Mercredi 13 Décembre 2017
(La Tribune 12/12/17)
Le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a co-présidé jeudi à Paris avec son homologue français, Edouard Philippe, les travaux de la 4e session du Comité intergouvernemental de haut niveau(CIHN). A l’issue de cette réunion, plusieurs accords de partenariats ont été signés. L'axe Alger-Paris se renforce. Et comme annoncé par le président Français Emmanuel Macron, lors de sa récente visite d'amitié et de travail en Algérie, le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) entre la France et l'Algérie, réuni ce jeudi à Paris, va effectivement permettre d'«avancer sur plusieurs projets d'investissement». A l'issue de la 4e session du CIHN, onze accords concernent les secteurs de l'économie, de l'enseignement supérieur, de la formation professionnelle, de la santé,...
(Jeune Afrique 12/12/17)
Une étape de la visite du président français en Algérie, la semaine dernière, a été annulée in extremis. Selon le programme initial, Emmanuel Macron devait en effet se rendre à l'université. Peu de temps avant le déplacement d’Emmanuel Macron en Algérie, sa balade algéroise du 6 décembre a été amputée d’une étape. Le chef de l’État français devait visiter la Faculté centrale d’Alger (université Benyoucef-Benkheda) avant de gagner la grande place de l’Émir-Abdelkader. Raisons de sécurité Cette visite a été annulée pour des raisons de sécurité. Risque d’attentat ? Français et Algériens ne veulent guère s’épancher sur les motifs de cette annulation. La programmation de cette étape a tout de même fait des heureux parmi les enseignants et les étudiants. Lire...
(RFI 12/12/17)
Lors d’une réunion sur les moyens de combattre le terrorisme organisée par l’Union africaine et l’Algérie à Oran dimanche 11 décembre, le commissaire paix et sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, a déclaré que l’Afrique allait faire face au retour de 6 000 jihadistes partis combattre en Syrie et en Irak avec l’organisation Etat islamique. L’Algérie considère que le retour de ces combattants dans la région est l’une des principales menaces sécuritaires des années à venir. « La menace du futur...
(Le Point 12/12/17)
Convocation d'un ambassadeur américain, vague de manifestations, appel au boycott des produits américains... L'opinion arabe marque sa désapprobation de la décision de Trump. Donald Trump a réussi un tour de force. Unir les peuples arabes. En ces temps de discorde, de lutte entre Iran et Saoudiens par conflits régionaux interposées, entre chiites et sunnites, de guerre au Yémen (provoquée par l'Arabie saoudite), de Syrie ensanglantée, de tentative ratée d'isoler le Qatar par un quintette de pays du Golfe (rejoint par...
(MondAfrique 11/12/17)
A Alger le 6 décembre, les proches de Bouteflika, son frère Saïd en tète, ont plaidé pour un cinquième mandat du Président algérien, sans réserve notable d’Emmanuel Macron Dés sa rencontre avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, Emmanuel Macron a abordé ouvertement l’avenir politique de l’Algérie et la question complexe de la succession d’Abdelaziz Bouteflika. La réponse a été directe. Le président Bouteflika est en bonne santé et “lucide”. Le Premier ministre algérien a expliqué également à Emmanuel Macron que le Bouteflika pourrait se présenter pour un 5e mandat qui serait profitable pour tout le monde.
(MondAfrique 11/12/17)
Alors que la santé du président Bouteflika s'est encore détériorée, les couteaux sont tirés à Alger entre les clans qui se disputent la succession. Décryptage. Les couteaux sont tirés à Alger entre les principaux clans qui prétendent gérer la succession de l’actuel président algérien totalement diminué et malade. A Alger, la santé du président Abdelaziz Bouteflika qui ne sort pratiquement plus du palais de Zéralda transformé en maison de cure médicalisée s’est à nouveau considérablement détériorée. Une rumeur a évoqué,...
(MondAfrique 11/12/17)
A la surprise générale, Emmanuel Macron a rencontré dans un salon de la résidence présidentielle le général Gaïd Salah, chef d’Etat Major et vice ministre de la Défense. Est une façon de reconnaitre la primauté des sujets sécuritaires dans la refondation de la relation franco-algérienne? Ou une manière de prendre date avec un des principaux poids lourds du paysage politique et militaire algérien? Le président français, Emmanuel Macron, a consacré le plus long entretien de sa brève escapade en Algérie,...
(RFI 09/12/17)
L'annonce de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël est une décision qui a des conséquences dans le monde entier. Ce vendredi, jour de prière pour les musulmans, et aussi un jour de colère sur le continent africain des manifestations prévues dans les pays du Maghreb. En Tunisie, après le gouvernement, qui a fortement condamné la décision du président américain, syndicats, organisations de la société civile et certains partis politiques entrent à leur tour dans la danse. Ils appellent...
(AFP 08/12/17)
Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 80 ans et très affaibli depuis un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013, "se porte bien" et "dirige bien le pays", a assuré jeudi le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia cité par l'agence APS. Les séquelles de cet AVC ont affecté la mobilité et l'élocution de M. Bouteflika qui se déplace en fauteuil roulant et ne s'exprime plus publiquement. Il n'apparaît ces dernières années que rarement en public et sa santé fait régulièrement l'objet de spéculations. "Notre président de la République, Abdelaziz Bouteflika...
