Vendredi 23 Février 2018
(RFI 22/02/18)
En mission de travail au centre de transit des migrants ouest-africains de l'OIM à Agadez, le ministre de l'Intérieur du Niger, Mohamed Bazoum, a fustigé, mercredi 21 février, le comportement de l'Algérie et sa tendance à expulser les migrants vers le Niger. Quelque 770 jeunes sont en transit dans le centre visité par le ministre, dont une écrasante majorité, selon lui, sont des Africains de l'Ouest renvoyés d'Algérie. L'Algérie doit rapatrier ces migrants chez eux, a martelé le ministre. C’est en compagnie du Premier ministre nigérien que le ministre de l’Intérieur, Bazoum Mohamed, s’est rendu dans le centre de transit des migrants ouest-africains d’Agadez, un centre de l’Office international des migrations, plein à craquer. «...
(Le Monde 21/02/18)
Une pluie fine tombe sur Alger. Sous le porche, une poignée d’hommes sont regroupés à l’entrée du service de gynécologie-obstétrique. Une trentaine de femmes patientent, assises sur des bancs de marbre gris. Derrière le comptoir, un agent d’accueil en blouson noir surveille les entrées. « Oui ? Vous êtes venu pour ? » Il désigne alternativement les deux salles d’attente, indique où se trouve l’entrée des urgences puis sort fumer une cigarette. A l’extérieur, une femme crie. Les conversations s’arrêtent, les regards inquiets se tournent vers la route qui sépare les différents services. Un conducteur pressé klaxonne pour que les piétons lui cèdent le passage. Dans cet hôpital d’Alger, tout semble tendu comme un fil qu’on aurait peur de rompre...
(RFI 21/02/18)
Dormir chez l’habitant, découvrir des traditions et des habitudes culinaires locales, c’est l’objectif de l’éco-tourisme, un tourisme solidaire à l’opposé du tourisme de masse. Ces dernières années, quelques Algériens se sont lancés dans ce nouveau genre de séjours. Le retour de la sécurité mais surtout la grande diversité des paysages du pays lui donne un immense potentiel. Mais ça n’est pas sans difficulté. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180221-algerie-initiatives-eco-tourisme-dur...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Ce mercredi 6 décembre 2017, dans la salle d’audience de la résidence de Zeralda, siège officieux de la présidence, un face-à-face inédit dans l’histoire des relations franco-algériennes réunit Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, chef de l’État depuis 1999, et Emmanuel Macron, 40 ans, élu sept mois plus tôt à la présidence française. Le premier, l’un des derniers vétérans de la guerre d’Algérie, a connu de près tous les chefs d’État français, de Charles de Gaulle à François Hollande. Le second, né quinze ans après l’indépendance de 1962, est un ovni qui a dynamité les vieux clivages de la politique française...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Ahmed Ouyahia, Premier ministre algérien, et Djamel Ould Abbès, secrétaire du FLN et réputé proche du président Abelaziz Boutaflika, se livrent à une véritable guerre de positions sur la ligne de front des privatisations. En vieux briscard de la politique, Ahmed Ouyahia sait esquiver les coups. Cela tombe bien, puisque celui qui occupe le poste de Premier ministre pour la quatrième fois en un peu moins d’un quart de siècle en reçoit beaucoup depuis sa nomination, le 15 août 2017. Et pas seulement de la part de l’opposition. Le patron du Rassemblement national démocratique (RND) doit en effet parer aux attaques répétées de Djamel Ould Abbès, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN)...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Consultant franco-tunisien, Hakim El Karoui a dirigé le rapport de l’Institut Montaigne sur la politique arabe de la France (août 2017). Il répond à nos questions sur les relations entre la France et le Maghreb. Jeune Afrique : Vous conseillez de replacer le Maghreb au centre de la « politique arabe » de la France, pourquoi ? Hakim El Karoui : En France, six millions de personnes, immigrés de première, deuxième ou troisième génération, ont un lien direct avec le Maghreb...
