Vendredi 20 Octobre 2017
(El Moudjahid 07/05/13)
Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA "salue la volonté du Président Bouteflika d'appuyer l'Union maghrébine pour faire face aux défis internationaux et régionaux" Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb arabe (UMA) a salué, lors de sa 31e session à Rabat (Maroc), la volonté du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, d'impulser le processus d'intégration maghrébine "de manière à réaliser l'aspiration des peuples de la région à vivre dans un espace maghrébin intégré où règnent la paix, la stabilité et la prospérité". Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA "salue la volonté du Président Bouteflika d'appuyer l'Union maghrébine pour faire face aux défis internationaux et régionaux", lit-on dans un message...
(L'Expression (alg) 06/05/13)
Le choix porté sur Mokri témoigne amplement de la nouvelle politique qu'adoptera le MSP lors des prochains rendez-vous politiques. Le MSP semble donc avoir choisi la voie de la rupture définitive avec les partis au pouvoir. Le 5e congrès du Mouvement de la société pour la paix (MSP) a clos ses travaux samedi dernier avec l'élection de Abderrezak Mokri. Cet ex-vice-président du MSP, a été choisi par 177 de ses pairs contre 65 seulement pour son rival Abderrahmane Saïdi, ex-président du madjlis echoura. Un épisode qui met fin à dix années de règne de Bouguerra Soltani à qui il est reproché d'avoir fait du parti un faire-valoir les politiques des gouvernements successifs. D'ailleurs, en ouvrant ce 5e congrès du MSP,...
(El Watan 03/05/13)
L’Algérie, déjà habituée aux mauvais résultats internationaux, perd encore quelques places dans le classement annuel de la liberté de la presse établi par l’organisation Reporters sans frontières (RSF). Notre pays s’installe ainsi à la 125e place, reculant de 3 points en raison, expliquent les rapporteurs, de «la multiplication des agression et des procès à l’encontre des professionnels de l’information, et l’augmentation des pressions économiques sur les médias indépendants». Les rédacteurs du rapport de RSF semblent déceler un manque de volonté politique dans l’ouverture du paysage audiovisuel. «Plus d’un an après le vote par le Parlement d’une nouvelle loi sur l’information, notent-ils, censée abolir le monopole de l’audiovisuel public, l’autorité de régulation, préalable indispensable, n’a pas encore été instituée. Aucune chaîne...
(Algérie Presse service 03/05/13)
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réaffirmé l’engagement de l’Etat à doter la presse nationale et le secteur de l’information de mécanismes juridiques et de différentes formes de soutien à même de lui permettre de s’acquitter de ses "nobles missions". Ce soutien sera "sans restrictions à sa liberté afin qu’elle puisse accéder à la place de choix qui lui revient dans le monde de l’information et du savoir", a ajouté le président de la République dans un message à l’occasion la Journée mondiale de la liberté de la presse. A cette occasion, le président Bouteflika a décidé de "décréter le 22 octobre prochain Journée nationale de la presse, au même titre que les autres catégories socio-professionnelles, en hommage...
(El Watan 02/05/13)
Les discussions entamées il y a plusieurs mois sur la coopération énergétique entre l’Algérie et le Mozambique ont connu un début de concrétisation, mardi à Alger, par la signature d’un mémorandum d’entente et de coopération entre Sonatrach et la société mozambicaine des hydrocarbures, ENH-Empresa Nacional de Hidrocarbonetos. Depuis les récentes découvertes de gaz naturel dans l’offshore mozambicain à partir de l’année 2011, les rencontres entre responsables algériens et mozambicains se sont multipliées. Le Mozambique a régulièrement sollicité l’Algérie pour profiter de son expérience dans le domaine de l’exploitation du gaz naturel et des hydrocarbures en général. Les relations entre les deux pays remontent à la guerre d’indépendance menée par le Front de libération du Mozambique (Frelimo) contre le colonialisme portugais...
