Lundi 23 Octobre 2017
(Xinhua 29/06/13)
RABAT -- Les participants à la 13ème conférence parlementaire afro-arabe ont affirmé, jeudi à Rabat, qu'une coopération économique développée entre l'Afrique et le monde arabe est tributaire de la création d'un climat favorable à l'investissement et d'un cadre légal et organisationnel susceptibles d'éliminer les entraves à l'investissement. Dans un communiqué final, publié jeudi, les participants ont souligné la nécessité d'oeuvrer pour résoudre les conflits, créer un climat de paix et de sécurité et préserver la stabilité dans le cadre du respect des valeurs de la démocratie et de la bonne gouvernance, appelant à renforcer les efforts de paix et condamner les Etats agressant d'autres dans les deux régions en violant leur souveraineté. La promotion de la coopération économique, estiment-ils, passe...
(AgoraVox 28/06/13)
L’agression de l’OTAN contre la Libye (productrice de pétrole), l’intervention de la France au Mali (or et uranium), la construction d’une base militaire étasunienne au Niger (uranium) et l’encerclement de l’Algérie (pétrole et gaz) sont des chaînons de la stratégie qui vise, devant la crise du capitalisme mondial, à intensifier l’exploitation des travailleurs et le pillage des ressources naturelles de l’Afrique. Le journaliste Dan Glazebrook, qui écrit dans des journaux comme The Guardian, The Independent et The Morning Star, a publié un article dans l’hebdomadaire cairote Al-Ahram Weekly dans lequel il dénonce cette conspiration. Dan Glazebrook commence par rappeler que l’Occident draine chaque année des milliers de millions de dollars provenant du service de la dette, des bénéfices provenant des...
(Le Matin 28/06/13)
«Les conditions algériennes pour la réouverture des frontières qualifiées de chantage», par Charles Saint-Prot, directeur de l'OEG de Paris. Les conditions posées par l'Algérie pour la réouverture des frontières avec le Maroc ont été qualifiées de «chantage» par le directeur de l'Observatoire d'études géopolitiques (OEG) de Paris, Charles Saint-Prot. «Alger tente d'envoyer la balle dans le camp du Maroc avec une conditionnalité qu'on pourrait appeler du chantage pour la réouverture des frontières», a déclaré jeudi Charles Saint-Prot à la Radio Médi 1 dans son édition du soir. Le directeur de l'OEG a indiqué que «ce chantage montre qu'Alger ne veut pas améliorer les relations avec le Maroc», ajoutant que les «exigences d'Alger quasi insultantes sont la preuve de la volonté...
(Yabiladi 28/06/13)
Rabat a, enfin, décidé de hausser le ton contre Alger. Le royaume a fait savoir, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, qu’il refuse les trois conditions des autorités algériennes pour une normalisation des relations. Fin avril, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, sous couvert d’anonymat, exigeait du Maroc de remplir trois conditions pour la normalisation des relations, à savoir : « l’arrêt de la campagne médiatique », « une coopération réelle, concrète et efficiente contre l'agression que subit notre pays en matière d'infiltration massive de drogues » et que « « les Marocains doivent définitivement admettre que l’Algérie a une position constante sur la question du Sahara occidental », considérée « comme une question de décolonisation,...
(Yabiladi 28/06/13)
Les relations maroco-algériennes sont au point mort. Le souhait de Rabat d’une normalisation se heurte à des conditions récemment émises par Alger. La lutte contre le trafic de cannabis en est l’une d’elle. Morad Medelci, le chef de la diplomatie a sous-entendu que son pays « est presque visé » par le Maroc. Le ministre algérien des Affaires étrangères a effectué, les 24 et 25 juin, une visite de travail en Russie. Au pays de Poutine, Morad Medelci a accordé un entretien à la chaine « Roussia Al Ayoum » dans lequel le Maroc a accaparé une bonne partie. Plus réaliste que son homologue marocain qui verse dans un optimisme débordant à chaque fois que l’Algérie est évoquée, Medelci a...
