Samedi 18 Novembre 2017
(Jeune Afrique 17/11/17)
Poussé dans ses retranchements lors de l’université d’été du patronat, le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, lâche ses coups… sur le Maroc. Et déclenche une nouvelle crise entre les deux voisins. Portrait-itinéraire d’un membre phare de l’entourage présidentiel. Ce vendredi 20 octobre s’annonçait plutôt tranquille pour Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires étrangères. Une intervention devant des hommes d’affaires réunis au siège de la foire d’Alger et, peut-être, un déjeuner composé de sardines grillées, voilà qui devait faire son bonheur en ce premier jour du week-end. Mais la matinée va se dérouler tout autrement. Invité, comme bon nombre de ses collègues du gouvernement, à l’université d’été du Forum des chefs d’entreprise (FCE, patronat),...
(Jeune Afrique 17/11/17)
Un remaniement ministériel en mai 2015 a déclenché la colère de Ramtane Lamamra, alors proche de Bouteflika. Aujourd'hui l'objet de sa colère de l'époque, Abdelkader Messahel, occupe son poste. Jeudi 14 mai 2015. Abdelaziz Bouteflika procède à un énième remaniement ministériel. Surprise, il désigne deux personnes à la tête de la diplomatie. Ramtane Lamamra est reconduit à la tête des Affaires étrangères tandis qu’Abdelkader Messahel hérite du portefeuille de ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Coopération internationale. Une première dans les annales de la politique algérienne, au point que certains parlent d’une bourde ou d’un cafouillage au sommet de l’État. Mais il est plus vraisemblable que le président, qui garde la haute main sur la diplomatie, voulait...
(AFP 16/11/17)
L'Afrique du nord est menacée par le retour des combattants étrangers du groupe Etat islamique (EI) après leurs défaites en Irak et en Syrie, a prévenu mercredi le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel. "La région est menacée (...) par le retour de combattants étrangers", a déclaré M. Messahel lors d'une conférence de presse au Caire avec ses homologues égyptien et tunisien Sameh Choukri et Khemaïes Jhinaoui à propos de la Libye. "Les informations indiquent que le retour se...
(AFP 14/11/17)
Le président français Emmanuel Macron a indiqué mardi qu'il se rendrait en Algérie le 6 décembre, pour la première fois depuis son élection en mai, une visite qui n'a pas été confirmée officiellement à Alger. M. Macron a fait cette annonce de manière impromptue lors d'un déplacement à Tourcoing (nord), en répondant à l'interpellation d'un habitant lors d'un bain de foule. A Alger, la directrice de la Communication de la présidence algérienne, Farida Bessa, interrogée par l'AFP, a simplement souligné qu'il n'y avait "aucun communiqué officiel pour l'instant".
(Jeune Afrique 14/11/17)
Emmanuel Macron se rendra en Algérie le 6 décembre, a annoncé mardi le chef de l'État français, en réponse à un habitant qui l'interpellait lors d'un bain de foule pendant une visite dans le nord du pays, à Tourcoing. Les déclarations d’Emmanuel Macron lors de sa prochaine visite en Algérie, le 6 décembre, seront scrutées de près. Il faut dire que son dernier déplacement à Alger avait marqué les esprits. Alors candidat à la présidentielle française, Emmanuel Macron avait affirmé,...
(APA 14/11/17)
"Chef de file de la médiation internationale en vertu de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali de 2015, l'Algérie est un acteur important du processus de paix au Mali", a répondu la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne, à une question sur le processus de paix au Mali posée au cours du point de presse électronique quotidien. Dialogue à tous les niveaux entre l'Algérie et France La France et l'Algérie "dialoguent à...
(Jeune Afrique 10/11/17)
À deux semaines des élections locales, certains candidats ont eu recours à des affiches surprenantes, et parfois hilarantes, pour faire campagne. Florilège. Depuis le lancement de la campagne électorale, le 29 octobre, les affiches choisies par certains candidats font le buzz en Algérie. Pas de programme pointu ni de débat houleux autour de ces élections locales, prévues le 23 novembre : seulement d’innombrables affiches plus atypiques les unes que les autres, tournées en ridicule, détournées puis parodiées sur la toile...
(AFP 09/11/17)
Les ministres mauritanien et algérien de l'Intérieur ont signé un accord pour l'ouverture d'un point de passage à leur frontière commune, le premier depuis leur indépendance respective, rapporte l'agence officielle mauritanienne AMI. L'accord a été signé par le ministre mauritanien Ahmedou Ould Abdallah et son homologue algérien Noureddine Bedoui, lors d'une visite de ce dernier à Nouakchott, qui s'est achevée mercredi soir, selon la même source. L'ouverture d'un point de passage avait été décidée lors d'une réunion en décembre 2016 à Alger de la grande commission mixte mauritano-algérienne, suivie de réunion d'experts en avril et en septembre, a souligné M. Bedoui.
(Jeune Afrique 09/11/17)
Peut-on concevoir un sommet entre l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) sans la participation de l’un des partenaires majeurs de l’Europe sur le continent africain mais avec celle d’une « République » dont ni l’UE ni l’ONU ne reconnaissent l’existence ? À moins d’un mois de la tenue à Abidjan, les 29 et 30 novembre, du cinquième sommet UA-UE, la question se pose pourtant. À l’origine de ce véritable casse-tête pour le président ivoirien, Alassane Ouattara, hôte de cette rencontre : le changement...
