Un Tsunami sur les côtes de Rabat et de Casablanca ? | Africatime
Vendredi 22 Août 2014

Un Tsunami sur les côtes de Rabat et de Casablanca ?

Un Tsunami sur les côtes de Rabat et de Casablanca ?
(Le Mag 07/01/14)

Ce matin du mardi 7 janvier, des vagues, hautes de plus de 7 mètres, se sont abattues violemment, sur les côtes atlantiques marocaines, s’étalant de Rabat – Salé, passant par Mohamedia et jusqu’à Casablanca.
Nombreux propriétaires de cafés – restaurants, situés sur les corniches de ces villes ont découverts leurs établissements, ce matin, dans un piteux état, après que les hautes houles aient mis dessus dessous, touts leurs équipements. De mêmes fut pour les embarcations de certains pêcheurs à Rabat, alors qu’à Salé, l’eau de mer avait inondé les boulevards du quartier Sidi Moussa.

Les autorités locales de Casablanca et de Mohamedia, avaient, sur une alerte de Météo Maroc, procédé à des évacuations provisoires, des résidents de certains immeubles situés sur les zones côtières de ces deux villes.

De leurs parts, les autorités de la capitale Rabat ont fermé à la circulation, le tunnel de l’Oudaya, durant plus de 3 heures.

Selon le service de la météorologie nationale, ces hautes vagues qui ont dévasté cette zone côtière marocaine et qui ont provoqué la peur de plusieurs résidents du voisinage, n’ont rien à voir avec le Tsunami qui est un phénomène géologique provoqué par des séismes sous-marins, et ce phénomène n’a point été enregistré au large du Maroc.

Houcine Bouabed, chargé de la communication à Météo Maroc a indiqué que ces vagues ne sont que le résultat normal, d’un orage pluvieux au dessus de la mer et qui sous l’effet de forts vents, a produit ses hautes houles.

Selon, ce responsable marocain, cité par le site d’information arabophone Al Yaoum 24, une alerte météo marocaine avait à l’avance été émise aux autorités locales et aux pécheurs pour éviter de sortir en mer, le temps que cette dépression climatique ne passe.

Bouabed a insisté qu’il s’agit d’un phénomène des plus normales, aux effets réduits et qui nécessite des mesures de sécurité normalisées.

COMMENTAIRES
0
Commentaires
Connectez - vous afin de pouvoir commenter ce contenu