Dimanche 22 Avril 2018
(Agence Ecofin 19/02/18)
Le Ghana accueillera, ce mercredi, une rencontre de 4 chefs d’Etat de l’espace Cedeao, dans le cadre de l’accélération du processus de création d’une monnaie unique, indique un communiqué de l’organisation régionale. Cette rencontre réunira la « task force présidentielle » composée des présidents Nana Akufo-Addo (Ghana), Muhammadu Buhari (Nigeria), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Mahamadou Issoufou (Niger). Elle devrait permettre l’adoption d’une nouvelle feuille de route pour la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la communauté, comme il a été recommandé lors de la réunion de Niamey, du 24 octobre dernier. Notons que cette réunion succède aux séances de travail, des 17,18 et 19 janvier derniers, à Abuja, au cours desquelles plusieurs experts régionaux ont...
(Jeune Afrique 16/02/18)
Alors qu'une loi a interdit, en décembre 2017, le droit de grève aux fonctionnaires de justice et de santé, ce débat serait passé à côté des véritables enjeux, comme l'accès au droit à l’éducation, à la santé ou à la sécurité, analyse Oswald Padonou, docteur en sciences politiques. Enfant, j’adorais les combats. De boxe, de judo, entre vendeuses au petit marché de Porto-Novo… Mon soutien allait toujours à celui qui paraissait le plus faible. Le voir porter l’estocade était jouissif. J’ai donc aimé observer les centrales syndicales béninoises vent debout pour le maintien du droit de grève au personnel de justice...
(Xinhua 16/02/18)
Le gouvernement béninois vient de demander à l'Assemblée nationale la levée de l'immunité parlementaire de trois députés de l'opposition qui seraient impliqués dans des dossiers de malversations, en vue de les traduire devant les juridictions, a appris jeudi Xinhua de source parlementaire. Selon cette même source, il s'agit du député Atao Hinnouho Mohamed, membre du bloc de la minorité parlementaire qui serait impliqué dans une affaire de flagrant délit de trafic de faux médicaments. En effet, le 7 décembre 2017, la police judiciaire a effectué une perquisition...
(La Tribune 16/02/18)
La Banque mondiale prévoit d'accorder au Bénin, un appui financier de 482 millions de dollars au cours de la période de 2018 à 2023, a annoncé ce mardi 13 février à Cotonou, le directeur des opérations de la Banque Mondiale pour le Bénin, Pierre Laporte. Selon ce dernier, cette enveloppe servira à appuyer la politique de développement du pays. La Banque mondiale reste très engagée aux côtés du Bénin. L'institution de Bretton Woods a annoncé ce mardi 13 février 2018 qu'elle envisage de débloquer une enveloppe financière de 482 millions de dollars en faveur ce pays d'Afrique de l'ouest. D'après le directeur des opérations de la Banque Mondiale pour le Bénin, Pierre Laporte qui a révélé l'information, ce montant qui...
(Xinhua 14/02/18)
La Banque mondiale (BM) envisage de débloquer une enveloppe financière d'environ 482 millions de dollars au cours de la période allant de 2018 à 2023, en vue d'aider le Bénin dans sa politique de développement, a annoncé mardi après-midi, à Cotonou, le directeur des opérations de la Banque Mondiale pour le Bénin, Pierre Laporte. S'exprimant au cours des discussions des orientations du nouveau cadre de partenariat devant lier le Bénin et le Groupe de la Banque mondiale au cours des cinq prochaines années, M. Pierre Laporte a présenté à la délégation gouvernementale du Bénin, les grands axes stratégies de coopération entre le Bénin et l'institution financière mondiale retenus pour le prochain quinquennat. Outre cette enveloppe d'environ 482 millions de dollars...
(Agence Ecofin 14/02/18)
Le Bénin bénéficiera d’un prêt de 482 millions $ de la part de la Banque mondiale, afin de financer le Programme d’actions du gouvernement (PAG), a annoncé, ce mardi, le directeur des opérations de l’institution pour le Bénin, Pierre Laporte. Ce financement qui sera octroyé pour la période 2018-2023, s’inscrit dans le cadre d’un nouvel accord de coopération entre le Bénin et la Banque mondiale. En plus de ces 482 millions $, l’institution de Bretton Woods espère mobiliser d’autres ressources pour financer des projets inscrits à l’agenda du programme « Bénin révélé » du gouvernement Talon dont les besoins en financement sont évalués à 9039 milliards FCFA sur la période 2016-2021. Ainsi, sur les 5 prochaines années, la Banque espère...
(Le Point 14/02/18)
Au Bénin, le secteur du tourisme ne représente que 0,7 % du PIB, autant dire une goutte d'eau dans le paysage touristique mondial. Loin d'être une fatalité, ce petit pays d'Afrique de l'Ouest connu pour être le berceau du vaudou a décidé d'inverser la tendance. Ici pas d'incantation, le président Talon est allé chercher l'homme de lettres et de théâtre, le metteur en scène José Pliya. Ce mardi après-midi de Paris où nous le rencontrons, l'homme apparaît confiant dans sa tâche. Tel un dramaturge, il sait déjà qu'il va devoir puiser dans le passé douloureux de l'ancien Dahomey, terre d'esclavage, où se confondent, s'entrecroisent et parfois s'entrechoquent plusieurs siècles d'histoire et de traditions qui restent encore très méconnus particulièrement à...
