Dans le monde | Africatime
Samedi 29 Avril 2017

Dans le monde

(AFP)

L'ex-Premier ministre italien Matteo Renzi est bien placé pour reprendre la tête du Parti démocrate (PD, centre-gauche) lors d'un scrutin populaire dimanche et retrouver une position de premier plan sur la scène politique nationale.

Agé de 42 ans, M. Renzi avait démissionné de son poste de chef du gouvernement en décembre, après le non massif des Italiens à un référendum constitutionnel dont il avait fait son principal cheval de bataille.

(AFP)

Pour marquer le premier mois de sa mobilisation contre le président vénézuélien Nicolas Maduro lundi, l'opposition a appelé à de nouvelles manifestations au coeur de Caracas et dans tout le pays, pour défiler contre "la dictature".

(AFP)

Le pape François a assuré samedi, dans l'avion qui le ramenait d'Egypte, que le Saint-Siège était disposé à intervenir comme "facilitateur" face à la crise au Venezuela, mais "avec des conditions claires".

"Je crois que cela doit se faire avec des conditions. Des conditions très claires", a déclaré le pape, interrogé sur la manière dont le Vatican pourrait aider à faire cesser les violences qui ont fait déjà une trentaine de morts en un mois de manifestations hostiles au président socialiste Nicolas Maduro.

(AFP)

Les navires privés de secours aux migrants complices des trafiquants ? Le débat agite l'Italie, alimenté par les déclarations controversées d'un magistrat et la surenchère des politiques.

La polémique couvait depuis plusieurs semaines, alors que le procureur de Catane (Sicile), Carmelo Zuccaro, s'était interrogé en février sur la dizaine de navires privés, qui à la suite de l'ONG maltaise Moas en 2014 ont entrepris de secourir les migrants au large de la Libye, au côté des gardes-côtes italiens et des navires militaires engagés dans la zone.

(AFP)

Des centaines de Russes ont manifesté samedi contre un éventuel nouveau mandat du président Vladimir Poutine, bravant l'interdiction des autorités dans plusieurs villes de Russie, dont Saint-Pétersbourg, où la police a arrêté une centaine de personnes.

Réunis sous le slogan "Nadoïel" (Nous en avons assez de lui) faisant référence au président russe, les manifestants ont répondu à l'appel du mouvement Open Russia, fondé par l'opposant russe en exil et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski.

(AFP)

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a jugé samedi "absolument inacceptable" le tir d'un missile balistique plus tôt dans la journée par la Corée du Nord, qui s'est soldé par un échec.

Ce tir constitue une "menace sérieuse pour notre pays", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Londres, au lendemain de sa rencontre avec la Première ministre britannique Theresa May.

M. Abe a appelé la communauté internationale, en particulier la Chine, à "montrer sa solidarité" pour élaborer une réponse.

(AFP)

L'ex-chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar, en exil depuis plus de 20 ans, est réapparu pour la première fois en public devant ses partisans samedi pour appeler les talibans à cesser le combat et rejeter la violence.

M. Hekmatyar qui s'exprimait dans la capitale provinciale de Laghman, à l'est de Kaboul, a signé en septembre un accord de paix avec le gouvernement lui garantissant un retour sécurisé au pays et l'amnistie pour lui et les siens.

(AFP)

Le Premier ministre Viktor Orban, rappelé à l'ordre par Bruxelles pour sa loi controversée sur les universités, a promis samedi de respecter les règles européennes lors d'une rencontre avec ses homologues de droite de l'UE, selon ces derniers.

M. Orban s'est engagé devant la direction du Parti populaire européen (PPE, droite) à respecter toutes les demandes de la Commission européenne et de les mettre en oeuvre dans les délais impartis, a déclaré devant des journalistes Siegfried Muresan, un porte-parole du président du PPE, Joseph Daul.

(AFP)

Le chef du groupe Etat islamique en Afghanistan a probablement été tué cette semaine lors d'une opération dans l'est du pays, au cours de laquelle deux militaires américains ont perdu la vie dans des circonstances faisant l'objet d'une enquête, a annoncé vendredi le Pentagone.

