Lundi 18 Décembre 2017

A Bamako, les derniers cybercafés font de la résistance

A Bamako, les derniers cybercafés font de la résistance
(Le Monde 07/12/17)
A Bamako, les derniers cybercafés font de la résistance

La fourniture de connexion Internet, vocation première des cybercafés de la capitale malienne, a laissé la place à d’autres services. Le temps est à la diversification.

A Magnambougou Faso Kanu, en commune VI du district de Bamako, Ousmane pousse la porte du cybercafé Tabanet en ce vendredi de fin novembre. Il est 20 heures. « Je suis sûr que tu viens imprimer quelque chose sinon tu n’as rien à faire ici », lance Drissa, le gérant. « Je dois imprimer des documents pour ma maman », s’excuse Ousmane en esquissant un sourire qui en dit long sur le temps qui a passé depuis sa dernière venue. « Cela faisait deux mois que je l’avais pas vu. Avant il venait ici chaque jour pour la connexion Internet », précise le gérant, assis derrière son comptoir. Les yeux accrochés à l’écran, il tente de répondre à trois étudiants qui sont là pour imprimer des documents pour leurs cours.

Lorsque Drissa a ouvert son « cyber » en 2012, il avait huit ordinateurs et les clients se succédaient devant les postes. Aujourd’hui, seuls trois ordinateurs sont connectés, qui restent parfois inactifs des jours durant, à l’énorme déception de ce diplômé en lettres. Le coût de la connexion Internet prépayée, commercialisée à 36 000 francs CFA (54,72 euros) pour 512 Ko par Orange Mali, reste chère pour lui et le débit est affaibli par la saturation du réseau 3G.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/07/a-bamako-les-derniers-c...

Commentaires facebook