Vendredi 23 Février 2018
(Agence Ecofin 27/11/17)
Dimanche, Carlos Saturnino (photo), le nouveau patron de la Sonangol, société publique angolaise du pétrole, a fait savoir que la direction de l’entreprise s’est donnée jusqu’en mars 2018 pour désigner un partenaire pour la construction d’une nouvelle raffinerie de traitement du pétrole. Il s’agira de la deuxième usine de raffinage du pays. L’information a été donnée au terme d’une visite d’Etat de trois jours du président João Lourenço à Pretoria, en Afrique du Sud où le chef de l’Etat angolais et M. Saturnino ont rencontré des investisseurs sud-africains. « Au cours du premier trimestre de l’année 2018, l'entreprise décidera avec qui négocier et avec qui travailler pour la construction de la raffinerie.», a affirmé M. Saturnino. La taille de l’usine...
(AFP 24/11/17)
Quatre Angolais de confession musulmane ont été condamnés vendredi à trois ans de prison pour appartenance à une organisation "terroriste" qui avait juré fidélité au groupe Etat islamique et, selon les autorités locales, préparait un attentat. Ces quatre jeunes âgés de 23 à 29 ans, tous originaires de Luanda, avaient été arrêtés en décembre 2016 et se trouvaient depuis en détention provisoire. Deux autres accusés, dont une femme, qui étaient jugés avec eux ont été relaxés faute de preuve par un tribunal de la capitale. Dans le jugement rendu vendredi, le juge José Cequeira Lopes a expliqué que les quatre condamnés s'étaient radicalisés et faisaient du prosélytisme dans les rues et sur les réseaux sociaux. "L'examen des ordinateurs, des livres...
(RFI 24/11/17)
La Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) a publié ce jeudi 23 novembre son rapport 2017 sur les pays les plus pauvres du monde. Il y en a 47 aujourd’hui, dont 33 africains. La Cnuced s’est intéressée cette année à l’accès à l’énergie moderne dans ces pays. Trois indicateurs définissent les pays les moins avancés : le revenu national brut par habitant, le taux d’accès à l’éducation et aux services de santé, ainsi qu'un indice reflétant la capacité à résister aux chocs économiques et environnementaux. Autres caractéristiques communes : des économies peu diversifiées et un accès extrêmement limité à l’électricité. Certains pays regorgent d'hydrocarbures et de minerais, qu’ils exportent souvent bruts, comme l'Angola, la République...
(Xinhua 22/11/17)
Le président sud-africain Jacob Zuma et son homologue angolais, Joao Lourenco, se rendront au Zimbabwe pour évaluer la situation politique dans le pays suite à la prise de pouvoir par l'armée. Mardi, la Communauté de Développement d'Afrique Australe (SADC) a publié un communiqué à la fin d'une réunion de la Troïka de la SADC organisée en Angola, qui confirmait que MM. Zuma et Lourenco arriveraient mercredi au Zimbabwe, a rapporté mardi le média zimbabwéen, New Ziana. "Le Sommet de l'Organe de la Troïka plus la présidence de la SADC a noté avec beaucoup d'inquiétude la situation politique actuelle dans la République du Zimbabwe, et a décidé que le président Jacob Zuma, en sa capacité de président de la SADC, et...
(Agence Ecofin 22/11/17)
L’Institut angolais des communications (Inacom) a révélé que de nouvelles licences pour l’établissement et l’exploitation de réseaux de télécommunications ouverts au public, devraient bientôt être accordées à de nouveaux opérateurs. Selon Leonel Augusto, le directeur général de l’organe national de régulation du marché télécoms, de nombreuses requêtes ont été déposées à cet effet dans ses services. Les licences qui devraient être délivrées concernent la téléphonie fixe, la téléphonie mobile et l’Internet. Pour ce qui est de la téléphonie mobile, Angola Telecom a introduit une demande pour en obtenir une. L’opérateur historique, longtemps confiné dans la téléphonie fixe, est aujourd’hui attiré par le segment du mobile au regard des nombreux relais de croissance qu’il offre. Avec l’entrée en service prochaine du...
(AFP 21/11/17)
Les présidents sud-africain Jacob Zuma et angolais Joao Lourenço se rendront mercredi à Harare pour tenter de trouver une issue à la crise politique au Zimbabwe, a annoncé mardi le chef de l'Etat angolais à Luanda. "Nous avons décidé, moi et le président Jacob Zuma, de nous rendre à Harare demain matin", a déclaré M. Lourenço à la presse à l'issue d'une réunion d'urgence du bloc régional de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). La SADC note "avec grande inquiétude la crise politique en cours dans la République du Zimbabwe"...
