Lundi 25 Septembre 2017
(L'Expression (alg) 12/09/17)
En plus des prix qui ont doublé, la quasi- totalité des fruits et légumes exposés était de qualité médiocre. La succession des dépenses pour les ménages algériens ne semble pas passer sans dégâts cette fois-ci. Le peu d'économies qu'ont pu mettre de côté ces derniers après les dépenses de l'Aïd El Adha et de la rentrée scolaire, viennent d'être emportées par les flambées tous azimuts des prix des fruits et légumes. Il y a lieu de préciser, que l'on ne parle pas des augmentations de 10 ou de 15 DA, mais des prix qui ont complètement doublé. Une simple virée que nous avons effectuée hier aux deux marchés des fruits et légumes de Kouba, l'une des communes les plus peuplées...
(AFP 11/09/17)
Le président vénézuélien Nicolas Maduro a débuté lundi une visite officielle de 24 heures en Algérie, avec au menu la question du pétrole, dossier sensible pour les deux pays producteurs, et une rencontre incertaine avec son homologue, Abdelaziz Bouteflika. Le programme officiel ne fait pas mention d'un entretien entre les deux chefs d'Etat, mais des responsables de la présidence ne l'ont pas exclu expressément. "On ne sait pas encore", a expliqué un responsable à l'AFP. M. Bouteflika, 80 ans, est affaibli.
(L'Expression (alg) 11/09/17)
Avant ce face-à-face qui s'annonce explosif, le Premier ministre réunira dans les prochains jours, les chefs des groupes parlementaires de tous les partis, une manière pour lui de tâter le terrain. Le Premier ministre doit présenter dans les prochains jours le plan d'action de son gouvernement au Parlement. Mais afin que tout soit parfait pour ce «show» politico- médiatique qui s'annonce explosif, Ahmed Ouyahia compte réunir les chefs des groupes parlementaires. Une réunion qui devrait avoir lieu au courant de la semaine. Il sera question d'étudier et débattre ce plan d'action, adopté mercredi dernier devant le Conseil des ministres présidé par le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika avant qu'il ne soit présenté au Parlement pour adoption. Ouyahia veut au plus...
(Tout sur l'Algérie 11/09/17)
Le plan d’action du gouvernement d’Ahmed Ouyahia doit être présenté au Parlement dans les jours qui viennent. Il s’appuie, dans le domaine devenu très « préoccupant » des finances publiques, sur un pari à propos du « risque inflationniste » résumé en un seul paragraphe dans l’introduction au plan d’action : « Des financements non conventionnels seront mis en oeuvre à titre exceptionnel, En parallèle, l’État poursuivra sa feuille de route pour la rationalisation des dépenses publiques en vue de la restauration de l’équilibre budgétaire dans un délai de cinq années. Conduites ensemble, ces deux démarches écarteront le risque de toute dérive inflationniste ». Un tableau aux couleurs très sombres C’est sans doute son principal mérite : le plan d’action...
(Le Quotidien d'oran 11/09/17)
Le secrétaire général du RND et Premier ministre, Ahmed Ouhayia, est sorti de sa réserve concernant les appels à l'application de l'article 102 et de ses partisans. Ouyahia a répondu samedi à ceux qui veulent appliquer l'article 102, en marge d'un regroupement de son parti consacré à la préparation des prochaines élections locales, que le président de la République ‘'vaque normalement à ses fonctions''. L'article 102 de la Constitution dispose que ‘'lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous les moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au Parlement de...
(Jeune Afrique 11/09/17)
Endettement extérieur, contrôle de l'État sur les investissements étrangers... Le programme économique du Premier ministre Ahmed Ouyahia est resté otage des lignes rouges imposées par le président Abdelaziz Bouteflika, selon l'économiste Hassan Haddouche. Mercredi 6 septembre, en Conseil des ministres, le nouveau gouvernement d’Ahmed Ouyahia a présenté son plan d’action, une nouvelle fois axé sur la maîtrise des dépenses publiques et la promotion des investissements. Face à la crise financière historique que traverse le pays, il préconise le recours au financement non-conventionnel, en actionnant...
(Le Soir d'Algérie 11/09/17)
Devant ce qu’il considère comme une indiscipline «caractérisée» des militants et des élus locaux de son parti qui n’honorent pas leurs cotisations, le président du FNA pense avoir trouvé la parade en menaçant tout simplement de rendre le tablier. Décidément, notre paysage politique ne cesse d’accoucher de toutes les tares et autres incongruités : un président de parti qui, pour faire valoir son autorité et en appliquer les statuts et autre règlement intérieur, use de l’arme de la menace de démission. C’est ce que vient de faire le président du Front national algérien (FNA). Devant les membres du conseil national du parti réunis jeudi dernier, Moussa Touati a tout simplement menacé de se retirer si cette indiscipline venait à perdurer...
