Mardi 26 Septembre 2017
(Angola Press 30/08/17)
Luanda - La Commission nationale électorale (CNE) a annoncé mardi qu'elle avait déjà les résultats définitifs de 11 des 18 provinces du pays. Selon la porte-parole de la CNE, qui intervenait à la fin d'une séance plénière de cet organe, les provinces de Cuando Cubango, Luanda, Cuanza Norte, Cuanza Sul, Cunene, Cabinda, Moxico, Benguela, Bengo, Huila et Zaire ont déjà les données définitives des élections générales. Ces données, selon la responsable, représentent plus de 50 pour cent du total des provinces. Au cours de la séance plénière, il a été analysé le point de situation du dépouillement des bulletins de vote dans les provinces, l'appréciation du comportement des membres de la CNE et les plaintes de l'UNITA et de la...
(Angola Press 30/08/17)
Luanda - Le certificat international qui confirme le Centre Historique de la ville de Mbanza Kongo comme Patrimoine Mondial de l'Humanité sera remis formellement dans les prochains jours aux autorités angolaises, a informé mardi, à Luanda, la ministre de la Culture, Carolina Cerqueira. Parlant à l'Angop à l'aéroport international 4 de Fevereiro, la gouvernante a affirmé que la cérémonie aurait lieu la première semaine de septembre au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, en France. "Nous serons au siège de l'UNESCO pour recevoir, de la responsable de l'organisation, Irina Bokova, le certificat confirmant l'élévation de Mbanza Kongo comme site du patrimoine mondial", a-t-elle expliqué. Le Centre historique de la ville...
(Angola Press 30/08/17)
Luanda - Le président de la Fédération angolaise de judo (FAJ), Paulo Nzinga, a défendu mercredi, à Luanda, la nécessité d'insérer cette discipline sportive dans les écoles et l?expansion dans toutes les provinces du pays, pour son développement uniforme. S'adressant à la presse, après une rencontre avec trois spécialistes brésiliens de judo et jiu-jitsu, qui visitent l’Angola, le responsable sportif a déclaré que l'intention visait à inculquer au sein des enfants les principes positifs contenus dans ces disciplines. «Je dois reconnaître le grand soutien de la société Biocom, qui a invité les spécialistes brésiliens et se consacre sur la massification de la pratique de la discipline, principalement dans la province de Malanje. Notre intention a toujours été l'extension du judo...
(AFP 28/08/17)
Le principal parti de l'opposition angolaise, l'Unita, a continué à contester samedi la victoire du parti au pouvoir aux élections générales, en menaçant de saisir la justice si le régime persiste, selon lui à "manipuler" les résultats. "Le pays n'a pas encore de résultats valides. Le pays n'a pas encore de président élu. Il n'a pas encore de députés", a lancé devant la presse le président de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), Isaias Samakuva. "C'est un crime de manipuler ou d'altérer la volonté du peuple", a-t-il ajouté. Selon les résultats quasi-complets publiés vendredi par la Commission nationale électorale (CNE), le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), au pouvoir depuis...
(RFI 28/08/17)
L’Angola est toujours dans l’attente des résultats définitifs des élections législatives du 23 août dernier. Les derniers résultats partiels, publiés vendredi 25 août par la Commission électorale, concernaient 98 % des suffrages et annonçaient une large victoire du MPLA, parti au pouvoir depuis l’indépendance de l’ancienne colonie portugaise. Les principaux partis d’opposition tout comme plusieurs figures de la société civile contestent non seulement ces chiffres mais aussi la validité du dépouillement et de la compilation des votes. Ils dénoncent des irrégularités mais n’ont, pour l’instant, entamé aucune action en justice. Si le MPLA reste « droit dans ses bottes » et parle d’une victoire « inéquivoque et inévitable », les deux principaux partis d’opposition – Unita et Casa-Ce - affirment...
(Le Monde 28/08/17)
Editorial. Si Joao Lourenço a remplacé José Eduardo dos Santos à la tête du pays, ce dernier conserve la haute-main sur le parti-Etat et l’appareil sécuritaire. Editorial du « Monde ». A première vue, c’est le scénario politique rêvé sur un continent, l’Afrique, à la gouvernance notoirement troublée : un autocrate qui quitte volontairement le pouvoir au terme de trente-huit ans de règne, un successeur installé avec une majorité confortable (65 % des voix) sans être outrancière, une campagne électorale ouverte, du moins en apparence, à l’opposition, un pays reconstruit grâce à la manne pétrolière après des décennies de guerre civile. C’est l’image que le président sortant, José Eduardo dos Santos, aimerait que l’on retienne de l’Angola qu’il lègue à...
