Jeudi 19 Avril 2018
(AFP 17/03/18)
Des dizaines de personnes ont manifesté samedi à Luanda contre l'amnistie prévue dans une loi sur le rapatriement de capitaux depuis l'étranger, lors du premier rassemblement politique autorisé contre le nouveau président Joao Lourenço, a constaté un journaliste de l'AFP. Joao Lourenço a succédé en septembre à José Eduardo dos Santos, qui a largement muselé l'opposition pendant son règne de trente-huit ans. Il est aussi issu du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), au pouvoir depuis l'indépendance de l'Angola en 1975.
(RFI 17/03/18)
Le président du MPLA et ancien chef d'Etat José Eduardo Dos Santos a annoncé vendredi 16 mars son intention d'organiser le congrès du parti au plus tôt en décembre cette année. Annonce faite avant la réunion du comité central qui devait en décider. Malgré les démentis, les divisions au sein du MPLA apparaissent chaque jour un peu plus flagrantes. Ce matin, le comité central se réunit à nouveau. Mais, déjà deux autres réunions ont été annoncées. Une en avril, une en mai. L'objectif : préparer le congrès du parti qui doit pousser son président José Eduardo Dos Santos vers la sortie.
(Agence Ecofin 17/03/18)
Le gouvernement angolais émettra des obligations d’une valeur de 5,85 milliards de kwanzas (27,3 millions $) afin de financer l’accès au crédit des producteurs agricoles. L'information annoncée par décret présidentiel, a été relayée par macauhub. Cette dette sera émise par la Banque nationale de l’Angola et sera remboursée sur 14 semestres. L’opération a pour objectif de contribuer au dynamisme du secteur rural et de booster le programme « Agricultural Credit Campaign » (Campagne de crédit agricole). Lancée en 2010, dans le but de réduire le taux d’intérêt des crédits agricoles, l’initiative disposait d’une enveloppe initiale de 150 millions $. Pour rappel, l’agriculture représente près de 12% du PIB de l’Angola. Espoir Olodo
(Agence Ecofin 17/03/18)
En Angola, le champ Ochigufu logé sur le bloc 15/06 au large de l’Angola est entré en production. C’est ce qu’a annoncé vendredi, Eni qui a précisé que les travaux ont démarré avec le concours de son partenaire Sonangol, la société publique des hydrocarbures. Situé à une profondeur d’eau de 1 300 mètres, le champ produira 25 000 barils de pétrole par jour. Les puits ont été connectés au système de production Sangos et rattachés au FPSO N’Goma, précise Eni. « Le lancement de la production sur Ochigufu, réalisé un an et demi après la présentation du plan de développement, est une première pour Eni en 2018 et aussi le premier projet de production de l'année en Angola. Il représente...
(AFP 16/03/18)
L'ancien président angolais José Eduardo dos Santos a assuré vendredi qu'il quitterait dans un an au plus la direction du parti au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1975, sur fond de tensions avec le nouveau chef de l'Etat Joao Lourenço. M. dos Santos a cédé les rênes du pays à son ancien ministre de la Défense après la victoire de leur parti, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), aux élections générales d'août, mais il a conservé la présidence du MPLA. Agé de 75 ans et malade, il avait annoncé il y a deux ans qu'il prendrait sa retraite politique définitive en 2018. "Je recommande avec la prudence d'usage que le congrès extraordinaire pour élire le nouveau...
(Agence Ecofin 16/03/18)
Entre 2013 et 2017, le secteur angolais de l’énergie et de l’eau a recueilli 13 milliards $ d’investissement. Cette information a été révélée par José Salgueiro, le directeur des études, de la planification et des statistiques du ministère de l’énergie et de l’eau. Selon le responsable, ces fonds dont 80% sont allés dans le domaine énergétique, ont principalement servi à l’extension des capacités de production et de transport de l’énergie. Leur principal bénéficiaire a été le programme national visant à raccorder les comtés du nord, du centre et du sud du pays au réseau électrique. Le pays a également procédé entre autres à la mise en place de la centrale à cycle combiné de Soyo d’une capacité de 750 MW,...
(RFI 16/03/18)
Cette déclaration surprise de l’ancien président d’Angola. José Eduardo Dos Santos propose la tenue d’un congrès du MPLA entre décembre 2018 et avril 2019. Un congrès qui sera synonyme de mise à la retraite pour celui qui fut pendant 38 ans l’homme fort du pays. Circonstances exceptionnelles : cette déclaration a été faite avant même le début d’une réunion du bureau politique du parti-Etat, la quatrième en l’espace de 15 jours. C’est avec émotion que José Eduardo Dos Santos s’est exprimé ce vendredi : « Pour être prudent, je recommande que le congrès extraordinaire du parti qui va résoudre la question du leadership du MPLA se tienne soit au cours du mois de décembre de 2018, soit du mois d'avril...
