| Africatime
Mercredi 26 Avril 2017
(BBC 26/04/17)
Les pays de la Communauté économiques des Etats d'Afrique centrale, (CEEAC) ont réclamé la matérialisation de leur zone de libre-échange au cours d'une réunion à Libreville. Les experts du commerce des États membres de la CEEAC souhaitent lever les points de blocage du marché régional. Ces pays réfléchissent à la manière de rendre effective la zone de libre-échange. Avec près de 130 millions de consommateurs, ce marché est très important du point de vue économique mais plusieurs pays ont du mal à écouler leurs marchandises. Ce qui génère un manque à gagner important.
(Jeune Afrique 25/04/17)
Félix Tshisekedi, président du Rassemblement de l'opposition congolaise, a appelé ce lundi les chefs d'État africains, notamment ceux qui sont à la tête d'organisations continentales et régionales, à s'impliquer dans la recherche d'un "dénouement rapidement à la crise" politique en cours en RDC. Quatre mois après la fin du second quinquennat constitutionnel de Joseph Kabila, la RDC ne parvient toujours pas à s’inscrire dans le schéma d’une transition politique consensuelle. Et ce, malgré la signature de l’accord global et inclusif de la Saint-Sylvestre, le 31 décembre, et la nomination d’un nouveau Premier ministre par le chef de l’État.
(RFI 22/04/17)
Exclusif: l'Angola organisera le Championnat d'Afrique des nations masculin de basket-ball (Afrobasket 2017) à la place du Congo.
(Le Monde 13/04/17)
Une étude publiée par Oxfam, ONE et Sherpa montre que le flou domine encore dans les comptes des industries extractives. Gaz, pétrole et uranium dans le secteur de l’énergie, métaux dans le secteur de la construction, terres rares dans celui des nouvelles technologies… Les ressources extractives représentent un enjeu géopolitique et économique majeur. Mais leur exploitation reste marquée par des pratiques de corruption et d’évasion fiscale, dont pâtissent en premier lieu les populations des pays fortement dotés en ressources minérales et naturelles.
(RFI 13/04/17)
Les ONG ONE, Oxfam et Sherpa ont relevé des incohérences dans les déclarations de versements effectués par Areva au Niger, et par Total en Angola. Areva au Niger, Total en Angola... Malgré les efforts de transparence de ces entreprises françaises sur leurs rémunérations aux États où elles ont des gisements, le flou persiste, estiment ONE, Oxfam et Sherpa. Les ONG ont relevé des incohérences qui sèment le doute. En 2015, Total aurait ainsi versé 100 millions d’euros de plus que...
(Financial Afrik 10/04/17)
C’est au total plus de 160 millions de francs suisse (environ 150 millions d’euros) en provenance de l’Angola qui viennent d’être gelé par la justice Suisse. Une mesure qui aurait un lien étroit avec la faillite de la banque portugaise Banco Espirito Santo, un des gros scandales financiers de la décennie. Une affaire qui met directement en cause l’ancien chef de la filiale angolaise de la Banco Espirito Santo, Alvaro Sobrinho, soupçonné de blanchiment d’argent par le Ministère public de...
(RFI 04/04/17)
En Angola, il y a tout juste 15 ans, le 4 avril 2002, le gouvernement du MPLA et la rébellion de l’UNITA signaient à Luanda les accords de paix qui ont mis un terme à 27 années d’une guerre civile alimentée par les deux blocs de la Guerre froide. Après deux accords infructueux en 1991 et 1994, la défaite militaire de l’UNITA et la mort de son leader Jonas Savimbi sonnent la fin d’un conflit qui a fait des centaines...
(La Tribune 24/03/17)
Lundi dernier, un article du média Maka Angola critiquait la gestion par Isabel Dos Santos de la Sonangol, la compagnie pétrolière nationale angolaise, faisant notamment état de la rémunération « secrète » et expansive des membres du conseil d’administration et d’une soixantaine de consultants portugais. Hier jeudi, la compagne a dénoncé une une campagne visant à nuire à l’image sa présidente. C'est un communiqué très pointilleux dont s'est fendu la Sonangol hier, jeudi 23 mars, en fin d'après-midi. La compagnie pétrolière nationale angolaise répond ainsi aux « révélations » faites dans un article du média Maka Angola qui accusait, lundi 20 mars, la présidente Isabel Dos Santos de gestion « opaque ».
(RFI 23/03/17)
En Angola l’Assemblée nationale devait se prononcer ce mercredi 22 mars sur la réforme du Code pénal qui date de la période coloniale. Mais le vote a été reporté sine die en raison de la polémique qu’a suscitée la modification de l’article portant sur l’avortement. Depuis 1886, le Code pénal angolais tolère l’interruption volontaire de grossesse en cas de viol ou de malformation du fœtus, mais dans le texte actuellement discuté, ces exceptions sont supprimées. Tout avortement deviendrait donc passible de 4 à 10 années de prison. Mais la question divise profondément les Angolais.
(L'Equipe 20/03/17)
Le Brésilien Roberto Bianchi, 50 ans, est le nouveau sélectionneur de l'Angola. L'Angola tient son nouveau sélectionneur. Il s'agit du Brésilien Roberto Bianchi. Il remplace José Kilamba, entraîneur intérimaire depuis 2015, comme annoncé par la Fédération angolaise. «Nous avons un grand défi, la qualification pour la CAN (Coupe d'Afrique des nations) 2019, a déclaré Bianchi, 50 ans, mercredi lors d'une conférence de presse au siège de la FAF. Ma mission est de conduire la sélection angolaise à la victoire et...
