Jeudi 17 Août 2017
(Jeune Afrique 21/07/17)
En Algérie, entre le « sursaut humanitaire » d’une partie du gouvernement qui souhaite renforcer la politique d’accueil des migrants subsahariens et la réticence d’une frange de la société et de la classe politique, difficile d’y voir clair. État des lieux d’une situation migratoire particulière. Depuis le début de l’été, la question de la présence des migrants subsahariens divise fortement la société ainsi que la classe politique algérienne.En juin dernier, une violente campagne virale visant les migrants...
(Jeune Afrique 21/07/17)
Porter un bikini sur une plage algérienne n’est pas chose facile. Un groupe Facebook - tenu secret - qui a vu le jour au lendemain de la fin de l’Aïd et rassemble aujourd’hui 3 600 femmes de la ville d'Annaba s'est donné pour mission d'organiser de grandes baignades collectives. Face aux regards appuyés et au harcèlement sexuel et moral, ces Algériennes opposent la force du groupe. « Si je veux me baigner en bikini, je me baigne en bikini », martèle Leila*, à l’initiative de ce mouvement d’habitantes d’Annaba désireuses de pouvoir se baigner en bikini sans avoir à craindre ni l’opprobre ni une quelconque forme d’oppression. Le principe de cette « baignade entre femmes » est simple : l’administratrice...
(L'Expression (alg) 20/07/17)
Le gouvernement doit déployer de gros efforts pour convaincre le maximum de partenaires sociaux à s'associer à sa démarche sur le dialogue social. Face à une rentrée sociale qui s'annonce très difficile, le Premier ministre prend le devant de la scène. En pompier, il intervient pour désamorcer le front en prenant des clés. Pour ce faire, pas moins de quatre Conseils interministériels ont été tenus sous sa direction et les dossiers abordés ne sont pas des moindres: le foncier industriel, le lait, le médicament. Hier, il a tenu un Conseil interministériel consacré à l'étude du projet du port de Hamdania à Tipasa. Depuis sa désignation à la tête du gouvernement, Abdelmadjid Tebboune s'engage à débloquer tous les dossiers qui restent...
(Midi Libre 20/07/17)
La polémique suscitée par "le traitement réservé" par le Premier ministre Abdelamadjid Tebboune au chef du FCE, Ali Haddad, enfle. Au lendemain de l’annonce du soutien de plusieurs organisations patronales et de l’UGTA au chef du FCE, des partis critiquent la position de Sidi Saïd. Abderrazek Makri critique violemment Abdelmadjid Sidi Saïd. "Le patron de l’UGTA, n’a pas défendu, durant ses longues années à la tête l’Union générale des travailleurs algériens, les intérêts de la classe ouvrière comme il a défendu, hier, les intérêts du patronat", a accusé le chef du MSP. "Sidi Saïd, qui a accompagné tous les gouvernements précédents dans le démantèlement de l’économie nationale et l’affaiblissement de la classe ouvrière, veut mettre fin à sa carrière comme...
(Le Soir d'Algérie 20/07/17)
A peine constituée, «l’alliance anti-Tebboune» se fissure, déjà ! Lancée la veille, à l’initiative de la centrale syndicale, l’UGTA, cette alliance, regroupant, outre l’organisation de Abdelmadjid Sidi Saïd, les principales organisations patronales, est déclinée comme un «geste de solidarité» avec le patron du Forum des chefs d’entreprises, Ali Haddad, qui est en passe de devenir la cible privilégiée du nouveau gouvernement. Lors de son passage devant le Parlement pour la présentation de son plan d’action, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, avait lancé les premiers tirs de sommation lorsqu’il disait que «désormais, il n’y aurait plus de mélange entre l’argent et la politique. L’argent reste l’argent, et la politique reste la politique». Langue de bois ? C’est Tebboune lui-même qui prouvera...
(Le Quotidien d'oran 20/07/17)
Sur les plus de 700.000 candidats (es) au concours national externe de recrutement d'enseignants organisé le 29 juin dernier par le ministère, seulement 134.192 ont réussi l'épreuve écrite, a indiqué hier mercredi la ministre de l'Education nationale, qui a annoncé que les résultats seront diffusés via le site de l'ONEC ce jeudi à partir de 16 heures. Ces candidats devront donc passer l'examen oral pour être définitivement recrutés. En outre, la ministre a précisé que le retrait des convocations pour les candidats ayant réussi l'examen écrit pour passer les épreuves orales, prévues les 30 et 31 juillet, débutera également jeudi. Plus explicite, un cadre au ministère de l'Education nationale a indiqué que pour les épreuves orales du concours externe de...
(L'Expression (alg) 20/07/17)
Attendu initialement pour le 25 de ce mois, soit dans quatre jours, l'affichage des résultats n'a en fait que trop duré, soulignent plusieurs candidats et leurs familles. L 'affichage des résultats du bac est l'événement qui préoccupe le plus ces jours-ci la plupart des familles algériennes. Attendu initialement le 25 de ce mois, soit dans quatre jours, ce dernier n'a en fait que trop duré, soulignent plusieurs candidats ayant passé leur examen au mois de juin. En effet, il vient de battre tous les records d'attente connus depuis l'indépendance. «Nous en sommes à 35 jours depuis la fin de l'examen de la session ordinaire le 15 juin dernier», témoignent les candidats, affirmant que d'habitude le temps d'attente des résultats du...
