Mardi 20 Février 2018
(AFP 29/01/18)
Le président angolais Joao Lourenço a été élu il y a cinq mois en promettant un "miracle économique". Mais le redressement s'annonce long et difficile. Depuis trois semaines, il se manifeste même par une inquiétante dévaluation de la monnaie locale. Début janvier, le nouveau gouverneur de la Banque centrale, Jose de Lima Massano, a annoncé une petite révolution: la mise en place progressive d'un système de changes flottants. La devise angolaise était arrimée depuis 2016 au billet vert au prix invariable de 166 kwanzas pour 1 dollar. Mais ce taux était bien loin de refléter la valeur réelle du kwanza, qui s'échange au marché noir à plus de 400 pour un dollar. "Nous avons un taux de change qui ne...
(Le Monde 29/01/18)
L’Angola n’a pas eu le temps de se remettre du départ de José Eduardo dos Santos, qui a dirigé le pays d’une main de fer durant 38 ans. Depuis son investiture en septembre 2017, le nouveau président Joao Lourenço a multiplié les annonces de réformes et les coups d’éclat en limogeant des caciques de l’ancien régime, dont les enfants dos Santos qui avaient le contrôle sur une importante partie de l’économie nationale. Sur le plan de la diplomatie africaine, négligée par l’ancien chef d’Etat,...
(RFI 29/01/18)
Après plusieurs heures de retard, les dirigeants du continent africain ont réussi à avancer dimanche 28 janvier sur les réformes proposées par Paul Kagame, officiellement désigné pour succéder au Guinéen Alpha Condé. Paul Kagame propose notamment une taxe à 0,2% sur les importations de certains produits. Une vingtaine de pays l'a déjà mise en place. Le chef de l'État rwandais veut aussi avancer sur la mise en place d'un marché commun car les enjeux économiques sont cruciaux pour l'Afrique. Pour s'autofinancer, l'Union africaine demande à chacun de ses Etats membres de taxer à 0,2% un certain nombre de produits importés. Et dimanche à la tribune, le président sortant de l'Union africaine, Alpha Condé, a révélé le nombre de pays qui...
(AFP 28/01/18)
Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d'Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu'il est chef de la diplomatie américaine. Une source au sein de l'UA a confirmé l'authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la...
(Xinhua 26/01/18)
Jeudi à Addis-Abeba, l'Angola a réaffirmé son engagement de réaliser les objectifs de l'Union africaine (UA) et qu'il ne serait jamais "une force de blocage" pour les réformes en cours de l'organisation continentale, qui est en train de discuter des questions brûlantes africaines, telles que la corruption et l'émigration, dans la capitale éthiopienne. Le ministre angolais des Affaires étrangères, Manuel Augusto, a fait ces remarques à Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie, en soulignant que son pays jouerait un rôle important pour réaliser les objectifs de l'UA. Le responsable, qui est arrivé jeudi à Addis-Abeba pour assister à la 30e session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, a déclaré que l'Angola était prêt à jouer son...
(Agence Ecofin 24/01/18)
En Angola, la compagnie publique du pétrole, Sonangol, aurait lancé un important appel d’offres pour acheter des produits pétroliers, afin d’élargir sa base des importations. C’est ce qu’ont révélé à Reuters, mardi, des sources proches du dossier, qui ont également indiqué que cet appel d’offres entre dans le cadre des réformes instituées depuis l’arrivée du nouveau Président, Joao Lurenço pour redynamiser le secteur en proie à la corruption. Par ailleurs, elles ont ajouté que la libéralisation du secteur n’est actuellement pas la priorité de Luanda qui compte encore conserver pendant longtemps, le monopole sur les importations de produits pétroliers. La procédure serait valable jusqu’au 31 janvier et viserait 1,2 million de tonnes d'essence, 2,1 millions de tonnes de gasoil et...
(Agence Ecofin 23/01/18)
Selon le Directeur général de l'Institut national angolais de la route (INEA), António Resende, l’Angola prévoit réhabiliter environ 6000 km de routes afin de mieux interconnecter le réseau routier du pays. A en croire António Resende, sur les 26 000 km de routes que comprend le réseau du pays, environ 13 000 km ont déjà fait l’objet d’une réhabilitation, dont certaines ont reçu une pose d’asphalte pour la première fois. Par ailleurs, environ 7000 autres km ont été attribués à des entrepreneurs et sont en cours de réhabilitation. Tandis que les 6000 km restants attendent que des financements soient mobilisés avant leur attribution à des entreprises privées en vue de leur réhabilitation. Dans ce nombre, 4000 km de routes bénéficieront...
