Mardi 26 Septembre 2017
(Liberté 20/06/13)
La politique agricole vise à protéger le pouvoir d’achat du citoyen et à préserver les revenus de l’agriculteur. “Tous les produits sont disponibles et à des prix abordables. Tout a été décidé à temps pour une offre meilleure et suffisante. Quant au prix, il se détermine suivant trois paramètres, à savoir l’offre, la demande et le comportement du consommateur. Jusqu’à maintenant, la demande est équilibrée ; dans quelques jours, elle va peut-être augmenter. C’est l’effet du comportement du citoyen.” Telle est l’analyse avec laquelle le ministre de l’Agriculture, Rachid Benaïssa, justifie le phénomène de la spéculation qui intervient souvent durant le mois de Ramadhan. “Pour les vieux, ça se comprend, ils ont vécu antérieurement des périodes de pénurie. Mais aujourd’hui, il...
(Xinhua 20/06/13)
ALGER-- Le gouvernement algérien n'a pas l' intention de revoir la règle 51/49 dans la loi sur les investissements étrangers promulguée en 2009, qui stipule que le capital de tout projet lancé dans le pays par des investisseurs étrangers doit être détenu par un ou des partenaires locaux à hauteur de 51% au minimum, a rapporté mardi l'agence APS. "La règle 51/49 ne peut être révisée du moins actuellement", a déclaré le Premier ministre Abdelmalek Sellal, lors de l'ouverture des travaux du forum économique et social organisé par le Conseil national économique et social (CNES) à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance du pays contre le colonialisme français. Le chef de l'exécutif a toutefois laissé la porte entrouverte en disant que...
(El Watan 20/06/13)
Dans une interview accordée hier à la radio web du site Maghreb Emergent, M. Rebrab souligne que malgré son statut d’actionnaire minoritaire avec à peine 3,43% des parts, il détient «un droit de préemption qu’il compte faire valoir s’il ne trouve pas son compte» dans la transaction en cours entre les deux principaux actionnaires, le russe Vimpelcom et l’Etat algérien. M. Rebrab précise qu’il irait au tribunal de Londres «non pas contre l’Etat algérien» qu’il respecte, selon ses dires, mais «contre son coactionnaire russe ayant racheté les parts de l’Egyptien Sawiris». M . Rebrab avance l’idée d’un partage des actions à 35% au profit de l’Etat algérien, 34% pour Vimpelcom et 30% pour Cevital. Un actionnariat qu’il dit avoir déjà...
(El Watan 20/06/13)
Alger vient d’abriter un atelier consacré à la prévention contre l’incitation à l’extrémisme violent l Organisés par le Comité contre le terrorisme de l’ONU, les travaux, qui ont duré trois jours, avant de s’achever hier, ont vu la participation des représentants des gouvernements et des ONG de la région de l’Afrique du Nord. Organisé par le Comité contre le terrorisme (CCT) de l’ONU, un atelier consacré à la prévention contre l’incitation à l’extrémisme violent a eu lieu à Alger. Tenus à huis clos, les travaux de ce workshop ont regroupé non seulement les représentants des gouvernements du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, mais aussi d’ONG venus d’Egypte, de Libye, de Palestine, qui activent dans différents domaines, notamment médiatique,...
(El Watan 20/06/13)
Près de deux mois maintenant que le palais d’El Mouradia est vacant. Son locataire, Abdelaziz Bouteflika, est forcé au strict repos à Paris depuis le 27 avril passé. Sa longue absence, qui risque de se prolonger encore, n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement des institutions de l’Etat. L’impact commence à se faire ressentir dans bien des secteurs de la vie nationale. La difficulté du Président à gérer les affaires politiques du pays en raison de sa maladie risque de paralyser un Etat déjà ligoté par une bureaucratie asphyxiante. Le mouvement des magistrats qui devait intervenir au courant de cette semaine est déjà ajourné. L’article 87 de la Constitution stipule que le président de la République nomme les magistrats. Mais...