(Midi Libre 11/09/17)
Un "plan Marshall" sera déployé durant l’année scolaire 2017-2018 pour faire face au phénomène du redoublement des élèves, à travers notamment la formation des enseignants. C’est en effet ce qu’a annoncé, dimanche à Alger, la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, relevant la faible proportion d’absentéisme parmi ces derniers lors de cette rentrée scolaire. "Un véritable plan Marshall, entamé l’année dernière, sera déployé durant l’année scolaire 2017-2018 par le ministère de l’Éducation nationale pour faire face au phénomène du redoublement", a indiqué Mme Benghabrit sur les ondes de la Radio nationale, qualifiant le taux national de redoublement d’"anormalement élevé, en particulier au niveau du collège". Tout en imputant cette situation à "l’échec de la formation", la ministre a considéré qu’"il...
(AFP 11/09/17)
Le président vénézuélien Nicolas Maduro est arrivé dans la nuit de dimanche à lundi à Alger pour une visite officielle de 24 heures, a constaté un photographe de l'AFP. M. Maduro, dont le programme de la visite n'a pas été précisé, a atterri à Alger sur son chemin du retour d'Astana, où il a participé à un sommet des chefs d'Etat de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), au titre de président en exercice du Mouvement des pays Non-alignés. Outre les "relations bilatérales...
(L'Expression (alg) 11/09/17)
Cette grève intervient en pleine préparation des élections locales prévues le 23 novembre prochain. Les collectivités locales renouent avec le débrayage. Les fonctionnaires de l'administration comptent observer une grève de trois jours les 25, 26 et 27 septembre prochains suivie d'une marche pacifique à Bouira. La décision a été prise récemment par la Fédération nationale du secteur communal du Snapap. Elle vise justement à remettre sur le tapis ces revendications socioprofessionnelles. La révision du projet portant Code du travail, la loi sur la retraite, l'augmentation des allocations familiales, la nouvelle définition du Snmg, la réduction de l'IRG sont les points phares qui figurent dans la plate-forme de revendications du syndicat. Cette grève intervient, faut-il le souligner, en pleine préparation des...
(RFI 11/09/17)
En Algérie, six personnalités, de l'université et des médias, ont appelé au départ du président Abdelaziz Bouteflika à cause de son état de santé. Le président algérien, 80 ans, qui réalise son quatrième mandat malgré un AVC en 2013, apparaît de moins en moins en public. C'est une tribune publiée dans la presse francophone. Les six signataires y appellent à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika, parce que son état de santé est dégradé, « qu'on ne l'entend plus et qu'on ne le voit presque plus » poursuivent les signataires. La veille de la publication de cette tribune, le président est apparu brièvement à la télévision, lors du Conseil des ministres. Agé de 80 ans, il subit toujours les conséquences...
(RFI 11/09/17)
Le président du Venezuela Nicolas Maduro est arrivé ce dimanche 10 septembre à Alger pour une visite officielle de deux jours. La question économique est au cœur de cette rencontre. Les deux pays souffrent de la chute des prix du baril de pétrole depuis 2014. Si Alger n'est pas encore dans la situation du Venezuela, les indicateurs économiques de la rentrée sont mauvais et les autorités ont décidé de produire plus de billets de banque. La situation d'Alger n'est pas celle de Caracas. Mais depuis quelques jours, les experts économiques affirment que l'Algérie, prend, comme le Venezuela, le chemin de l'hyper inflation. En cause, un appel de la présidence de la République à la mise en place d'un financement non...
(Midi Libre 11/09/17)
RACIM NIDAL La rentrée professionnelle 2017- 2018, prévue le 24 de ce mois, sera caractérisée par la mise en oeuvre de la nouvelle organisation du cursus d’enseignement professionnel, pour mieux répondre aux besoins et à la demande, a indiqué dimanche à Alger le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki. Dans une déclaration à la presse en marge de la réunion des directeurs de wilaya de la formation et de l’enseignement professionnels, le ministre a souligné que cette nouvelle organisation s’articule autour du brevet d’enseignement professionnel, en remplacement du diplôme d’enseignement professionnel du premier degré et du diplôme d’enseignement professionnel du deuxième degré, ainsi que le brevet d’enseignement professionnel supérieur (BEPS), sanctionnant le deuxième cycle de l’enseignement...
