Lundi 23 Octobre 2017

Revue de la presse béninoise

Revue de la presse béninoise
(Xinhua 19/04/17)

Voici les principales informations de journaux béninois parus mardi :

LE MATINAL

Sale temps pour les trafiquants de drogue. La douane d'Hillacondji sis dans la commune de Grand-Popo a arraisonné, le vendredi 14 avril dernier, 84 kg de chanvre indien. Cette denrée prohibée a été soigneusement rangée dans deux sacs contenant 42 emballages pour l'un et 44 emballages pour l'autre dans un bus de la compagnie Chisco qui a quitté Accra pour Lagos. A en croire le présumé auteur, Enemuo Isaac, ces stupéfiants ont été embarqués dans le bus par le chef escale compagnie Chisco à Accra. Il a déclaré qu'il lui a été demandé de déposer ces produits à leur escale à Lagos. Donc, c'est en traversant la frontière Bénin-Togo que le pot aux roses a été découvert. Les produits ont été automatiquement mis à la disposition de l'Ocertid pour les enquêtes.

FRATERNITE

L'Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers n'entend pas rester en marge de la politique du gouvernement en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière. Responsable du développement harmonieux des espaces frontaliers, elle œuvre depuis sa création pour la protection des citoyens béninois vivant dans ces zones, plus exposés au trafic de drogue, d'enfants et d'organes humains de même qu'au terrorisme. Sa mission, pour le volet sécuritaire, est assurée par l'Unité spéciale de surveillance des frontières de la police nationale. Grâce au partenariat entre le Bénin et les États-Unis, 150 éléments de cette unité ont reçu, lors d'un stage professionnel qui a duré quatre semaines, une formation avancée sur les techniques de sécurisation des frontières. Administrée par un détachement de la Division Europe et Afrique du corps des Marines des États-Unis, cette formation s'est achevée le vendredi 14 avril 2017 par une cérémonie de remise d'attestation à l'École nationale de police à Cotonou.

LA NOUVELLE TRIBUNE

Situé à droite en quittant Parakou pour Djougou, l'immeuble de type R+3 en construction appartenant à l'ancien ministre Alassane Soumanou Djemba s'est entièrement effondré dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Réagissant au drame qui s'est produit au petit matin de ce lundi de Pâques à Djougou, le ministre du Cadre de vie Didier José Tonato a fait des révélations. Il clarifie que contrairement aux rumeurs distillées çà et là, le chef maçon a été retrouvé sous les décombres, et huit ouvriers sont répartis dans les deux hôpitaux de Djougou. José Didier Tonato explique que le bâtiment n'a pas suivi la procédure de permis de construire. "Nous avons observé qu'il n'y a pas eu d'architecte qui ait été à l'origine de la conception de ce bâtiment, nous avons constaté que les études techniques conduites par un ingénieur en génie civil n'ont pas été faites", a notifié le ministre, avant d'ajouter que les études de sol permettant de dimensionner les fondations qu'il faut n'ont pas été conduites.

Commentaires facebook