(AFP)

Quatre personnes ont été tuées et six blessées vendredi à Bagdad dans une attaque à la voiture piégée contre des bâtiments de la police de la route, a-t-on appris de sources concordantes.

L'explosion a eu lieu à Karrada, un quartier du centre de la capitale irakienne, visé à plusieurs reprises par des attentats ces dernières années.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Saad Maan a précisé dans un communiqué que l'attaque avait été perpétrée par une voiture suicide et avait "tué quatre personnes, dont un colonel de la police".

(AFP)

La saisie de biens immobiliers détenus par des ressortissants étrangers et dont le financement pose question est désormais chose possible à Londres, après l'adoption cette semaine d'un nouvel arsenal destiné à répondre au problème de blanchiment d'argent.

Baptisé "Décret sur la richesse inexpliquée", ce train de mesures a été salué par les organisations de lutte contre la corruption, qui considèrent qu'il pourra contribuer à empêcher le blanchiment d'argent via l'acquisition de luxueuses résidences dans les quartiers cossus de la capitale britannique.

(AFP)

Les 27 dirigeants de l'UE ont adopté samedi "unanimement" les grands principes directeurs qui guideront les négociateurs européens du Brexit au cours des deux prochaines années, illustrant ainsi leur unité revendiquée face au Royaume-Uni.

"Orientations adoptées à l'unanimité", s'est félicité sur Twitter le président du Conseil européen Donald Tusk, peu après l'ouverture à Bruxelles du premier sommet extraordinaire à 27 sur le Brexit.

(AFP)

L'arrestation cette semaine d'un militaire allemand se faisant passer pour un réfugié syrien et soupçonné de préparer un attentat contre des étrangers tourne au scandale dans le pays, pour l'armée et le système de contrôle des migrants.

Suite à l'incarcération jeudi de cet officier avec le grade de lieutenant, stationné en France, la Bundeswehr se voit accusée de ne pas suffisamment lutter contre les tendances d'extrême droite dans ses rangs.

(AFP)

Les premiers Marines américains sont de retour dans le Helmand, province du sud de l'Afghanistan en partie dominée par les talibans, qu'ils avaient évacuée en 2014 sans avoir réussi à contrer l'insurrection.

Les trente premiers Marines, sur un détachement total de 300 qui se déploieront progressivement, sont arrivés au cours des derniers jours, ont précisé plusieurs d'entre eux à l'AFP. Le détachement se positionne au moment où débute l'offensive de printemps des talibans, galvanisés par de récents gains territoriaux.

(AFP)

La bataille Macron/Le Pen qui oppose les deux présidentiables français sur la délocalisation en Pologne de l’usine Whirlpool d’Amiens laisse froids les ouvriers polonais, fatalistes sur le sort de leurs confrères français.

(AFP)

L'ONU a exprimé vendredi soir son espoir d'une relance de négociations pour régler le conflit au Sahara occidental après que le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui, s'est retiré d'une zone tampon de la région.

"Cette action devrait améliorer les perspectives d'un climat (propice) à la relance d'un processus de négociations avec une nouvelle dynamique et un nouvel état d'esprit", s'est félicité dans un communiqué Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

(AFP)

En ordonnant des frappes contre les milices kurdes en Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan cherche à mettre la pression sur leur parrain américain avant sa prochaine rencontre avec Donald Trump, estiment des analystes.

La Turquie a irrité Washington en bombardant mardi en Syrie un QG des Unités de protection du peuple kurde (YPG), faisant au moins 28 morts, et en lançant un raid aérien en Irak contre une milice pro-kurde, tuant accidentellement six membres des forces kurdes irakiennes.

(AFP)

Le premier train de marchandises reliant directement Londres à la Chine est arrivé samedi à destination après un voyage de près de trois semaines évoquant l'ancestrale Route de la soie.