(AFP 21/11/17)
L'Angola a annoncé mardi le départ de son territoire de 154 coopérants nord-coréens qui avaient fini un chantier de construction, assurant vouloir respecter les sanctions de l'ONU contre le programme nucléaire militaire de Pyongyang. Lors d'un entretien accordé à la télévision nationale, le ministre des Affaires étrangères angolais, Manuel Augusto, a précisé que ces Nord-Coréens avaient quitté le pays dimanche et lundi. Ces ouvriers, employés par la société nord-coréenne Mansudae, ont participé en Angola à plusieurs chantiers de construction de monuments, dans le cadre d'un accord de coopération entre les deux pays. "Comme leur contrat a pris fin, nous ne voyons aucune raison pour qu'ils restent dans le pays", a expliqué M. Augusto. L'Angola fait partie d'une liste de onze...
(Agence Ecofin 20/11/17)
La compagnie minière cotée à la bourse australienne Lucapa Diamonds et ses partenaires sur le projet Lulo ont enregistré des revenus de 7,3 millions $ (9,6 millions de dollars australiens) de leur dernière vente de diamants. Ils ont vendu un lot de 4 126 carats à un prix moyen par carat de 1 770 $. Avec ces nouveaux résultats, les recettes de ventes de diamants provenant de Lulo depuis le début de l’année 2017, totalisent désormais 31,6 millions $ à un prix moyen par carat de 1 668 $. Lucapa indique que sa prochaine vente se tiendra en décembre 2017 ou au début de 2018 et lui permettra de vendre entre autres, les pierres de 129 carats et de 78...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(Agence Ecofin 18/11/17)
Deux jours après l’éviction d’Isabel dos Santos de la tête de la société publique angolaise des hydrocarbures Sonangol, son nouveau patron Carlos Saturnino (photo) vient d’annoncer la mise en place, de concert avec le gouvernement, d’un programme visant à améliorer sa gestion et ses performances. Le programme qui se déclinera à court et moyen terme, consistera à redéfinir les objectifs et à allouer un budget raisonnable au développement de ses activités. « La mise en œuvre des étapes de ce programme sera conforme aux règles et au statut de l'entreprise.», a précisé Saturnino, selon des propos rapportés par l’agence de presse nationale Angola Press. A en croire ses explications, le programme relancera la consultation entre les membres de la direction...
(Jeune Afrique 17/11/17)
Limogée le 15 novembre de la tête de la compagnie pétrolière nationale, la fille de l'ancien président José Eduardo dos Santos a publié un communiqué dans lequel elle fait le bilan de son année passée à la Sonangol. Pas rancunière, Isabel dos Santos. Au moins d’apparence. La fille de l’ex-président angolais, limogée le 15 novembre par le nouveau président João Lourenço de son poste de présidente du conseil d’administration de la compagnie pétrolière nationale Sonangol, a publié un long communiqué dans lequel elle revient sur son bilan. Un texte qui ressemble fort à un chant du cygne.
(AFP 16/11/17)
On la surnomme la "princesse" mais elle dirige un empire. Tout juste évincée de la compagnie nationale de pétrole angolaise, Isabel dos Santos, la fille de l'ex-président José Eduardo dos Santos, est à la tête d'une fortune considérable et contestée. Lors d'un des très rares entretiens qu'elle accorde à la presse, elle affirmait en 2013 qu'elle ne faisait "pas de la politique" mais uniquement "des affaires". Sauf que ses affaires, florissantes sous le règne de son père, sont plus compliquées depuis l'arrivée au pouvoir en août d'un nouveau chef de l'Etat, Joao Lourenço. Mercredi, ce dernier a annoncé lui avoir retiré son poste de PDG de la compagnie pétrolière Sonangol, fleuron de l'économie nationale. Cette mère de famille de 44...
(Le Monde 16/11/17)
En limogeant de la société pétrolière nationale la fille de l’ex-président, le nouveau chef de l’Etat semble engager un renouvellement de l’élite politico-économique. L’étoile de la « princesse » angolaise vient de pâlir subitement. Isabel dos Santos, 44 ans, a pu bâtir un empire économique grâce à la bienveillance de son père, président de l’Angola durant trente-huit ans, qui lui a concédé un quasi-monopole sur les secteurs du diamant, des télécoms, de la distribution ou du ciment. Au crépuscule de son règne, fragilisé par la crise économique née de la chute des prix du baril, José Eduardo dos Santos a cependant fait l’erreur de la nommer en 2016 à la tête de la Sonangol, la société pétrolière nationale, l’une des...