(RFI 19/02/18)
En Algérie, plusieurs secteurs de la fonction publique sont touchés par des grèves depuis quelques semaines, principalement les hôpitaux et les établissements scolaires. Si des négociations ont eu lieu, les autorités refusent d'accéder aux revendications des grévistes et demandent la fin des débrayages. Au-delà des sanctions, le gouvernement veut désormais hausser le ton. Depuis le 30 janvier, un syndicat de l'éducation a lancé une grève illimitée en Algérie. La justice a déclaré la grève illégale et la ministre de l'Education a annoncé que 581 enseignants grévistes avaient depuis été radiés.
(La Tribune 19/02/18)
Les autorités algériennes ont l'ambition d'augmenter la part de leur pays dans le marché du gaz, en mettant un accent particulier sur les exportations vers l'Asie. Pour ce faire, a annoncé Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de la compagnie publique Sonatrach, Alger va acquérir davantage de navires pour acheminer le gaz vers l'Asie. L'Algérie mise sur le marché asiatique pour augmenter sa part dans le marché du gaz et prévenir d'éventuelles mésaventures avec ses ''traditionnels'' clients européens. Cette semaine lors...
(Jeune Afrique 19/02/18)
L'italien Saipem s'est engagé à verser près de 200 millions de dollars à l'algérien Sonatrach, pour régler le différend qui oppose les deux sociétés depuis 2014. Le 13 février, Sonatrach et Saipem ont conclu un accord qui clôt définitivement les procédures d’arbitrage international que l’italien avait engagées, en 2014, contre le groupe algérien et qui portaient sur quatre contrats liés à des projets de pipelines et gazoducs. Au terme de cet accord, scellé début février, Saipem versera près de 200...
(Jeune Afrique 19/02/18)
Fini les tabous, l'immobilisme et les codes surannés. Le président français veut refonder tous azimuts les relations entre Paris et les pays de la rive sud de la Méditerranée. Enquête sur une révolution diplomatique. Emmanuel Macron, 40 ans, n’en finit plus de nous surprendre. Au Maghreb, comme ailleurs en Afrique, son style décomplexé et parfois transgressif séduit tout autant qu’il déroute. Un selfie avec Béji Caïd Essebsi (BCE), une visite dans les souks de Tunis, une franchise inédite qui s’exprime...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Face à la poursuite de la grève illimitée des enseignants depuis plus deux semaines, la ministre de l’Éducation Nouria Benghabrit a accepté de rencontrer un ancien militant du Front Islamique du salut (FIS), l’imam Ali Aya, et l'avocat Nadjib Bitam, souhaitant intervenir en tant que médiateurs dans cette affaire. Pendant plus de deux heures, ce mardi 13 février, la ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghabrit a reçu l’imam Cheikh Ali Aya et l’avocat Nadjib Bitam. Au cours de cette rencontre,...
(RFI 17/02/18)
Le Conseil constitutionnel français a ouvert une brèche la semaine dernière, en annonçant que les victimes civiles de la guerre d'Algérie pouvaient obtenir une pension d'invalidité, quelle que soit leur nationalité. La décision ouvre donc le droit à une pension aux Algériens. Les autorités algériennes n'ont toujours pas réagi à la décision ni les associations. Ceux qui ont des proches qui pourraient prétendre à une indemnisation sont dubitatifs. Officiellement, l'Etat n'a toujours pas commenté l'information. Les associations de victimes non plus. La décision du Conseil constitutionnel français pourrait concerner...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Poussée par l'interdiction des importations de smartphone en Algérie, la marque française Wiko ouvre une usine d’assemblage dans le pays. Une « décision stratégique » pour ses dirigeants. Présent dans le pays depuis 2013, Wiko est sur le point de lancer sa première usine d’assemblage de smartphones en Algérie. La marque française, née à Marseille en 2011 et passée en 2016 dans le giron du chinois Tinno Mobile, occupera les anciens locaux dans lesquels étaient fabriqués les téléviseurs Thomson, dans...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Après plusieurs années d'interruption liées aux menaces terroristes, la course souhaiterait organiser à nouveau la course dans le pays. Les responsables du groupe français Amaury Sport Organisation, à l’origine du Rallye Dakar (ex-Paris-Alger-Dakar), se rendront dans les prochains jours à Alger afin d’explorer les possibilités d’organiser une course qui passerait par plusieurs villes du pays. Les autorités algériennes ont, après plusieurs relances, donné leur accord pour ouvrir des discussions portant sur des dates et un parcours. Fin décembre 2017, Amaury...