Le convoi, qui avait quitté la capitale britannique le 10 avril, est entré vers 9h30 heure locale (01h30 GMT) en gare d'Yiwu, une ville de 2 millions d'habitants située au sud de Shanghai (est de la Chine), après avoir traversé la France, la Belgique, l'Allemagne, la Pologne, la Biélorussie, la Russie et le Kazakhstan.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a célébré son 100e jour au pouvoir samedi entouré de ses partisans, en vantant son bilan provisoire "très productif" et en promettant de livrer les "grandes, grandes batailles à venir".

"Mes cent premiers jours ont été très palpitants et très productifs", a déclaré M. Trump lors d'une réunion publique en Pennsylvanie, un des Etats qui ont permis sa victoire surprise le 8 novembre 2016.

Et "nous remporterons chacune des grandes, grandes batailles à venir", a-t-il ajouté.

(AFP)

Les dirigeants de l'UE vont revendiquer leur "unité" à 27 à l'occasion d'un sommet sans le Royaume-Uni samedi à Bruxelles, où seront adoptés les grands principes directeurs du camp européen dans les négociations sur le Brexit.

"Il y a des sujets sur lesquels les Etats membres ne s'entendent pas. Apparemment, sur le Brexit, les 27 ont le même positionnement", note en souriant un haut responsable européen qui avoue que les préparatifs du sommet de samedi ont déjoué ses propres pronostics en se déroulant "sans accroc".

(AFP)

L'économie mexicaine a résisté mieux que prévu face à l'incertitude provoquée par les 100 premiers jours de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, avec un PIB en hausse de 0,6% au premier trimestre.

La coissance du produit intérieur brut annoncée vendredi par l'institut mexicain des statistiques (INEGI) est légèrement supérieure aux attentes des analystes qui tablaient sur 0,5%.

(AFP)

Le Brésil était en partie paralysé vendredi par une grève générale pour protester contre les mesures d'austérité du président conservateur Michel Temer, avec le centre de Rio quadrillé par les forces de l'ordre et plongé dans un nuage de gaz lacrymogènes.

Dès les premières heures de la journée, les transports étaient fortement perturbés dans tout le pays, notamment à Sao Paulo, capitale économique brésilienne.

(AFP)

La Première ministre britannique Theresa May a tenté de promouvoir les échanges économiques avec le Japon lors d'une rencontre avec son homologue Shinzo Abe vendredi à Londres, à quelques semaines du début des négociations sur le Brexit.

La cheffe du gouvernement conservateur a rappelé au dirigeant japonais sa "détermination à faire du Royaume Uni le meilleur endroit en Europe pour gérer et développer une entreprise".

(AFP)

La Russie a dénoncé vendredi la décision du Parlement du Monténégro d'approuver l'adhésion du pays à l'Otan, accusant les autorités d'être passées outre l'opposition d'une partie de la population à cette idée.

"Nous constatons avec grand regret que les autorités actuelles du pays et leurs protecteurs occidentaux n'ont pas écouté la voix de la raison", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

(AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé vendredi le voeu d'écrire une "nouvelle page" des relations avec les Etats-Unis lors d'une rencontre prochaine avec son homologue Donald Trump, après des mois de tensions liées à la Syrie et au putsch manqué.

La première rencontre entre les deux dirigeants, prévue le 16 mai à Washington, donnera l'occasion aux deux alliés au sein de l'Otan et de la coalition antijihadiste de redorer une relation abîmée par plusieurs différends sous la présidence Obama.

(AFP)

Au rez-de-chaussée neuf d'un immeuble coquet du quartier de la Barcelonette, à Barcelone, une fenêtre est grossièrement murée à l'aide de briques. Le but? Dissuader les mafias qui "séquestrent" des appartements pour exiger des rançons, s'alarment les professionnels du secteur.

Les mafias "cherchent des appartements vides sur internet où dans les registres publics pour y entrer de force. Elles branchent illégalement les services publics - eau, gaz, etc. - puis les remettent à des occupants", explique Enrique Vendrell, président du collège des syndics de Barcelone.

(AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué vendredi le "manque de sensibilité" du chef de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel, qu'il avait refusé de recevoir mardi après une dispute sur le programme du ministre.