(AFP 22/01/18)
Source de tensions diplomatiques entre le Portugal et l'Angola, le procès pour corruption impliquant l'ancien vice-président angolais Manuel Vicente s'est ouvert en son absence lundi à Lisbonne, alors que Luanda s'estime "offensé" par son ancienne puissance coloniale. Il y a cinq ans déjà, les premières informations publiées dans la presse portugaise sur une enquête visant plusieurs hauts responsables angolais, dont M. Vicente, avaient jeté un froid dans les rapports entre ces deux pays, pourtant très liés au plan économique. Manuel Vicente, qui était à la tête de la compagnie pétrolière nationale Sonangol à l'époque des faits présumés, est accusé par le ministère public portugais d'avoir corrompu le procureur Orlando Figueira...
(Agence Ecofin 19/01/18)
Des start-up d’Afrique du Sud, du Botswana, de Namibie, de Tanzanie et de Zambie seront financées à hauteur de 8,7 millions d’euros (10,6 millions $) par le gouvernement finlandais. Ces fonds seront accordés dans le cadre du Southern Africa Innovation Support (SAIS), un programme qui soutient le développement des entreprises innovantes en Afrique australe. Les start-up, qui bénéficieront de ces financements jusqu’en 2021, sont recrutées dans divers secteurs tels que la téléphonie mobile, la cyber-sécurité et les technologies de la santé. Rappelons qu’en décembre 2017, la Finlande a organisé une conférence internationale qui a réuni des start-up d’Afrique, d’Asie et d’Europe. Chamberline Moko
(Agence Ecofin 18/01/18)
Le groupe Odebrecht, via sa filiale Odebrecht Mining Service Investments GmbH, a accepté de céder sa participation de 16,4% dans la Société Minière de Catoca (SMC) pour 140 millions $. SMC détient en Angola, dans la province de Lunda Sul, le projet Catoca, quatrième plus grande mine à ciel ouvert de diamant au monde. Selon les détails relayés par Macauhub, les 16,4% de participation seront dans un premier temps vendu à Wargan Holdings, société détenue à 100% par Alrosa, un partenaire du projet. La participation sera plus tard divisée en deux parties égales de 8,2% entre Alrosa et Endiama, la compagnie nationale de diamants de l’Angola. La transaction a été approuvée par le président angolais João Lourenço, et sera, apprend-on,...
(Agence Ecofin 17/01/18)
En Angola, la production pétrolière actuelle est de 1,6 million de barils par jour alors que le seuil à ne pas dépasser qui est fixé par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est de 1,678 million de barils par jour. Pour Estêvão Pedro, le représentant de l'Organisation africaine des producteurs de pétrole (APPO), il est nécessaire d’investir davantage pour atteindre les 78 000 barils de pétrole par jour, restants afin de mieux profiter de la remontée des cours du brut. Une déclaration faite lors de la réunion extraordinaire du Comité d'experts de l'APPO, qui se tient actuellement à Luanda, la capitale angolaise. Le responsable a également salué les efforts consentis par l’Angola et les autres producteurs de l’OPEP depuis...
(AFP 17/01/18)
L'ancien défenseur vedette du Cameroun Rigobert Song, devenu sélectionneur, a perdu son premier match dans le Championnat d'Afrique des Nations à la tête des Lions indomptables, battus 1-0 par le Congo mardi à Agadir. A un quart d'heure de la fin d'un match plutôt dominé par le Cameroun, Makiesse a donné la victoire aux Diables rouges, sur pénalty après une faute du gardien Ngwot. Si le Congo poursuit sa trajectoire ascendante, le Cameroun, déjà absent du prochain Mondial, peine encore à obtenir des résultats probants. Auparavant, dans une rencontre qui semblait très ouverte, l'Angola et le Burkina Faso n'ont pu se départager (0-0). Le Congo prend donc la tête du groupe D. Samedi, l'Angola affrontera le Cameroun et le Burkina...
(AFP 15/01/18)
Après la fille, le fils ! Cent jours à peine après son investiture, le président angolais Joao Lourenço a mis sur la touche les proches de son prédécesseur Jose Eduardo dos Santos, symboles d'un régime corrompu avec lequel il affirme vouloir rompre. Ouvert en novembre avec l'éviction d'Isabel dos Santos de la compagnie publique pétrolière Sonangol, ce grand ménage s'est conclu cette semaine avec celui de son demi-frère, Jose Filomeno, du fonds d'investissement souverain du pays. Attendue depuis des semaines, la chute du fils de l'ex-chef de l'Etat, surnommé "Zenu", n'a surpris personne. Depuis son arrivée au pouvoir dans la foulée des élections d'août dernier...
(RFI 15/01/18)
En Angola, l'Eglise se réjouit de la décision du président Lourenço d’autoriser la radio catholique Ecclesia de diffuser sur l’ensemble du territoire national. Pour l’instant, Radio Ecclesia peut seulement être captée dans la capitale. Cette décision marque un rapprochement entre Luanda et l’Eglise, qui s'est parfois montrée opposée au pouvoir. C’est un message qui a réjoui les catholiques lors de la première conférence de presse de Joao Lourenço, en début de semaine, à Luanda. Radio Ecclesia sera autorisée partout en Angola, et pas uniquement dans la capitale.
