Mardi 12 Décembre 2017

Guinée - Kanny Diallo : "Il est parfois nécessaire de créer de la dette"

Guinée - Kanny Diallo : "Il est parfois nécessaire de créer de la dette"
(Le Point 23/11/17)
Kanny Diallo, la ministre guinéenne du Plan et de la Coopération internationale de la Guinée.

Alors que la Guinée vient d'obtenir 21 milliards de dollars de financement pour son développement, tous les regards sont braqués sur la mise en œuvre de ses engagements. La ministre du Plan explique. La Guinée, comme le Tchad ou le Burkina Faso avant lui cette année, la Côte d'Ivoire en 2016 ou encore le Niger dans les prochaines semaines, a ressorti de ses cartons son PNDES : comprenez son Plan national de développement économique et social. Comme ses États voisins, le pays d'Alpha Condé a choisi Paris, la capitale française, pour rassembler ses partenaires publics et privés venus aussi bien des États-Unis que de la Chine ou encore de la Russie et de l'Inde.

L'objectif est de financer les grands projets de développement, qui reposent sur quatre piliers : la promotion de la bonne gouvernance, la croissance économique, le développement du capital humain et une gestion durable des ressources naturelles, a rappelé la ministre. Entamé en 2016, s'il est bien mené, ce plan quinquennal devrait ramener le taux de croissance à deux chiffres en 2020, soit près de 10 %, contre 6,6 % en 2016 et 6,7 % en 2017. Trop ambitieux  ? Irréalisable  ? Pour l'instant, sur le papier, la Guinée peut y aller. Notamment parce que le pays connaît de bons résultats macroéconomiques : son niveau d'endettement est de 41 % et son déficit public, inférieur à 2 %.

Mais sa dépendance aux matières premières fragilise son économie, malgré une récente refonte de son Code minier. À la fin de la mission du groupe consultatif le vendredi 17 novembre, la Guinée a récolté plus de 21 milliards de dollars, dont près de 6 milliards de dollars de la Chine dans le cadre de l'accord de coopération stratégique et financier signé à Xiamen en septembre dernier. Le secteur privé veut aussi peser de tout son poids maintenant que le cadre des investissements s'est largement réformé, il prend des engagements financiers à hauteur de 7 milliards de dollars. Kanny Diallo, ministre du Plan et de la Coopération internationale depuis deux ans, doit mener à bien ce nouveau cap. Elle a répondu aux questions du Point Afrique.

Le Point Afrique : Comment comptez-vous démontrer aux plus sceptiques que la Guinée va utiliser de manière efficiente les montants alloués pour le PNDES ?

Kanny Diallo : L'élaboration du PNDES a été réalisée avec nos partenaires, et le Groupe consultatif qui se clôture ce jour est financé à hauteur de plus de 20 milliards de dollars par la Banque mondiale, la BAD, la BID, la Badea et le Pnud. Leur engagement est de nature à rassurer les investisseurs.

De plus, nous nous attelons à créer les conditions favorables pour les investissements étrangers. D'abord, nous avons mis en place tout un dispositif pour les rassurer. C'est ainsi que nous avons fait voter la loi anticorruption et la loi PPP (Partenariat public-privé). Et tout cela est également encadré par une stratégie de développement du secteur privé.

Lire la suite sur: http://afrique.lepoint.fr/economie/guinee-kanny-diallo-il-est-parfois-ne...

Commentaires facebook