Dimanche 10 Décembre 2017

Le président botswanais invite Mugabe à démissionner (lettre)

Le président botswanais invite Mugabe à démissionner (lettre)
(APA 21/11/17)
Le président du Botswana Ian Khama

APA - Gaborone (Botswana) - Le président du Botswana Ian Khama, dans une lettre ouverte dont APA a reçu copie mardi, invite son homologue zimbabwéen, Robert Mugabe, à démissionner, conformément ‘’aux souhaits’’ de ses compatriotes.

"Je vous écris cette lettre ouverte qui, je le sais, n’est pas la méthode normale de communication entre dirigeants. Monsieur le Président, je vous écris pour vous prier d’être sensible aux souhaits du peuple du Zimbabwe et de faire amende honorable en abandonnant volontairement le pouvoir en tant que président du Zimbabwe".

Il ajoute dans sa correspondance : "Mon appel est rendu nécessaire par la situation sans précédent qui se déroule actuellement au Zimbabwe, par laquelle votre propre parti, le ZANU-PF appelle à votre démission immédiate et est en train d’acter votre destitution".

Selon Khama, le peuple du Zimbabwe a longtemps été soumis à des souffrances indicibles en raison de la mauvaise gouvernance sous le régime de Mugabe.

"Je suis donc convaincu que votre départ de la présidence entraînera une nouvelle ère politique qui ouvrira la voie au redressement socio-économique tant voulu au Zimbabwe", poursuit la lettre.

‘’Je réitère donc, souligne Khama, mon appel à vous retirer honorablement, si vous vous souciez vraiment d’eux, comme vous le dites, et si vous ne pouvez pas le trouver en vous, alors, en tant que chrétien, faites-le dans le l’esprit de notre Seigneur, afin d’inaugurer une nouvelle ère pour l’unité, la paix et la prospérité pour les Zimbabwéens, pour permettre à votre pays d’être la puissance économique qu’il est capable d’être".

Insistant sur la nécessité pour Robert Mugabe de démissionner, comme le lui demandent son parti, la ZANU-PF, et la plupart de ses compatriotes, il a dit qu’il serait dommage qu’on soit obligé de le destituer. Agir de la sorte, estime Khama, cela salirait l’héritage de Mugabé qui a été à la tête du pays depuis la lutte de libération.

Sur la même lancée, il a estimé que la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ne devrait pas se mêler de la situation politique actuelle au Zimbabwe mais plutôt laisser aux citoyens de ce pays le soin de résoudre leurs problèmes internes.

Personnellement, le Président Ian Khama du Botswana a annoncé le 6 novembre dernier qu’il démissionnerait de son poste, à l’expiration de son mandat actuel, le 31 mars 2018.

Commentaires facebook