiro-burkinabè, après l'épisode sur l'investiture de Roch Marc Christian Kaboré en décembre 2015...
(AFP 05/03/17)
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a exhorté samedi les Africains à travailler pour faire "émerger" une industrie cinématographique en Afrique à l'occasion de la clôture du 25è Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). "Il faut travailler à faire émerger une industrie cinématographique en Afrique. C'est un défi et nous allons nous attacher à travailler pour que cela soit une réalité", a déclaré M. Kaboré. Le dirigeant burkinabè s'exprimait en marge de la cérémonie...
(AFP 05/03/17)
Après un Ours d'argent à Berlin il y a deux semaines, l'Etalon d'or samedi au Fespaco: "Félicité", du Sénégalais Alain Gomis, récit de la vie difficile d'une chanteuse de bar de Kinshasa collectionne les récompenses du cinéma mondial. "C'est un grand honneur de recevoir ce trophée pour la deuxième fois", a déclaré Alain Gomis qui avait déjà reçu la récompense suprême du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou avec "Tey" en 2013. Il est le deuxième...
(AFP 04/03/17)
Le film malien "Wùlu" a remporté le prestigieux prix Ousmane-Sembène du 25e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), et Frontières (Burkina) a reçu deux prix institutionnels panafricains lors de la cérémonie des prix spéciaux vendredi. Du réalisateur franco-malien Daouda Coulibaly, "Wùlu", un des favoris pour le prestigieux Etalon d'or qui sera décerné samedi lors de la clôture du festival, retrace l'ascension d'un jeune trafiquant de drogue tout en dépeignant les maux du Mali. Il s'est...
(RFI 04/03/17)
Le Fespaco 2017 s'achève ce samedi 4 mars à Ouagadougou, avec la divulgation de son palmarès dans l'après-midi. RFI revient sur cette 25ème édition en compagnie du cinéaste helvetico-burkinabè Berni Goldblatt, auteur d'un film très remarqué : Wallay, l'histoire d'un adolescent français que son père envoie au Burkina Faso au village retrouver ses racines. « C’est la deuxième édition [du Fespaco] depuis la chute de Blaise [Comparoé]. […] Elle se passe bien, je vois énormément de monde dans les salles,...
(RFI 03/03/17)
Quel avenir pour le cinéma africain ? Quel regard les jeunes cinéastes et leurs aînés portent sur le présent et l'avenir du 7e art sur le continent ? Le débat est ouvert dans le forum d'Appels sur l'actualité à l'occasion du Fespaco à Ouagadougou.

Pages