Mardi 12 Décembre 2017
(TF1 21/05/13)
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est sorti ce mardi de l'hôpital militaire du Val-de-Grace. Il a été transféré dans un établissement parisien du service de santé des Armées pour poursuivre sa convalescence. Il est sorti de l'hôpital mais va "poursuivre sa convalescence". Le président algérienAbdelaziz Bouteflika est sorti ce mardi de l'hôpital militaire du Val-de-Grace et a été transféré "dans un établissement parisien du service de santé des Armées", a expliqué un porte-parole du service. Plutôt dans la journée, Le Parisien et L'Opinion avaient donné l'information en indiquant que le chef de l'Etat algérien avait été transféré dans un appartement de convalescence aux Invalides à Paris (VIIe), information qu'ils auraient eu auprès d'un membre du gouvernement français. Abdelaziz Bouteflika était...
(Afrik.com 21/05/13)
Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 76 ans, peut-il aller au terme de son mandat présidentiel qui expire en 2014 ? Telle est la question qui taraude la société civile et la classe politique. Alors que le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, est toujours absent de la scène médiatique. Les spéculations vont bon train quant à la détérioration de son état de santé. Certaines rumeurs le donnent même incapable de se tenir debout. Des cacophonies qui ne laissent pas indifférente la classe politique qui commence à demander plus de transparence dans la gestion du dossier. La première interrogation émane du leader du mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, fraichement élu à la tête de...
(Libération 21/05/13)
Les autorités algériennes ont dénoncé lundi les «fausses» informations publiées sur l’état de santé du président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis plus de trois semaines, affirmant que son pronostic vital n’a jamais été engagé et qu’il se reposait. «Après avoir subi des examens médicaux à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris, le président de la République, dont le pronostic vital n’a jamais été engagé et qui voit son état de santé s’améliorer de jour en jour, est tenu, sur recommandation de ses médecins, d’observer un strict repos en vue d’un total rétablissement», selon une déclaration du Premier ministre Abdelmalek Sellal, citée par l’agence APS. «La maladie du président Bouteflika ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir», affirme Sellal dont c’est...
(Afrik.com 21/05/13)
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika serait peut-être décédé, selon l’histoiren Benjamin Stora, soulignant qu’il est difficile de savoir s’il est toujours en vie, tant la communication vis-à-vis de sa santé est verrouillée par le régime. Des propos qui vont à l’encontre de ceux du Premier ministre Abdelmalek Sellal qui a assuré lundi que son état de santé s’améliore. Où se trouve Abdelaziz Bouteflika ? Serait-il toujours hospitalisé au Val de Grâce ? Est-il dans le coma comme l’affirme certains journaux algériens ? Tant de questions qui restent sans réponse. Pour le moment, aucune information ne filtre sur la santé du président algérien. Le régime a pris soin de verrouiller la communication sur son état actuel, surveillant comme de l’huile sur...
(Libération (ma) 21/05/13)
L’Algérie vient de franchir récemment un pas important dans le cadre d’un programme global sur quatre ans (2010 – 2014), et qui prévoit la réalisation de 2,4 millions de logements, par la garantie du financement d’une tranche de 300.000 logements. En effet, le Crédit populaire d'Algérie (CPA) et un consortium des banques publiques vont financer pour 1200 milliards de dinars, 12 milliards d’euros (€), la construction de 300.000 logements de type location-vente et promotionnel public (LPP), dans le cadre de la plus grosse opération de financement par concours bancaire dans l'histoire de l'Algérie. Un effort, parmi d’autres, qui risque fort d’être gâché. Pourquoi? La raison est simple, l’Algérie qui n’est pas autosuffisante en ciment, ingrédient essentiel pour la mise en...
(L'Expression (alg) 21/05/13)
Bab El Oued nous a enseigné l'importance d'un bulletin météo et Boumerdès, la construction parasismique. Jour pour jour, dix années se sont écoulées depuis cette terrible nuit du 21 mai 2003 quand les citoyens de la paisible ville côtière de Boumerdès et ses environs, ont été surpris par un violent tremblement de terre. Dix ans plus tard, les séquelles de ce terrible drame ont-elles été effacées par le temps? Les souvenirs de ce drame se sont-ils estompés des mémoires? A voir la réaction des citoyens à une simple secousse tellurique qui aurait à peine donné le sourire à un Japonais, on peut dire que les séquelles psychologiques sont loin d'être guéries. Il y a encore un long travail de sensibilisation...
(L'Expression (alg) 21/05/13)
On parle d'une mise à niveau de quelque 20.000 PME avant la fin de 2014. A la cadence actuelle, il en résulte que trois ans après le lancement du programme de mise à niveau, uniquement 800 PME ont subi un diagnostic, première étape vers ce processus. Le processus de mise à niveau des PME pour lequel une enveloppe de 5 milliards de dollars a été dégagée, touche pratiquement à sa fin, avec 800 entreprises diagnostiquées jusque-là pour un objectif de 20.000 sociétés concernées au préalable. La mise à niveau de 20.000 entreprises, prévue dans le plan quinquennal 2010-2014, avec une enveloppe de 5 milliards de dollars, voilà où on est arrivé après trois ans et demi du début de la...
