Jeudi 21 Septembre 2017

Au Burkina Faso, l’héritage de la vie monastique française

Au Burkina Faso, l’héritage de la vie monastique française
(La Croix 18/05/17)
Le monastère bénédictin de Koubri.

LES ATOUTS DE LA FRANCE/PREMIÈRE SEMAINE : UNE FRANCE QUI INSPIRE (4/5) Tout au long de la semaine, « La Croix » présente des personnalités qui témoignent du rayonnement de la France au-delà de ses frontières.
Fondé il y a 54 ans par des Français, le monastère bénédictin de Koubri a su allier héritage français et tradition locale, pour vivre une expérience de prière, de travail et d’accueil.

Il faut s’échapper de Ouagadougou par le sud. Parcourir une trentaine de kilomètres et s’arrêter à Koubri, petite ville connue pour ses barrages, ses fromages et son monastère. Le domaine bénédictin, 230 hectares, est une institution, avec d’un côté les moines de Saint-Benoît et de l’autre les moniales de Notre-Dame. Entre les arbres, des pistes de terre inondées les relient.

En ce jour de la mi-avril, une cloche sonne l’office de sexte. Sœur Henriette, 66 ans, regarde sa montre. « C’est bientôt l’heure. Ça, c’est l’héritage de la France : nous prions aux mêmes horaires que dans les monastères français », s’exclame-t-elle, souriante.

Un monastère fondé par cinq moniales de Valognes

Marie-Henriette Kalmogo a reçu une éducation catholique à Ouagadougou, avant de rejoindre Paris, grâce à une bourse, pour terminer ses études. « J’ai travaillé un an à la Société générale. Comme j’aspirais déjà à la vie monastique, j’en ai profité pour aller visiter l’abbaye de Valognes. Leur accueil a été formidable. Je me suis sentie à l’aise chez les bénédictines. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. »

Cette abbaye bénédictine de la Manche avait déjà répondu à l’appel de l’archevêque de Ouagadougou d’une présence monastique dans son diocèse, en fondant, dès 1963, le monastère des sœurs de Koubri. Marie-Henriette l’avait visité dans sa jeunesse et son passage à l’abbaye de Valognes conforte sa vocation : elle retourne au Burkina Faso et entre au monastère de Koubri en 1973.

Commentaires facebook