(Le Monde 28/08/17)
L’ex-ministre de la défense aura un contrôle limité sur l’appareil d’Etat. Au pouvoir depuis trente-huit ans, âgé de 74 ans et malade, José Eduardo dos Santos a dû passer la main. Faute d’avoir pu imposer son fils ou son cousin qui fait fonction de vice-président, il s’est rabattu sur celui qu’il avait nommé trois ans plus tôt ministre de la défense : Joao Lourenço. Durant la campagne, cet apparatchik du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), parti-Etat jamais vaincu dans les urnes, ne s’est jamais vraiment dévoilé. Ce général à la retraite, âgé de 63 ans, n’a pas cherché à porter un projet ou une vision. Rigide, austère et dépourvu de charisme, cet homme secret s’est efforcé de convaincre...
(La Tribune 28/08/17)
L’UNITA vient de rejeter la victoire électorale du MPLA, moins de 48h après l’annonce des résultats partiels de l’élection présidentielle angolaise. L’opposition a également démarré un décompte parallèle pour prouver des irrégularités de la commission électorale angolaise. L'opposition angolaise vient d'appeler la commission électorale à justifier la méthode utilisée pour compiler les résultats provisoires qui donnent une victoire écrasante au MPLA. En effet, Isaias Samakuya vient d'annoncer que son parti l'UNITA, rejette les résultats publiés le 5 août dernier et qu'il se chargerait d'effectuer un décompte parallèle. Décompte parallèle Selon les résultats partiels de la commission électorale, qui se basent sur près de 98% des voix, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) auraient récolté le 23 août...
(RFI 28/08/17)
Nous avons décidé la restriction temporaire des importations dans la partie ouest du pays et pour une durée de six mois, du ciment gris, du sucre, de la bière et des boissons gazeuses afin de mettre un terme à la fraude et à la contrebande», a annoncé ce lundi à l’AFP le ministre congolais du Commerce, Jean-Lucien Busa. Ces mesures visent le sud-ouest de la RDC, à la frontière avec l’Angola, où les commerçants «ne paient ni la douane, ni les taxes», selon le ministre congolais du Commerce. Par ailleurs, les autorités de la RDC interdisent l’exportation d’écorces de quinquina vers l’Angola. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/
(AFP 26/08/17)
La Commission nationale électorale (CNE) a confirmé vendredi la large victoire du parti au pouvoir aux élections générales en Angola, en dépit des critiques répétées des deux grands partis d'opposition qui refusent d'en reconnaître les résultats. A la barre du pays depuis son indépendance en 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) a recueilli mercredi 61,1% des suffrages, selon les chiffres quasi définitifs publiés par la CNE. Même s'il recule nettement par rapport à 2012 (72%), le MPLA rafle 150 des 220 sièges du Parlement, soit plus des deux tiers nécessaires pour faire passer ses projets de loi sans le soutien d'un autre parti. Les deux principaux adversaires du régime, l'Unita et la Casa-CE, ont respectivement réuni...
(Courrier International 26/08/17)
“Victoire pour le MPLA”, titre en pleine page ce vendredi 25 août le Jornal de Angola. À la une du quotidien de Luanda, un histogramme souligne la large victoire, sans surprise, du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), qui obtient plus de 64 % aux élections générales du 24 août. Cette confortable avance sur son principal rival, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita), qui recueille 24 % des voix, masque toutefois un recul continu du parti présidentiel, victime de la crise économique et de l’usure du pouvoir qu’il détient depuis 1975.
(La Croix 26/08/17)
La victoire de Joao Lourenço ne met pas un terme au pouvoir du président sortant Edouardo dos Santos. Loin de se retirer des affaires, le leader historique de l’Angola et son clan gardent la main sur le pays. En obtenant 64 % des voix, le MPLA, le parti au pouvoir depuis l’indépendance de l’Angola en 1974, garde la main. Son candidat, le ministre de la défense Joao Lourenço, succède officiellement à José Eduardo dos Santos. Mais dans les faits, tout indique que le départ du président sortant n’est qu’un leurre. Loin de se retirer des affaires, lui et son clan restent le maître du jeu angolais. Lire la suite sur: http://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Angola-vrai-faux-depart-Jose-Eduar...
(APA 26/08/17)
Le duel des lusophones entre l’Angola et le Mozambique, ce vendredi après-midi à Bamako comptant pour le deuxième quart de finale de l’afro basket dames au Mali, a tourné en faveur du Mozambique sur le score de 61-47 C’est l’Angola qui a ouvert les hostilités en menant dès l’entame du match en menant 7 point à 0. Le Mozambique réplique et joue de mieux en mieux. Score à la fin du premier quart-temps : 6-16 pour l’Angola. Le second quart temps a vu les Mozambicaines fournir une débauche d’énergie en remontant leur retard et finir la première période en tête : 23-20. En seconde période le Mozambique a continué à dominer les débats. Score à la fin du troisième quatre-temps...
