Vendredi 15 Décembre 2017

Bénin : l'association "Libreafrique" en campagne contre les actes terroristes en Afrique

Bénin : l'association "Libreafrique" en campagne contre les actes terroristes en Afrique
(Xinhua 12/08/17)
Le président de l'association "Libreafrique", Hicham El Moussaoui.

Le président de l'association "Libreafrique", Hicham El Moussaoui, a procédé vendredi à Cotonou, au lancement de la campagne de sensibilisation sur les actes terroristes en Afrique.

Axée sur le thème : "Liberté : l'antidote à l'extrémisme violent", cette campagne qui s'inscrit dans le but d'anticiper et d'inverser la tendance au niveau des jeunes sur les actes terroristes récurrents en Afrique, vise à développer les capacités des jeunes à combattre l'injustice et non pas les personnes.

"Il s'agira d'encourager les jeunes à reprendre à leur compte les causes de la paix, de la diversité et du respect mutuel, afin qu'ils contribuent à la lutte contre l'extrémisme violent au lieu de l'alimenter", a expliqué le président de l'association "Libreafrique, Hicham El Moussaoui.

Il a estimé que partout sur le continent africain, le drapeau de "l'extrémiste violent" est désormais brandi sans complexe.

"La participation des jeunes à ces actes terroristes est une tendance de fond qui ne peut que nous interpeller. Toutefois, si les jeunes représentent un vivier de recrutement des groupes extrémistes violents, ils en sont en même temps les victimes. Ayant la conviction que les jeunes représentent l'espoir et non pas un danger, nous pensons qu'il faudrait les encourager à reprendre à leur compte les causes de la paix, de la diversité et du respect mutuel, pour qu'ils contribuent à la lutte contre l'extrémité violent au lieu de l'alimenter", a-t-il indiqué.

Ainsi, a-t-il souligné, cette campagne de sensibilisation qui se déroulera à travers des ateliers interactifs au profit des jeunes africains en général et particulièrement des Béninois, permettra aux intervenants d'échanger avec cette cible, sur les meilleurs approches et moyens pour prévenir l'extrémisme violent.

Il s'agit, a-t-il poursuivi, de doter ces jeunes d'idées, et d'outils idoines pour devenir non seulement une force de résistance et d'orientation auprès de leurs compères, mais aussi une force de proposition auprès des décideurs.

Selon les membres de l'association, après l'étape du Bénin, cette même campagne se déroulement dans cinq autres pays du continent africains : Niger, Tchad, Burkina Faso, Sénégal et Côte d'Ivoire.

Commentaires facebook