Mouvement d’humeur à la police | Africatime
Jeudi 27 Avril 2017

Mouvement d’humeur à la police

Mouvement d’humeur à la police
(Sidwaya 20/04/17)

L’hebdomadaire Conseil des ministres tenu, hier mercredi 19 avril 2017, au palais présidentiel de Kosyam a statué sur plusieurs dossiers dont la grogne des éléments de la Compagnie républicaine de sécurité.

Le mouvement d’humeur des personnels de la police nationale s’est invité aux débats lors du Conseil des ministres d’hier mercredi 19 avril 2017 au Palais de Kosyam. Selon le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré, a fait au Conseil le point de la situation et les démarches déjà entreprises, notamment un audit sur la gestion des fonds qui est en cours. « Le ministre de la Sécurité a eu une rencontre avec les policiers au cours de laquelle il leur a demandé de reprendre le travail en attendant les résultats de l’enquête. Le Conseil s’est donc gardé de prendre des décisions allant dans le sens de sanctions. Mais si la plainte des policiers est justifiée, réparation leur sera faite et des sanctions seront prises à l’encontre des fautifs. En attendant, le gouvernement demande aux mécontents d’avoir foi aux engagements du ministre de la Sécurité », a-t-il déclaré. Aussi un projet de décret est-il en préparation pour réguler la question des services payés de la police nationale. A en croire le porte-parole du gouvernement, cette tâche devrait être rétrocédée, à long terme, à des prestataires privés afin de permettre à la police nationale de se consacrer à ses missions prioritaires. Plusieurs dossiers ont été examinés au cours de cette rencontre hebdomadaire. Ainsi, au ministère des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, le Conseil a adopté un projet de loi portant autorisation de ratification de la convention du conseil de l’Europe sur la contrefaçon des produits médicaux et des infractions similaires, préjudiciables à la santé. Signée le 28 octobre 2011 à Moscou, cette convention, si elle est acceptée par l’Assemblée nationale, permettra au Burkina Faso de se doter d’une loi pour réprimer la contrefaçon dans le domaine de la santé. « Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement, deux décrets ont été adoptés en vue de la création et du fonctionnement du comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) », a renseigné le porte-parole de l’exécutif. Ces dispositions, selon le ministre Dandjinou, visent à adapter cette organisation aux normes et standards internationaux de 2016 de même qu’une meilleure prise en compte des questions environnementales. Un autre rapport portant sur la situation contentieuse de deux immeubles appartenant à l’ex- Compagnie Air Afrique a également été examiné. « Le Conseil a instruit les ministres concernés à prendre toutes les dispositions pour régler définitivement ce contentieux impliquant l’Etat burkinabè, la banque de l’habitat, le liquidateur de l’entreprise, afin que ces immeubles soient exploités dans le cadre de la mise en place de la banque agricole, décidée par le gouvernement », a dit M. Dandjinou. Au département des infrastructures, le bitumage des 50 kilomètres de routes à Gaoua pour la commémoration de la fête nationale de l’indépendance 2017 a retenu l’attention du Conseil des ministres. A cet effet, le gouvernement a autorisé un marché de gré à gré.

Beyon Romain NEBIE

Commentaires facebook