Dimanche 22 Avril 2018
(APA 28/03/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Les présidents sénégalais, Macky Sall, nigérien, Mahamadou Issoufou, et l’ex-chef de l’Etat béninois, Yayi Boni, sont cités comme témoins au procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso. La citation a été faite par l’avocat du général Djibrill Bassolé, Me Bonkoungou, qui a également cité comme témoins Gilles Thibault (ancien ambassadeur de France au Burkina), Tulinabo Mushingi (ancien ambassadeur des USA au Burkina). Sur les 11 noms qui constituent la liste des témoins du général Diendéré, personne n’a comparu. Me Bonkoungou a relevé qu’il appartient au parquet...
(AFP 27/03/18)
En créant son propre parti en vue de la présidentielle de 2020, l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon sort de l'ombre et affronte en face à face son rival en politique et en affaires, le président Patrice Talon. Hormis leurs milliards - ils représentent les deux plus grandes fortunes du Bénin -, les deux ennemis n'ont pas grand-chose en commun. Ajavon, surnommé "le roi du poulet", a fait fortune dans l'agroalimentaire en développant la société familiale de produits surgelés. Il reste aux yeux du grand public un "homme du terroir", proche du peuple. Quant à lui, Patrice Talon, fils de cheminot qui ne doit son ascension qu'à lui-même, apparaît plus distant. Il n'a pas hésité à se rendre au bureau de...
(Jeune Afrique 26/03/18)
L’Union Sociale Libérale (USL), la formation politique de l'homme d'affaires béninois, Sébastien Ajavon, a été lancée samedi 24 mars à Djeffa, près de Cotonou. L’homme d’affaires, arrivé 3e à la présidentielle de 2016, est officiellement devenu chef de parti et se positionne désormais comme un challenger face à la mouvance présidentielle lors des prochaines législatives prévues pour 2019. « Notre pays va mal et nous ne pouvons pas croiser les bras… », a lancé, ce samedi, Sébastien Ajavon devant un parterre de militants massés sur le stade de l’école de football qu’il a créée à Djeffa, à l’est de Cotonou. L’événement d’abord annoncé au stade de l’Amitié de Cotonou n’aurait pas reçu l’autorisation de l’autorité...
(RFI 24/03/18)
Environ 200 délégués venus de tout le Bénin ont travaillé vendredi 23 mars sur les textes constitutifs du parti. Le congrès s’achève par un meeting ce vendredi matin à Djèffa. Il y a deux ans, il avait aidé à faire élire le président Patrice Talon, aujourd’hui il est son opposant farouche. Son nouveau parti a déjà dans le viseur les élections législatives de l’année prochaine. Certains avaient souhaité un parti aux initiales de son fondateur mais pas de culte de personnalité aurait indiqué Sébastien Adjavon. Le nom retenu est donc : Union sociale libérale. Le roi de la volaille est fait président d'honneur et pourtant, il est le leader...
(La Tribune 23/03/18)
Avec la multiplication des écueils judiciaires entre cols blancs, les entreprises chinoises se sont discrètement positionnées pour ravir le projet de boucle ferroviaire ouest africaine. Leur stratégie de patience pour réaliser le reste des 2700 kilomètres de chemin de fer à travers cinq pays d'Afrique de l'Ouest, a fini par porter ses fruits. Dans un entretien exclusif au magazine français Challenges, Patrice Talon a indiqué que les hommes d’affaires béninois Samuel Dossou (Pétrolin) et Vincent Bolloré, dont la querelle judiciaire avait fini par bloquer le tronçon Cotonou-Niamey, devraient se retirer au profit des… Chinois! « Il faut sortir de cet imbroglio juridique, souligne Patrice Talon.
(RFI 23/03/18)
Le dossier est bloqué depuis deux ans par la justice béninoise, en raison d'un différend opposant le groupe Bolloré et le groupe béninois Pétrolin. Et pourtant la « Boucle du Niger » promettait d'être un chantier pharaonique, un train devant relier Cotonou à Abidjan en remontant vers le Niger. Mais Patrice Talon, le président béninois, demande aux deux opérateurs de se retirer de ce projet, selon le magazine Challenges. « Il faut sortir de cet imbroglio juridique », affirme Patrice...
