Mardi 21 Novembre 2017

« La promesse du “made in Africa” ne sera tenue qu’en misant sur les entrepreneurs locaux »

« La promesse du “made in Africa” ne sera tenue qu’en misant sur les entrepreneurs locaux »
(Le Monde 04/10/17)
Une usine de sacs en plastique destinés à transporter du coton, à Koutiala, au Mali, en août 2012. Crédits : Joe Penney/REUTERS

Les petites structures, angle mort des politiques industrielles, sont le socle de croissance des marchés nationaux et régionaux, jugent deux cadres de l’UA et de l’OCDE.

Le « made in Africa » fait son grand retour parmi les priorités des décideurs en Afrique. Ainsi de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA), qui vise à transformer les économies du continent pour créer une croissance partagée, des emplois décents et des opportunités économiques pour tous. Pourtant il faudra bien davantage que des rêves ambitieux d’industrialisation pour que ce label et cet objectif prennent corps.

Les politiques et stratégies industrielles joueront certes un rôle essentiel, mais elles doivent être repensées profondément. D’abord parce que les efforts d’industrialisation après les indépendances n’ont remporté qu’un succès limité, mais aussi parce que les technologies de production ont subi une révolution, qui n’est pas seulement numérique. L’économie mondiale a radicalement changé, et l’Afrique aussi.

Lire aussi : En RDC, l’industrialisation freinée par la corruption

Alors comment l’Afrique s’industrialisera-t-elle au XXIe siècle ? Selon les Perspectives économiques en Afrique 2017 : entrepreneuriat et industrialisation, elle doit commencer par mettre en place des stratégies d’industrialisation dont l’objectif central est la création d’emplois productifs. Toutefois, le rapport signale aussi que ces stratégies industrielles ne peuvent réussir que si les entrepreneurs locaux y tiennent une place importante. Pourquoi ?
Poussée démographique

Premièrement, les entrepreneurs locaux sont au premier rang pour tirer profit des formidables opportunités qu’offrent des marchés nationaux et régionaux en plein essor. La consommation intérieure en Afrique représentait 60 % de la croissance en 2016. Et la population du continent, qui compte actuellement 1,2 milliard d’habitants, va doubler d’ici à 2050. Les dépenses de consommation devraient tripler pour atteindre 2 200 milliards de dollars en 2030. Les entrepreneurs locaux ont l’avantage de bien connaître ces marchés : en les dotant des moyens adéquats, on peut les aider à exploiter cet avantage et à améliorer leur productivité.

Lire aussi : L’Ethiopie, nouvelle usine du monde

Deuxièmement, chaque année entre 2015 et 2030, 29 millions de jeunes Africains atteindront l’âge de travailler. Même si la production manufacturière progressait de 10 % par an, comme dans les pays asiatiques émergents, elle ne fournirait pas assez d’emplois pour tous les nouveaux entrants sur le marché du travail. Cette poussée démographique crée une demande qui dépasse largement l’offre potentielle d’emplois salariés dans les grandes entreprises. Etant donné que l’Afrique possède une base manufacturière initiale plus étroite que d’autres régions en développement, il faudra encore un certain temps avant que les entreprises traditionnelles du continent créent les nouveaux emplois nécessaires.

A l’évidence, l’investissement direct étranger a un rôle important à jouer, mais, à court et moyen termes, il ne saurait être la seule solution. Les entrepreneurs africains pourraient facilement créer nombre de ces nouveaux emplois si les obstacles financiers et logistiques pesant sur la croissance des petites entreprises étaient levés et l’innovation technologique mieux encouragée. Notons que les entreprises du secteur formel de moins de cinq ans et de moins de 20 salariés créent 22 % des nouveaux emplois formels, soit davantage que les entreprises plus grandes ou plus anciennes.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/04/la-promesse-du-made-in-...

Commentaires facebook