(Le Monde 21/05/13)
La presse algérienne a rebondi sur la saisie de deux quotidiens annonçant une détérioration de l'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika, lundi 20 mai, pour dénoncer "le silence" imposé par les autorités sur ce sujet tabou. "Le pouvoir veut imposer le silence" sur la santé du chef de l'Etat, titre le quotidien francophone El Watan pour expliquer l'interdiction de parution dimanche de Mon Journal et de son pendant arabophone, Djaridati. Ils annonçaient que M. Bouteflika avait été ramené à Alger mercredi dernier à l'aube dans un "état comateux". Leur propriétaire, Hichem Aboud, fait l'objet d'une information judiciaire pour "atteinte à la sécurité de l'Etat" en raison des informations qu'il a publiées sur la santé du président algérien, hospitalisé en...
(Le Nouvel Observateur 21/05/13)
Selon l'historien, la confusion qui règne sur l'état de santé du président algérien peut indiquer qu'une "série de tractations ont lieu". L'historien Benjamin Stora a déclaré mardi 21 mai sur Europe 1, à propos de l'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, qu'il était "très difficile de dire s'il est toujours en vie". Il a également rappelé ce cette pratique du secret n'était pas une première en Algérie - "pratiques politiques contestées par des journalistes qui exigent plus de transparence, et par de nombreux hommes politiques algériens". Selon lui, l'"absence [du président alégérien] sur la scène publique ouvre toute une série d'interrogation sur sa succession possible", alors que des élections doivent avoir lieu dans un an. "L'absence de communication...
(Le Parisien 20/05/13)
L'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis plus de trois semaines à Paris, suscite des rumeurs alarmistes en Algérie, alimentées par les propos officiels rassurants mais évasifs, à un an de la présidentielle. En l'absence de bulletins de santé du président de 76 ans, transporté le 27 avril à l'hôpital militaire parisien du Val de Grâce à la suite d'un petit AVC, la presse algérienne s'interroge chaque jour sur ce sujet tabou. Dimanche, «Mon journal» et son pendant arabophone «Djaridati» ont fait l'expérience amère de la censure, selon son patron Hichem Aboud, une première en Algérie depuis une dizaine d'années. Une première que le ministère de la Communication a démentie affirmant en fin d'après-midi qu'il n'avait donné...
(Le Point 20/05/13)
Le secret qui règne sur l'état de santé du président Bouteflika n'a rien d'étonnant s'agissant d'un régime verrouillé depuis toujours par l'armée. La culture de l'opacité qui prévaut dans la maladie d'Abdelaziz Bouteflika n'est pas une nouveauté dans la politique algérienne. Le manque de transparence politique est aussi vieux que l'Algérie indépendante. Probablement parce que ceux qui ont pris le pouvoir dans le pays en 1962 étaient des militaires issus des maquis. Et que le culte du secret y était une question de survie. Plus qu'avec Ahmed Ben Bella, le premier président algérien, c'est avec Houari Boumediene, son ministre de la Défense, qui l'évince par un coup d'État en juin 1965, que la politique est devenue l'affaire d'un petit clan...
(Le Temps (al) 18/05/13)
Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes, a indiqué vendredi soir à Alger que le président Abdelaziz Bouteflika se "porte bien" et sera "bientôt de retour en Algérie pour exercer ses fonctions de président de la République". "A ceux qui disent qu'il n'y a plus de quatrième mandat et demandent l'application de l'article 88 de la Constitution, je réponds que le président Bouteflika se porte bien et qu'il rentrera dans les tout prochains jours en Algérie pour exercer ses fonctions de président de la République", a affirmé M. Benyounes qui s'exprimait lors d'une émission diffusée par la télévision algérienne. Il a ajouté que le gouvernement exerçait ses activités "normalement" et "n'a rencontré aucun problème ni difficulté", soulignant...
(El Watan 18/05/13)
Le règne, 14 ans durant, de Abdelaziz Bouteflika s’avère chaque jour très coûteux pour une Algérie qui aurait dû mieux négocier une sortie de crise dès la fin des années 1990, avec une transition calme et assurée vers une belle démocratie et une prospérité économique en passant par de véritables réformes exécutées dans la sérénité grâce aux soupapes sociales qu’auraient autorisé la rente pétrolière. «Mais c’était mieux quand c’était pire», aime à répéter un collègue journaliste lorsqu’on discute de la situation du pays. D’aucuns pensaient qu’une fois débarrassée du terrorisme ravageur, l’Algérie pourrait alors asseoir sa démocratie, se remettre de ses traumatismes et avancer. La désillusion n’a pas tardé à frapper à la porte. L’espoir a cédé sa place à...
