Mardi 12 Décembre 2017

Botswana: la réponse au HIV à un carrefour (officiel de l'ONU)

Botswana: la réponse au HIV à un carrefour (officiel de l'ONU)
(Xinhua 24/07/15)

Comme exemple de la réponse apportée à la lutte contre le VIH par un pays en voie de développement, le Botswana a fait d'importants progrès mais continue de faire face à des problèmes, a déclaré mercredi le directeur pays d'UNAIDS au Botswana, Sun Gang, à Xinhua.

Le pays est aujourd'hui à un carrefour pour la réponse durable apportée au VIH. Réussir à réduire ces goulots d'étranglement élèvera le pays à un niveau supérieur et contribuera à mettre fin à l'épidémie du VIH/Sida. Le cas contraire, il menacera les réalisations du pays, inversera la tendance et nuira aux efforts internationaux pour combattre le VIH, a déclaré le directeur dans une interview.

En 2014, UNAIDS a annoncé que l'adoption d'une approche accélérée au cours des cinq prochaines années permettra au monde de mettre fin à l'épidémie du Sida d'ici 2030.

Cette stratégie présente une série d'objectifs qui devront être atteints d'ici 2020, comme par exemple 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut HIV; 90 % des personnes qui connaissent leur statut positif au VIH sous traitement; et 90 % des personnes sous traitement avec des charges virales supprimées.

Le VIH/Sida est un problème de santé publique grave au Botswana, qui affiche le troisième taux de prévalence du VIH le plus élevé de la région après le Swaziland et le Lesotho, selon M. Sun.

D'après la 4ème étude sur l'impact du Sida au Botswana (BAIS) menée en 2013, le taux national de prévalence du VIH s'élève à 16,8 %, soit moins qu'en 2008 où il était de 17,6 %.

Le gouvernement botswanais a beaucoup investi dans la lutte contre le VIH et le Sida, a indiqué M. Sun, ajoutant que 60 % à 70 % de tous les fonds dépensés chaque année dans les programmes du VIH du pays proviennent du gouvernement, soit la proportion la plus élevée des pays africains.

Le Botswana a également fait de grands progrès dans la lutte contre la transmission mère-enfant (PMTCT). Alors qu'une femme sur trois est HIV positive au Botswana, seuls 2,2 % des enfants nés de mères positives au VIH ont été contaminés par le virus, a indiqué le directeur.

Le pays riche en diamants a introduit les services PMTCT en 1999. Plus de 95 % des femmes enceintes reçoivent des soins maternels via les services de santé publique, et le gouvernement a institué des tests HIV de routine dans le cadre des soins prénataux.

Le Botswana a également été le premier pays africain à avoir promis à ses citoyens un accès gratuit aux soins HIV. Les statistiques d'UNAIDS ont indiqué qu'en 2013, la couverture des antirétroviraux (ARV) de tous les adultes et enfants contaminés était d'environ 69 % et 84 % respectivement.

Mais des problèmes demeurent. Un des problèmes est le comportement face à la maladie, selon le directeur. La connaissance des jeunes du HIV doit être améliorée. UNAIDS encourage également le dépistage de plus de Botswanais.

Enfin, M. Sun a appelé le gouvernement à renforcer les systèmes de santé, notamment la gestion de la chaîne d'approvisionnement et des achats, et à établir un mécanisme de responsabilité lors de la mise en place des politiques.

"Le Botswana a connu un bon départ et son potentiel est bon pour élargir la couverture des soins HIV, car les soins contribuent également beaucoup à la prévention des nouvelles contaminations HIV s'ils sont bien gérés. Cela et de meilleurs programmes de prévention permettront à la réponse HIV du Botswana d'être durable", a-t-il conclu.

Commentaires facebook