Vendredi 18 Août 2017
(France 24 11/06/13)
L’absence du président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis le 27 avril, soulève la question de sa succession. Plusieurs clans se dessinent. Reportage à Alger de nos envoyés spéciaux, Kamel Zaït et Adel Gastel. Alors que le secret demeure autour de l’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, ses 46 jours d’absence suscitent de multiples interrogations quant à sa succession. Les assurances du gouvernement sur une amélioration de l'état du président ne convainquent plus en Algérie et les appels se multiplient pour déclarer l’état d’empêchement du président en raison de maladie grave et durable, comme le stipule l'article 88 de la Constitution. Arrivé en France à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce le 27 avril, à la suite d'un AVC...
(AFP 11/06/13)
ALGER, 11 juin 2013 (AFP) - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, absent depuis 46 jours de son pays, observe une "période de réadaptation fonctionnelle" dans un hôpital parisien, ont annoncé mardi les médecins qui l'accompagnent. Dans un bulletin de santé signé de ses "médecins accompagnateurs", rendu public par l'agence APS, les professeurs Mohcène Sahraoui et Merzak Métresse y réaffirment que M. Bouteflika avait eu un AVC le 27 avril "sans retentissement sur ses fonctions vitales". Ils rappellent que son transfert à Paris avait été décidé pour "un complément d'exploration, à l'issue de laquelle ses médecins lui ont recommandé d'observer, à l'institution nationale des Invalides, une période de soins et de réadaptation fonctionnelle en vue de consolider l'évolution favorable de son...
(Afrik.com 11/06/13)
Selon le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, le président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis avril et dont l’état de santé crée la controverse, continuerait de diriger son pays. Malgré son état de santé fragile, le président algérien Abdelaziz Bouteflika continue de diriger son pays ? « Il le fait au quotidien et je vous le confirme. C’est le ministre des Affaires étrangères qui parle », a dit Mourad Medelci. « Nous recevons au quotidien ses encouragements, directives et ses décisions », a précisé le ministre, lundi, note l’AFP. Le chef de la diplomatie algérienne est par ailleurs revenu sur « l’intense activité diplomatique que connaît l’Algérie, qui attire beaucoup de monde ». « C’est le chef de...
(AFP 11/06/13)
ALGER, 11 juin 2013 (AFP) - Un dirigeant historique de la révolution algérienne a appelé l'armée à "agir vite" face au vide laissé à la tête du pouvoir par l'absence du président Abdelaziz Bouteflika, dans une lettre citée mardi par le quotidien Le Soir d'Algérie. Mohamed Mechati, un membre du groupe des 22 qui ont déclenché le 1er novembre 1954 la révolution algérienne, en appelle au "courage" des militaires: "Vous qui avez choisi et imposé cet homme et qui l'avez déclaré élu puis réélu, faussement et sans scrupule", leur affirme-t-il dans les extraits de cette missive publiés par le journal. "Votre courage et votre patriotisme, dont nous ne doutons pas, doit vous faire agir vite; il y va de la...
(AFP 11/06/13)
ALGER, 11 juin 2013 (AFP) - Trois syndicats de la santé publique en Algérie ont gelé leur mouvement de grève, après cinq semaines de débrayage, a rapporté la presse algérienne mardi. Les syndicats des praticiens, des médecins spécialistes de la santé publique et des psychologues ont décidé lundi du gel du mouvement de protestation, a affirmé, Khaled Kedad, porte-parole de l'Intersyndicale des professionnels de la santé (ISPS). M. Kedad, cité par la presse, a expliqué que ce gel avait été décidé après l'ouverture mercredi dernier d'un dialogue avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière . L'intersyndicale est en attente de la fixation d'une date de réunion avec le ministère de la Santé pour...
(El Watan 11/06/13)
Kaddour Chouicha, universitaire et membre du comité directeur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, dresse un tableau noir de la situation politique en Algérie. M. Chouicha est aussi coordinateur national du syndicat supérieur, organisation à qui l’administration refuse l’enregistrement. Ce syndicaliste avance des propositions pour instaurer un Etat de droit et démocratique. - L’Algérie vit une crise politique chronique. A un an de l’élection présidentielle, le président Bouteflika est en France depuis plus de 42 jours pour raisons de santé. Des observateurs s’inquiètent sur la situation actuelle qualifiée de très tendue. Qu’en pensez-vous ? Nous vivons depuis des décennies une crise sociale et politique profonde. Le constat est triste, mais on ne peut pas échapper à...
(El Watan 11/06/13)
Les protestataires ont fustigé les autorités locales, à leur tête le wali de Béjaïa et les services de police, accusés de «passivité» à l’égard de la violence et de la corruption à l’université. D es centaines d’étudiants de l’université de Béjaïa ont manifesté hier «pour dénoncer la violence et la corruption qui règnent à l’université» et se démarquer des actes de vandalisme perpétrés dans les résidences universitaires la semaine dernière. La manifestation pacifique, qui s’est ébranlée de la bibliothèque de Targua Ouzemmour vers le siège de la wilaya, a été organisée par la Coordination locale des étudiants de Béjaïa (CLE) regroupant le comité Tahar Djaout de la cité 1000 lits et celui de la cité U de Targua Ouzemour ainsi...