(ELLE 18/05/13)
Aïcha Kadhafi, colérique ? L’Algérie, qui avait accepté d’accueillir la fille de l’ex-chef libyen mort en octobre 2011, a décidé de la renvoyer, rapporte le « Daily Mail ». Après avoir vécu plus d’un an dans une résidence d’Etat, la Libyenne de 37 ans serait au Sultanat d’Oman, ajoute « The Telegraph ». « Elle avait fini par rendre l’Algérie responsable de ses problèmes, et elle avait commencé à déclencher des incendies dans la maison », témoigne une source du gouvernement algérien dans les colonnes du quotidien britannique. « Les étagères de la bibliothèque prenaient régulièrement feu lorsqu’elle s’attaquait au personnel armé qui était chargé d’assurer sa sécurité », ajoute cette même source. Surnommée la « Claudia Schiffer du désert...
(Econostrum 17/05/13)
ALGÉRIE / TURQUIE. La société algérienne de gestion des participations de l’État ,SGP-industries manufacturières, et le groupe turc Taypa, ont signé vendredi 17 mai 2013 un accord de partenariat pour la réalisation d'un complexe intégré dédié aux métiers du textile. Ce projet devrait générer plus de 10 000 emplois. La société mixte, chargée de gérer ce complexe, devrait être créée fin juin 2013. Le montant du projet estimé entre 800 et 900 M$ (620 à 700 M€) sera investi par étapes, selon Mesut Toprak, PDG du groupe turc, cité par l’agence APS. Les partenaires algérien et turc tablent sur un chiffre d'affaires de 50 mrds de dinars (500 M€) au bout de cinq ans, selon le président du directoire de...
(Algerie Focus 17/05/13)
Selon des informations concordantes, l’état de santé du président algérien âgé de 76 ans se dégrade. Il serait très mal en point. Même si l’opacité est la règle au sommet du pouvoir algérien, quelques langues commencent à se délier des deux côtés de la Méditerranée. Contrairement aux informations officielles distillées au compte-gouttes, la santé du président Abdelaziz Bouteflika ne va pas en s’améliorant. « Il est arrivé à Paris très mal en point », assure au Point.fr un haut fonctionnaire français. Le chef de l’État âgé de 76 ans a connu de graves ennuis de santé ces dernières années, notamment en 2005. Depuis, on le dit dialysé. En l’absence d’un bulletin de santé régulier, les spécialistes en sont réduits aux...
(Tout sur l'Algérie 17/05/13)
EXCLUSIF. A El Mouradia, il était l’un des rares à rentrer sans faire état de son identité. Mais tout le monde savait qui il était. D’une discrétion absolue, ayant toujours un mot pour chacun, il était le «Toubib ». L’homme qui connaissait l’intimité des ministres et des présidents algériens. Aujourd’hui installé dans une semi-retraite active entre Paris et Alger, le docteur Akli Naït Chabane a été pendant de nombreuses années le médecin de la présidence et de plusieurs généraux de l’état-major algérien. Une clientèle secrète, encore active, dont seules les familles des disparus peuvent témoigner. Ainsi la famille Chadli, celle du général Belkheir ne s’en remettaient qu’à cet homme au sourire aussi généreux que son verbe est rare. « En...
(Algerie Focus 17/05/13)
L’Algérie a des ressources mais ne sait pas quoi en faire. C’est en somme le constat fait par le Revenue Watch Institute, une ONG dédiée à la résolution des problèmes spécifiques aux pays dépendants du pétrole, du gaz et des mines qui a établi le classement de la gestion des ressources naturelles de chaque pays. « L’Indice de gouvernance des ressources naturelles 2013″ publié le 15 mai par le Revenue Watch Institute a donné une note et classé 58 pays qui représentent environ 85 % de la production mondiale de pétrole, 90 % de celle de diamant et 80 % de celle de cuivre. Leur rang a été défini en fonction de leur capacité à gérer leurs ressources naturelles. Autant...
(Tout sur l'Algérie 17/05/13)
Le groupe portugais du BTP, Prébuild, construira 20.000 logements en Algérie d’ici 2018 pour plus d’un milliard de dollars (800 millions d’euros), selon un communiqué publié sur son site internet. « Le secteur de la construction est précisément le point de départ de l'entrée du groupe sur ce marché, qui va construire 20.000 logements d'ici 2018, en vertu d'un contrat signé pour un montant de plus de 800 millions d'euros », a précisé le groupe portugais, ajoutant qu’il mettra « en service une usine de panneaux préfabriqués en béton, avec une capacité de production annuelle de 360.000 m2 de panneaux ». Le premier chantier de logements du nouveau programme AADL et LPP sera lancé dans quelques jours à Alger par...
(Le Monde 16/05/13)
Des déchets radioactifs sous forme de roches ont été découverts le 9 avril par les douaniers du port d'Alger. Ils étaient stockés dans trois conteneurs de 6 mètres en provenance de Chine, a indiqué Le Soir d'Algérie. "Les douaniers ont signalé avoir découvert des pierres de différentes tailles et de différentes couleurs. Les analyses réalisées sur des échantillons ont confirmé le caractère radioactif de ces roches", selon le journal. "Les trois conteneurs ont été importés par un opérateur algérien. La marchandise a été chargée au port de Qingdao, en Chine, à bord du Nicolas, un navire battant pavillon antiguais", selon les premiers éléments de l'enquête cités par le journal, qui précise que le navire avait fait escale à Malte avant...

Pages