(Tout sur l'Algérie 20/07/17)
Rien ne va plus entre le gouvernement et ses « partenaires sociaux » du patronat et de l’UGTA. Quatre jours après l’incident de samedi dernier à l’École supérieure de la sécurité sociale où Ali Haddad a été déclaré persona non grata par Tebboune, l’UGTA, le FCE et 7 autres organisations patronales ont dénoncé, mardi 18 juillet, le “traitement réservé” au patron des patrons.Après l’affront qu’il a subi, Ali Haddad avait le choix entre se taire et démissionner ou réagir et affronter Tebboune. Comme lors de l’incident du Forum africain en décembre dernier, il ne s’est pas dérobé. Cette fois, le président du FCE, a montré qu’il n’était pas seul. Il a réussi à obtenir le soutien public de Sidi Said,...
(Le Soir d'Algérie 20/07/17)
Le Parti des travailleurs se félicite du renvoi sine die par le Premier ministre du projet de loi portant code de la santé tout en s’étonnant du démenti quant à «tout retrait ou gel dudit projet de loi». Un projet de loi que le parti a de tout temps dénoncé car «dangereux» puisque, explique-t-il dans un communiqué du secrétariat permanent de son bureau politique, «inscrivant dans son orientation politique la remise en cause de la nature sociale de l’Etat à travers la remise en cause de la gratuité des soins, la liquidation du secteur public de santé, colonne vertébrale du système national de santé, la destruction de toute l’architecture de santé mise en place depuis l’indépendance avec ses innombrables et...
(L'Expression (alg) 20/07/17)
Son parc d'autobus sera renforcé avec l'acquisition prochaine de 280 nouveaux bus d'une valeur de près de 6 milliards de dinars. L'établissement de transport urbain et suburbain d'Alger (Etusa), prévoit de renforcer sa flotte. Son parc d'autobus sera renforcé avec l'acquisition prochaine de 280 nouveaux bus d'une valeur de près de 6 milliards de dinars, a fait savoir hier le directeur général de l'établissement, Benmiloud Abdelkader. Selon ce dernier, «le but est d' améliorer les prestations fournies aux citoyens à travers le renforcement de son parc d'autobus, soit par affrètement de bus auprès du secteur privé soit par l'acquisition de nouveaux bus au profit de l'établissement». Cependant, d'aucuns jugent que l'entrée en service de ces nouveaux bus aura pour conséquence...
(L'Expression (alg) 20/07/17)
En d'autres termes, ce redéploiement n'est qu'un prolongement sur le terrain d'une vision politique exprimée, aussi bien par le directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, que par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Face aux mutations sécuritaires et géopolitiques qui marquent la région du Sahel, l'Algérie ajuste son dispositif sécuritaire. Au moins 3000 soldats ont été dépêchés au niveau de ces zones dans les wilayas d'Adrar et Tamanrasset. Le commandement militaire a jugé indispensable de revoir à la hausse le nombre de son effectif mobilisé. C'est parce que ces zones frontières connaissent un flux massif de migrants clandestins, avec tous les risques que cela suppose, notamment depuis la chute de Daesh à Mossoul en...
(Jeune Afrique 19/07/17)
Le changement de gouvernement auquel a procédé le président Abdelaziz Bouteflika le 24 mai a surpris tout le monde, à commencer par les services de l’ambassade de France à Alger. Bernard Émié, alors ambassadeur en Algérie et aujourd’hui à la tête de la DGSE, a tancé ses collaborateurs, leur reprochant de ne pas avoir anticipé le limogeage du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son remplacement par Abdelmadjid Tebboune.
(La Tribune 19/07/17)
Rehausser les échanges économiques entre le Mali et l’Algérie c’était l’objet d’une journée d’information organisée ce lundi 17 juillet par la Chambre algérienne du commerce et d'industrie à Alger. La rencontre a réuni des opérateurs économiques des deux pays qui aspirent à plus de coopération pour renforcer l’axe Alger-Bamako notamment dans le domaine économique. Détails. Les échanges commerciaux entre l'Algérie et le Mali sont jusque-là en dessous des aspirations et il temps de rectifier le tir, affirme-t-on des deux côtés de la frontière. Pour ce faire, les deux pays voisins qui ont organisé leur premier forum économique l'année dernière à l'occasion de la réunion d'une grande commission mixte de coopération, veulent donner une nouvelle impulsion aux relations séculaires qui les...
(Le Soir d'Algérie 19/07/17)
Les deux intervenants directs dans le processus électoral du scrutin de l’automne prochain, pour le renouvellement des Assemblées populaires communales et de wilaya, à savoir le ministère de l’Intérieur et la Haute Instance indépendante de surveillance des élections, ont tenu, hier, au Palais des Nations, à Club-des-Pins, une réunion de travail et «de coordination». Une commission mixte a été installée à l’occasion. - Présidée conjointement par le président de la HIISE, Abdelwahab Derbal, et le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, cette rencontre s’est déroulée à huis clos. «Elle a pour objet de coordonner le travail entre les deux institutions», expliquera Derbal. Ce dernier tenait particulièrement, par ailleurs, à préciser que «la Haute Instance indépendante...