(Le Nouvel Observateur 20/06/13)
"Nous avons enfin retrouvé un contact direct", dit l'émissaire touareg, soulagé. Pendant des mois, l'opération Serval a bouleversé la donne dans le désert du nord du Mali. Au plus fort de la bataille, Abou Zeid, chef d'Aqmi et preneur d'otages, avait fait passer un message aux Français pour dire qu'il était toujours prêt à négocier la libération de ses quatre prisonniers, Thierry Dol, Marc Féret, Pierre Legrand et Daniel Larribe, capturés le 16 septembre 2010 sur le site de la mine d'uranium d'Arlit au Niger. Aujourd'hui, Abou Zeid est mort, écrasé par une bombe au creux des rochers de l'adrar des Ifoghas, son repaire et sanctuaire. Le nouveau chef d'Aqmi pour la zone sahélo-saharienne s'appelle Yahia Abou el-Hammam, de son...
(El Watan 20/06/13)
La relation toujours ambiguë et compliquée entre l’histoire et le cinéma en Algérie a fait l’objet d’un intense débat à la maison de la culture Mustapha Khalef à la faveur des 2es Journées cinématographiques de Saïda qui ont été clôturées lundi soir. Un débat qui s’est élargi au rôle de l’image durant la période coloniale. Étaient invités à la tribune pour en discuter, l’historien Amar Mohand Amer, le cinéaste Belkacem Hadjadj, l’universitaire et chercheur Mohamed Bensalah et l’ex-président de la Fédération nationale des ciné-clubs,El Hachemi Kouider. Ce dernier a rappelé qu’à l’époque de l’occupation française les centres culturels étaient dotés d’un service de cinéma et de bibliothèques. «Ils faisaient donc de la propagande coloniale à travers l’image et le livre...
(RTL 19/06/13)
Alors que les Etats-Unis annonçaient lundi 17 juin ne pas prévoir d'intervention militaire en Syrie, l'Algérie et l'Espagne ont rappelé mardi 18 juin à Alger leur attachement à une solution politique. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo et son homologue Mourad Medelci ont estimé qu'une passerelle entre les processus Genève 1 et Genève 2 était en train de "se consolider". Il n'y a pas de solution militaire pour le problème syrien, il doit y avoir une solution négociéeJosé Manuel Garcia-Margallo, ministre espagnol des Affaires étrangères Le chef de la diplomatie algérienne a par ailleurs réitéré la position algérienne de "refus d'intervention étrangère en Syrie ou ailleurs", après avoir été interrogé sur la participation du Hezbollah libanais dans...
(Jeune Afrique 19/06/13)
L’ambassadeur d’Algérie en France, Missoum Sbih, a été rappelé à Alger lundi 17 juin, a appris Jeune Afrique auprès d’une source au ministère algérien des Affaires étrangères qui a requis l’anonymat. Selon nos informations, l’ambassadeur n’avait pas encore reçu le télégramme diplomatique lui notifiant sa mise à l’écart. Contactés mardi 18 juin par nos soins, ni le secrétariat de l’ambassadeur ni le service de presse n'étaient en mesure de confirmer le départ de M. Sbih. « L’ambassadeur n’est pas à son bureau », s'est contenté d'affirmer la secrétaire de l’ambassade. Bien qu'aucune confirmation n'est venue des autorités algériennes, un nom est déjà avancé pour succéder à M. sbih : Amar Bendjemaâ, actuel ambassadeur à Bruxelles. Brillant diplomate, celui-ci n'est pas...
(AFP 19/06/13)
ALGER, 19 juin 2013 (AFP) - Le ministre français de l'Éducation, Vincent Peillon, a signé mercredi à Alger deux accords sur la formation des jeunes amenés à entrer dans la vie active. Premier ministre de l'Éducation de l'ancienne puissance coloniale à se rendre en Algérie depuis plus de 20 ans, M. Peillon a souligné tout comme son homologue algérien Abdellatif Baba-Ahmed, que les systèmes d'éducation des deux pays avaient des "côtés assez parallèles", lors d'un point de presse à l'issue de leurs discussions. Les accords signés sont valables pour la période 2013-2017, ce partenariat allant dans la ligne droite de la déclaration d'Alger publiée à l'issue de la visite du président François Hollande fin décembre sur un partenariat approfondi. "C'est...