(RFI 10/03/17)
En RDC, dans le territoire de Lukula dans la province du Kongo Central, deux personnes ont été enlevées par des hommes en uniforme dans la nuit du 7 au 8 mars. Dans le village de Kai-Nganga les habitants accusent l’armée angolaise d’avoir traversé la frontière à la recherche de militants du Flec, le Front de libération de l’enclave de Cabinda, sous administration angolaise. « Il est trois heures du matin lorsqu’une douzaine de soldats entrent dans la maison », raconte...
(RFI 28/02/17)
Répression violente en Angola. Vendredi dernier, des opposants se sont réunis dans la capitale Luanda pour protester contre la candidature du ministre de l’Administration territoriale aux élections générales d’août prochain. Si rien dans la Constitution n’interdit cette candidature, les opposants dénoncent un « conflit d’intérêts » et demandent la démission du ministre. Une dizaine de manifestants ont été blessés par les morsures de chiens de la police lors de la dispersion. Parmi eux Luaty Beirão, célèbre rappeur angolais et militant des droits de l’homme.
(RFI 13/02/17)
En Angola, le Front de libération de l'enclave du Cabinda (Flec) appelle au boycott des élections générales d'août prochain. Ce mouvement indépendantiste campe sur ses positions et continue de réclamer son droit à l'auto-détermination.
(RFI 09/02/17)
Depuis plusieurs mois, la Centrafrique a renoué avec la guerre. Dans les provinces orientales de la Haute-Kotto et de la Ouaka, une alliance entre deux factions issues de l'ex-Seleka, le FPRC de Noureddine Adam et le MPC d'Al Katim affrontent violemment l'UPC d'Ali Darass pour le déloger de la ville de Bambari, où il a établi son QG, il y a 4 ans. Dans le nord-ouest, un groupe baptisé « 3R » multiplie les exactions et les affrontements avec les...
(RFI 06/02/17)
En Angola, l'opposition accueille sans enthousiasme la nouvelle du départ du président. José Eduardo Dos Santos a confirmé qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections prévues en août, ce qui met fin à 37 années de pouvoir. C'est son ministre de la Défense, João Lourenço qui prendra le relais. Pour l’Union nationale pour l’indépendance de l’Angola (Unita), parti d’opposition, cela ne change pas grand-chose. Depuis vendredi 3 février, c'est officiel. Le président angolais Edouardo Dos Santos cédera le pouvoir après les élections générales de l'été prochain.
(RFI 04/02/17)
Depuis vendredi 3 février c'est officiel, le président angolais Edouardo Dos Santos cédera le pouvoir après les élections générales de l'été prochain. C'est son ministre de la Défense, Joao Lourenco, qui a été choisi pour mener les listes de parti au pouvoir le MPLA pour ce scrutin, un parti dont il est également le vice-président. Cet ancien général, né en 1954 à Lobito dans l'ouest du pays, faisait déjà partie depuis de longues années du premier cercle du pouvoir. « Cela fait longtemps que je me prépare à cette fonction et que l'on m'y prépare. Ce qui est arrivé aujourd'hui n'est que la confirmation de quelque chose qui en interne...
(RFI 03/02/17)
Le président angolais José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 1979 ne se présentera pas aux élections générales prévues cet été. Cette fois, c'est officiel. Il l'a dit lui-même ce matin à l'ouverture d'un congrès extraordinaire du MPLA, son parti. Il cède sa place à son actuel ministre de la Défense. C'est un tournant dans l'histoire de l'Angola puisque José Eduardo dos Santos, c'est 37 ans de pouvoir. Une longévité que seul l'Equato-Guinéen, Teodoro Obiang Nguema, peut se targuer dépasser...
(TV5 03/02/17)
C'est l'un des pays les plus minés au monde, selon les experts. La guerre qui a fait rage plus de 25 ans en Angola a laissé des traces, et malgré les efforts de déminage, les mines terrestres représentent encore aujourd'hui un risque réel pour les civils. D'autant plus que les financements pour le déminage commencent à manquer.
(Jeune Afrique 30/01/17)
Poussée par la crise économique, Marina Pereira avait décroché un emploi en Angola, terre de refuge pour les émigrés portugais. Mais la brusque chute des cours du pétrole a brisé son rêve d'une vie meilleure, la forçant à rentrer au pays, comme des milliers de ses compatriotes. « Au début, je gagnais 4.200 euros net par mois, en travaillant dans un spa. J’étais logée et nourrie, c’était le paradis », raconte cette ostéopathe de 33 ans, qui s’était installée en 2012 à Luanda, capitale de l’ancienne colonie portugaise riche en pétrole et diamants, où la langue officielle reste le portugais. Puis l’euphorie a fait place à la désillusion...
(Le Monde 28/01/17)
Le muscien militant angolais était l’invité du « Monde Afrique » et a chanté pour dénoncer l’emprise du clan du président sur le pays. Le rappeur et militant angolais Luaty Beirao était l’invité du Monde Afrique lors d’un Facebook Live, mercredi 25 janvier, pour répondre aux nombreuses questions des auditeurs. En ouverture et en fermeture de cette discussion, Luaty Beirao a chanté deux raps en portugais dont voici les traductions. L’Angola est dirigé depuis 1979 par le président José Eduardo dos Santos, qui a placé le pays en coupe réglée...

Pages