Samedi 22 Juillet 2017
(Midi Libre 03/07/17)
L’opération de retrait des convocations pour l’examen de la session spéciale de l’examen du baccalauréat qui aura lieu entre le 13 et le 17 juillet prochain débutera à partir de demain 4 juillet, a annoncé l’inspecteur général au ministère de l’Éducation nationale, Nedjadi Messeguem sur le plateau d’une chaîne de télévision privée. Pour cette année encore, le retrait des convocations se fera par le biais du Net. Les candidats à cet examen devront donc accéder au site Internet de l’Office national des examens et des concours (Onec) : ( http://bac.onec.dz ) et retirer le document en question. L’invité de cette chaîne de télévision, le représentant du ministère de l’Éducation nationale a précisé que l’on parle du baccalauréat 2017 et non...
(Jeune Afrique 03/07/17)
C’est le 23 juin, la veille de la présentation de son programme devant les députés de la nouvelle Assemblée, que le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a pris la décision, en accord avec l’entourage présidentiel, d’organiser une seconde session du baccalauréat pour les 8 000 élèves arrivés en retard aux examens. Informée avant l’annonce officielle, Nouria Benghebrit, la ministre de l’Éducation, avait pourtant fait savoir qu’elle était opposée à cette mesure. Visage fermé, elle a été le seul membre du gouvernement présent dans l’hémicycle à ne pas applaudir le Premier ministre quand il s’est exprimé sur ce point. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/453181/politique/algerie-seconde-chance-...
(L'Expression (alg) 03/07/17)
La grande leçon de la rencontre internationale organisée par la Banque d'Algérie sur l'économétrie est d'avoir formalisé les liens entre éthique et développement. Depuis plusieurs mois dans mes différentes contributions et interviews au niveau national et international, j'ai tenu à souligner que l'Algérie depuis des années, ne traverse pas essentiellement une crise financière mais avant tout une crise de gouvernance, mais que cette crise de gouvernance si l'on maintient le cap de l'actuelle politique socio-économique, se transformera en crise financière aiguë du fait de l'épuisement des réserves de changes à l'horizon 2019/2020. Comment ne pas rappeler cette formule célèbre, selon laquelle «derrière toutes les crises économiques, il y a une crise de confiance». La grande leçon de la rencontre internationale...
(L'Expression (alg) 01/07/17)
Issu de la nouvelle génération, détaché des pesanteurs de l'histoire entre les deux pays, Emmanuel Macron s'est dégagé du conflit mémoriel permanent avec l'Algérie. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s'est entretenu mercredi dernier, avec son homologue français, Emmanuel Macron, a indiqué jeudi un communiqué de la présidence de la République. «A cette occasion, les deux chefs d'Etat ont relevé avec satisfaction les dispositions convenues entre les deux pays pour dynamiser les projets communs de coopération et de partenariat, notamment en prévision de la visite d'Etat du président Macron en Algérie...
(Le Soir d'Algérie 01/07/17)
On en sait désormais un peu plus sur la session spéciale du baccalauréat décidée la semaine dernière par le Président de la République. Cette session s’étalera du 13 au 17 du mois de juillet qui vient de commencer. Elle ne concernera que les candidats retardataires à la dernière session dudit examen comme déjà annoncé par le Premier ministre quand il avait annoncé cette décision présidentielle le 21 juin dernier à l’Assemblée populaire nationale. C’est ce qu’a annoncé, avant-hier, Abdelmadjid Tebboune lors d’une rencontre avec la presse à l’issue de l’adoption par les membres du Conseil de la nation d’une motion de soutien au plan d’action de son gouvernement au bout d’une journée et demie de débats. Et pour rester dans...
(L'Expression (alg) 01/07/17)
Toutes les cérémonies de sortie des promotions de l'Armée nationale populaire ont été estampillées sous le sceau de «engagement, compétence et fidélité». L'Armée nationale populaire (ANP) fait sa mue de la façon qui redore davantage son blason. Les mutations se font sentir dès que l'on constate les choix qui sont portés à travers les sorties de promotions de cette année 2016-2017. Les spécialités d'envergure et qui s'inspirent des exigences qu'impose la nouvelle étape caractérisée par des enjeux et des dangers au niveau régional et international, montrent on ne peut plus clairement que notre armée est foncièrement consciente des enjeux et des dangers qui se manifestent sous toutes ses formes. La panoplie des promotions qui viennent de sortir pour renforcer l'institution...
(Midi Libre 01/07/17)
Le conflit entre le port de Béjaïa et le groupe Cevital s’enlise. Le Comité de soutien aux travailleurs de Cevital a lancé, avant-hier, un appel à une nouvelle marche populaire pour le 3 juillet prochain. Cette fois, le comité, dont c’est la troisième action de rue, demande le "départ immédiat et inconditionnel du directeur du port de Béjaïa et l’ouverture d’une enquête sur sa gestion douteuse". Le comité lance une autre revendication, plus politique: "Une répartition juste et équitable des investissements et de la richesse dans notre pays". Une allusion à peine voilée aux soupçons de discrimination dont est victime la wilaya de Béjaïa en matière d’investissements publics. Une accusation qui revient régulièrement dans les discussions ces dernières années. Face...
