Mardi 27 Juin 2017

Faute de moyens financiers, le Botswana abandonne l’acquisition de la mine de nickel Nkomati

Faute de moyens financiers, le Botswana abandonne l’acquisition de la mine de nickel Nkomati
(Agence Ecofin 13/10/16)
Les employés de Norilsk Nickel.

Le Botswana a décidé de se rétracter quant à l’acquisition d’une participation de 50% dans la mine de nickel Nkomati gérée par Norilsk Nickel, en Afrique du Sud, car il « ne peut pas se permettre de s’acquitter du prix de la transaction » estimé à 279 millions $.

« Notre principale préoccupation est d’où viendra l’argent », a déclaré Khaulani Fichani, le président de la BCL, compagnie minière appartenant à l’Etat.

En 2014, la BCL a accepté d’acheter 50% de la mine de nickel Nkomati et 85% de Tati Nickel Mining situé au Botswana et également propriété de Norilsk, le plus grand producteur mondial du métal, pour une somme totale de 337 millions $. La société a déclaré en avril, qu’elle lèvera 250 millions $ d’une vente d’obligations pour aider à financer les achats.

Par ailleurs, le ministre des ressources minérales, Sadique Kebonang, a déclaré samedi que les mines de cuivre et de nickel non rentables de la compagnie ont été fermées ce mois-ci, et une procédure de liquidation a été entamée. Les acquisitions étaient un moyen pour le pays de continuer le traitement des métaux à partir d’autres opérations compte tenu du fait que ses propres opérations tendent vers la fin de leur durée de vie.

Nkomati, situé dans la province de Mpumalanga, est le seul producteur de nickel primaire en Afrique du sud et recèle 241 Mt de ressources mesurées et indiquées à une teneur moyenne de 0,35% de nickel avec 0,14% de cuivre contenu. Quant à la mine Tati, elle recèle 239 Mt de ressources mesurées et indiquées à une teneur moyenne de 0,22% de nickel avec 0,22% de cuivre contenu.

Louis-Nino Kansoun

Commentaires facebook