(Le Point 16/11/17)
La fille de l'ex-président Eduardo dos Santos ne dirige plus la compagnie nationale pétrolière. Une décision qui intervient dans un contexte de rupture avec les anciennes pratiques du clan présidentiel. « Le mandat de PDG de Sonangol n'est pas dépendant du processus électoral […], je veux continuer. » Lorsqu'elle a prononcé ces mots il y a quelques mois, Isabel dos Santos semblait certaine de son avenir à la tête de la compagnie nationale pétrolière. C'était compter sans la volonté de João Lourenço, le nouveau président angolais depuis septembre 2017. Dans une déclaration transmise à la presse le 15 novembre, il a affirmé avoir décidé de « relever de leurs fonctions les membres du conseil » de la Sonangol. La fille...
(Agence Ecofin 16/11/17)
Mercredi, le nouveau chef de l’exécutif angolais, Joao Lourenço, a relevé de ses fonctions, Isabel dos Santos (photo), la présidente de la société publique du pétrole, Sonangol, ainsi que tous les membres du conseil d’administration de la société. La nouvelle a été portée à l’attention du public par le biais d’un communiqué de la présidence. Les raisons justifiant cette décision du président n’ont pas été mentionnées. Toutefois, il transparait la volonté du numéro 1 angolais de ne laisser se développer aucune autre forme de pouvoir à la tête du pays. En effet, Isabel dos Santos avait été cooptée à la tête de la compagnie en juin 2016 par son père, José Eduardo dos Santos, alors président. Celui-ci avait ensuite fait...
(RFI 16/11/17)
Isabel Dos Santos, la fille de l'ancien président angolais Edouardo Dos Santos, a été limogée de son poste de PDG de Sonangol, la compagnie pétrolière nationale. Il a fallu un décret signé du nouveau président João Lourenço pour mettre à la porte celle qui est considérée comme la femme la plus riche d'Afrique. Un limogeage qui s'inscrit dans une vaste redistribution des postes stratégiques initiée par le nouveau président. Les Angolais la surnomment « la princesse ». Isabel Dos Santos, fille aînée de l'ex-président angolais, est aussi héritière. Héritière d'un système qui a permis au clan Dos Santos de s'enrichir pendant près de quatre décennies. Sa fortune personnelle est estimée à plus de trois milliards de dollars. Femme la plus...
(AFP 15/11/17)
La PDG de la compagnie pétrolière nationale, Isabel dos Santos, fille de l'ex-chef de l'Etat José Eduardo dos Santos et symbole du népotisme reproché à son régime, a été limogée mercredi par le nouveau président angolais Joao Lourenço. Cette éviction spectaculaire constitue un geste fort de M. Lourenço, qui a promis à plusieurs reprises de rompre avec l'héritage de son prédécesseur. M. Lourenço a décidé de "relever de leurs fonctions les membres du conseil d'administration"
(Agence Ecofin 10/11/17)
Au cours des trois premiers trimestres de 2017, les échanges commerciaux entre la République populaire de Chine et les pays ayant en commun la langue portugaise, ont augmenté de plus de 29%, atteignant 89,426 milliards de dollars, selon les chiffres officiels des autorités chinoises, publiés par le Forum Macau. Une situation qui confirme la bonne santé des relations qui lient les deux parties. Au cours de cette période, la balance commerciale du géant asiatique avec les pays lusophones, s’est soldée par un déficit de plus de 36 milliards $. Dans le détail, l’empire du Milieu a exporté pour 26,617 milliards $ (+ 25,09%) de biens vers les pays concernés. Ses importations ont, quant à elles, franchi la barre des 62...
(Agence Ecofin 09/11/17)
Eni travaille à augmenter sa production de pétrole brut en Angola. C’est ce qu’a fait savoir Claudio Descalzi (photo), son PDG lors de l’audience que lui a accordé João Lourenço, le nouveau chef de l’exécutif angolais, en début de semaine. Une production qui viendra s’ajouter aux 150 000 barils déjà produits quotidiennement. Le responsable n’a cependant pas mentionné l’échéance pour atteindre cet objectif. Par ailleurs, il a laissé entendre qu’Eni investira davantage dans la production de gaz naturel. L’entreprise italienne est l’un des acteurs du secteur ...
(Agence Ecofin 08/11/17)
En Angola, la province de Zaïre, située à l’extrême nord-est, pourrait être privée de 400 000 tonnes de manioc durant la saison 2017/2018, en raison de la mosaïque du manioc (CMD-cassava mosaic disease). C’est ce qu’a annoncé Gouveia Pedro, directeur provincial de l'Agriculture et du Développement rural qui indique que l’épidémie sévit dans les municipalités de Tomboco, Nzeto et Mbanza Kongo. Dans le cadre de la lutte contre la maladie, le dirigeant précise qu’une équipe d’experts a été désignée pour enrayer la propagation de la maladie et qu’un million de boutures de manioc présentant une forte résistance au virus de la mosaïque du manioc seront distribuées afin de sauver la saison. Pour rappel, la mosaïque du manioc est causée par...

Pages