(Xinhua 28/06/13)
ALGER -- Sept terroristes ont été tués par l'armée algérienne à la frontière avec la Libye dans une opération de traque, ont rapporté jeudi les médias locaux. Citant une source sécuritaire, le journal local El Khabar a révélé que les forces de l'armée ont traqué un groupe armé dans la nuit de mercredi à jeudi dans la province d'Illizi, à 1.800 km au sud-est d'Alger, à la frontière avec la Libye. L'opération a abouti à l'élimination de sept hommes armés, tandis qu'un nombre inconnu d'autres terroristes sont toujours encerclés, précise la même source. L'armée algérienne a déclaré l'état d'alerte à la frontière avec le Mali, la Libye et la Tunisie, à la suite d'informations sur une attaque terroriste potentielle qui...
(Tout sur l'Algérie 28/06/13)
Le gouvernement vient d’adopter la nouvelle politique industrielle… À mon avis, il s’agit de la politique de relance industrielle, initiée il y a déjà quelque temps. Une politique de relance qui part du principe simple consistant à faire renaître un secteur qui représentait 18% du PIB du pays, dans les années 80, avant de régresser à 4% aujourd’hui. Nous constatons que ce programme de relance est destiné surtout aux entreprises publiques, auxquelles on a accordé une enveloppe de 1.200 milliards de dinars pour le quinquennat 2010-2014. Ne pensez-vous pas que les entreprises privées bénéficient aussi de subventions et d’avantages fiscaux et bancaires ? Effectivement, les entreprises privées bénéficient de soutien concernant l’électricité, le gaz et les produits de base dont...
(Tout sur l'Algérie 28/06/13)
Cela fait aujourd’hui deux mois, jour pour jour, que le président Bouteflika a quitté le pays pour être hospitalisé à Paris. Passées les polémiques sur l’opacité et l’absence de communication relative à son état de santé, force est de constater que son absence ne change guère la vie des Algériens, habitués depuis plusieurs années à ne le voir que par intermittence. Dans certains médias et cercles proches du clan du pouvoir hostiles au Président, il est de bon ton d’affirmer que « Bouteflika est fini ». En réalité, les personnes les plus avisées se gardent bien de tout commentaire définitif et personne parmi les grands leaders politiques du pays ne se hasarde à afficher clairement des prétentions qui feraient fi...
(Tout sur l'Algérie 28/06/13)
Une semaine après avoir été tenus, les propos du porte-parole de la diplomatie algérienne, Amar Belani, sur les conditions d’Alger pour la réouverture des frontières ont fini par faire réagir les autorités marocaines. Dans un communiqué rendu public, ce jeudi 27 juin, le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a affirmé qu' il « ne peut que dénoncer, vigoureusement, l'esprit et la lettre de ces déclarations et regretter vivement ces positions anachroniques dans leur démarche et injustifiées dans leur substance ». Le 18 juin, le porte-parole du MAE algérien avait déclaré que la réouverture des frontières terrestres avec le Maroc passe par trois conditions. La première concerne l’arrêt de « la campagne de dénigrement menée par des...
(Tout sur l'Algérie 28/06/13)
Les saisies de drogue prennent des proportions alarmantes en Algérie. Au total, 41 tonnes de drogue ont été saisies par les services des douanes durant les quatre premiers mois de 2013, selon le directeur adjoint de la lutte contre le trafic de drogue à la Direction générale des douanes, Arezki Henad. Les quantités saisies par les services concernés par la lutte contre la drogue ont atteint 157 tonnes en 2012, a précisé le même responsable, cité par APS. M. Henad a affirmé que des « quantités importantes de drogue sont régulièrement saisies par les forces de l’ordre algériennes », ajoutant que l’Algérie « espère une collaboration de la part du Maroc, pays frère, pour lutter contre le trafic de drogue...