(AFP 07/12/17)
L'Algérie a condamné "avec force" la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président Donald Trump mercredi, selon l'agence d'Etat algérienne APS, citant un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères. Cette "grave décision (...) constitue une violation flagrante des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité (de l'ONU) et de la légalité internationale", indique le ministère des Affaires étrangères. "C'est avec une très grande préoccupation que l'Algérie a pris connaissance de la décision de l'administration américaine de reconnaître El-Qods Echarif...
(AFP 07/12/17)
Le président français Emmanuel Macron s'est dit "prêt" mercredi à ce que Paris restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu à Alger. "Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémoriel entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt", a déclaré le chef de l'Etat français au site d'informations TSA ("Tout sur l'Algérie"). TSA devait publier dans l'après-midi l'intégralité de cet entretien.
(AFP 07/12/17)
L'Algérie et la France doivent avoir "des relations beaucoup plus développées qu'aujourd'hui", a souhaité mercredi le président français Emmanuel Macron, en appelant à ne pas rester "otages" du passé douloureux entre les deux pays. "C'est une histoire nouvelle qui s'écrit", a affirmé M. Macron en terminant sa première visite en tant que président en Algérie qui, si elle n'a duré qu'une douzaine d'heures, a été particulièrement dense. Le président français a notamment rencontré durant une heure son homologue Abdelaziz Bouteflika,...
(AFP 06/12/17)
Le président français Emmanuel Macron entame ce mercredi matin en Algérie sa première visite en tant que président français, avec l'ambition de relancer les relations "privilégiées" mais compliquées avec ce pays, acteur-clé dans la lutte contre les groupes armés au Sahel. Le chef de l'Etat devait arriver en milieu de matinée à Alger, où il ira au contact des habitants en remontant une des principales avenues du centre de la capitale, après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs...
(RFI 06/12/17)
Sa visite en tant que candidat à la présidentielle n'était pas passée inaperçue. Cette fois-ci, c'est en tant que chef de l'Etat qu'Emmanuel Macron se rend ce mercredi 6 décembre en Algérie. Une visite de quelques heures au cours de laquelle le président français rencontrera le président Abdelaziz Bouteflika. Au cœur de ce déplacement : la coopération économique, la lutte antiterroriste, mais aussi sur la question mémorielle. Emmanuel Macron veut « tourner la page ». Comprendre : il ne va...
(Le Point 06/12/17)
Attendu à Alger ce mercredi, le président français ne laisse pas indifférents les jeunes Algériens... surtout après sa sortie à l'université de Ouagadougou la semaine dernière. L'hypercentre d'Alger fait peau neuve en ce dimanche pluvieux. Les employés de la mairie d'Alger se sont attaqués de nuit aux terrasses installées par les cafetiers et les salons de thé des artères principales, les rues Larbi ben M'hidi (ex-rue d'Isly) et Didouche Mourad (ex-Michelet), aux dépens des gérants qui ne cachent pas leur...
(Le Monde 06/12/17)
Emmanuel Macron veut parler à la jeunesse d’un pays qui va mal, relève dans sa chronique Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ». Celle-là même qui est dépeinte par les cinéastes algériens. Et maintenant, l’Algérie. Dans le sillage de son voyage en Afrique, Emmanuel Macron s’attaque, mercredi 6 décembre, au plus gros morceau de la relation postcoloniale française. Le plus violent, le plus douloureux – des deux côtés. Une guerre d’indépendance, une société marquée par un autre traumatisme, dans les...
(AFP 06/12/17)
Le gouvernement français a rendu hommage mardi aux morts pour la France et aux victimes civiles en Algérie, au Maroc et en Tunisie entre 1952 et 1962, à la veille d'une visite à Alger du président Emmanuel Macron. La commémoration de la guerre d'Algérie fait l'objet d'une "guerre des dates" en France, où deux journées par an sont dédiées à son souvenir. "Aujourd’hui, la Nation toute entière se souvient des 25.000 combattants morts pour la France en Afrique du Nord...
(Le Monde 05/12/17)
Le président français effectue, mercredi 6 décembre, son premier déplacement à Alger depuis son élection. Il veut s’adresser à la jeunesse. Pour son premier déplacement en Algérie depuis son élection, Emmanuel Macron ne s’éternisera pas. Le président français doit arriver à Alger mercredi 6 décembre en fin de matinée, avant de redécoller le soir même pour le Qatar. Au programme : un dépôt de gerbe au monument des Martyrs avant une audience avec le premier ministre, Ahmed Ouyahia, puis avec...
(AFP 05/12/17)
Le président français Emmanuel Macron effectue mercredi une visite sensible en Algérie, où il va réaffirmer "la relation particulière" entre Paris et Alger tout en essayant de dépasser les contentieux de la colonisation, comme il l'a fait la semaine dernière en Afrique. La visite dans l'ancienne colonie française - de 1830 à 1962 - sera marquée par une rencontre avec le président Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicalisée de Zéralda, dans la banlieue ouest d'Alger. Affaibli par les séquelles d'un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers.
(RFI 05/12/17)
Mettre le numérique au service de la citoyenneté, c'est la promesse d'un nouveau mouvement d'opposition en Algérie. Ibtykar, c'est le nom de l'initiative, était présenté à la presse ce lundi. Si les membres font un constat assez sombre de l'implication des Algériens dans la vie politique, ils comptent sur des applications mobiles pour les pousser à se réinvestir et à se faire entendre. Ils se présentent comme un mouvement citoyen qui veut intervenir dans le débat public. Pour Samy Oussedik,...

Pages