Jeudi 29 Juin 2017
(Jeune Afrique 27/06/17)
Les mis en cause dans la plus célèbre affaire d’escroquerie de l’histoire du Bénin comparaissent devant la Cour d’assises de Cotonou mardi 27 juin. Un procès très attendu, et qui fixera les victimes sur l’éventualité d’actions en remboursement ou en indemnisation des placements qu’elles ont effectués entre 2006 et 2010. Vingt personnes sont appelées à la barre, à partir de ce mardi 27 juin, dont six en détention provisoire depuis plus de sept ans. Elles sont poursuivies pour association de malfaiteurs, escroquerie avec appel au public, exercice illégal d’activités bancaires et de micro-finance, et pour corruption et subornation de témoin. La Cour se prononcera notamment sur le sort des accusés, et ce n’est qu’après cette...
(RFI 27/06/17)
L'ancien président de la Cour suprême Abraham Zinzindohoué a été élu nouveau président du parti la Renaissance du Bénin, lors d'un congrès contesté à Abomey. Tenu par le camp des frondeurs qui appellent toutes les personnalités exclues ou qui ont quitté le parti ces derniers temps à revenir, ce congrès a aussi entériné l'exclusion du président du mouvement Lehady Soglo, fils de l'ancien chef de l'Etat Nicéphore Soglo. Une décision qui avait déjà été annoncée il y a un mois. Que reprochaient les frondeurs de la Renaissance du Bénin (RB) à Léhady Soglo, le président du parti ? « On lui reproche la gestion autoritaire, cavalière, la mauvaise gestion des hommes, le refus d’organiser le congrès, le refus de mettre...
(Jeune Afrique 27/06/17)
Économiste, banquier d'affaire, patron d'un fonds d'investissement, ex-premier ministre et candidat à la présidence : à 61 ans, Lionel Zinsou a tout fait ou presque. Il est aujourd'hui le président de la fondation AfricaFrance, mais n'a pas pour autant perdu la politique de vue. « Réussite », l’émission coproduite par le groupe Jeune Afrique, Canal + et Galaxie presse a rencontré cet « afroptimiste ». Né à Paris d’un père béninois et d’une mère française, Lionel Zinsou a grandi dans...
(RFI 27/06/17)
Suite de notre série de reportages sur les liens entre le Bénin et le Nigeria. Le Nigeria est un gros producteur de films, une industrie baptisée «Nollywood». Les films en langue yoruba se déversent sur le marché béninois. Reportage à Porto-Novo, la capitale du Bénin, à une dizaine de kilomètres de la frontière, où ils sont très populaires.
(RFI 24/06/17)
Au Bénin, la bataille juridique pour le contrôle du parti de la Renaissance du Bénin (RB) continue. Vendredi 23 juin, la justice a repoussé au mardi 27 son délibéré. Elle avait été saisie en référé jeudi par le camp de Lehady Soglo, le président exclu par 20 membres dissidents du bureau politique. Le camp Soglo voulait empêcher la tenue du congrès. Il aura donc bien lieu à Abomey, fief de la RB. Les frondeurs vont donc tenir leur congrès ce week-end pour d'une part entériner l'exclusion de Lehady Soglo et d'autre part choisir un nouveau...
(RFI 24/06/17)
De très nombreuses sortes de pagne coexistent en Afrique. La variété des motifs et l’éclat des couleurs, les techniques d’impression et de teinture en ont fait un art textile riche de significations. Le tissu et le vêtement en sont des moyens d’expression culturelle dans les villes ou les villages. Chaque moment important de la vie, chaque catégorie de population, chaque corps de métiers avaient un motif qui leur est particulier. L’Afrique occidentale en particulier à toujours eu les techniques de...
(RFI 24/06/17)
Au Bénin, les réformes économiques lancées par le président Patrice Talon sont loin de faire l'unanimité. L'opposition et les syndicats parlent de «privatisations sauvages». Dernière illustration, le mouvement autour du port de Cotonou, qui était en grève deux jours cette semaine. Le port rapporte 80 % des recettes fiscales du pays et le gouvernement veut en confier la gestion à un mandataire privé, tout en assurant qu'il ne s'agira ni d'une privatisation, ni d'une concession. RFI reçoit Pascal Todjinou, président...
(Le Monde 23/06/17)
Les syndicats dénoncent les liquidations et les privatisations engagées par le chef de l’Etat depuis son arrivée au pouvoir en mars 2016. Par Hermann Boko et Olivier de Souza (contributeur Le Monde Afrique, Cotonou) Le 22 juin 2017 à Cotonou, manifestation contre les réformes libérales mises en place par le président Talon depuis son élection en mars 2016. Un vent d’inquiétude et de contestation souffle depuis quelques jours sur Cotonou. Jeudi 22 juin, dans la matinée, plusieurs centaines de personnes...
(Jeune Afrique 23/06/17)
Ce jeudi, des forces sociales et politiques, réunies au sein d’un Front de sursaut patriotique, ont investi les artères de Cotonou pour protester contre les politiques jugées antisociales du gouvernement Talon et l’affairisme au sommet de l’État. Une épée de Damoclès pesait lourdement sur cette journée du jeudi 22 juin à Cotonou. Mais plus de peur que de mal. Les membres du Front de sursaut patriotique (FSP) ont défilé sans encombre dans les rues de Cotonou, scandant et brandissant des messages hostiles au gouvernement...
