Dimanche 18 Février 2018

Investissement: quand la Banque mondiale tacle l’Ouganda

Investissement: quand la Banque mondiale tacle l’Ouganda
(La Tribune 14/02/18)
Le président de la banque mondiale, Jim Yong Kim

Tirant déjà la sonnette d’alarme début 2017, la Banque mondiale fustige la gestion de l’endettement public en Ouganda. L’institution appelle le gouvernement à plus de sérieux.

L'info n'a pas eu d'écho au-delà des frontières ougandaises, mais à Kampala jusqu'à présent, l'atmosphère reste lourde quand on évoque l'aide financière étrangère. Lors du forum national du partenariat qui s'est tenu en fin de semaine dernière, la Banque mondiale a fortement critiqué la gestion par le gouvernement de l'aide financière au développement des infrastructures.

« Pourquoi les projets semblent-ils soudainement inadéquatement justifiés ? Les procédures contractuelles basées sur de mauvaises études de faisabilité couplées à une supervision inadéquate conduisent à d'énormes dépassements de coûts et à un travail de mauvaise qualité », a déploré Christina Malmberg Calvo, Directrice nationale de la Banque mondiale, rapporte la presse locale.

Et d'ajouter : « Ce n'est pas une manière de valoriser l'argent des contribuables et ce n'est certainement pas le genre de dette que leurs enfants voudraient rembourser ».

Déjà à sa quatrième édition cette année, le forum rassemble près de 600 membres issues du gouvernement ougandais et les différentes organisations internationales de soutien au financement des investissements du pays. Les échanges visent à évaluer les progrès réalisés dans les programmes nationaux de développement financés grâce aux emprunts de l'Etats auprès de ses principaux donateurs.

Commentaires facebook