(Afrik.com 27/06/13)
La journée mondiale de la lutte contre la drogue est l’occasion pour l’Algérie de faire un point sur sa situation. Le constat est alarmant. Le trafic de drogue prend de plus en plus d’ampleur dans un pays où 20% des jeunes se droguent. A l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la drogue, l’Algérie fait ses comptes. Le bilan est lourd, plus de 300 personnes meurent chaque année des méfaits de la drogue ! La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) révèle dans ses statistiques que 23% des individus arrêtés en Algérie le sont pour trafic de stupéfiant. Ces individus sont âgés en moyenne de 35 ans. Les régions frontalières sont les plus touchées par le phénomène...
(Liberté 27/06/13)
Les gourdins des “propriétaires” autoproclamés de ces parkings n’ont pas pu être remplacés par les badges et les uniformes, comme l’exige la circulaire de Daho Ould Kablia. Alors qu’une circulaire définissant la réglementation des parkings a été signée par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, le 20 novembre 2012, et qu’elle a été adressée aux walis et à toutes les administrations concernées pour son application, l’anarchie continue de régner dans ces espaces devenus de plus en plus incontrôlables. Non seulement le prix de stationnement a augmenté de 100% puisqu’on vous demande, à chaque coin de rue, de payer 100 DA, mais aussi les gourdins des “propriétaires” autoproclamés de ces parkings n’ont pas pu être remplacés par les badges...
(Liberté 27/06/13)
Réda Hamiani estime qu’“une évaluation de la politique de subventionnement, de sa pertinence et de son efficacité semble incontournable”. Les transferts sociaux, financés par le budget général de l’État entre 1999 et 2012, sont faramineux. Avec les subventions implicites, non budgétisées, ils le sont encore davantage. C’est ce qu’a estimé le professeur Farid Yaïci de l’université de Béjaïa, hier à Alger, lors d’un atelier-débat consacré à l’évaluation des politiques de subventionnement mises en œuvre par l’Algérie organisé par le Forum des chefs d’entreprise. M. Yaïci a dressé un état des lieux préoccupant des transferts sociaux financés par le budget de l’État. Ces transferts ont atteint 11 300 milliards de dinars (156 milliards de dollars), durant la période 1999-2012. Ils ont...
(Liberté 27/06/13)
Bonjour les ennuis qui semblent commencer pour notre confrère Hicham Aboud qui “récolte” les fruits de ses déclarations sur la santé du président Bouteflika. Hier, en se rendant à l’aéroport d’Alger pour prendre un vol sur Tunis où il doit participer à une émission de télévision, le directeur de Mon Journal a eu la désagréable surprise de se faire signifier qu’il était interdit de sortie du territoire national. Loin d’être décontenancé par une telle mesure, Hicham Aboud se dit tout de même étonné. “Je suis victime d’une interdiction de sortie du territoire national, alors que je ne suis jamais convoqué, ni par le juge ni par le procureur”, s’est-il s’indigné dans une déclaration à Liberté. Pour Hicham Aboud, il ne...
(Liberté 27/06/13)
Cette facilitation se traduira prochainement par l’allégement des procédures de demande de visas, la réduction des délais de délivrance et le prolongement de la durée de validité de ce document de circulation à au moins six mois. Entre l’Algérie et le Royaume-Uni, il n’y a pas que l’affaire Khalifa et les harragas… Les gouvernements des deux pays se penchent, désormais, sur “la dimension humaine” qui doit prochainement se matérialiser par la facilitation des procédures de délivrance des visas, mais aussi de l’extradition mutuelle des émigrants clandestins. C’est du moins ce qui se profile des propos tenus, hier, par les représentants des gouvernements des deux pays, Belkacem Sahli, secrétaire d’État chargé de la Communauté nationale à l’étranger, et son homologue britannique,...