(RFI 23/06/17)
Au Bénin, le Front pour le sursaut patriotique (FSP), qui rassemble une vingtaine d'organisations, a pu organiser sa manifestation jeudi matin à Cotonou. Plusieurs centaines de personnes ont défilé dans le calme. Le préfet avait interdit cette marche et celle des partisans du président Patrice Talon qui voulaient aussi manifester le même jour, mais il a dû retirer son arrêté sur ordre du chef de l'Etat qui a par ailleurs demandé à ses partisans de ne pas se rassembler. Le...
(Le Point 23/06/17)
L'homme d'affaires béninois Patrice Talon, devenu en mars 2016 président du Bénin, n'a décidément pas de chance. Élu sur un programme économique qui se veut réformateur, aujourd'hui la plupart de ses propositions ne passent pas. Déjà recalé sur son projet de modification de la Constitution, dont le mandat présidentiel unique, il pourrait connaître la même débâcle sur sa décision de confier la gestion du port de Cotonou, poumon économique du pays, à un mandataire privé. Du côté du gouvernement, on...
(RFI 23/06/17)
Au Bénin, il y aura bien un congrès de la Renaissance du Bénin, la RB, ce week-end. C'est en tout cas ce qu'ont affirmé les «frondeurs» lors d'une conférence de presse ce mercredi. Il y a un mois, une vingtaine de membres du bureau politique avaient exclu le président de cette formation, Lehady Soglo. Ils lui reprochaient principalement de ne pas avoir organisé le congrès prévu en 2015. Le camp Soglo a saisi la justice pour empêcher la tenue de...
(Jeune Afrique 23/06/17)
Évincé de la présidence de la Renaissance du Bénin, le parti créé par sa mère en 1992, le maire de Cotonou considère que le chef de l’État n’est pas étranger à ses récents ennuis. Ce 29 mai à Cotonou, c’est sans ses fines lunettes ovales que Rosine Soglo, l’ancienne première dame, se présente face à la presse. Gênée par de sérieux problèmes de vue, l’épouse de l’ex-président Nicéphore Soglo peine à ouvrir les yeux, mais tient à défendre l’honneur de...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Les incertitudes de la situation économique mondiale, les difficultés de l’Afrique centrale dues à la baisse du prix du pétrole et les progrès de l’intégration commerciale en Afrique de l’Ouest suscitent à nouveau une réflexion sur l’avenir de la Zone franc. Celle-ci a plus de cinquante années d’existence et a connu de nombreuses réformes qui, tout en laissant subsister les principes de base — fixité du taux de change des francs CFA et garantie de disponibilité des devises grâce aux...
(Jeune Afrique 20/06/17)
Après 24 jours de folles rumeurs, le président Patrice Talon, de retour à Cotonou dimanche, a tenu à faire la lumière sur les raisons de son absence prolongée du pays et sur son état de santé. Un acte de transparence très peu courant dans la gouvernance publique en Afrique. Très peu habitués à voir des informations officielles circuler sur l’état de santé de leurs gouvernants, les Béninois étaient quelque peu surpris, ce lundi 19 juin 2017, de découvrir un communiqué...
(RFI 19/06/17)
Les Béninois ont retrouvé leur président. Patrice Talon est rentré à Cotonou dimanche 18 juin en fin d'après-midi. Le chef de l'Etat était parti depuis plus de trois semaines. En l'absence de communication officielle, les réseaux sociaux ont nourri la polémique. Retour en toute discrétion pour Patrice Talon. Arrivé de Paris un peu après 17h par un vol privé, avec son épouse, le chef de l'Etat n'a fait aucune déclaration. Il aura été absent un peu plus de trois semaines...
(RFI 18/06/17)
Au Bénin, les syndicats des travailleurs publics du port de Cotonou appellent à une nouvelle grève de 72 heures, la semaine prochaine, probablement à partir de jeudi 22 juin, après avoir débrayé pendant deux jours. Ils demandent au gouvernement de revenir sur sa décision de confier la gestion du port à un privé. Lors de la grève, les activités ont été perturbées, même si un service minimum a été assuré. Après 48 heures de grève d'avertissement, les cinq syndicats de la plateforme portuaire se disent prêts pour le bras de fer, jusqu'à ce qu'ils aient gain de cause.
(Jeune Afrique 17/06/17)
La campagne de récolte (novembre à juin) qui vient de s'achever a vu la production de coton atteindre de nouveaux records selon des chiffres communiqués par le gouvernement à Cotonou. Au Bénin, la filière coton, pilier de l’économie nationale, vient de boucler une campagne inédite de récolte du coton. L’or blanc béninois n’avait plus connu pareille ascension depuis très longtemps : 453 012 tonnes ont été collectées dans les champs des producteurs au titre de l’année 2017, selon les chiffres...
(RFI 17/06/17)
Entre le Bénin et le Nigeria, la méfiance est affichée. Pourtant, en réalité, ces deux pays collaborent énormément. A priori, tout sépare le Bénin et le Nigeria. Le Bénin compte à peine dix millions d'habitants. Le Nigeria presque vingt fois plus. Ex-colonie française, le Bénin est francophone, alors que le Nigeria est anglophone. A cette barrière linguistique s'ajoutent les forts préjugés qui existent de part et d'autre. « Nous sommes terrorisés à l'idée de mettre les pieds de leur côté...
(Le Monde 17/06/17)
Selon les premiers témoignages, la vitesse excessive du car serait à l’origine de l’accident survenu à Okounfo, à environ 200 km de Cotonou. Par Olivier de Souza (contributeur Le Monde Afrique, Cotonou) Mardi 13 juin, il sonnait 4 heures du matin lorsqu’un grand bruit réveilla la petite agglomération d’Okounfo, située à environ 200 km de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Le train Cotonou-Parakou de la société Béninrail, filiale du groupe français Bolloré, venait d’entrer en collision avec un bus...

Pages