(AFP 29/06/17)
La compagnie espagnole Swiftair a été inculpée jeudi dans l'enquête en France sur le crash d'un avion d'Air Algérie, dans lequel 116 personnes avaient péri en 2014, les juges soupçonnant d'importants manquements dans la formation des pilotes, selon des sources judiciaires et proches du dossier. La compagnie de leasing a été mise en examen pour "homicides involontaires par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement...
(Reuters 29/06/17)
Emmanuel Macron a pris contact mercredi avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour lui soumettre des propositions “concrètes” visant à relancer le processus de paix au Mali, a-t-on indiqué jeudi dans l’entourage du président. “Pour remobiliser tout le monde autour de cet accord, le président de la République a commencé en se concertant avec le président algérien qu’il a contacté hier pour lui soumettre quelques propositions concrètes et échanger sa vision sur la possibilité de relancer cet accord de paix”, a-t-on indiqué. “L’Algérie est le parrain de cet accord et reste sur place localement le pays qui assure la conduite des réunions du comité de suivi, donc il est logique que l’Algérie soit consultée en amont de toute initiative pour...
(AFP 29/06/17)
Confrontées à la chute des prix du pétrole, les autorités algériennes envisagent de réformer un système social universel et généreux, jusqu'ici réputé intouchable. Une réforme que certains économistes jugent indispensable, mais que d'autres estimant inutile voire socialement dangereuse. Héritage de l'économie administrée adoptée par l'Algérie à son indépendance en 1962, ce système s'appuie sur deux piliers. D'une part, les 'transferts sociaux', des prestations sociales qui permettent à tous les Algériens, quels que soient...
(Le Soir d'Algérie 29/06/17)
Le Premier ministre appelle à un consensus national à l’effet, selon lui, de faire face aux «défis de l’heure» auxquels le pays est confronté. Sans en cerner les contours comme l’ont si bien fait nombre de partis de l’opposition, Abdelmadjid Tebboune en a fait, hier, le plaidoyer devant les membres du Conseil de la nation lors de sa présentation du plan d’action de son gouvernement. Il n’a, en outre, à aucun moment, cité le mot crise ou encore l’un de ses corollaires inévitable, l’austérité, mettant l’accent sur les grands axes de sa feuille de route. Soit le renforcement de l'Etat de droit, la modernisation des finances publiques et du système bancaire, l'assainissement de la sphère économique, la promotion de l'investissement...
(Midi Libre 29/06/17)
Dans la mémoire collective d’un peuple, il y a des moments tragiques qui ne s’effacent jamais malgré le temps passé, malgré l’oubli qu’on voudrait lui imposer. Le mois de juin replonge justement dans la sombre date qui restera un point noir de l’histoire de l’Algérie. Le 29 juin 1992, un des dignes fils de l’Algérie, Mohamed Boudiaf, était fauché par les balles assassines d’un certain Boumaarafi. Une date tragique où une des figures de l’Algérie disparaissait causant le désespoir de tout un peuple. Le "destin" a voulu qu’il soit sacrifié sur l’autel de la démocratie. Mais le "destin", ou plutôt les mains de la lâcheté et des ennemis de l’Algérie ont voulu que Mohamed Boudiaf nous quitte avant de voir...
(Le Soir d'Algérie 29/06/17)
Plus de 700 000 candidats concourent aujourd’hui pour décrocher un poste d’enseignant parmi les 10 009 postes ouverts dans différentes spécialités dans les cycles moyen et secondaire. Le ministère de l’Education organise aujourd’hui un deuxième concours de recrutement. Après celui organisé en avril 2016 où 28 000 enseignants ont été recrutés, ce département compte recruter encore 10 009 nouveaux enseignants. Au total, 14 627 fonctionnaires seront recrutés entre enseignants et personnel de l’administration. Cette nouvelle vague d’enseignants fera sa rentrée scolaire à partir de septembre prochain. Ils sont censés combler le déficit engendré par les 41 000 départs à la retraite enregistrés cette année. Au total, 5 250 postes sont ouverts au niveau national pour l’accès au corps de professeur...
(La Nouvelle République 29/06/17)
Pour son classement sur le trafic de personnes, établi dans son rapport annuel publié mardi à Washington, le département d'Etat américain a été attentif aux observations émises l’an dernier par le ministère algérien des Affaires étrangères. Le classement 2017 a fait remonter l’Algérie à la 2ème catégorie au lieu de la catégorie 3 qu’elle occupait en 2016. Les autorités américaines ont pris en compte les réalisations clés enregistrées durant la période considérée, qui comprennent, entre autres, la poursuite de 16 présumés trafiquants et l’identification de 65 victimes de travail forcé, selon ce rapport présenté par le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson. Et d'ajouter que l'Algérie «a consenti des efforts considérables» pour se conformer aux normes minimales américaines en matière d'élimination de...
