Vendredi 22 Septembre 2017

Bénin: le Président Patrice Talon défend la candidature d’une juge béninoise à la CPI

Bénin: le Président Patrice Talon défend la candidature d’une juge béninoise à la CPI
(Afrique sur 7 12/09/17)
Le Président béninois Patrice Talon

Les “Fatou Bensouda” à la Cour Pénale Internationale (CPI) risquent de se multiplier si l’actuelle candidature de la juge béninoise Reine Alapini Gansou défendue par le Président Patrice Talon, arrivait à être acceptée dans l’équipe des juges admis à la CPI.

Le Bénin du Président Patrice Talon rêve de l’entrée d’une juge béninoise à la CPI

L’Afrique des incompréhensions vient encore de se manifester par le désir du Président Patrice Talon de militer en faveur de la candidature du Bénin au poste de juge à la Cour Pénale Internationale (CPI) de sa compatriote, Reine Alapini Gansou.

En ce moment au Bénin, les discours panafricanistes ne sont pas bien perçus par le régime au pouvoir pour qui, la CPI doit continuer à être une justice “pour et contre les Africains“. Alors pas question de claquer la porte à cette justice internationale comme le réclame la plupart des pays africains.

La candidate Reine Alapini Gansou sera bel et bien candidate au poste de juge de la CPI à l’instar de Fatou Bensouda qui, selon les observateurs, ressemble trait pour trait à cette candidate béninoise. Et des citoyens béninois de réagir à ce projet: ” encore une autre Fatou Bensouda pour enfoncer l’Afrique en Occident“…

Pour le gouvernement béninois, c’est plutôt une fierté pour le Bénin de présenter une candidate. Le récent Conseil des Ministres au Bénin a entériné cette décision prise et a chargé le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci et le Ministre de la Justice, de la Législative et des Droits de l’homme, Joseph Djogbénou, d’organiser le plaidoyer « nécessaire en faveur de Madame Reine Alapini Gansou, candidate du Bénin ».

La candidate Reine Alapini Gansou fut Membre de la Commission internationale d’enquête des Nations Unies sur les violences post-électorales en Côte d’Ivoire en 2011, Présidente de la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et Rapporteur Spéciale sur les Défenseurs des droits de l’Homme.

Commentaires facebook