Samedi 18 Novembre 2017

Réunion du bureau politique de la Renaissance du Bénin ce jour à Abomey:Les Réformistes contournent Léhady Soglo

Réunion du bureau politique de la Renaissance du Bénin ce jour à Abomey:Les Réformistes contournent Léhady Soglo
(Le Matinal 19/05/17)
Léhady Soglo, maire de la ville de Cotonou.

Après une demande infructueuse adressée à Léhady Soglo par une quinzaine de membres du bureau politique aux fins de convoquer expressément une réu-nion extraordinaire de l’instance dirigeante de la Renaissance du Bénin, les ré-formistes signataires de la requête se réunissent ce vendredi, 19 mai à l’hôtel Sun City, à Abomey. Tous les membres du bureau y sont conviés, y compris le président et le couple Soglo. Cette rencontre réserve bien de surprises.

Invité par 1/3 des membres du bureau politique comme l’exigent les statuts, à convoquer en extrême urgence une réunion extraordinaire de l’organe exécutif national de la Renaissance du Bénin, Léhady Soglo n’a pas pu satisfaire à cette demande. Président de la Rb et maire de Cotonou, il a répondu au courrier à lui adressé à cet effet et dont 16 des membres du bureau politique sont signataires, en disant qu’il ne saura donner satisfaction à la requête lui demandant de fixer la réunion au mercredi 17 mai 2017, en raison de ses charges actuelles. Il n’eut non plus l’idée de proposer une date de sa convenance. Les statuts du parti prévu qu’en cas d’objection à une telle initiative prise par 1/3 des membres du bureau, ces derniers peuvent prendre le devant de l’organisation de la réunion. C’est sacrifiant au respect scrupuleux de cette disposition que le groupe des "Réformistes" a convoqué pour ce jour à Abomey, à l’hôtel Sun City, une réunion extraordinaire du bureau politique. Sans exclusion, tous les membres de l’organe exécutif ont été conviés à cette rencontre dont personne ne peut imaginer l’issue. Parmi les signataires de la lettre envoyée à Léhady Soglo et celle adressée aux autres membres pour les inviter, il y a Boniface Yèhouétomè, Malèhossou Yacoubou, Elie Mèvo, Justine Nan Mévo Guézo, Makpénon Michel, Jérôme Alladayè, Marc Didier Doubogan, Olivier Paraïso, Marcellin Dégbey, Gildas Agonkan, Adolphe Koffi Djiman, Georges Bada, Luc Atrokpo, Blaise Ahanhanzo Glèlè. Tous se disent déçus de la gestion faite par Léhady Soglo qui, au lieu de renouveler les structures de base, de moderniser et surtout de rassembler, fait tout le contraire de ce qu’il a promis en septembre 2010 quand il prenait les rênes du parti pour un mandat de 5 ans.
L’expression des accumulations
Présidant illégalement aux destinées du parti depuis deux ans pour avoir continué son mandat, (il est dans la 7ème année) et plus que jamais en conflit avec les textes et une bonne partie des membres du bureau, Léhady Soglo a lui-même provoqué une grave crise qui se retourne contre sa personne, d’autant qu’il n’arrive plus à contrôler réellement l’appareil du parti et de plus en plus, les tempêtes s’abattent sur sa présidence . La rencontre de ce jour contre laquelle il ne pourra rien, au regard de l’engagement et la détermination qui animent les Réformistes, est l’expression d’une colère exacerbée, d’un mécontentement qui s’est généralisé et d’une accumulation de frustrations. La gestion des der-nières élections législatives, communales et présidentielles ont laissé surgir des questions cruciales que le président n’a pu gérer, car, elles sont venues aggraver une situation déjà délétère que Léhady Soglo a toujours banalisée. Aujourd’hui, il risque de le payer cher, sauf si par extraordinaire, il reprend le jeu à son compte. Ce qui est peu probable. Le scénario qui se dessine sera sans doute celui de mettre en place une équipe de transition pour organiser le prochain congrès du parti. Cette éventualité est à l’ordre du jour mais à condition que les 2/3 des membres du bureau politique présents à la réunion de ce jour, décident ainsi. Léhady Soglo risque alors de perdre la présidence. S’il ne se présentait pas à Abomey, c’est le 2ème vice-président Georges Bada qui conduira les travaux, la première vice-présidente, Sikiratou Aguêmon, ayant déjà pris ses distances d’avec le parti depuis le dernier congrès en 2010. Quant à la participation du couple Soglo, invité à la réunion, beaucoup restent sceptiques.
FN

Commentaires facebook