(Jeune Afrique 19/07/17)
Largement controversée en Algérie, la session exceptionnelle créée spécialement pour les retardataires et absents à la session principale du baccalauréat qui s’est déroulé du 13 au 18 juillet s’est soldée par 75% d’absents. Un chiffre record, selon le syndicaliste Meziane Meriane. Cette année, comme l’année dernière, la session principale du baccalauréat algérien s’est tenu durant le mois du ramadan. Un nouvel agenda qui avait déjà apporté son lot d’ennuis lors de la session d’examen de 2016. Pour faire face à cette situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles ont été prises par le gouvernement algérien, qui a cette année fait preuve d’une plus grande indulgence. Les candidats qui n’ont pas pu accéder à leurs salles d’examens à cause de leur trop grand...
(AFP 19/07/17)
Blaoui Houari, monument de la chanson oranaise, est décédé mercredi à l'âge de 91 ans après une longue et riche carrière, ont annoncé les médias algériens et un de ses amis. "Je me sens orphelin aujourd’hui. C’est une perte inestimable", a déclaré à l'AFP Baroudi Benkhedda, chanteur oranais qui fut son élève avant de devenir son ami. "Un chanteur irremplaçable nous a quittés", a-t-il dit. "Nous ferons de notre mieux pour sauvegarder son héritage". Depuis plusieurs mois, Blaoui Houari avait été tenu éloigné de la scène par la maladie, selon la radio. Né le 23 janvier 1926 à Oran (430 km à l'ouest d'Alger), il est considéré comme le fondateur dans les années 1940 avec Ahmed Wahbi du genre musical...
(Le Soir d'Algérie 19/07/17)
Le patron du FCE organise la riposte à l’affront qu’il a subi samedi dernier de la part du Premier ministre quand celui-ci avait réclamé son départ d’une cérémonie de remise de diplômes à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale. - Pour ce faire, Ali Haddad a battu le rappel de tous les signataires du Pacte national économique et social de croissance, à l’exception de la CGEA que préside Habib Yousfi. Réunis, hier, à l’hôtel El-Aurassi, les patrons de la centrale syndicale, de la CNPA, de la CIPA, de la CAP, de l’UNI, de la CGP-BTPH et de l’AGEA ont fait sienne la cause de leur collègue du FCE, taisant, à l’occasion, leurs différends. Dans un communiqué sanctionnant, donc, ce conclave...
(L'Expression (alg) 19/07/17)
Le chef du projet chargé de la rénovation de la raffinerie pétrolière de Sidi R'cine (Alger) a été relevé de ses fonctions, hier, par le P-DG de la Sonatrach. En 2020, les voitures algériennes circuleront en carburant 100% «made in Bladi». En effet, le nouveau ministre de l'Energie Mustapha Guitouni a annoncé, hier à Alger, que l'Algérie n'importera plus de carburant d'ici 2020! «Le programme national de renforcement des capacités des raffineries permettrait à l'Algérie de couvrir la demande nationale en produits pétroliers, notamment en carburant, sans recourir à l'importation à l'horizon 2020», a-t-il lancé, lors de la visite qu'il a effectuée à la raffinerie de Sidi R'cine à Baraki (Alger). «Ce programme s'appuiera sur les deux nouvelles raffineries de...
(Le Quotidien d'oran 19/07/17)
La session spéciale du baccalauréat 2017 s'est achevée hier comme elle a commencé, sur des airs de controverse. D'un côté il y a les associations de parents d'élèves qui applaudissent, considérant cette session comme une bouée de sauvetage pour les candidats qui avaient manqué le rendez-vous de juin. Alors que les syndicats, pour leur part, ont tous affiché leur scepticisme, voire leur désapprobation, devant cette décision de refaire le bac pour les retardataires et ce, dès l'annonce par le Premier ministre de la décision du président de la République d'organiser une session spéciale du bac en réponse aux sollicitations des parents des candidats exclus à cause de leur arrivée en retard dans les centres d'examen. Pour eux, rien ne justifiait...
(Midi Libre 19/07/17)
La très spéciale session du bac est arrivée à son terme hier, après cinq jours d’épreuves marquées par un absentéisme pharaonique, qui est allé crescendo, au fil des épreuves. Mais déjà des voix s’élèvent pour exprimer des "doutes" sur les corrections et leur déroulement. C’est en tous cas le sentiment de Messaoud Boudiba, le patron du Cnapest, le plus grand syndicat de l’Éducation qui parle de "failles" dans la correction. "Il y a des failles dans les corrections, les correcteurs appelés ne sont pas des spécialistes", déplore-t-il hier sur le plateau de Djazair News, sans donner plus de détails. Partant de là, Messaoud Boudiba ajoute sur un ton grave : "Beaucoup d’interrogations se posent sur les corrections et aussi sur...

Pages