Jeudi 14 Décembre 2017
(Le Point 14/11/17)
Dans le droit fil de la "laetitia africana", la philosophe donne au retour de la diaspora sur le continent un sens politique majeur. La jeune (toutes proportions gardées) agrégée et docteur en philosophie, maître de conférences à l'université Paris-8 Vincennes St Denis, née d'un père congolais et d'une mère franco-italienne, avait marqué la première édition des Ateliers de la pensée en suggérant le terme de « laetitia africana ». Difficile de le traduire par « joie africaine » quand le concept est là pour « prendre le contrepied d'un discours qui se centre sur les affects de la mélancolie du manque », explique Nadia Yala Kisukidi de retour dans la capitale sénégalaise. Mais à l'écouter poursuivre, il devient évident que...
(RFI 14/11/17)
Présents au Mondial 2014 au Brésil, l’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana ne verront pas la Russie l’été prochain. Ces quatre grandes nations du football africain vont devoir rebondir après cette non-qualification. Algérie: Ils ont écrit l’histoire en devenant la première équipe algérienne à jouer un huitième de finale au Brésil lors de la dernière Coupe du monde en 2014 face à l’Allemagne. Les Fennecs avaient réussi un bel exploit et on pensait qu’ils allaient surfer sur la vague. C’est tout le contraire qui s’est passé. Leur parcours lors de ces éliminatoires restera comme un cauchemar, avec une piteuse 4e place du groupe B et deux malheureux points, synonymes de déconfiture. La faute à qui ? A...
(AFP 13/11/17)
Après Renault, Hyundai ou Volkswagen, le groupe automobile français PSA va produire à son tour, dès 2018, des véhicules en Algérie, dans le cadre d'une co-entreprise créée dimanche à Alger avec trois partenaires algériens. Objet de deux ans de négociations, l'accord a été paraphé en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays, Abdelkader Messahel et Jean-Yves Le Drian, ainsi que du ministre algérien de l'Industrie, Youcef Yousfi, et du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire. Les premiers véhicules sortiront dès l'an prochain d'une nouvelle usine installée dans la banlieue d'Oran, à 400 km à l'ouest d'Alger. "L'objectif est d'avoir un site totalement opérationnel en 2019", a déclaré à l'AFP...
(Le Monde 13/11/17)
Le nouveau site basé à Oran devrait entrer en production dès l’année prochaine. Après deux ans de négociations, de demi-annonces et de travaux de finalisation, le projet d’usine algérienne de PSA s’est concrétisé : le constructeur automobile français a signé, dimanche 12 novembre, avec trois sociétés locales, un accord visant à la création d’une coentreprise industrielle installée dans la banlieue d’Oran. Le site produira des véhicules destinés au marché algérien. Au cours d’une petite cérémonie, parrainée par un aréopage de ministres algériens et français, Jean-Christophe Quémard, directeur de la zone Moyen-Orient et Afrique pour le groupe PSA, a dévoilé les objectifs de la coentreprise : un investissement global de 100 millions d’euros, 1 000 emplois directs créés et une production...
(RFI 13/11/17)
L'entreprise automobile PSA s'installe en Algérie. Un accord a été signé ce dimanche 12 novembre à Alger entre le constructeur et trois entreprises algériennes. Pour PSA, il s'agit de développer un nouveau marché. Pour Alger, il s'agit de renforcer son industrie, en pleine crise économique. Mais le pari n'est pas gagné. L'objectif, à terme, est de faire sortir 75 000 véhicules des chaînes de montage chaque année. La tâche va être difficile pour PSA. A titre d'exemple, Renault, qui s'est installé en Algérie en 2014, a produit en trois ans 100 000 véhicules. A terme, le taux ...
(Xinhua 13/11/17)
Un terroriste et six éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés vendredi par l'armée algérienne dans la province de Batna, à l'est du pays, a indiqué samedi dans un communiqué le ministère de la Défense nationale. Grâce à l'exploitation de renseignements, précise la même source, des détachements de l'armée nationale ont arrêté, le 10 novembre 2017 à Batna, le terroriste dénommé A. Yakoub, et ont procédé à l'arrestation de six éléments de soutien aux groupes terroristes. L'opération a permis, ajoute le même texte, la récupération d'un fusil de chasse et d' un fusil à pompe. Même si la menace terroriste a largement reculé en Algérie en comparaison des années 1990, il subsiste encore des foyers dans les régions...
(Agence Ecofin 13/11/17)
Le groupe français Peugeot PSA vient de signer une joint-venture avec trois partenaires algériens pour le lancement d'une usine de production de voitures destinées au marché algérien, a-t-on appris ce dimanche. Les premiers véhicules sortiront dès 2018, d'une première usine installée dans la banlieue d'Oran, à 400 km à l'Ouest d'Alger. Selon le constructeur, la signature de cet accord, fruit de deux années de négociations, devrait permettre de produire d’ici cinq ans, 75 000 véhicules Peugeot, avec un taux d'intégration partielle, c'est-à-dire une bonne partie des pièces seront fabriquées en Algérie. Ceci en ligne avec l’orientation d’Alger de promouvoir le «made in Algeria» dans le secteur automobile. L’usine d’Oran qui démarrera progressivement en 2018, avant d’être complètement opérationnelle à partir...