(Jeune Afrique 22/03/18)
Après les pharmaciens, le président béninois s'attaque à deux entreprises nationales : la Sonapra (agriculture) et la Soneb (eau). Les deux entreprises sont dans le collimateur de la justice. Le 13 mars, sept grossistes en pharmacie ont été condamnés pour trafic de faux médicaments. Le même jour, les commissions qui avaient été mandatées pour auditer la Société nationale pour la promotion agricole (Sonapra), le Fonds national de la microfinance et la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) ont remis...
(Jeune Afrique 21/03/18)
L'homme d'affaires béninois souhaitait organiser samedi au stade de l'Amitié un meeting marquant le lancement du parti qu'il veut porter sur les fonds baptismaux. L'autorisation lui a été retirée par le ministère du Tourisme. Sébastien Ajavon s’apprête à créer son propre parti politique : une assemblée constituante sera organisée le 23 mars, avant que les statuts de cette formation, dont le nom n’est pas encore connu, soient déposés au ministère de l’Intérieur. L’homme d’affaires souhaitait organiser un grand meeting le 24...
(APA 16/03/18)
APA-Cotonou (Benin) - Le ministre d'État béninois chargé du Plan, Abdoulaye Bio Tchané a lancé, jeudi à Cotonou, "un appel solennel, républicain et patriotique’’ à tous ses compatriotes grévistes à cesser leur mouvement d’humeur et à reprendre le travail, vu que l’Etat a fait de notables avancées dans la satisfaction de leurs revendications. Invoquant ‘’l’intérêt supérieur de la nation", le ministre a tout comme à l’endroit des travailleurs invité "les écoliers, les élèves et les étudiants à reprendre le chemin...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Le gouvernement du président Patrice Talon a décidé, en conseil des ministres, mercredi, de suspendre l’ordre des pharmaciens du Bénin. Une mesure qui intervient au lendemain du jugement rendu par le tribunal de première instance de Cotonou condamnant à 4 ans de prison l’ensemble des responsables des sociétés "grossistes" de produits pharmaceutiques dans le pays. L’ordre des pharmaciens du Bénin est suspendu d’activité pour six mois. « Le temps de faire les réformes nécessaires dans le secteur », a déclaré...
(RFI 15/03/18)
24 heures après les condamnations prononcées contre 5 grossistes répartiteurs de produits pharmaceutiques, lors du Conseil des ministres qui s'est tenu hier mercredi à Cotonou, le gouvernement a suspendu l'Ordre des pharmaciens et retiré au laboratoire indien New Cesamex son autorisation de commercialisation de médicaments. Après les 18 mois de prison ferme infligés à son représentant local, le gouvernement annonce de nouvelles sanctions contre le laboratoire indien New Cesamex. « En application du principe de précaution, le conseil a décidé de retirer ...
(Jeune Afrique 13/03/18)
Lors de sa visite à Paris, du 4 au 10 mars dernier, qui a permis de lancer d’importants chantiers de coopération entre les deux pays, le président béninois Patrice Talon a enchaîné les rencontres avec différents responsables français, dont son homologue Emmanuel Macron. Récapitulatif. Arrivé par jet privé le dimanche 4 mars à 13 heures à Paris, où il devait séjourner jusqu’au samedi 10 mars, Patrice Talon était accompagné d’Olivier Boko, son bras droit, et de ses ministres Romuald Wadagni...
(AFP 09/03/18)
La police a dispersé vendredi à coups de gaz lacrymogènes une manifestation organisée à l'appel de l'opposition béninoise contre le président Patrice Talon quelques minutes après le début de la marche qui a réuni quelque dix mille personnes, selon les organisateurs, dans la capitale économique de Cotonou. A l’appel du Front pour le sursaut patriotique (FSP) et de plusieurs autres partis de l'opposition et de la société civile, les manifestants se sont réunis tôt dans la matinée dans le centre...