(RFI 15/03/18)
Les évêques d’Angola étaient réunis ces derniers jours dans la province de Namibe pour leur Assemblée annuelle plénière. La première depuis l’élection du nouveau président Joao Lourenço et son investiture il y a presque six mois. L’occasion pour l’Eglise catholique de délivrer une note pastorale. Un message à destination de la population, mais aussi des autorités du pays. En Angola, la position de l’Eglise catholique avait toujours été très prudente vis-à-vis du pouvoir politique. Sa radio, radio Ecclesia, avait même été interdite pendant dix ans, puis n’était autorisée à émettre ...
(RFI 14/03/18)
En Angola, une nouvelle nomination fait couler beaucoup d’encre. Le général Fernando Garcia Miala a été désigné par le président João Lourenço nouveau chef des services de renseignements. Celui-ci, à l’époque chef des services de renseignements extérieurs, avait été condamné à quatre ans de prison en 2008 pour insubordination envers le chef de l’État. Le général Miala avait été accusé d’avoir comploté pour assassiner le président José Edouardo Dos Santos lors d’une cérémonie militaire en 2006. Tentative à laquelle il n'avait pas pris part. Parmi ceux qui ...
(Agence Ecofin 14/03/18)
Les fournisseurs de connectivité data par câbles sous-marins de fibre optique, Angola Cables et IOX Cable, ont signé un accord de partage de capacités. Il leur permettra de développer et d’améliorer leurs services de réseau respectifs à travers l’Amérique, l'Afrique, l'Europe et l'Inde. A travers cette collaboration, IOX Cable tirera profit des capacités du South Atlantic Cable System (SACS), le premier câble sous-marin de l'hémisphère sud reliant directement le Brésil à l'Afrique, dont la mise en service est prévue pour la mi-2018 et dont Angola Cables est le développeur. La société angolaise pour sa part, utilisera les capacités fournies par le système de câbles sous-marin d’IOX Cable, reliant l’Inde et l’Angleterre, en passant par l’île Maurice et bientôt les Seychelles...
(RFI 14/03/18)
Isabel Dos Santos s’est exprimée pour la première fois sur une chaine nationale angolaise mardi soir soir, pour la première fois depuis les accusations de son successeur à la tête Sonangol, la compagnie pétrolière. La fille de l’ancien président avait été accusée lors d’une conférence de presse la semaine dernière par le nouveau président du conseil d’administration de la société, Carlos Saturnino, d’avoir donné des bonus mirobalants à une trentaine de cadres de la société, d’avoir elle-même détourné 38 millions de dollars vers l’une de ses sociétés à Dubai au lendemain de sa destituion ou encore d’avoir dépensé des dizaines de millions en consultance. La femme la plus riche d’Afrique s’est défendue sur TV Zimbo, principale chaîne privée du pays...
(Agence Ecofin 14/03/18)
En Angola, l’ingénieur pétrolier TechnipFMC a annoncé que le système d'ingénierie, d'approvisionnement, de fabrication et de fourniture des ombilicaux du projet pétrolier Kaombo est achevé. Le projet multi sites a requis les compétences de TechnipFMC Umbilicals Ltd et d'Angoflex Ltda. Le chargement des ombilicaux pour l’installation offshore a commencé en avril 2017 sur le site d’Angoflex à Lobito, et la ligne a été totalement installée en janvier 2018. TechnipFMC Umbilicals était responsable de la gestion, de l'ingénierie et de la fabrication de la ligne d'ombilicaux tubulaires en acier, longue de 135 kilomètres. « Ce succès enregistré sur le projet Kaombo résulte d’un réel effort d’équipe et démontre le niveau d’engagement et de dévouement des équipes à travers trois sites.», a...
(Xinhua 14/03/18)
Le président angolais Joao Lourenço a rencontré mardi à Luanda le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain Aime Nyamitwe, en vue de meilleures relations entre les deux pays. M. Nyamitwe, en visite de travail de deux jours à Luanda, a remis au président angolais un message du président burundais, Pierre Nkurunziza, selon les médias locaux. Les deux pays ont signé des accords dans différents domaines de coopération et étudient actuellement des mécanismes pour les approfondir en détails, avec une emphase sur les secteurs économiques et commerciaux, a indiqué le diplomate burundais aux journalistes après sa rencontre avec M. Lourenço. M. Nyamitwe a salué le "rôle brillant" de l'Angola au cours de sa présidence de la Conférence internationale sur la région...
(Agence Ecofin 13/03/18)
L’Angola est le pays africain qui a drainé le plus d’investissements chinois, dans le domaine des infrastructures énergétiques, depuis l’année 2000. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’Université américaine de Boston. Selon les recherches, l’empire du Milieu a injecté plus de 34,8 milliards $ dans les infrastructures énergétiques sur le continent, au cours des 18 dernières années. Sur ce montant, 8,9 milliards $ ont été recueillis par l’Angola, principalement pour des centrales hydroélectriques, notamment, celui de Caculo Cabaça. L’infrastructure, dont la construction a démarré en 2017, a obtenu 4,5 milliards $ de financement de la Banque industrielle et commerciale de Chine. La centrale d’une capacité de 2 170 MW permettra au pays d’atteindre son objectif qui est d’avoir...
