Vendredi 24 Novembre 2017

Bénin : une série de mesures pour renforcer l'accès des populations aux services sociaux de base en 2018

Bénin : une série de mesures pour renforcer l'accès des populations aux services sociaux de base en 2018
(Xinhua 03/11/17)
Le président Patrice Talon.

Le gouvernement béninois envisage pour le compte de l'année 2018, une série de mesures en vue du renforcement de l'accès des populations aux services sociaux de base et de protection sociale.

Selon le rapport de présentation de la loi des finances 2018, transmis au Parlement pour adoption, ces mesures sont prévues au niveau de plusieurs départements ministériels et concernent, entre autres, pour le secteur de la justice, la mise en œuvre de la loi sur le partenariat public privé pour la gestion des prisons et la création de fermes pénitentiaires ; initiatives de réinsertion sociale pendant et après l'incarcération.

S'agissant du secteur de l'éducation, le gouvernement béninois prévoit la mise en place des jardins scolaires dans les écoles à cantines pour assurer la soutenabilité financière de la politique d'alimentation scolaire ; la transformation des lycées en des écoles-entreprises capables de fournir des services aux tiers en respect des normes réglementaires en la matière, et la mise en place de structures ou mécanismes d'orientation des apprenants en lien avec les besoins de développement.

En ce qui concerne les secteurs de l'eau et de l'énergie, le gouvernement béninois envisage la réduction des pertes d'eau et amélioration de la viabilité des systèmes d'alimentation en eau potable en milieu urbain ; l'amélioration de l'accès des couches défavorisées de la population urbaine et périurbaine à l'eau par les branchements à coûts réduits ; l'amélioration de la fourniture en énergie électrique et en fin la promotion de l'énergie hors réseau.

De même dans le secteur du commerce, de l'industrie et de l'artisanat, le gouvernement béninois a décidé pour le compte de l'année 2018, de l'allègement des critères d'éligibilité des entreprises au Programme de Restructuration et de Mise à Niveau (PRMN), le renforcement de la protection du consommateur en République du Bénin et la mise en valeur du centre de promotion de l'artisanat.

Pour ce qui est du secteur des sports, l'Etat béninois, veut définir dès l'année prochaine de nouvelles modalités de gestion de l'appui financier de l'Etat aux fédérations sportives ; mais aussi dynamiser la pratique du sport professionnel en milieux scolaire, universitaire, militaire et paramilitaire.

Dans le secteur du tourisme, le gouvernement béninois veut en 2018 réorganiser le fonds des arts et de la culture ;la mise en place de services de patrimoine au niveau des communes ; la mise en place et renforcement des capacités des unités d'inspection des établissements d'hébergement et sites touristiques, mais aussi la création et organisation d'un corps de convoyeurs de touristes, de guides professionnels spécialisés du parc W et l'instauration de systèmes de certification dans le secteur du tourisme.

De même, dans le domaine de la fonction publique, les autorités gouvernementales prévoient pour l'année prochaine, la mise en œuvre du répertoire des hauts emplois publics et constitution du fichier national pour la sélection et la nomination aux emplois de la chaîne des dépenses publiques et l'opérationnalisation du Guichet unique de l'emploi et de la plateforme de mise en ligne sécurisée des actes administratifs de gestion des carrières et de pension.

L'année 2018, constitue la deuxième année de mise en œuvre du Programme d'Actions du Gouvernement (PAG) dont l'objectif principal est de lancer durablement le développement économique et social du pays.

Ainsi, explique la même source, le projet de loi de finances pour la gestion 2018 vise à accélérer les réformes et chantiers phares du PAG, notamment dans les secteurs prioritaires que sont : énergie, infrastructures, cadre de vie, tourisme, agriculture.

"Les efforts de mise à niveau des systèmes éducatif et sanitaire, de sécurité et défense seront davantage renforcés ; de même que le paquet minimum de prestations de services en action sociale (micro-finance, aides aux personnes vulnérables)".

A cet effet, les effets attendus de la mise en œuvre de la tranche 2018 du PAG, devraient permettre de consolider la stabilité macro-économique et d'améliorer significativement le cadre de performance des différentes politiques publiques.

Ainsi, révèle le document, "la croissance de l'activité économique ressortirait en 2018 à 6% du PIB réel, supérieure à celle attendue à fin 2017 qui est de 5,4%. Le taux d'inflation et le taux de pression fiscale devraient respectivement s'afficher à 2,1% et 14,4%".

Le budget général de l'Etat, exercice 2018, s'équilibre en ressources et en charges à la somme de 1.862,918 milliards de FCFA contre 2.010,586 milliards de FCFA en 2017, en recul de 147,668 milliards de FCFA correspondant à -7,3%.

Commentaires facebook