(RTL 19/06/13)
Le concours de beauté Miss Algérie, organisé ce vendredi à Oran, refait surface après dix ans d'interruption. Geneviève de Fontenay, ancienne organisatrice de Miss France, participe au jury. Après dix ans d'interruption, le concours de Miss Algérie est organisé vendredi 21 juin à Oran, la grande ville portuaire de l'ouest algérien. Parmi les membres du jury, Geneviève de Fontenay, 81 ans, dont le nom reste lié au concours de Miss France. L'élection de la reine de beauté algérienne aura lieu à l'hôtel Méridien, après un soigneux casting dans les principales villes du pays qui a permis la sélection de 20 candidates, a expliqué un membre du jury co-organisateur de l'événement, Hamza Ameziane. Âgées de 18 à 26 ans, les jeunes...
(Liberté 19/06/13)
En s’engageant hier à refuser de verser de rançons en cas d'enlèvements de leurs ressortissants par des “terroristes” et ont appelé les entreprises à suivre ce principe, les dirigeants des pays membres du G8 apportent un soutien de taille à la politique de l’Algérie en la matière. Sous l’impulsion de la Grande-Bretagne, connue déjà pour sa réputation de pays ne versant pas de rançons pour libérer ses otages, les dirigeants du G8 se sont engagés hier à ne plus verser de rançons en cas d'enlèvements de leurs ressortissants par des “terroristes” et ont appelé les entreprises à suivre ce principe. C’est à l'initiative du Premier ministre britannique, David Cameron, que ce sujet a été discuté hier matin par les chefs...
(Jeune Afrique 19/06/13)
Le groupe public algérien de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) entre dans une zone de turbulences judiciaires. Le patron de la Sonelgaz, Nourredine Boutarfa[/LINK], son prédécesseur, un ex-responsable du groupe et quinze autres cadres de cette société et du secteur de l'énergie ont été inculpés par un juge d'Alger dans une affaire de malversations présumées, a rapporté lundi 17 juin le journalEl Watan. L’actuel PDG a été inculpé et placé sous contrôle judiciaire dans le cadre d'une enquête sur des surcoûts liés à la construction de deux centrales électriques par le groupe français Alstom et le groupe américain General Electric, a précisé le quotidien francophone. Cette information n'a pas pu être confirmée de source judiciaire, ni auprès de l'entreprise. Des...
(El Watan 19/06/13)
- Les réserves de change ont diminué de 10 milliards de dollars, les revenus des exportations ont régressé de 20 milliards de dollars ces derniers mois. Si la tendance s’accélérait, quelles seraient les conséquences, selon vous, pour l’Algérie ? La conséquence la plus grave serait la baisse drastique de son seuil de vulnérabilité. En d’autres termes, l’Etat algérien se retrouverait, dans toutes ses composantes, politique et économique, civile et militaire, sans capacité décisive pour anticiper, endiguer ou réagir contre les stratégies d’influence visant à déstabiliser sa souveraineté et à lui imposer des choix qui vont à l`encontre des intérêts du pays et de son devenir. - Des dépenses colossales – plus de 500 milliards de dollars ces dernières années –...
(El Watan 19/06/13)
En poste en France depuis 2005, ce fidèle parmi les fidèles du président de la République a été rappelé «définitivement» à Alger et devra être remplacé par Amar Bendjemaâ, jusqu’ici ambassadeur à Bruxelles. L’ambassadeur d’Algérie à Paris, Missoum Sbih, en poste depuis novembre 2005, a été limogé, avons-nous appris hier de source diplomatique à Alger. «C’est un rappel définitif», confie notre source, précisant que son collègue en poste à Bruxelles, Amar Bendjemaâ, est bien placé pour lui succéder en tant que représentant de l’Algérie dans la capitale française. Le rappel de Missoum Sbih aurait pu être banalement perçu pour un vieil homme âgé de 77 ans qui plus est n’a pas particulièrement brillé par son activisme à Paris qui est...
