Mercredi 18 Octobre 2017

Bénin: désormais plus de funérailles onéreuses au nom de la loi…

Bénin: désormais plus de funérailles onéreuses au nom de la loi…
(Afrique sur 7 10/08/17)

Désormais le Bénin ne connaîtra plus de funérailles onéreuses grâce à une loi initiée et déposée devant le Parlement béninois, dont l’objectif est de faire en sorte que les dépenses engagées pendant les funérailles au Bénin, soient amenuisées considérablement.

Le Bénin veut faire sa mue au niveau de l’éthique traditionnelle en édictant une loi qui va désormais réguler les dépenses exorbitantes engagées lors des funérailles. On le sait, en Afrique le plus souvent, les cérémonies funéraires engrangent plus de dépenses et de sous que des nécessités allouées aux vivants.

Devant le Parlement béninois, pour mettre un terme à ce comportement qui appauvrit bien entendu les populations africaines, une proposition de loi a été déposée. Il s’agit d’un texte de loi qui va réguler les dépenses effectuées lors des funérailles.

Sortie directement des méninges du Député Nazaire Sado, le sens donné à cette loi se décline comme suit: « Les funérailles et autres cérémonies au Bénin restent de véritables moments de folles dépenses où certains par envie de montrer qu’ils sont capables s’endettent à des taux usuriers, vendent leurs biens pour paraître en espérant combler leur poche avec les enveloppes financières qui leur seront données. Mais malheureusement la majorité de ces cérémonies onéreuses laissent après un goût amer face à l’étendue des dettes, » a fait comprendre le Député auteur de cette proposition de loi.

Faut-il le rappeler, les comportements réfractaires à ce type de belles initiatives comme cette loi, trouvent leur justification dans le fait qu’en Afrique, le défunt reste vivant et sacré; par conséquent, il doit être célébré en grande pompe et accompagné dans une fiesta hors norme financière pour se sentir dans l’au-delà toujours auprès des siens.

Malheureusement, ce défunt n’aide pas après son départ, les vivants restés sur terre lorsque le moment de rembourser les dettes qui ont servi à l’ensevelir se présente. En tout état de cause, de telles lois sont à saluer. Seulement, il faudra s’entendre sur les sommes à allouer aux funérailles et même aux mariages, en fonction du pouvoir d’achat des uns et des autres.

La loi déposée devant le Parlement propose 500.000 FCFA pour les funérailles et 600.000 FCFA pour les mariages.

Commentaires facebook