Lundi 18 Décembre 2017

La Côte d’Ivoire va renforcer sa coopération avec la Banque mondiale

La Côte d’Ivoire va renforcer sa coopération avec la Banque mondiale
(Xinhua 10/01/15)
Le directeur des Opérations de la Banque mondiale, Ousmane Diagana et le Président de la République Alassane Ouattara.

Le gouvernement ivoirien et la Banque mondiale ont décidé vendredi de renforcer leur coopération et de "marcher main dans la main" dans le cadre d’un nouveau cadre de partenariat-pays.
Lors d’une réunion à Abidjan visant à faire l’état des lieux de la coopération en vue d’améliorer la qualité du partenariat entre la Côte d’Ivoire et la Banque mondiale, le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan a rassuré l’institution bancaire de la disponibilité de son pays à "marcher ensemble la main dans la main" avec elle.
La Banque mondiale, a-t-il souligné, avec un portefeuille cumulé de 266 milliards FCFA (environ 532 millions USD), reste le plus gros contributeur et pourvoyeur des 26% de dons de l’ensemble des partenaires de la Côte d’Ivoire.
"La coopération cinquantenaire entre la Côte d’Ivoire et le groupe de la Banque mondiale est une coopération qui peut être citée en exemple", a poursuivi Daniel Kablan Duncan.
"La banque peut être assurée d’une meilleure prise en compte des aspirations nationales, d’une meilleure appropriation de ses interventions et des résultats plus probants dans son engagement pour la réduction de l’extrême pauvreté et la promotion de la prospérité partagée", a-t-il ajouté.
Le directeur des Opérations de la Banque mondiale, Ousmane Diagana, a jugé "satisfaisantes" la qualité et la nature des relations entre la Côte d’Ivoire et la Banque mondiale.
Il s’est réjoui de la présence de l’institution auprès du gouvernement ivoirien dans la réussite de ses programmes économiques et de développement et a rassuré que "l’enveloppe de près de 200 milliards FCFA additionnels" que la Banque a engagée en Côte d’Ivoire sera "dépassée sans aucun doute en 2015".
"Nous envisageons de hisser, à travers une nouvelle stratégie, notre partenariat à un niveau en cohérence avec votre objectif d’émergence et l’impérieuse nécessité de rendre la croissance plus inclusive, condition indispensable à la réduction significative de la pauvreté et pour la promotion de la prospérité", a déclaré M. Diagana.
Le directeur des Opérations de la Banque mondiale a insisté sur la nécessité de "s’accorder sur les voies et moyens qui permettent de régler certaines questions dans divers secteurs", citant notamment le foncier rural, la décentralisation et le développement local, la protection sociale, la couverture maladie universelle, le secteur eau et l’électricité.

Commentaires facebook