(La Tribune 08/03/18)
Dans le cadre des relations de coopération bilatérale entre les deux pays, la France apportera une aide globale de plus de 326 millions d'euros au Bénin. Sous forme de prêt, de subvention, de don ou encore d'assurance-crédit, les fonds serviront à prendre en charge 5 projets majeurs du programme d'action du gouvernement béninois. Une annonce d'Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe. Le voyage du président béninois Patrice Talon en France aura été financièrement fructueux. Le dirigeant africain a...
(Le Monde 07/03/18)
Après un premier rendez-vous manqué en octobre 2017 – les agendas des deux chefs d’Etat ne concordaient pas –, le président français, Emmanuel Macron, a finalement reçu son homologue béninois, Patrice Talon, lundi 5 mars, pour une visite de travail. C’est la première rencontre entre les deux hommes à l’Elysée depuis l’élection de M. Macron, en mai 2017. Alors qu’il est très contesté par la société civile béninoise pour ses réformes jugées trop libérales, M. Talon est venu s’assurer de l’appui de la France pour financer son programme d’actions évalué à ...
(Jeune Afrique 07/03/18)
Le président français Emmanuel Macron a reçu son homologue béninois Patrice Talon, lundi, à Paris. À l’issue du tête-à-tête, les deux hommes d’État ont annoncé d’importants chantiers de coopération qui viennent renforcer l'ambitieux programme d’actions du gouvernement béninois (PAG). Cinq projets ont été annoncés par le président français lors de la conférence de presse tenue conjointement avec son homologue béninois, lundi 5 mars à l’Élysée. Il s’agit d’abord de la construction d’un centre hospitalier et universitaire à Abomey-Calavi avec une assurance-crédit de 175 millions d’euros accordée par la Banque publique d’investissement (BPI). « Ce sera le deuxième hôpital de référence nationale au Bénin »....
(Jeune Afrique 07/03/18)
L'affaire qui oppose Lionel Zinsou à Mahamadou Boukoungou autour d'une dette non recouvrée de 23 millions d'euros mobilise nombre de chefs d'État et anciens chefs d'État, d'Abdou Diouf à Alpha Condé. Avant que Mahamadou Bonkoungou n’assigne en justice Lionel Zinsou en recouvrement d’une créance de 15 milliards de F CFA (23 millions d’euros), plusieurs chefs d’État ont été sollicités en tant que médiateurs. Se sentant sous pression, l’ancien Premier ministre béninois a appelé à son aide Abdou Diouf, l’ancien président...
(AFP 06/03/18)
Le président français Emmanuel Macron a confié lundi à deux experts culturels la mission d'étudier la restitution à des pays africains d’œuvres d'art se trouvant actuellement en France, comme il s'y était engagé dans son discours de Ouagadougou l'an dernier. Ces deux "personnalités incontestables", l'historienne d'art Bénédicte Savoy, membre du Collège de France, et l'écrivain et universitaire sénégalais Felwine Sarr, devront rendre leur avis d'ici à novembre, a précisé le président français à l'issue d'un entretien avec son homologue du Bénin, Patrice Talon.
(Jeune Afrique 06/03/18)
Le président français Emmanuel Macron, qui recevait à l’Élysée son homologue béninois Patrice Talon, a annoncé lundi soir la création d’une mission « de réflexion et de consultation » pour la restitution du patrimoine africain. « Vous imaginez dans quel état je suis ? Un bonheur à la limite de l’extase », confie tout sourire Patrice Talon, lors de la conférence de presse conjointe lundi soir avec Emmanuel Macron. Le président français vient en effet d’annoncer la création d’une mission « de réflexion et de consultation » pour la restitution à des pays africains d’œuvres d’art actuellement en France.
(RFI 06/03/18)
En visite en France, le président béninois Patrice Talon a rencontré ce lundi 5 mars son homologue Emmanuel Macron. Cinq dossiers-clés ont été évoqués, en particulier, celui de la restitutions des biens culturels donnés ou pillés pendant la colonisation. C'est désormais à Bénédicte Savoy et Felwine Sarr que revient la charge d'étudier la restitution à des pays africains des œuvres d'art actuellement en France. L'historienne d'art, membre du Collège de France, et l'écrivain et universitaire sénégalais ont jusqu'à novembre prochain...

Pages