Dimanche 17 Décembre 2017

Bénin – Le Gèlèdé : l’origine du monde et l’avenir de l’homme

Bénin – Le Gèlèdé : l’origine du monde et l’avenir de l’homme
(Jeune Afrique 18/04/17)

Témoin de l’ancien ordre matriarcal, la cérémonie du Guèlèdé célèbre encore aujourd'hui le rôle et le pouvoir de la femme. Même si, dans la société contemporaine, le patriarcat a clairement pris le dessus.

« Quand vous rêvez d’un serpent, c’est que, derrière, il y a une femme », disent les fidèles du Gèlèdè, avant de préciser que le serpent symbolise le pouvoir. Et si vous posez la question aux habitants de Kétou, ville de l’Est du pays où cette tradition est née, au XVIIIe siècle, ils confirmeront tous que ces rites, principalement pratiqués par les communautés yorubas et nagos du Bénin, du Nigeria et du Togo, sont d’abord voués à la femme.

Le but initial de la cérémonie Gèlèdé est en effet de rendre hommage à la mère primordiale (Iyà Nlà) et au rôle que jouent les femmes dans l’organisation et le développement de la société Yoruba. Ce sont elles qui assurent l’ordre du monde et détiennent tous les pouvoirs, qu’ils soient bénéfiques, comme la fertilité, ou maléfiques, comme la sorcellerie.

« Dans les villages, il est de plus en plus fréquent d’assister à la sortie des masques et des danses Gèlèdè pour aider une femme à tomber enceinte ou à accoucher », constate l’historien Abiola Félix Iroko de l’Université d’Abomey-Calavi. « Cette tradition à la fois cultuelle et culturelle est devenue si vivace au Bénin qu’elle s’est étendue à d’autres ethnies, par exemple celle des Mahis, dans la région d’Agony », poursuit-il. « Le Gèlèdé, c’est plus qu’une croyance, c’est presque devenu une philosophie de vie, reconnaît Ange Nkoué, le ministre du Tourisme et de la Culture. Au Bénin, les hommes portent le cercueil, mais les femmes sont souvent devant et ce sont elles qui enterrent. Elles sont les premières à voir les hommes venir au monde et les dernières à les voir le quitter. »

Commentaires facebook