(La Tribune 16/02/18)
Entre 31,38 et 41,8% de la masse monétaire de 4.780 milliards de dinars jusqu'au 31 décembre 2017, sont en dehors du circuit bancaire, a déclaré le gouverneur de la Banque de l'Algérie, Mohamed Loukal, ce lundi à l'occasion de la présentation du rapport annuel relatif à l'évolution économique et monétaire dans le pays. Le responsable a appelé à une réintroduction de cet argent dans le circuit bancaire. Sur un montant total de près de 4.780 milliards de dinars, représentant les...
(RFI 15/02/18)
En France, le Conseil constitutionnel a ouvert le droit pour des victimes algériennes de la guerre d’Algérie à obtenir une pension. Jennifer Cambla est l’avocate du citoyen algérien qui a suscité cette décision du Conseil. En 2017 il avait fait valoir sa demande d’obtenir une pension pour invalidité en France après avoir été blessé par balles à l’âge de 8 ans au cours d’un attentat commis en Algérie en 1958. Avec cette décision du Conseil constitutionnel, il obtient aujourd’hui gain de cause. Pourquoi ...
(Jeune Afrique 14/02/18)
Kheireddine Zetchi, le président de la fédération Algérienne de Football (FAF) a demandé à Rabah Saâdane (72 ans) de prendre les commandes de la Direction Technique Nationale (DTN) en octobre dernier. Celui qui avait qualifié les Fennecs pour les Coupes du Monde 1986 et 2010 a accepté la mission de contribuer à la relance du football algérien. Pas assez d’attention portée à la formation, un foot amateur laissé à l’abandon, des salaires trop élevés des joueurs et dirigeants qui plombent...
(Jeune Afrique 13/02/18)
L’opposant historique et militant des droits de l’homme, Saïd Sadi a annoncé son retrait de la vie publique, lors du congrès, ce week-end, du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RDC). « N’étant pas congressiste et n’étant plus, depuis ce matin, militant, je ne vais pas m’exprimer en tant que fondateur du parti comme cela a été suggéré. On ne fonde pas un parti pour se l’approprier », a déclaré Saïd Sadi, ancien leader du RCD, annonçant par là-même...
(Le Monde 13/02/18)
Le Conseil constitutionnel va-t-il parvenir à panser les plaies toujours présentes laissées par la guerre d’Algérie ? Ce n’est ni son ambition ni son objet, mais la décision prise jeudi 8 février par l’institution présidée par Laurent Fabius est sans doute à marquer d’une pierre blanche. Selon elle, la loi du 31 juillet 1963 prévoyant un « droit à pension » aux victimes civiles des « événements d’Algérie », comme l’on disait alors, ne peut pas exclure les non-Français de...
(RFI 13/02/18)
En Algérie, les médecins résidents ont manifesté lundi 12 février dans le centre de la capitale. Malgré le dispositif policier important, ils ont réussi à marcher jusqu'à l'Assemblée populaire nationale, où ils ont été reçus par le président du Parlement. En grève depuis bientôt trois mois, ils dénoncent l'inefficacité des négociations avec le ministère de la Santé. Ils étaient des centaines réunis sur la place de la Grande Poste, alors que les manifestations sont toujours interdites dans la capitale. Les forces anti-émeutes, bien que ...

Pages