(Xinhua 14/02/18)
Un atelier de formation sur la gestion de la chenille légionnaire d'automne en matière d'agriculture dans les pays d'Afrique de l'Ouest en vue de l'élaboration d'une stratégie commune de lutte contre ces insectes ravageurs de cultures vivrières notamment le maïs, s'est ouvert mardi à l'Institut International pour l'Agriculture Tropicale (IITA) d'Abomey-Calavi, ville située à environ une vingtaine de km au nord de Cotonou. "Cet atelier qui regroupe plus de 90 praticiens du secteur agricole, notamment des experts de la recherche agricole, de la protection des végétaux et des entités de vulgarisation agricole, vise à renforcer les capacités techniques de la région de l'Afrique de l'ouest en gestion de la lutte antiparasitaire intégrée", a indiqué Bénoît Gnonlonfin, représentant du président de...
(Agence Ecofin 14/02/18)
Avec plusieurs mois de décalage, le groupe Bank of Africa a annoncé avoir décidé de regrouper ses activités au Bénin. Au cours d'une assemblée générale extraordinaire qui s'est tenue le 7 septembre 2017, les actionnaires des établissement Bank of Africa Benin et Banque de l'Habitat Benin ont convenu d’une fusion par absorption de la deuxième par la première. L'opération doit encore obtenir l'approbation du régulateur des marchés financiers de l'UEMOA qu'est le Conseil Régional de l'Epargne Publique et des Marché Financiers. Si l’accord est obtenu, le financement de l'opération devrait se faire par une augmentation du capital de BOA Benin, via l'émission de 134 165 nouvelles actions d'une valeur nominale de 1000 FCFA, portant le capital de BOA à 20,28...
(Jeune Afrique 13/02/18)
Pilier de la vie politique locale, Adrien Houngbédji devrait mettre un terme à sa carrière en 2019. Qu’en retiendra-t-on ? Ses années de lutte ou ses revirements répétés ? Alliance avec Patrice Talon, échec à la présidentielle de 2011... Houngbédji revient pour Jeune Afrique sur les épisodes marquants de sa carrière. Adrien Houngbédji est assis derrière le bureau en bois massif de sa résidence de Cotonou, celle-là même qui fut saisie par le régime de Mathieu Kérékou en 1975. Il a le calme et l’aplomb de ceux qui semblent avoir tout vu, tout vécu. Alors quand on lui demande pourquoi il a décidé de se ranger derrière Patrice Talon...
(Le Monde 13/02/18)
L’interruption correspond au temps d’une génération. Pendant vingt-trois ans, de 1987 à 2010, aucun enseignant n’a officiellement été formé au Bénin. « Au milieu des années 1980, le pays était plongé dans une crise économique tellement grave qu’il a fallu réduire drastiquement les dépenses de l’Etat, se souvient Germain Gonzalo, directeur de l’Ecole normale supérieure (ENS) de Porto Novo, capitale administrative du Bénin. En quinze années de régime “marxiste-léniniste” [au temps de la République populaire du Bénin, de 1975 à 1990], le nombre de fonctionnaires était devenu pléthorique, passant de 7 000 à 47 000. Près de 80 % du budget de l’Etat servait alors à payer les agents de la fonction publique. Sous la pression du Fonds monétaire international...
(RFI 12/02/18)
Au Bénin, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent ont tenu leur deuxième congrès ordinaire le week-end passé à Parakou, la grande ville au nord du pays. Cette alliance d’une centaine de mouvements, qui soutenait le président Thomas Boni Yayi, devient un parti politique. L’ancien chef de l’Etat en est le président d’honneur. Un moyen de peser sur le jeu politique. Le nom reste, la forme change. Créées en 2007 pour soutenir la politique de Thomas Boni Yayi, alors président, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent, FCBE, deviennent un parti politique. Un parti d’opposition, comme l’a déclaré Valentin Djènontin, son secrétaire exécutif national. Le député, ancien ministre de la Justice de Boni Yayi, et qui lui est toujours resté...
(Le Monde 12/02/18)
Un dicton, répandu dans le nord du Bénin, l’affirme : « Pour l’arrivée de ses premières règles, une fille doit être chez ses parents. Pour ses deuxièmes règles, elle doit habiter chez son mari. » En résumé : on n’a que quelques mois pour marier sa fille après ses premières menstruations – et donc souvent en conséquence pour interrompre sa scolarité. Une étude de 2015 sur le comportement, les attitudes et les pratiques violentes sur les enfants, menée par le ministère béninois des affaires sociales avec le soutien de l’Unicef, montre que le mariage des jeunes filles est une pratique communément acceptée. Elle peut avoir deux origines : l’interprétation des préceptes religieux, mais aussi la pauvreté des familles, qui forcent...