(Midi Libre 09/09/17)
Le plan d’action du gouvernement, adopté mercredi dernier en conseil des ministres, est déjà entre les mains des députés. Dans ce document de 52 pages le gouvernement, qui n’hésite pas à reconnaître que la crise financière est des plus déplorables, indique qu’il faut au moins cinq années pour rétablir la situation en préconisant d’autres mécanismes de financement. Mais le gouvernement écarte tout recours à l’endettement extérieur. Ouyahia s’engage en outre à la poursuite de la consolidation de la démocratie pluraliste, de l’État de droit, de la liberté d’expression...
(L'Expression (alg) 09/09/17)
Présidée par le Premier ministre, cette commission regroupe les ministres des secteurs impliqués dans l'organisation des élections. La machine électorale est mise en branle. Le gouvernement sort toute l'artillerie nécessaire pour l'organisation du rendez-vous capital des locales. Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a procédé jeudi dernier à l'installation de la Commission nationale chargée de la préparation et de l'organisation de cette élection. Présidée par lui, cette commission regroupe les ministres des secteurs impliqués dans l'organisation des élections, à leur tête les ministères de l'Intérieur et de la Justice ainsi que les services de sécurité. Cette instance intervient 12 jours après le décret présidentiel signé le 26 août dernier portant convocation du corps électoral pour les élections locales du 23 novembre...
(AFP 08/09/17)
Les voix de six universitaires et intellectuels algériens, qui estiment que la santé du président Abdelaziz Bouteflika ne lui permet plus d'exercer ses fonctions, sont venues s'ajouter aux appels relancés depuis quelques semaines à une destitution du chef de l'Etat. Volubile et hyper actif lorsqu'il a été élu pour la première fois en 1999, M. Bouteflika, 80 ans, a été victime en 2013 d'un accident vasculaire cérébral (AVC) qui a affecté son élocution et sa mobilité. Son état de santé fait l'objet, depuis, de nombreuses spéculations, ce qui ne l'a pas empêché d'être réélu en 2014 pour un 4e mandat, un record de longévité à la tête de l'Etat algérien. Dans une tribune publiée jeudi dans le quotidien francophone El-Watan,...
(Jeune Afrique 08/09/17)
Le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, qui a succédé en août à Abdelmadjid Tebboune, a récemment reçu des responsables d’organisations patronales, à qui il a fait part de ses inquiétudes relatives à la situation financière du pays. À en croire celui qui revient au Palais du gouvernement pour la quatrième fois, l’Algérie risque l’insolvabilité à l’horizon 2020 si l’État continue de puiser dans ses réserves de change. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/471215/politique/algerie-les-craintes-da...
(Tout sur l'Algérie 07/09/17)
Le Plan d’action du gouvernement Ouyahia a été approuvé, mercredi 6 septembre, par le Conseil des ministres. Le document de 52 pages dont nous détenons une copie, trace la feuille de route de l’Exécutif et ses priorités. Il contient aussi des éléments sur l’appréciation de la situation du pays. La précision vient comme une réponse aux parties qui demandent l’application de l’Article 102 de la Constitution. Dans le chapitre « préservation de la stabilité politique du pays », le Plan d’action du gouvernement affirme : « l’Algérie dispose d’institutions politiques démocratiques stables et légitimées, de la base...
(Midi Libre 07/09/17)
Le plan d’action du nouveau gouvernement sera soumis aux députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) pour débat et enrichissement avant son adoption. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a presidé hier mercredi à Alger une réunion du Conseil des ministres. Le plan d’action du gouvernement d’Ahmed Ouyahia a été le le principal point inscrit à l’ordre du jour de ce Conseil des ministres. Il a aussi été question de l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit ainsi que l’amendement de la loi relative aux compétences du Conseil d’État.Le Conseil des ministres a également amendé la loi portant réinsertion socialedes détenus ainsi que l’approbation de la passation de marchés au gré à gré pour la réalisation de...
(L'Expression (alg) 07/09/17)
«C'est parce que l'Algérie dispose encore d'une indépendance économique, qu'elle peut recourir aujourd'hui souverainement au financement interne non conventionnel.» L'opinion nationale attendait quelques détails du plan d'action du gouvernement, mais ce sont les amendements apportés à la loi sur la monnaie et le crédit qui auront été «la vedette» du Conseil des ministres présidé, hier, par le chef de l'Etat. Et pour cause, outil stratégique pour la réalisation de la feuille de route de l'Exécutif Ouyahia, le recours au financement non conventionnel de l'économie, que doit permettre...

Pages