(Liberté 27/06/13)
Lors de son intervention, le Premier ministre a affirmé que l’État ne remettra pas en cause la règle 49/51, même si le gouvernement œuvre à relancer la machine industrielle par l’encouragement des investissements nationaux et étrangers. À ce titre, il a insisté sur l’impératif de repenser le statut et les missions de l’Agence nationale pour le développement de l’investissement (Andi), de libérer le foncier industriel et de se débarrasser des “scories de la bureaucratie”. La rencontre du gouvernement avec les walis, tenue hier au Palais des nations, ne s’est pas centrée uniquement sur la préparation du mois de Ramadhan et de la saison estivale. Elle a débordé sur d’autres aspects de l’action publique, à l’image du redéploiement du commerce informel,...
(AFP 27/06/13)
Johannesburg (AFP) - L'Afrique du Sud se préparait jeudi matin à l'annonce prochaine du décès de son ancien président Nelson Mandela, placé sous assistance respiratoire, alors que le chef de l'Etat Jacob Zuma a annulé un déplacement prévu jeudi au Mozambique. Le président Jacob Zuma a fait annoncer l'annulation de son voyage après avoir rendu visite à son illustre prédécesseur à l'hôpital dans la soirée. Or, ses services avaient pourtant confirmé sa présence à ce sommet régional à plusieurs reprises ces dernières heures. Le héros de la lutte contre l'apartheid était "dans un état toujours critique", selon un communiqué de la présidence. "Le président Zuma a été informé de la situation par les médecins qui font toujours tout leur possible...
(AgoraVox 26/06/13)
Le Printemps arabe est, semble-il, la première fois dans l’Histoire contemporaine qu’une révolte citoyenne fut confisqué par ceux qui ne l’ont pas faite. En l’occurrence, ici, les islamistes. Ce dit Printemps n’a tenu aucune de ses promesses, ni sur le plan social, ni sur celui des libertés. Les Etats-Unis, un premier temps déstabilisés par ces mouvements qui partirent de la Tunisie suite à l’immolation du jeune Mohamed Bouazizi (de son vrai prénom Tarek) en janvier 2010 pour rejoindre l’Egypte, touchant à peine le Maroc puisque le roi de ce pays règne par l’islam, ne mirent pas longtemps à réagir. Le maillon fort de l’Afrique du Nord était, sans conteste, la Libye qui, lui, n’a pas connu de « Printemps arabe...
(El Watan 26/06/13)
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a incité mercredi à Alger les commerçants à rester ouverts au delà de 21 heures, insistant sur l'importance d'assurer le bien être du citoyen algérien par la création d'une convivialité sociale et commerciale. S'exprimant à l'ouverture des travaux de sa réunion avec les walis, M. Sellal a jugé "inadmissible" la fermeture des magasins et autres commerces dès 21 heures, qualifiant cette situation "d'atteinte aux libertés" du citoyen. Pour lui, "créer de l'animation nocturne en respectant les m£urs de la société algérienne permettra aux citoyens de se divertir et par conséquent, de se libérer de toute frustration". Dans le même sillage, le Premier ministre a évoqué la gestion et l'aménagement des plages, ces lieux qui, a-t-il...
(El Watan 26/06/13)
Le conseil de l’Ordre des avocats, élargi aux anciens bâtonniers, s’est réuni hier à Alger pour décider des actions à entreprendre afin de rendre visible son mécontentement de la nouvelle mouture du texte de loi qui devrait être adoptée par les députés le 2 juillet prochain. Les robes noires sont en colère. Les avocats menacent de recourir à des actions de protestation si les pouvoirs publics ne bloquent pas le nouveau projet de loi portant organisation de la profession d’avocat débattu, ces deux derniers jours, à l’Assemblée populaire nationale (APN).Ils se sentent trahis et demandent l’arbitrage du premier magistrat du pays. La commission juridique de l’APN a revu et reformulé plus de 40 articles les vidant de leur substance. Ceci...

Pages