(Xinhua 13/11/17)
Le constructeur automobile français Peugeot signera dimanche un accord avec des entreprises algériennes pour l'installation en Algérie d'une usine de montage de véhicules de la marque au lion, a rapporté samedi la presse locale. Citant une source diplomatique, l'agence officielle APS a fait savoir qu'un accord dans le domaine industriel des véhicules portant sur la création d'une société mixte entre le français Peugeot et des entreprises publiques et privées algériennes pour l'installation en Algérie d'une usine de fabrication et de montage de véhicules de cette marque française sera paraphé. Cette information a été confirmée à la veille du déplacement à Alger des ministres français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et celui de l'Economie et des Finances,...
(La Tribune 11/11/17)
Plus de mille tonnes de thon rouge capturés au titre de la campagne 2017. L’Algérie a atteint cette année son quota pour la pêche de cette espèce de poisson protégée. Mais le pays qui veut battre un nouveau record en 2018 va introduire une nouvelle demande d’augmentation de son quota dès la semaine prochaine. Les autorités algériennes ont annoncé début octobre dernier avoir épuisé leur quota annuel de captures de thon rouge. Porté à 1.043 tonnes, le total admissible de captures (TAC) accordé à l'Algérie par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'atlantique (CICTA), a permis au pays du Maghreb d'engranger 20 millions d'euros.
(Le Point 10/11/17)
La longue file observée récemment devant l'Institut français d'Alger est venue rappeler combien il est prisé de poursuivre ses études à l'extérieur. Des centaines d'étudiants algériens entreprennent chaque année les démarches pour poursuivre leurs études à l'étranger. La France est le premier pays d'accueil. Selon l'ambassade de France en Algérie, ils étaient plus de 22 600 étudiants inscrits dans les universités françaises en 2013. Qui sont ces jeunes universitaires qui quittent chaque année le pays ? Ont-ils regagné l'Algérie après leur cursus universitaire ? Sont-ils restés sur place pour tenter une première expérience professionnelle ? Sont-ils partis ailleurs ?
(Jeune Afrique 10/11/17)
À deux semaines des élections locales, certains candidats ont eu recours à des affiches surprenantes, et parfois hilarantes, pour faire campagne. Florilège. Depuis le lancement de la campagne électorale, le 29 octobre, les affiches choisies par certains candidats font le buzz en Algérie. Pas de programme pointu ni de débat houleux autour de ces élections locales, prévues le 23 novembre : seulement d’innombrables affiches plus atypiques les unes que les autres, tournées en ridicule, détournées puis parodiées sur la toile. Le site parodique El Manchar, équivalent algérien du Gorafi français, ne s’est d’ailleurs pas privé de publier en avant-première les fameux clichés, soulignant qu’il s’agit cette fois-ci d’une « véritable information ». La photo la plus partagée par les Algériens...
(AFP 09/11/17)
Les ministres mauritanien et algérien de l'Intérieur ont signé un accord pour l'ouverture d'un point de passage à leur frontière commune, le premier depuis leur indépendance respective, rapporte l'agence officielle mauritanienne AMI. L'accord a été signé par le ministre mauritanien Ahmedou Ould Abdallah et son homologue algérien Noureddine Bedoui, lors d'une visite de ce dernier à Nouakchott, qui s'est achevée mercredi soir, selon la même source. L'ouverture d'un point de passage avait été décidée lors d'une réunion en décembre 2016 à Alger de la grande commission mixte mauritano-algérienne, suivie de réunion d'experts en avril et en septembre, a souligné M. Bedoui.
(AFP 09/11/17)
Cible prisée des islamistes radicaux, le journaliste franco-algérien Mohamed Sifaoui a revendiqué mercredi "le droit de choquer" et demandé à la justice française de protéger la liberté d'expression en condamnant un homme qui avait appelé à le "crever". "Il est évidemment permis en démocratie de critiquer les dogmes, les religions. Je revendique le droit de heurter, de choquer. Moi, je ne négocie pas la question de ma liberté de conscience et d'opinion", a affirmé le journaliste, auteur de nombreux ouvrages sur l'islam politique et le terrorisme, et militant antiraciste de longue date. "L'islam est une religion malade et les musulmans doivent s'emparer de cette question", a-t-il ajouté devant le tribunal correctionnel de Paris.
(Jeune Afrique 09/11/17)
Peut-on concevoir un sommet entre l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) sans la participation de l’un des partenaires majeurs de l’Europe sur le continent africain mais avec celle d’une « République » dont ni l’UE ni l’ONU ne reconnaissent l’existence ? À moins d’un mois de la tenue à Abidjan, les 29 et 30 novembre, du cinquième sommet UA-UE, la question se pose pourtant. À l’origine de ce véritable casse-tête pour le président ivoirien, Alassane Ouattara, hôte de cette rencontre : le changement d’appellation du sommet. Depuis la première d’entre elles, au Caire, en 2000, ces réunions de chefs d’État avaient pour intitulé « sommet Afrique-Union européenne ». N’y participaient que des gouvernements internationalement reconnus, ce qui de facto en excluait la République...