(L'Expression (alg) 29/06/17)
Les populations sont soucieuses de l'équité dans la distribution du précieux liquide. L'eau devient de plus en plus un souci majeur dans la wilaya de Tizi Ouzou. L'Assemblée populaire de wilaya qui se penche aujourd'hui sur le problème dans une session qui a débuté hier arrive à point nommé pour plusieurs raisons. Le début de l'été connaît déjà une relative raréfication de l'eau en plus de la baisse de niveau du barrage de Taksebt et des forages depuis les nappes phréatiques. Puis, vient la tendance générale à la sédentarisation des populations qui porte à la hausse le besoin en eau, alors que le mode rural d'antan ne nécessitait pas autant de consommation. Mais, ces problèmes ne sont pas aussi graves...
(Le Quotidien d'oran 29/06/17)
Un faible taux de réussite à l'examen du BEM a été enregistré encore cette année 2017, avec seulement 56,33%, soit 314.450 élèves sur les 566.221 candidats qui avaient passé cet examen. Pour autant, au ministère de l'Education nationale, on relativise ce faible taux d'admis au BEM. Samia Mezaid, directrice de l'Evaluation, prospective et performance au ministère de l'Education nationale, estime certes ce taux «insuffisant», mais il est en hausse de 2,5% par rapport à l'année 2016. Ce résultat «reste insuffisant», a-t-elle estimé hier mercredi dans une déclaration à la radio nationale, mais a précisé que «vu le taux de ces trois dernières années, on entre dans une dynamique de réussite, soit 3% de plus au cours de cette période, même...
(Midi Libre 29/06/17)
Algériens vivent au rythme de la saison estivale avec son lot de déboires qu’on connait. À l’instar des pics de chaleur qui perturbent le quotidien de tout un chacun. Le thermomètre s’est en effet emballé à travers tout le territoire national. Sèche au Sud et dans les régions intérieures, très humide dans les régions longeant la Grande Bleue, la chaleur est accablante et insupportable. Une chaleur suffocante qui risque de durer plusieurs jours encore avec très probablement une tendance à la hausse début de juillet. Dans les Hauts- Plateaux, une vague de chaleur infernale sévit avec une montée spectaculaire du mercure. Au Sud, c’est l’enfer! Ces derniers jours surtout la chaleur est en effet montée crescendo atteignant son paroxysme avec...
(AFP 28/06/17)
Cinq fidèles algériens de l'ahmadisme, mouvement messianique et réformiste de l'islam, considéré comme une secte en Algérie, ont été condamnés mercredi en appel à un an de prison ferme, a annoncé leur avocat. "Cinq (prévenus) ont été condamnés à un an de prison ferme et six mois avec sursis, alors qu'un sixième a été condamné à six mois de prison avec sursis", a déclaré Me Salah Dabouz, joint au téléphone par l'AFP à Batna (435 km au sud-est d'Alger). La Cour d'appel de Batna a néanmoins réduit les peines prononcées fin mars en première instance, qui allaient de 2 à 4 ans de prison ferme pour les six prévenus, âgés de 30 à 50 ans, selon Me Dabouz. Les cinq...
(Le Soir d'Algérie 28/06/17)
Le plan d’action du gouvernement que pilote Abdelmadjid Tebboune a été adopté vendredi dernier en soirée par 402 des 462 députés que compte la Chambre basse du Parlement alors que 32 députés ont voté contre et 20 autres se sont abstenus au moment où 8 parlementaires étaient absents de la séance de vote. C’est du moins l’arithmétique annoncée par le président de l’Assemblée et qui a intrigué plus d’un, à commencer par les partis ayant publiquement annoncé leur opposition audit plan d’action. Des partis dont le MSP, le RCD et l’alliance Nahda-Adala-Binaa qui comptabilisent 58 voix...
(Midi Libre 28/06/17)
Contrairement aux partis du FLN, RND, TAJ et MPA, les partis de l’opposition n’ont pas applaudi le plan d’action du gouvernement . Preuve en est les députés affiliés aux groupes parlementaires de l’opposition qui ont té particulièrement critiques à l’égard de ce document lors des débats à l’Assemblée nationale. Globalement il est notamment reproché à Abdelmadjid Tebboune d’avancer des généralités et d’être, par voie de conséquence, imprécis quant aux objectifs et mécanismes à mettre en place pour les réaliser. En effet c’est presque le même ton, à quelques nuances près, qui a été utilisé par les groupes parlementaires de l’opposition. C’est ainsi que Chafaa Bouaiche, président du groupe parlementaire du FFS, n’a pas hésité à faire un constat négatif sur...

Pages