(L'Expression (alg) 02/05/13)
Elle n'a pas hésité à tirer à boulets rouges sur la mouvance islamiste «qui obéit aux orientations US», à l'image de l'Egypte, de la Libye et de la Tunisie. «Le gouvernement de Mariano Rajoy a autorisé diligemment les USA à déployer sur le territoire espagnol, une force d'intervention rapide, en prévision d'un chaos généralisé prévu en Algérie», a révélé hier Mme Louisa Hanoune, lors d'une conférence de presse au siège de son parti à Alger. Se référant aux informations de la presse étrangère qu'elle considère crédibles et qui vont dans l'intérêt de l'Algérie, en plus des contacts avec les différents syndicalistes et hommes politiques espagnols, la conférencière à fait part de 500 marines spécialisés dans la lutte contre le terrorisme...
(La Dépêche de kabylie 30/04/13)
La Fédération algérienne de boxe (FAB) organise du 4 au 8 mai, à la salle omnisport de Sétif, le 5e tournoi international de Sétif, avec la participation de boxeurs de cinq pays, a-t-on appris auprès de l’instance fédérale. Outre l’Algérie qui sera représentée par quatre équipes : l’EN senior, l’EN militaire, la sélection régionale de Sétif et la protection civile), le tournoi de Sétif verra la participation des équipes de Tunisie, d’Egypte, de Burundi, de France et d’Italie. Ce rendez-vous pugilistique verra la participation de 98 boxeurs, selon le comité d’organisation dirigé par la direction de la jeunesse et des sports de Sétif et la Fédération algérienne de boxe (FAB). Pour ce faire, la sélection algérienne de boxe, sous la...
(Le Pays 29/04/13)
Les nouveaux ennuis de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika appellent deux questions essentielles. Et comme bien d’autres observateurs de la scène politique algérienne, « Le Soir d’Algérie », à l’annonce de l’évacuation du président au Val-de-grâce, les pose en ces termes : « Bouteflika est-il toujours en mesure d’assurer ses fonctions jusqu’à la fin de son mandat ? Plus encore, est-il encore concevable d’imaginer sa reconduction pour un quatrième mandat ? » Ces interrogations sont légitimes à plus d’un titre. En effet, il est difficile, en Afrique, de faire foi aux bulletins de santé des chefs d’Etat, quand ils existent. Dans le cas présent, les autorités ont délibérément opté de minimiser le mal dont souffre le chef de l’Etat...
(Agence Ecofin 26/04/13)
L’avenir du secteur énergétique algérien est-il menacé ? A en croire une analyse du magazine The Economist, l’Algérie a de sérieux soucis à se faire… Si Abdelaziz Boutlefika n’a pas été emporté par le printemps arabe comme Hosni Moubarak et Zine el-Abidine Ben Ali, le président algérien doit son salut à un contrôle militaire très étroit sur la société civile et à l’abondance de l’or noir dans son pays. C’est la thèse soutenue par le magazine britannique hebdomadaire The Economist, dans une analyse parue le 9 février dernier. Un taux de chômage plus faible qu’ailleurs Il faut dire que l’Algérie ne manque pas d’atouts. En 2011, les exportations pétrolières ont rapporté pas moins de 55 milliards de dollars, entraînant une...
(El Watan 24/04/13)
Durant des années, Alstom et General Electric, entre autres groupes étrangers, ont été favorisés par les plus hautes autorités du pays. Si Chakib Khelil n’a pas été inquiété jusqu’ici, c’est parce qu’il risquerait de révéler l’implication du frère et conseiller du Président dans ces affaires, estiment nos sources. Jamais l’Algérie n’a été aussi menacée dans son existence que ces dernières années, en raison de sa rente pétrolière. La mauvaise gouvernance, la corruption et les intérêts politico-politiciens ont fini par la livrer à l’ancienne puissance coloniale et aux Etats-Unis qui, aujourd’hui, ont pratiquement le monopole sur deux secteurs stratégiques et les plus sensibles : le transport et l’énergie. En effet, le groupe français Alstom s’est vu attribuer le plus gros des...