(Jeune Afrique 09/11/17)
« En attendant les hirondelles » confirme le talent de Karim Moussaoui, remarqué avec « Les Jours d’avant ». Et propose un beau portrait, entre rêve et désenchantement, de l’Algérie d’aujourd’hui. Il lui a suffi d’un moyen-métrage sur une histoire d’amour contrariée par les interdits d’une société traditionnelle, au moment où la guerre civile algérienne prenait de l’ampleur, Les Jours d’avant, pour surgir au premier plan dans le paysage passablement sinistré du cinéma algérien. Karim Moussaoui, avait-on remarqué d’emblée, possédait un style original, un rapport au temps et à l’image qui annonçaient un véritable cinéaste. Son premier long-métrage, présenté au dernier Festival de Cannes en sélection officielle et qui sort en France cette semaine, était donc fort attendu. Allait-il confirmer...
(Jeune Afrique 09/11/17)
Des lendemains de l’indépendance aux années 1980, le cinéma algérien, à forte tonalité nationaliste, fut le plus important et le plus influent du Maghreb. Privé de soutien étatique puis emporté, comme l’ensemble du pays, dans la tourmente de la guerre civile, il a ensuite perdu sa position dominante au profit des cinémas tunisien, puis marocain, avant de pratiquement disparaître du paysage. Aujourd’hui, un retour sur le devant la scène parait envisageable. Seuls quelques cinéastes, comme Merzak Allouache côté fiction ou Malek Bensmaïl côté documentaire, ont continué à tourner sans désemparer. Et de très rares nouveaux venus, comme l’avant-gardiste surdoué Tarik Teguia (Rome plutôt que vous, Inland, Révolution Zendj), ont attiré l’attention à partir du début des années 2000. Nouveaux talents...
(Jeune Afrique 08/11/17)
Depuis quelques mois, Alger a durci sa politique l’égard des migrants subsahariens. Expulsions, déclarations racistes, travail précaire... Reportage sur les tracas rencontrés par une population devenue pourtant indispensable à l'économie locale. Amadou presse le pas. Le Guinéen de 19 ans fait un aller-retour rapide entre le chantier où il dort et le restaurant où il a acheté à manger. Depuis un mois, il travaille et vit dans un immeuble où les fenêtres et les portes n’ont pas encore été posées. Derrière les grandes taules, il y a aussi d’autres migrants, venus de plusieurs pays subsahariens. Tous se font discrets et évitent de traîner longtemps dans les rues. « Ici, la vie est difficile », estime Amadou. « Les Algériens n’aiment...
(Jeune Afrique 08/11/17)
Composé de deux tubes de 7,3 km chacun, le tunnel d’El Qantas permettra de réduire de près de moitié la durée du trajet en train entre Alger et Oran. Aujourd’hui, il faut compter en moyenne 4 h 30 pour relier la capitale à la plus grande ville de l’ouest algérien. Mais la durée de ce trajet sera bientôt divisée par deux. Alger ne sera effectivement plus qu’à 2 h 30 d’Oran par train, après l’entrée en service du tunnel d’El Qantas, selon les prévisions du ministère algérien des Travaux publics et des Transports. « On va pouvoir réduire la durée du trajet car les trains, qu’ils transportent des personnes ou des marchandises, pourront passer à une vitesse moyenne de 220...
(Agence Ecofin 08/11/17)
Sonatrach, la société publique algérienne des hydrocarbures, a annoncé avoir dégagé une enveloppe de 2 milliards de dollars pour maintenir la production sur le plus grand champ gazier du pays, Hassi R’Mel. Ce champ produit entre 190 et 210 millions de mètres cubes de gaz naturel par jour. C’est l’équivalent de 60% de la production gazière totale du pays. Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de Sonatrach, a indiqué que l’objectif de cet investissement est de « maintenir la production autour de 190 millions de mètres cubes sur les 10 prochaines années». Les travaux qui ont été confiés au Japonais JGC Corporation, constitueront en l’installation de nouveaux dispositifs de compression. Si la date de démarrage n’a pas été mentionnée par Sonatrach,...
(Xinhua 08/11/17)
Les pays de la région MENA sont tous confrontés au défi de répondre aux aspirations de leurs populations, notamment les jeunes qui sont particulièrement exposés au risque de céder à l'intégrisme, a indiqué mardi à Rabat la directrice des opérations pour le Maghreb et Malte à la Banque mondiale (BM), Marie Françoise Marie-Nelly. Intervenant à l'ouverture de la deuxième conférence du chapitre Moyen-Orient et Afrique du Nord du réseau parlementaires sur le groupe de la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI), la responsable dans la BM a plaidé pour une gouvernance à même d'instaurer un nouveau contrat social, pour l'amélioration des services publics, via un investissement optimal des nouvelles technologies et la promotion de la transparence et...

Pages