(AFP 25/08/17)
Le parti au pouvoir en Angola a remporté largement et sans surprise les élections disputées mercredi, et son candidat Joao Lourenço succèdera à la présidence à José Eduardo dos Santos qui a régné sans partage 38 ans. A la tête du pays depuis son indépendance du Portugal en 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) a recueilli plus de 64% des voix, selon des résultats partiels publiés jeudi par la Commission nationale électorale (CNE). S'ils sont confirmés, ces chiffres établis après dépouillement de deux tiers des bureaux de vote assureront au MPLA une majorité absolue des 220 sièges du Parlement. Ses deux principaux adversaires, l'Unita et la Casa-CE, n'obtiennent que respectivement 24% et 8,5% des voix, a...
(AFP 25/08/17)
Un fidèle du régime, un homme du sérail, en bref le dauphin idéal. A 63 ans, le général à la retraite Joao Lourenço va incarner le nouveau visage du pouvoir en Angola après la victoire électorale de son parti, aux commandes depuis 1975. Candidat du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), l'ancien ministre de la Défense va succéder au président José Eduardo dos Santos, qui prend sa retraite après 38 ans de règne à la tête du pays. "Joao Lourenço fait partie du premier cercle du pouvoir", résume Didier Péclard, chercheur à l'université de Genève, "c'est un fidèle du parti (...), l'homme du consensus". Même s'il a déjà occupé de nombreuses fonctions officielles, ce n'est que ces derniers...
(AFP 25/08/17)
Son sourire énigmatique cache une poigne de fer et un art consommé de la manipulation. A la tête du pays pendant 38 ans, le président sortant José Eduardo dos Santos va remettre le flambeau à son dauphin Joao Lourenço, après la victoire électorale de son parti tout puissant. A presque 75 ans, l'ancien rebelle marxiste a décidé de rendre le pouvoir, usé par la maladie. Sa retraite marque la fin d'un règne autoritaire dans un pays secoué par une grave crise économique, conséquence de la chute des cours du pétrole dont il est un des principaux producteurs africains. Initialement considéré comme falot et sans envergure, José Eduardo dos Santos s'est révélé fin stratège pour s'accaparer, au gré de ses 38...
(Le Monde 25/08/17)
Joao Lourenço doit relancer une économie lourdement touchée par la chute des cours du pétrole et, surtout, par la prédation du clan de son prédécesseur. Dans un style lapidaire, Joao Lourenço résume froidement l’histoire et définit sa mission. « Antonio Agostinho Neto a lutté et offert l’indépendance à l’Angola. José Eduardo dos Santos a apporté la paix. Ma mission, c’est d’améliorer l’économie du pays », dit-il de sa voix grave et monocorde devant la presse étrangère à la veille des élections générales du mercredi 23 août. Le candidat du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), successeur de José Eduardo dos Santos après trente-huit ans de règne, s’efforce de rester impassible lorsqu’il assure vouloir être « l’homme du miracle économique...
(RFI 25/08/17)
En Angola, le MPLA, le parti État, a remporté les législatives. Si l'on en croit les résultats provisoires proclamés par la commission électorale, le MPLA devrait placer son candidat Joao Lourenço à la tête de l'Etat avec 64,57% des suffrages. L'Unita, l'opposition historique, recueille 24,04%. La Casa-Ce, la toute dernière coalition de l'opposition, 8,56%. L'Unita et la Casa-Ce contestent ces chiffres. Ils accusent la commission électorale de les avoir manipulé et promettent de publier leurs propres résultats. En Angola, le MPLA va conserver le pouvoir d’après les chiffres donnés par la commission électorale. Des scores que l’opposition rejette. La question de la fraude était au cœur de toutes les conversations avant même la publication des résultats. L'opposition l'avait dénoncée par...
(RFI 25/08/17)
En Angola, avec plus de 64% des suffrages, le MPLA remporte les élections, selon les chiffres de la Commission nationale électorale. Mais après 38 ans au pouvoir, le président Dos Santos a décidé de passer la main. C’est son ministre de la Défense, João Lourenço, qui va prendre la tête du pays. Cet homme est l'un des apparatchiks du MPLA. Il l’avait rappelé lui-même en février, quand il a été officiellement désigné candidat : « Cela fait longtemps que je me prépare à cette fonction et que l'on m'y prépare. Je suis un cadre du MPLA depuis des années » avait alors souligné João Lourenço Né en 1954 à Lobito dans l'ouest du pays, ce compagnon de longue date de...
(RFI 25/08/17)
Le MPLA a remporté les élections générales en Angola. Le parti au pouvoir depuis près de quatre décennies obtient plus de 64% des suffrages. Son candidat, Joao Lourenço, succédera donc à la tête du pays au président José Eduardo dos Santos, qui a décidé de quitter le pouvoir après 38 ans de règne sans partage. Des résultats contestés par les deux principaux partis d'opposition. Le MPLA au pouvoir depuis près de quatre décennies en Angola a remporté 64,57% des voix, selon les chiffres provisoires de la Commission nationale électorale, loin devant Unita qui en obtient 24,04%, Casa-Ce (8,56%)...

Pages