(L'Expression (alg) 11/06/13)
Annaba est devenue depuis quelques années une grande métropole pour les mères célibataires. Il est enregistré entre 10 et 14 bébés abandonnés à la naissance, selon une sage-femme du CHU de Annaba. Le phénomène des enfants nés sous X, prend de l'ampleur à Annaba où chaque année, les services de la DAS (direction des affaires sociales) enregistrent une moyenne de 1 000 enfants. Entre 10 et 14 bébés sont abandonnés à la naissance, selon une sage-femme du CHU de Annaba. Des transferts presque permanents sont consignés dans la pouponnière de Annaba, «10 à 14 bébés sont placés dans le centre», nous dira une éducatrice. «Il y a des moments où aucun placement n'est enregistré, hormis les placements judiciaires», devait ajouter...
(L'Expression (alg) 11/06/13)
Sachant que l'opinion publique s'interroge sans cesse sur l'état de santé du chef de l'Etat, M.Medelci se prend pour témoin. Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, tente de justifier sans avancer d'argument. Invité hier à l'émission «les débats» de la Radio internationale, le ministre a voulu rassurer les Algériens sur la santé du président de la République en précisant qu'il suit au quotidien l'activité du gouvernement. «Au quotidien, je vous le confirme, c'est le ministre qui parle, nous recevons ses encouragements, ses directives», a-t-il répondu en préambule à une question de savoir si le ballet diplomatique qui défile sur Alger actuellement est en rapport avec ses positions. Le ministre a opéré un grand virage pour évoquer la santé du...
(L'Expression (alg) 11/06/13)
Tous les spécialistes reconnaissent que la prestation de l'Equipe nationale face au Bénin, en ramenant cette précieuse victoire de Porto Novo, a été convaincante. Il est vrai que le choix des joueurs et la tactique prônée par Vahid Halilhodzic ont été remarquables et bien payante. Ce qu'il faut retenir du choix des joueurs c'est que celui-ci a été bien réfléchi puisque d'une part les joueurs ayant participé au match ont été très volontaires et surtout très courageux dans leur prestation respective comme ce fut le cas par exemple de Slimani, Feghouli et Taïder, les deux poumons de l'équipe. Le fait que Vahid sacrifie Guedioura pour laisser place à Taïder qui a été excellent prouve si besoin est, que Vahid a...
(Tout sur l'Algérie 11/06/13)
Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a assuré ce lundi 10 juin que le président Abdelaziz Bouteflika donnait « des directives » au quotidien et prend des « décisions ». « Il le fait au quotidien et je vous le confirme. C’est le ministre des Affaires étrangères qui parle », a indiqué M. Medelci à Radio Algérie internationale. « Nous recevons au quotidien ses encouragements, ses directives et ses décisions », a-t-il précisé. Selon le chef de la diplomatie, Bouteflika demeure même au cœur de l’activité diplomatique de l’Algérie, « qui attire beaucoup de monde ». « C’est le chef de l’Etat qui en est l’acteur et continue de l’être », a-t-il dit. Dimanche, Abdelmalek Sellal a appelé la...
(Tout sur l'Algérie 11/06/13)
Le DRS a demandé à des députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), qui étaient ce week-end au Sahara occidental, de ne pas se rendre au Maroc en raison du contexte de crise diplomatique avec le royaume de Mohammed VI, a-t-on appris ce lundi 10 juin de sources sécuritaires. Les services secrets algériens ont conseillé à ces députés d’annuler leur visite au Maroc, qui était prévue cette semaine, pour s’enquérir de la communauté algérienne dans ce pays voisin. « Les services secrets ont expliqué à ces députés qu’il était inopportun de se rendre au Maroc, après une tournée au Sahara occidental, et qu’une telle visite pourrait accentuer la crise entre les deux pays », explique notre source. Les services secrets marocains,...
(Tout sur l'Algérie 11/06/13)
La baisse des prix du pétrole commence à impacter l’économie algérienne. La balance des paiements de l’Algérie s’est affichée en baisse, à 846 millions de dollars à fin mars 2013, contre 4,1 milliards de dollars durant la même période de 2012. « En référence au premier trimestre 2009 (début de la crise financière internationale), cela peut s’interpréter comme un choc pour la balance des paiements extérieurs en 2013 », a déclaré, ce lundi 10 juin, Mohamed Laksaci, gouverneur de la Banque d’Algérie, au cours de la conférence de presse qui a suivi la présentation du rapport trimestriel sur la situation financière du pays, rapporte l’agence officielle APS. M. Laksci a précisé que le prix du pétrole a fléchi de 5,70%...