(L'Expression (alg) 24/04/13)
Pour donner corps à toutes les mutations entamées depuis octobre 1988, la IIe République frappe à nos portes. Le 25 septembre 1962, la première réunion de l'Assemblée constituante que présidait Ferhat Abbas vote une résolution pour «baptiser» l'Algérie naissante: elle s'appellera officiellement: République Algérienne Démocratique et Populaire (RADP). On rapporte que pour décider s'il fallait mettre ou non la conjonction de coordination (et) entre Démocratique et Populaire, les parlementaires de l'époque avaient débattu pendant près de deux jours. Des témoins rapportent également que lors de la même réunion, Mohammedi Saïd, ancien colonel de la Wilaya III historique (portant le nom de guerre Si Nacer) avait même proposé de rajouter le terme islamique à la République Algérienne. Faisons l'hypothèse charitable qu'en...
(Le Parisien 23/04/13)
L'ambassade de France en Algérie, essentiellement dans les sections consulaires, est touchée par une grève discontinue du personnel franco-algérien depuis 21 jours. Le revendications portent sur une revalorisation des salaires et des statuts. Entretemps, plus de 30 000 demandes de visas sont en attente, ont indiqué des grévistes ayant requis l'anonymat. A l'ambassade, on indique que plus de 5 400 demandes urgentes ont été traitées depuis le début du mouvement. «Les usagers concernés ont été informés des reports de rendez-vous les concernant», ajoute-t-on. En 2012, la France a accordé 200 000 visas à des Algériens, un chiffre en hausse continue. Au ministère français des Affaires étrangères de trancher La grève est plus importante à Alger, mais le mouvement d'une soixantaine...
(L'Expression (alg) 22/04/13)
Six syndicats autonomes ont accordé leurs violons et appellent à une grève générale dans 23 wilayas du pays. Après les marches populaires organisées par le Comité national de défense des droits des chômeurs dans les wilayas du sud du pays, place aux grèves chez les corporations. A partir d'aujourd'hui, plusieurs secteurs névralgiques seront paralysés dans 23 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux. Il s'agit des secteurs de l'éducation, de l'enseignement supérieur, de la santé et de l'administration publique qui observeront une grève de trois jours à l'appel de six organisations syndicales. Ces syndicats qui sont le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef), le Syndicat...
(Liberté 22/04/13)
Environ 300 accidents provoquant des marées noires se produisent chaque année en Algérie, impliquant des fuites de produits pétroliers. Et, chaque fois, les autorités minimisent les effets en évoquant le dispositif TellBahr, alors qu’elles ne dispose pas de tous les moyens pour éviter une catastrophe écologique et marine majeure sur nos côtes. Les experts redoutent une marée noire majeure qui mettrait le patrimoine maritime algérien en danger. Conscient de cette menace, le ministre de l’Environnement, Amara Benyounès, semble avoir pris le taureau par les cornes afin de s’attaquer à ce phénomène de la pollution marine. En effet, la semaine dernière, des experts de l’entreprise finlandaise Sea How, une des plus grandes firmes spécialisées dans la dépollution marine au niveau mondial,...
(L'Expression (alg) 22/04/13)
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, a démenti hier, les informations publiées par certains titres de la presse nationale et selon lesquelles des chefs du mouvement «Ansar Eddine» auraient ou ont l'intention de trouver refuge en Algérie. «Certains titres de la presse nationale ont fait état d'informations selon lesquelles des chefs du mouvement Ansar Eddine auraient ou ont l'intention de trouver refuge en Algérie, je tiens à démentir de la manière la plus forte ces allégations qui n'ont aucun fondement», a-t-il indiqué dans une déclaration à l'APS. «Je souligne, que fidèle à ses principes en matière de politique étrangère et constante dans son approche légaliste, l'Algérie continuera à apporter toute sa contribution pour oeuvrer en faveur de...