"Je ne reçois aucun diplomate d'autres pays qui visitent Israël et qui y rencontrent des organisations qui qualifient nos soldats de +criminels de guerre+", a déclaré le chef du gouvernement israélien au quotidien populaire allemand Bild.

(AFP)

La Corée du Nord a procédé samedi à un tir de missile balistique, tir soldé par un échec, en riposte apparente à un appel solennel des Etats-Unis à l'ONU à contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales.

Quelques heures après une réunion exceptionnelle du Conseil de sécurité, "la Corée du Nord a tiré un type de missile balistique non identifié depuis un site" au nord de Pyongyang, a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense.

(AFP)

Les nuages s'amoncellent autour du Brexit à la veille d'un sommet européen sur le sujet, avec une activité économique qui ralentit au Royaume-Uni, des signaux de fermeté des Européens et les tentations sécessionnistes écossaise et nord-irlandaise.

Une série de statistiques et déclarations publiées ces derniers jours vient mettre un sérieux bémol à l'euphorie des derniers mois dans les rangs des partisans de la sortie britannique de l'UE, portés jusque là par une économie bien portante après leur victoire au référendum du 23 juin qui a décidé le départ de l'UE à 52% des voix.

(AFP)

Le gouvernement chinois s'est félicité vendredi d'une "gifle" infligée par Donald Trump à Taïwan, après des propos du président américain écartant un nouvel entretien téléphonique avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

Quelques semaines après son élection en novembre dernier mais avant son entrée en fonctions, M. Trump avait créé la stupeur à Pékin en acceptant de prendre un appel de Mme Tsai, rompant avec l'engagement des Etats-Unis de ne pas entretenir de relations avec des dirigeants taïwanais.

(AFP)

Au Cachemire indien, en proie à une vague de violences, les réseaux sociaux sont devenus un nouvel espace de contestation contre New Delhi, poussant les autorités à ordonner un blocage inédit d'applications comme Facebook, Whatsapp ou Twitter.

(AFP)

"Un petit village d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur..." Plus à l'est, 2.000 ans après Astérix, les Roumains se battent à l'inverse pour préserver l'héritage de l'ère romaine, dont l'apprentissage du latin.

La Roumanie fait figure à part en Europe: étudier la langue de Jules César est aujourd'hui obligatoire au collège en troisième, à raison d'une heure par semaine, ainsi que dans les filières littéraires des lycées. L'Italie, berceau de l'Antiquité romaine, a elle abandonné le latin obligatoire au collège en 1977.

(AFP)

Les principaux partis macédoniens se sont rejetés la responsabilité pour les violences ayant suivi l'irruption dans le parlement de manifestants en colère et qui ont fait plus de cent blessés.

"Soixante-dix citoyens, vingt-deux policiers et trois députés ont été soignés à l'hôpital central de Skopje, sept autres personnes ont été traitées dans d'autres établissements médicaux" de la capitale, a indiqué la police dans un communiqué.

(AFP)

La Grande-Bretagne doit d'abord régler les questions du divorce avec l'UE avant d'engager des discussions sur un futur accord commercial avec l'Union, a prévenu vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

Dans une lettre aux chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays restants de l'UE, avant un sommet samedi à Bruxelles consacré au Brexit, M. Tusk a affirmé: "avant de parler de notre futur, nous devons régler les questions du passé".

La Grande-Bretagne aurait voulu régler les termes du divorce et parallèlement négocier un accord commercial.

(AFP)

Une dizaine de personnes ont été découvertes dans un minuscule réduit dissimulé derrière un meuble de bibliothèque dans un commissariat des Philippines, alimentant de nouveau les craintes d'abus dans la guerre antidrogue meurtrière du président Rodrigo Duterte.

Des membres de la Commission gouvernementale des droits de l'homme, accompagnés de journalistes, ont retrouvé ces hommes et ces femmes lors d'une visite surprise jeudi soir dans ce poste de police situé au coeur des bidonvilles de Manille.