(Jeune Afrique 06/11/17)
«La création d’un climat passionnel, les insultes, non seulement entre les dirigeants mais surtout entre les masses, encore sensibles au particularisme et au nationalisme, creusent un fossé qu’il sera difficile de combler. » Cette analyse visionnaire émise en 1964 émane d’un certain Mohamed Boudiaf. Et n’a hélas, plus d’un demi-siècle plus tard, pas pris une ride. En témoignent les récentes déclarations antimarocaines du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et la énième crise diplomatique qui en a découlé. Sur...
(Xinhua 31/10/17)
L'Algérie a, par la voix du porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, exprimé lundi sa position en faveur de "l'intégrité" et de "l'unité" de l'Espagne. Cette déclaration du diplomate algérien intervient après la proclamation vendredi par le Parlement catalan de l'indépendance de cette région. Dans la même journée, le gouvernement espagnol a décidé de mettre la région catalane sous tutelle, ce qui de fait destitue le Parlement, le gouvernement et toutes les institutions régionales. En guise...
(Xinhua 30/10/17)
La campagne pour les élections locales du 23 novembre prochain a débuté dimanche à travers tout le territoire algérien. En se réveillant ce matin, les Algériens ont découvert les portraits des candidats, placardés sur des supports confectionnés pour la circonstance ou collés sur des murs ou des troncs d'arbres. Jusqu'au 19 novembre, les candidats vont s'affronter pour obtenir un siège à l'assemblée communale ou départementale. Pour ce faire, ils devront sillonner les quatre coins de leurs circonscriptions et occuperont l'espace...
(AFP 23/10/17)
Plusieurs partis d'opposition algériens ont dénoncé le rejet "arbitraire" de nombre de leurs listes pour les élections municipales et départementales du 23 novembre, accusant le pouvoir de vouloir faire main basse sur les assemblées locales. Des laïcs du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), aux formations islamistes -dont le Mouvement de la société pour la paix (MSP)-, en passant par le Front des forces socialistes (FFS, gauche), plus vieux parti d'opposition: tous ont fait état auprès de l'AFP de candidatures ou listes invalidées pour des motifs jugés futiles ou fallacieux. En premier lieu, disent-ils, les préfectures, chargées de réceptionner les dossiers...
(Jeune Afrique 23/10/17)
Mahmoud Boudarène, Psychiatre et docteur en sciences biomédicales, revient sur les massacres commis durant la décennie noire qui ont marqué l'Algérie. Selon lui la réconciliation nationale n'a pas lieu d'être et "le pardon a été accordé aux bourreaux sans que les victimes soient impliquées dans cette démarche". Jeune Afrique : La récente diffusion par la télévision d’État d’images de massacres commis durant la décennie noire a choqué. Les traumas de la guerre civile sont-ils encore vivaces ? Mahmoud Boudarène : Les Algériens sont...
(AFP 23/10/17)
Le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Koehler, qui effectue sa première tournée dans la région, s'est entretenu dimanche à Alger avec le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia. "L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel", ont précisé les services du Premier ministre dans un très bref communiqué, sans aucun autre détail. La presse n'avait pas été invitée à couvrir la rencontre. Après des années d'impasse, M. Koehler a été chargé en août par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de relancer les négociations entre Rabat, qui contrôle la majorité de ce vaste territoire désertique, et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par Alger.
(Jeune Afrique 23/10/17)
Les banques marocaines et la Royal Air Maroc (RAM) sont montées au créneau. Mais pour le moment, Alger ne s'est pas expliquée sur les propos de son ministre. Les Marocains n’ont pas fini de s’indigner suite aux déclarations hostiles du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelakder Messahel, accusant les banques marocaines de « blanchir de l’argent du haschisch » en Afrique. Après la décision de Rabat de rappeler son ambassadeur à Alger pour consultation, ce sont les banques marocaines qui sont montées au créneau, samedi 21 octobre...
(Jeune Afrique 23/10/17)
Protégé puis amnistié, l’ancien émir du GIA et fondateur du GSPC a collaboré activement avec les autorités pour déjouer des attentats et convaincre ses ex-compagnons de déposer les armes. Le cas de Hassan Hattab, 50 ans, est sans doute le plus emblématique de la politique de réconciliation nationale. En vertu de celle-ci – et au nom de la raison d’État –, cet ancien émir du GIA et fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) ne fait...
(AFP 23/10/17)
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a exhorté samedi la presse à être "au service des intérêts suprêmes de la patrie", alors que des médias relaient régulièrement des appels à sa destitution. "J'exhorte la famille de la presse algérienne à être au service des intérêts suprêmes de notre patrie en contribuant à l'éclaircissement des faits, en émettant des critiques objectives", a-t-il indiqué dans un communiqué rapporté par l'agence APS. Ce message a été diffusé à l'occasion de la journée nationale de...
(Jeune Afrique 23/10/17)
La fracture entre partisans et adversaires de la politique de réconciliation nationale menée depuis 1999 reste béante. Paix et stabilité peuvent-elles rimer avec justice ? Fauché par le souffle d’une bombe, un gosse gît à même le sol, presque entièrement nu, le corps disloqué. Un homme en costume est recouvert d’un linceul blanc et d’un bout de l’emblème national tachés de son propre sang. Un passant emporte dans ses bras le corps en lambeaux d’un enfant. Une main s’approche du visage...
(APA 23/10/17)
APA-Rabat (Maroc) - Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) s’est vigoureusement insurgé contre les allégations graves et mensongères du ministre algérien des Affaires étrangères qui a accusé vendredi « les banques marocaines de blanchir l’argent du hachisch ». « Ces déclarations témoignent de l’ignorance totale et flagrante des règles de gouvernance et d’éthique qui régissent les activités des banques marocaines dans le monde et bien entendu sur le continent africain », souligne le communiqué du GPBM, parvenu samedi...

Pages