Vendredi 15 Décembre 2017

Référendum au Mali : les propositions de Yelema pour une réforme plus inclusive

Référendum au Mali : les propositions de Yelema pour une réforme plus inclusive
(La Tribune 19/06/17)
Référendum au Mali : les propositions de Yelema pour une réforme plus inclusive

Une position du « juste milieu » ! Loin des radicaux qui réclament l’abandon pur et simple du projet de révision constitutionnelle et des mécènes qui soutiennent mordicus le projet d’IBK et défendent ses mesures les plus décriées. Le parti « Yelema » planche pour une réforme de la constitution malienne, en vigueur depuis vingt-cinq ans. Mais le parti d’opposition estime que le timing doit être réaménagé pour rendre les circonstances plus opportunes à la révision mais aussi pour que des consultations soient ouvertes afin de permettre plus de consensus autour du projet. Voici les détails de ces propositions.

Des centaines de milliers de manifestants ont solennellement adressé, ce 17 juin, un carton rouge au président Ibrahim Boubacar Keïta. Avec une menace terroriste de plus en plus prégnante, ainsi que les difficultés socio-économiques, les manifestants jugent la réforme inopportune.

Des « insuffisances significatives » à corriger dans le projet d'IBK
A leur côté, plusieurs opposants plaident pour un retrait du projet de révision tandis que les commis de l'Etat se relayent dans la presse pour défendre les réformes les plus impopulaires. La position du parti Yelema est assez originale pour être signalée.

« Le parti « Yelema, le changement » rappelle que le projet de révision est motivé par l'application de l'Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d'Alger, le renforcement de notre vie publique et démocratique ainsi que le progrès du pays vers l'unité », écrit le parti dans un communiqué parvenu à la rédaction.

Il relève même des « points positifs pour le pays », dont la constitution en vigueur depuis février 1992 doit être dépoussiérée pour mieux coller à la réalité d'un Mali qui a radicalement changé en une génération.

Et pourtant, une « présidentialisation accrue du régime » et « un processus qui n'a pas suffisamment associé les forces vives maliennes » constituent pour le parti de l'ancien Premier-ministre Moussa Mara, les « insuffisances significatives » du projet de révision qu'il convient de corriger.

Autre critique adressé par Yelema, « le délai trop court pour tenir la consultation référendaire et permettre une vulgarisation acceptable du texte auprès de l'ensemble des Maliens ». Avec 70 % d'analphabètes pour 18 millions d'habitants, la vulgarisation du texte rédigé en français, sera la tâche la plus difficile pour les autorités qui doivent le traduire dans les langues locales, avant passage à radio et à la télévision, pour une meilleure compréhension des enjeux de la révision.

Yelema pour un report du référendum pour rendre le texte plus inclusif
Pour le parti, le gouvernement malien devrait renoncer à l'organisation du référendum, le 09 juillet prochain et la reporter « au 26 novembre 2017 en même temps que les élections régionales et du district ». Entre temps, le parti de Moussa Mara se fait maître du temps constitutionnel.

Il souffle au gouvernement l'ouverture au mois de juillet de consultations avec les Maliens du pays et de la diaspora, les partis politiques et les organisations de la société civile afin qu'elles se prononcent sur les points les plus sensibles du projet. Les résultats de ces consultations seront ensuite compilées Ministère en charge de la réforme de l'Etat, pour reparamétrer le projet selon les réformes validées lors des consultations.

Dernière étape du calendrier proposé par Yelema, un processus de remontée des réformes validées de la base -consultations- vers le sommet - le Conseil des ministres. Une fois le projet adopté en conseil des ministres et soumis au Parlement, le dernier mot sera alors donné au peuple dans un référendum de révision. Une porte de sortie pour IBK. Reste à savoir si le président malien aura l'oreille assez attentive pour reprendre à son compte, les propositions de Yelema.

En savoir plus sur : http://afrique.latribune.fr/politique/2017-06-19/referendum-au-mali-les-...

Commentaires facebook