Jeudi 26 Avril 2018

Boucle ferroviaire au Bénin : Talon éconduit Bolloré et Dossou au profit de la Chine

Boucle ferroviaire au Bénin : Talon éconduit Bolloré et Dossou au profit de la Chine
(La Tribune 23/03/18)

Avec la multiplication des écueils judiciaires entre cols blancs, les entreprises chinoises se sont discrètement positionnées pour ravir le projet de boucle ferroviaire ouest africaine. Leur stratégie de patience pour réaliser le reste des 2700 kilomètres de chemin de fer à travers cinq pays d'Afrique de l'Ouest, a fini par porter ses fruits. Dans un entretien exclusif au magazine français Challenges, Patrice Talon a indiqué que les hommes d’affaires béninois Samuel Dossou (Pétrolin) et Vincent Bolloré, dont la querelle judiciaire avait fini par bloquer le tronçon Cotonou-Niamey, devraient se retirer au profit des… Chinois!

« Il faut sortir de cet imbroglio juridique, souligne Patrice Talon. Les deux opérateurs doivent se retirer, à l'amiable, du projet. Et il faudra qu'ils soient indemnisés de façon équitable ». Fermeté sans langue de bois dans une interview accordée le 16 mars dernier (publiée jeudi 22 mars) à nos confrères de Challenges, le président béninois semble décidé à évincer Vincent Bolloré et Samuel Dossou pour donner un coup d'accélérateur au projet de la boucle ferroviaire ouest-africaine.
Un coup d'accélérateur pour la boucle ferroviaire ouest-africaine

Depuis une décision de la Cour d'appel de Cotonou, les travaux du tronçon Cotonou-Niamey ( plus de 1000 km de voie) sont à l'arrêt depuis 2015. Une âpre bataille judiciaire oppose Samuel Dossou, premier adjudicataire par appel d'offres de cette tranche et Bénirail (public-privé) la filiale en charge du ferroviaire de Vincent Bolloré.

Sans tenir compte des droits concédés par le gouvernement béninois à son concurrent, l'homme d'affaires français avait déjà fait construire 140 kilomètres de voie en plein désert, côté Niger. La cour d'appel béninoise avait donné raison à Samuel Dossou. Mais le projet était resté au point mort.

L'homme d'affaires français avait consenti à débourser 3 millions d'euros pour financer le projet de sa poche. Commentaire de Patrice Talon sur la proposition Bolloré: c'est un modèle « bas de gamme » ! « Le modèle n'est pas bon. Un investisseur privé ne peut pas financer seul le chemin de fer que nous voulons », a fait savoir le président béninois dans la même interview.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/integration-regionale/2018-03-23/...

Commentaires facebook