(Liberté 19/06/13)
Le conseil national extraordinaire du RND est voulu comme une ultime occasion de réconcilier les deux ailes antagonistes (proches de l’ex-secrétaire général et instigateurs du mouvement de sauvegarde du RND). Des invitations ont été adressées à tous les membres du CN, dont Ahmed Ouyahia. Sera-t-il présent à cette session du CN ? Aucune certitude sur cette question, même si l’homme a assuré, au moment de sa démission, qu’il restera un fidèle militant du RND. “Les préparatifs du conseil national extraordinaire se passent bien. Les conditions sont réunies pour réussir cette rencontre”, a certifié Mme Nouara Djaâfar, porte-parole du parti. “Je pense que le CN se déroulera dans le calme. Nous sommes d’accord sur beaucoup de points de principe”, a confirmé...
(Star Africa 19/06/13)
Le défenseur algérien Mehdi Mostefa n’a pas prolongé avec l’AC Ajaccio. L’information a été démentie par son agent Christophe Hutteau. Le club corse avait publié la nouvelle sur son site officiel. Contractuellement son avenir est certes à Ajaccio, mais rien n’indique qu’il y sera encore l’année prochaine, a fermement précisé le représentant du joueur algérien, compte tenu de l’intérêt de formations plus huppées. Alain Orsoni (, le président de l’ACA,NDLR) m’a affirmé qu’il ne mettrait pas un frein à son départ dans la mesure où il y aurait une progression sportive pour Mehdi et que le club y trouverait son compte.” Auteur d’une excellente saison en club et d’un parcours remarquable avec l’équipe d’Algérie dans les éliminatoires du Mondial 2014,...
(RFI 19/06/13)
Après l’affaire Sonatrach, l’entreprise nationale de pétrole, c’est au tour de Sonelgaz, l’entreprise nationale de gaz et d’électricité d’être au cœur d’un scandale de corruption. En Algérie, le PDG de l’entreprise nationale d’électricité a été placé sous contrôle judiciaire tout comme 15 autres cadres de l'entreprise. Tous sont accusés de corruption. Deux PDG et une quinzaine de cadres inculpés de corruption et interdits de sortie de territoire : après l’affaire Sonatrach, l’entreprise nationale de pétrole, c’est au tour de Sonelgaz, l’entreprise nationale de gaz et d’électricité d’être au cœur d’un scandale de corruption. La justice algérienne s’intéresse à un marché attribué en 2007. A l’époque, Sonelgaz veut faire construire deux centrales électriques. L’entreprise algérienne accorde le marché au Français Alstom...
(Le Monde 19/06/13)
Les familles des moines de Tibéhirine réclament l'aide de François Hollande pour vaincre "la résistance des autorités algériennes" à collaborer avec la justice française qui enquête sur l'assassinat de leurs proches, dans une lettre révélée par Le Figaro mercredi 19 juin. Dans ce courrier, rédigé par leur avocat Patrick Baudouin, les familles jugent "indispensable, pour continuer à progresser dans la recherche de la vérité, d'accomplir divers actes en Algérie" et demandent au président "d'intervenir à nouveau afin de lever les entraves apportées à la poursuite de l'instruction" du juge français Marc Trévidic. Car, jugent-elles, "du côté algérien, il va sans dire qu'aucune action sérieuse n'a été entreprise pour faire la lumière sur ces assassinats". Les proches des sept moines assassinés...
(Les Echos 18/06/13)
Les marchés ont lourdement sanctionné le deuxième avertissement sur résultats annoncé par Saipem en quelques mois. Le groupe parapétrolier, filiale à 43 % de l'Italien ENI, a vu son cours chuter de 29 % hier, après avoir annoncé vendredi qu'il réaliserait une perte nette de 300 à 350 millions d'euros en 2013, et non un profit de 450 millions. Il avait déjà lancé un avertissement en janvier, qui avait provoqué une chute de son cours de 34 %. Au total, le titre a perdu 50 % depuis le début de l'année. Le groupe a indiqué que son résultat d'exploitation (Ebit) serait revu à la baisse de 650 à 750 millions d'euros, dont la moitié liée à la situation en Algérie...

Pages