(Aufaitmaroc 22/04/13)
La question de la réouverture de la frontière entre l'Algérie et le Maroc "pourrait être résolue dans un avenir proche", a affirmé dimanche l'Algérien Dahou Ould Kablia, à l'issue d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'Union du Maghreb arabe (UMA). La réouverture de cette frontière, fermée depuis deux décennies, "est une question primordiale" et, "si nous accélérons le processus des négociations (...) elle pourrait être résolue dans un avenir proche", a déclaré M. Ould Kablia devant la presse. "Nous espérons qu'il y aura un environnement propice", a-t-il poursuivi, ajoutant que ses récentes rencontres avec son homologue marocain Mohand Laenser, qui vient de se rendre à Alger, constituaient "un signal fort". "Les autorités des deux pays ont besoin de se...
(Algerie Focus 19/04/13)
Même timide, le débat sur la prochaine révision de la Constitution se fait entendre. A défaut d’un débat politique, c’est sur le terrain académique que les avis s’expriment. L’essentiel du débat sur la révision de la Constitution porte sur le régime politique algérien. Car, in fine, la vraie question qui se pose est celle de savoir dans quel régime politique sommes-nous ? Présidentiel ? Parlementaire ? Hybride ? Ce sont de vrais questionnements pour un pays qui ambitionne de réformer sa Loi fondamentale en profondeur. Selon la constitutionnaliste Fatiha Benabbou, le régime politique en Algérie n’est pas clair. Il est l’émanation des « incertitudes » et des « instabilités politiques chroniques » qui caractérisent le pouvoir politique dans le pays...
(El Watan 19/04/13)
Trois des plus importants émirs du groupuscule Ançar Eddine seraient à Tamanrasset depuis plus de dix jours, selon une source sécuritaire, au terme de plusieurs semaines de négociations entre les services de sécurité algériens et la direction d’Ançar Eddine. Ces hommes sont arrivés en Algérie après avoir obtenu des garanties de ne pas être poursuivis par Alger, sauf si leur implication dans des crimes contre l’humanité était prouvée. Il s’agit de l’émir dit Wathik, dont le vrai nom est Abderrahman Gouli, l’émir Abou Abida, soit Mourabiti Ben Moula, l’émir de la katiba Tawhid qui contrôlait une grande partie de la ville de Kidal avant l’intervention française, et, enfin, l’un des plus grands aides de Iyad Ag Ghali, son cousin Athman...
( 19/04/13)
Le groupe public algérien Sonatrach et ses partenaires thaïlandais (PTTEP) et chinois (CNOOC) ont annoncé jeudi avoir mis en évidence de nouvelles accumulations d'huile dans trois puits à 800 km au sud d'Alger. Sonatrach et ses deux partenaires "ont honoré les obligations contractuelles de la première phase de recherche, consistant en le forage de neuf puits d'exploration", indique le communiqué de Sonatrach cité par l'agence algérienne APS. Durant cette campagne de forage de la première phase de recherche du périmètre Hassi Bir Rekaiz (bassin de Berkine) qui a commencé en décembre 2011, sept puits ont été testés donnant lieu à des débits d'huile et de gaz associé très satisfaisants, et un puits positif par diagraphies qui sera testé incessamment, a...
(Liberté 17/04/13)
Handicaps Une longue série d’obstacles se dressent sur la voie de la sécurité alimentaire pour l’Algérie. Tel est le constat que nous pouvons tirer de la rencontre organisée par le Forum des chefs d’entreprises (FCE) centrée sur le thème “Quels programmes pour réduire la dépendance alimentaire en céréales et lait ?” En dépit des immenses progrès indéniables réalisés par le secteur de l’agriculture ces dernières années, la situation reste alarmante. Les experts pointent du doigt quatre facteurs décisifs qui handicapent la marche vers des niveaux d’autosuffisance de 70% à 80% dans les filières céréales et lait dans 7 à 10 ans fixés par le FCE comme principal objectif à atteindre dans ses 30 propositions soumises à l’exécutif. D’abord, l’agriculture algérienne manque...

Pages