Vendredi 24 Novembre 2017

Burkina : la production cotonnière en dessous des prévisions

Burkina : la production cotonnière en dessous des prévisions
(La Tribune 11/11/17)

Les responsables de la Société burkinabè des fibres textiles ont communiqué ce jeudi 09 novembre 2017 les chiffres sur la production cotonnière du Burkina Faso. Il en ressort que le pays a récolté 553.000 tonnes de coton au cours de la campagne cotonnière 2017-2018, soit une baisse de 13% par rapport aux prévisions initiales de 650.000 tonnes.

La production cotonnière au Burkina Faso n'est pas encore satisfaisante cette année. Selon les chiffres communiqués par la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), la récolte au cours de la campagne 2017-2018 s'est élevé à 553.000 tonnes de coton. Cette production quoi qu'importante, représente une contre-performance de 13% par rapport aux prévisions initiales qui étaient de 650.000 tonnes. La Sofitex explique que ces mauvais résultats sont dus à une mauvaise pluviométrie et une invasion des insectes. Mais d'autres facteurs influencent aussi la production.

Pour certains observateurs, il ne faut pas perdre de vue qu'avec une production destinée à 97% à l'exportation, la filière a une dépendance assez forte vis-à-vis de l'évolution du prix mondial. Aussi Aimé Bationo, journaliste burkinabé, souligne que « D'autres contraintes sont liées au faible taux d'alphabétisation des producteurs, aux prix élevés des intrants, à la mauvaise pluviométrie, à l'enclavement des zones de production (état de défectuosité et insuffisance de pistes rurales...) engendrant des coûts de transport élevés, à l'insuffisance des infrastructures villageoises (magasins, silos, centre de formation, etc.)... ». Selon lui, pour maintenir une production constante et à la hauteur des ambitions du pays, il faudra déployer beaucoup d'efforts pour le développement des infrastructures rurales, l'appui en équipement, l'amélioration de la productivité et de la qualité de la fibre, la recherche et l'innovation technique pour améliorer la rentabilité et la compétitivité de la filière.

Lire la suite sur: http://afrique.latribune.fr/entreprises/agriculture/2017-11-10/burkina-l...

Commentaires facebook