(RFI 10/02/18)
Cotonou a mis en place cette saison une série de mesures afin de réguler l'afflux de bétail venu des pays sahéliens pour chercher du pâturage. La période de transhumance fixée est habituelle, de la mi-janvier à la fin mai. Cette année toutefois, elle est interdite pour le bétail venu de l'étranger, dans la région méridionale, c'est à dire à la frontière avec le Nigeria. D'autre part, plusieurs outils ont été instaurés pour assurer une meilleure surveillance des flux d'animaux, car le Bénin s'attend à recevoir près d'un million de bêtes cette année. Les transhumants doivent passer au Bénin par treize points d'entrée. Première nouveauté, Cotonou a instauré une taxe unique : 1 000 francs CFA par tête de petits ruminants,...
(La Tribune 09/02/18)
Cette fois-ci, la rencontre entre Patrice Talon et les syndicats a bien eu lieu. Adidjatou Mathys, ministre de la Fonction publique, avait déjà balisé le terrain ce lundi lors d’un conclave de six tours d’horloge. Même résultat –ou presque- lors de la rencontre des syndicats avec le président béninois qui a cédé sur tout sauf l’essentiel au bout de cinq heures de palabres. Le mouvement devrait se maintenir avec le risque de plonger encore plus le pays dans l’incertitude. Le locataire du Palais de la Marina pourra-t-il désamorcer la grève qui paralyse le pays depuis un mois ? Finalement, c'est une sorte de «1er mai» avant l'heure au Palais de la Marina. Et comme tous les ans à cette date,...
(APA 09/02/18)
APA- Cotonou (Bénin) - Une société des infrastructures routières verra le jour au Bénin, annonce le communiqué du conseil des ministres de ce mercredi L’initiative vise à corriger les insuffisances notées au niveau de la gestion des ponts péages du Bénin et à inscrire dans la durée l’entretien des grands axes routiers que le gouvernement met en chantier, précise le texte La nouvelle société aura à charge, selon le communiqué, « à gérer, développer et entretenir les infrastructures routières et autoroutières mais aussi à améliorer leur qualité ». Elle sera régie par les règles de droit privé avec comme actionnaire l’Etat béninois et d’autres entités publiques qui en ont la capacité selon la source Elle précise en outre que cette...
(AFP 08/02/18)
Après plusieurs semaines de fronde sociale, la polémique sur les salaires des membres du gouvernement gronde au Bénin, au lendemain d'une rencontre entre le chef de l'Etat et des syndicats, qui demandent la publication de la fiche de paie de tous les ministres. Si les débats autour de cette question sont récurrents au Bénin, la signature d'un décret pour augmenter les salaires des hauts fonctionnaires publié mi-décembre a suscité une vague d'indignation dans ce pays où les syndicats essaient d'obtenir une augmentation du salaire minimum, fixé à 40.000 FCFA (60 euros) par mois en 2014. Selon ce décret, les secrétaires généraux et directeurs de cabinet, gagnent désormais 2,3 millions de FCFA (3.500 euros) par mois, mais les salaires des ministres...
(AFP 07/02/18)
Les syndicats béninois ont obtenu une "petite avancée" après une première rencontre avec le président Patrice Talon, dans un contexte de grèves qui paralysent l’administration publique béninoise depuis plusieurs semaines, a assuré mercredi à l'AFP un représentant des travailleurs. Le président béninois Patrice Talon, ainsi que des membres du gouvernement, ont rencontré mardi soir les représentants syndicaux pour trouver une solution aux mouvements de grève. Durant cette rencontre "cruciale", "nous avons abordé la question des libertés et exprimé notre malaise (...) Le chef de l’Etat n’est pas resté fermé", a déclaré Anselme Amoussou, secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes.
(Xinhua 07/02/18)
La majorité de la population béninoise avait le regard tourné mardi vers le palais présidentiel à Cotonou où le chef de l'Etat, Patrice Talon, devait recevoir dans l'après-midi les secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales en vue de désamorcer la crise sociale qui secoue l'administration publique depuis près d'un mois. "Nous souhaitons vivement que cette rencontre du président avec les leaders syndicaux puisse aboutir à un consensus favorable pour le dégel de cette crise sociale qui a déjà trop duré", a confié à Xinhua Barnabé Dossoukpèvi, un ...
(RFI 07/02/18)
Alors que la grève continue dans une partie de la fonction publique, hôpitaux et écoles notamment, le président Patrice Talon a reçu les syndicats mardi 6 février en fin de journée. Cinq heures de négociations pendant lesquelles le chef de l'Etat a exposé sa vision, et les syndicats leurs revendications. Une commission interministérielle a été mise en place pour le dossier du statut des enseignants. Pour le reste, les discussions doivent continuer. Patrice Talon a appelé les grévistes à reprendre le travail. Le dialogue a été « franc » et « cordial », c'est ce que nous ont rapporté plusieurs participants, la presse n'étant pas autorisée à suivre la rencontre qui a duré cinq heures. Les huit points soulevés par...

Pages