(RFI 12/01/18)
Le président angolais a démis Jose Filomeno dos Santos de ses fonctions à la tête du fonds souverain. Le fils de l'ex-président dos Santos occupait ce poste depuis 2013, il était soupçonné d'avoir utilisé le fonds souverain pour favoriser son ami et homme d'affaires basé en Suisse, Jean-Claude Bastos. Le président angolais s'est lancé dans une entreprise de démantèlement de l'empire familial des dos Santos qui avaient mis la main sur les secteurs clé de l'économie angolaise. « Ezonerador implacavel », le liquidateur implacable comme le surnomment les Angolais, a encore frappé. Joao Lourenço a en effet scalpé une nouvelle tête du clan dos Santos. Après la fille Isabel, renvoyée de la compagnie pétrolière angolaise, après le gendre Sindika Dokolo,...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, le 12 janvier 1983, la chine a accordé plus de 60 milliards de dollars de prêts à l’Angola, a déclaré l’ambassadeur chinois à Luanda, Cui Aimin (photo). Ces prêts assortis de conditions assouplissantes ont permis de financer plusieurs projets d’infrastructure notamment des centrales électriques, des routes, des ponts, des hôpitaux et des logements... En 35 ans de coopération, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Angola. En Afrique, le deuxième producteur de pétrole est également le principal fournisseur de brut de la Chine. Fort de ces relations fructueuses, fin 2016, le Forum d’investissement sino-angolais s’est tenu à Luanda, ce qui a abouti à la conclusion de 48 accords d’intention...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Après Isabel, le clan dos Santos vient de subir un nouveau camouflet. José Filomeno (photo), fils de l'ancien président José Eduardo dos Santos, n’est plus à la tête du fonds souverain angolais. Ce limogeage est le dernier d'un jeu de chaises musicales qui a connu son entame à l’arrivée au pouvoir du président Joao Lourenço en août 2017, après près de quatre décennies d’hégémonie de la famille dos Santos. Les chefs d’accusation qui motivent ce débauchage, portent essentiellement sur la performance et la gouvernance du fonds. En effet, le fonds souverain angolais qui revendique plus de 5 milliards $ d’actifs, fait l'objet d'une enquête minutieuse depuis que les Paradise Papers ont révélé que l'entrepreneur helvético-angolais, Jean-Claude Bastos de Morais, ami...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Le gouvernement angolais mettra en place, cette année, un nouveau processus pour l’allocation des titres d’exploitation forestière, a annoncé André Moda (photo), le Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, en charge des Forêts. D’après le responsable, l’objectif de cette démarche est de permettre le renforcement de la surveillance et de l’inspection des ressources forestières et, par ricochet, de susciter une confiance accrue des acteurs économiques. En soutien à cette mesure, le dirigeant indique que l’exécutif envisage de mettre en place une police des forêts ainsi que des entrepôts d’inspection du bois transporté dans des zones stratégiques. Selon les estimations de la FAO datant de 2015, les forêts angolaises couvrent environ 57,8 millions d’hectares, soit 46,4% de la superficie totale du pays. Espoir...
(AFP 11/01/18)
Le président angolais Joao Lourenço a démis de ses fonctions le fils de l'ancien chef de l'Etat José Eduardo dos Santos qui était à la tête du fonds d'investissement souverain du pays, a annoncé mercredi soir la présidence. José Filomeno dos Santos a été remplacé par un ancien ministre des Finances, Carlos Alberto Lopes. Le fils de l'ex-président, surnommé "Zenu", avait été mis en cause dans le scandale des "Paradise Papers". Le fonds aurait versé des dizaines de millions de dollars à un homme d'affaires proche de "Zenu", Jean-Claude Bastos de Morais, pour gérer cette entité. Comme de nombreuses puissances pétrolières, l'Angola a mis en place un fonds pour investir les revenus de l'or noir. Lancé en 2011, il était...
(La Tribune 11/01/18)
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi effectuera du 12 au 16 janvier, une nouvelle tournée africaine qui le conduira au Rwanda, en Angola, au Gabon et à Sao Tomé-et-Principe. La visite qui s’inscrit dans le cadre d’une pratique devenue désormais traditionnelle pour les chef de la diplomatie chinoise vise également à préparer le prochain Forum de la coopération Chine-Afrique prévu dans quelques mois. Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi est de retour en Afrique. Du 12 au 16 janvier, le chef de la diplomatie chinoise effectuera des visites officielles au Rwanda, en Angola, au Gabon et à Sao Tomé-et-Principe selon l'agence officielle Xinhua. La tournée du chef de la diplomatie chinoise en Afrique se veut avant...

Pages