(RFI 10/03/18)
Parallèlement à la visite de Rex Tillerson en Afrique, le chef de la diplomatie russe est également sur le continent. Sergueï Lavrov y a entamé une tournée en début de semaine, avec cinq pays africains au programme, l’Angola, la Namibie, le Mozambique, le Zimbabwe et l’Ethiopie. Le ministre des Affaires étrangères russe est arrivé à Addis Abeba vendredi 9 mars au soir, quelques heures avant que son homologue américain n’en parte. Rex Tillerson et Sergueï Lavrov étaient tous deux sur le continent africain en ce début mars, mais il n’y a pas eu de rencontre, bien au contraire, comme l’explique Pierre Yves Vircoulon, chercheur à l’Ifri. « Leurs calendriers de voyage s’évitent soigneusement. Le seul pays qu’ils visitent tous les...
(RFI 09/03/18)
Après 34 ans de suspension à cause de l'insécurité, le trafic ferroviaire entre la RDC et l'Angola a repris lundi 5 mars, ce qui facilite l'évacuation des matières premières congolaises vers le port angolais de Lobito. Pendant 34 ans, les miniers étaient obligés de passer par les ports de Durban en Afrique du Sud et de Dar es Salaam en Tanzanie pour évacuer les matières premières congolaises, ce qui coûtait très cher en termes de transport et avait comme conséquence notamment la mise à l'arrêt de certaines entreprises minières. « C’est la mine de charbon de Luena qui s’est complètement arrêtée. Dès qu’on l’a rouverte, les premiers qui en bénéficient, c’est Kisenge manganese qui avait des piles et des piles,...
(RFI 08/03/18)
Le HCR proteste contre le refoulement par les autorités angolaises de plus de 500 congolais, fin février, qui avaient fui les violences des Kasai, parmi lesquels plus de 200 enfants. Pour Luanda, ces personnes seraient des immigrants illégaux. Pour le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ces Congolais étaient, soit des réfugiés de plein droit qui étaient enregistrés biométriquement, soit des demandeurs d'asile en cours d'enregistrement. Il s'agit donc, d'après le HCR, d'une violation des conventions internationales signées par l'Angola, comme l'explique à RFI ...
(AFP 07/03/18)
Pluies abondantes, insalubrité récurrente, pénurie de médicaments et corruption, le mélange est meurtrier. Dans l'Angola pourtant riche de son pétrole, le paludisme continue obstinément à décimer la population, symptôme de la faillite de tout un Etat. Plus de mille morts au cours des deux derniers mois, les statistiques font froid dans le dos. "Le nombre est effrayant", s'alarme Josefa Antonio, la responsable de la santé publique à Kilamba Kiaxe, un quartier pauvre de Luanda. Depuis le début de l'année, plus de 300.000 cas ont été enregistrés sur l'ensemble du pays, selon les chiffres officiels. Au palmarès des provinces touchées, celle de Luanda arrive en tête, avec plus de 75.225 cas et 117 décès, suivie de celle Benguela (centre-ouest) avec 43.751...
(Agence Ecofin 07/03/18)
Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov (photo) a entamé depuis le lundi 5 mars, une visite officielle de cinq jours en Afrique qui le conduira successivement en Angola, Namibie, Mozambique, Zimbabwe et Éthiopie. Dans une interview accordée récemment au magazine Hommes d’Afrique, le chef de la diplomatie russe a déclaré que « ma prochaine visite est destinée à intensifier les liens sur plusieurs axes, trouver de nouveaux terrains pour des efforts communs dans les domaines commercial et économique, scientifique, technique, humanitaire et d'autres encore ». Selon la presse russe, cette tournée de Sergueï Lavrov sur le continent, intervient dans un contexte de détérioration des relations entre la Russie et l’Union européenne d’une part, et les Etats-Unis d’autre part...
(Agence Ecofin 07/03/18)
Entre janvier et avril 2018, la moyenne des exportations angolaises de pétrole brut s’élèvera à 1,52 million de barils par jour, soit le plus bas niveau d’exportation enregistré depuis 2008, rapporte l’Agence internationale de l’Energie (AIE) qui prévoit que le pire reste à venir. Selon elle, la production devrait reculer à 1,29 million de barils par jour en 2023, en raison du vieillissement de nombreux champs pétroliers majeurs ; ce qui affectera les exportations et par conséquent, les recettes publiques. Outre le vieillissement des champs producteurs, l’AIE relève que les difficultés de l’Angola à attirer des investisseurs pour développer de nouveaux projets, renforceront la mauvaise santé des exportations. Il faut faire remarquer que les gisements pétroliers offshore de l’Angola sont...

Pages