(AFP 11/06/13)
JOHANNESBURG, 11 juin 2013 (AFP) - L'hospitalisation de Nelson Mandela, admis à 94 ans dans un état grave pour une infection pulmonaire à répétition, se prolongeait mardi pour la quatrième journée consécutive dans une clinique de Pretoria désormais sous surveillance policière. Lundi soir, une cordon de police a été érigé devant l'accès principal du Mediclinic Heart Hospital, dont la présidence sud-africaine n'a pas confirmé officiellement qu'on y soignait le héros de la lutte anti-apartheid. Mais les médias du monde entier campent devant cet établissement privé en attendant des nouvelles après y avoir vu entrer plusieurs membres de la famille ces derniers jours. Depuis mardi matin, les voitures circulant aux abords de cette clinique spécialisée sont soumis à une fouille minutieuse,...
(AFP 10/06/13)
ALGER, 10 juin 2013 (AFP) - Le premier groupe privé algérien Cevital a confirmé lundi à Alger avoir repris en Algérie les activités du géant français du pneumatique français Michelin, qui cessera de fabriquer des pneus fin 2013 dans ce pays. "Michelin et Cevital viennent de signer un accord de partenariat prévoyant l'entrée de Cevital dans le capital de la société Michelin Algérie à hauteur de 67%", a déclaré le PDG du groupe algérien Issad Rerab lors d'une conférence de presse. Le montant de l'investissement n'a pas été divulgué. Le groupe français conserve temporairement les 33% restants jusqu'à l'arrêt de la fabrication des pneus, prévue à la fin de 2013, selon un communiqué commun distribué à la presse. A terme,...
(Liberté 10/06/13)
Coup de tonnerre hier à Bamako, le Mali passe à la trappe et se fait piéger par le Rwanda (1-1) qui, du coup, perd tout espoir de revenir dans la course au Mondial-2014. Un peu plus tôt, l’Algérie s’est offert le Bénin à Porto-Novo et prend la tête du groupe H avec neuf points contre sept pour le Mali et trois pour le Bénin. Le Rwanda ferme la marche avec seulement deux points. En fait, les éliminatoires du Mondial-2014 dans le groupe H ne se passent pas exactement comme prévu par les spécialistes qui avaient prédit plutôt un duel exclusivement algéro-malien pour le seul billet qualificatif au match barrage. Désormais, trois équipes se disputent donc le fameux sésame car dans...
(AFP 10/06/13)
ALGER, 10 juin 2013 (AFP) - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis avril et dont la santé a fait l'objet de nombreuses spéculations, continue de donner des directives sur les affaires du pays, a assuré lundi le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. "Il le fait au quotidien et je vous le confirme. C'est le ministre des Affaires étrangères qui parle", a dit M. Medelci, cité par l'agence de presse APS. "Nous recevons au quotidien ses encouragements, directives et ses décisions", a précisé le ministre. M. Medelci a notamment évoqué "l'intense activité diplomatique que connaît l'Algérie, qui attire beaucoup de monde". "C'est le chef de l'Etat qui en est l'acteur et continue de l'être", a souligné M...
(AFP 10/06/13)
ALGER, 10 juin 2013 (AFP) - L'Algérie dispose d'"informations rassurantes" sur la situation des diplomates algériens enlevés en avril 2012 dans le nord du Mali, a indiqué lundi son ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. "Les informations dont le ministère des Affaires étrangères dispose sont rassurantes. Nous n'avons pas aujourd'hui d'inquiétude du fait qu'ils sont vivants. Je ne peux pas en dire plus pour l'instant", a déclaré M. Medelci, cité par l'agence de presse APS. "Chacun a pu s'inquiéter de leur situation. Cette inquiétude a été exacerbée par les événements qui ont eu lieu au Mali", a-t-il ajouté. Au total, sept diplomates du consulat algérien de Gao (nord) ont été enlevés le 5 avril 2012 par le Mouvement pour l'unicité...
(Le Matin d'Algérie 10/06/13)
Depuis quelques jours, le mot impeachment, ce substantif dérivé du verbe empêcher dans son sens politique précis est pratiquement sur toutes les lèvres. En droit procédural c'est la situation dans laquelle se trouve un magistrat de n'être pas en mesure d'accomplir les tâches de son emploi, en particulier, de ne pouvoir siéger pour connaître d'une affaire particulière. Pourquoi tant de secret sur une maladie ? Selon la Constitution de 1996 modifiée, c’est l’article 88 qui régit expressément l’empêchement en ces termes : "Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel, se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement...
(Le Matin d'Algérie 10/06/13)
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprend pas que les journalistes puissent se poser des questions sur l’état de santé du président. Déclaration bien étrange que celle du premier ministre dimanche qui sommait les journalistes et politiques de ne plus évoquer la santé de Bouteflika. Comme si ne plus s’interroger sur l’état de santé du président n’était pas l’une des plus importantes questions de l’actualité nationale. De deux choses l’une : à travers cette sommation ou le premier ministre entend faire oublier le président et s’installer sur les starting-blocks de la présidentielle (ce dont nous doutons, connaissant ses liens de fidélité au président et son clan) ou alors il essaye de gagner du temps pour des desseins inavoués. "Certains présidents...

Pages