Revalorisation des salaires, le cadeau de nouvel an d’Alassane Ouattara aux fonctionnaires ivoiriens | Africatime
Lundi 01 Septembre 2014

Revalorisation des salaires, le cadeau de nouvel an d’Alassane Ouattara aux fonctionnaires ivoiriens

Revalorisation des salaires, le cadeau de nouvel an d’Alassane Ouattara aux fonctionnaires ivoiriens
(APA 01/01/14)
Alassane Ouattara a dénoncé le « blocage » des salaires des fonctionnaires depuis « 1988 », soit un quart de siècle, avant d’offrir le « cadeau de nouvel an » aux fonctionnaires.

Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, mardi soir, dans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an, le « déblocage » et la « revalorisation » des salaires des fonctionnaires bloqués depuis 1988. Il avait promis, lors de sa visite d’Etat dans la région du Bélier, « de bonnes nouvelles» aux Ivoiriens à la fin de l’année 2013. Le Chef de l’Etat Alassane a tenu parole en décidant, de la « revalorisation » et du « déblocage » des salaires des fonctionnaires dès le mois prochain. « … les excellents résultats de notre économie doivent se traduire par une amélioration des revenus et un effort envers les plus démunis » a indiqué le Président Ouattara pour expliquer la récente augmentation « de manière substantielle du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui est passé de 36.607 F à 60.000 FCFA ».

Alassane Ouattara a dénoncé le « blocage » des salaires des fonctionnaires depuis « 1988 », soit un quart de siècle, avant d’offrir le « cadeau de nouvel an » aux fonctionnaires.

« Le gouvernement a donc décidé de la revalorisation et du déblocage des salaires dès janvier 2014 avec étalement des effets financiers sur cinq ans », a déclaré le Chef de l’Etat ivoirien, en soulignant qu’avec ces mesures « chaque fonctionnaire verra son salaire augmenté régulièrement ».

Avec le déblocage et la revalorisation, c’est « une augmentation de salaire de 137,7milliards FCFA consentis pour 2013 et 2014 », a, également, indiqué M. Ouattara.

COMMENTAIRES
0
Commentaires
Connectez - vous afin de pouvoir commenter ce contenu