Mardi 20 Février 2018

Le Bénin veut une transhumance apaisée

Le Bénin veut une transhumance apaisée
(RFI 10/02/18)

Cotonou a mis en place cette saison une série de mesures afin de réguler l'afflux de bétail venu des pays sahéliens pour chercher du pâturage. La période de transhumance fixée est habituelle, de la mi-janvier à la fin mai. Cette année toutefois, elle est interdite pour le bétail venu de l'étranger, dans la région méridionale, c'est à dire à la frontière avec le Nigeria. D'autre part, plusieurs outils ont été instaurés pour assurer une meilleure surveillance des flux d'animaux, car le Bénin s'attend à recevoir près d'un million de bêtes cette année.
Les transhumants doivent passer au Bénin par treize points d'entrée. Première nouveauté, Cotonou a instauré une taxe unique : 1 000 francs CFA par tête de petits ruminants, 5 000 pour les bovins.

Auparavant, les éleveurs payaient des taxes à chaque commune traversée lors de leur parcours.

La deuxième nouveauté, c'est la mise en place d'outils pour assurer une veille des flux d'animaux. A chaque point d'entrée, l'éleveur se voit donc remettre une fiche d'identification de son troupeau, un livret de transhumance sur lequel sont notées des informations comme le montant de la taxe payée, les dernières vaccinations, etc., un badge pour discerner les transhumants nationaux et internationaux et enfin une carte des zones de pâturage.

Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180210-le-benin-veut-une-transhumance-apaisee

Commentaires facebook