Jeudi 26 Avril 2018
(Algerie Focus 20/02/18)
Le Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, a eu, aujourd’hui, un entretien téléphonique avec le président français, Emmanuel Macron. «Son Excellence, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a eu ce jour, un entretien téléphonique avec son Excellence Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française», indique un communiqué de la présidence. L’échange entre eux «a permis aux deux Chefs d'Etat de partager leurs analyses sur la situation au Mali et en Libye». «Ils ont aussi examiné les voies et moyens de renforcer encore davantage...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Consultant franco-tunisien, Hakim El Karoui a dirigé le rapport de l’Institut Montaigne sur la politique arabe de la France (août 2017). Il répond à nos questions sur les relations entre la France et le Maghreb. Jeune Afrique : Vous conseillez de replacer le Maghreb au centre de la « politique arabe » de la France, pourquoi ? Hakim El Karoui : En France, six millions de personnes, immigrés de première, deuxième ou troisième génération, ont un lien direct avec le Maghreb. D’un autre côté, 54 % des Tunisiens sont francophones, et environ 80 % des Algériens qui étudient à l’étranger le font en France. Les relations entre l’Hexagone et le Maghreb sont extrêmement étroites. Et ce n’est pas tout : entre 2015...
(AFP 19/02/18)
La reprise des interpellations de migrants subsahariens en Algérie, qui les contraignent à se cacher, a des "conséquences désastreuses" sur leur santé et leurs conditions de vie, s'est alarmé dimanche à Alger un collectif d'associations. "Après une vague d’expulsions massives en septembre et octobre, les interpellations ont repris" en Algérie depuis le 10 février, "dans la rue et les transports en commun mais aussi sur les chantiers de travail et dans les lieux de vie des migrants", a expliqué la Plateforme Migration Algérie (PMA). Le 21 associations internationales et algériennes membres de la PMA...
(RFI 19/02/18)
En Algérie, plusieurs secteurs de la fonction publique sont touchés par des grèves depuis quelques semaines, principalement les hôpitaux et les établissements scolaires. Si des négociations ont eu lieu, les autorités refusent d'accéder aux revendications des grévistes et demandent la fin des débrayages. Au-delà des sanctions, le gouvernement veut désormais hausser le ton. Depuis le 30 janvier, un syndicat de l'éducation a lancé une grève illimitée en Algérie. La justice a déclaré la grève illégale et la ministre de l'Education a annoncé que 581 enseignants grévistes avaient depuis été radiés.
(La Tribune 19/02/18)
Les autorités algériennes ont l'ambition d'augmenter la part de leur pays dans le marché du gaz, en mettant un accent particulier sur les exportations vers l'Asie. Pour ce faire, a annoncé Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de la compagnie publique Sonatrach, Alger va acquérir davantage de navires pour acheminer le gaz vers l'Asie. L'Algérie mise sur le marché asiatique pour augmenter sa part dans le marché du gaz et prévenir d'éventuelles mésaventures avec ses ''traditionnels'' clients européens. Cette semaine lors d'une visite au champ pétrolier de Hassi Messaoud, le président directeur général de la Sonatrach, la compagnie publique du gaz, Abdelmoumen Ould Kaddour, a indiqué que l'Algérie allait acquérir davantage de navires pour acheminer du gaz vers l'Asie. Le responsable...
(Jeune Afrique 19/02/18)
L'italien Saipem s'est engagé à verser près de 200 millions de dollars à l'algérien Sonatrach, pour régler le différend qui oppose les deux sociétés depuis 2014. Le 13 février, Sonatrach et Saipem ont conclu un accord qui clôt définitivement les procédures d’arbitrage international que l’italien avait engagées, en 2014, contre le groupe algérien et qui portaient sur quatre contrats liés à des projets de pipelines et gazoducs. Au terme de cet accord, scellé début février, Saipem versera près de 200 millions de dollars pour solde de tout compte. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/532370/economie/sonatrach-saipem-les-des...
(Jeune Afrique 19/02/18)
Fini les tabous, l'immobilisme et les codes surannés. Le président français veut refonder tous azimuts les relations entre Paris et les pays de la rive sud de la Méditerranée. Enquête sur une révolution diplomatique. Emmanuel Macron, 40 ans, n’en finit plus de nous surprendre. Au Maghreb, comme ailleurs en Afrique, son style décomplexé et parfois transgressif séduit tout autant qu’il déroute. Un selfie avec Béji Caïd Essebsi (BCE), une visite dans les souks de Tunis, une franchise inédite qui s’exprime à Alger comme à Rabat, surtout quand il reconnaît, fait rare, les errements de la France à propos de la colonisation ou des ratés de l’intégration des immigrés : le nouveau président français dépoussière les codes surannés de la diplomatie hexagonale...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Face à la poursuite de la grève illimitée des enseignants depuis plus deux semaines, la ministre de l’Éducation Nouria Benghabrit a accepté de rencontrer un ancien militant du Front Islamique du salut (FIS), l’imam Ali Aya, et l'avocat Nadjib Bitam, souhaitant intervenir en tant que médiateurs dans cette affaire. Pendant plus de deux heures, ce mardi 13 février, la ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghabrit a reçu l’imam Cheikh Ali Aya et l’avocat Nadjib Bitam. Au cours de cette rencontre, la ministre est revenue sur les origines du mouvement gréviste des enseignants et sur les tentatives de dialogue initiées par le ministère. Les deux hommes disent vouloir trouver une issue à la grève illimitée qui a débuté le 30 janvier...
(RFI 17/02/18)
Le Conseil constitutionnel français a ouvert une brèche la semaine dernière, en annonçant que les victimes civiles de la guerre d'Algérie pouvaient obtenir une pension d'invalidité, quelle que soit leur nationalité. La décision ouvre donc le droit à une pension aux Algériens. Les autorités algériennes n'ont toujours pas réagi à la décision ni les associations. Ceux qui ont des proches qui pourraient prétendre à une indemnisation sont dubitatifs. Officiellement, l'Etat n'a toujours pas commenté l'information. Les associations de victimes non plus. La décision du Conseil constitutionnel français pourrait concerner...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Poussée par l'interdiction des importations de smartphone en Algérie, la marque française Wiko ouvre une usine d’assemblage dans le pays. Une « décision stratégique » pour ses dirigeants. Présent dans le pays depuis 2013, Wiko est sur le point de lancer sa première usine d’assemblage de smartphones en Algérie. La marque française, née à Marseille en 2011 et passée en 2016 dans le giron du chinois Tinno Mobile, occupera les anciens locaux dans lesquels étaient fabriqués les téléviseurs Thomson, dans la zone industrielle de Draria de la banlieue est d’Alger. Associé à l’Algérien Sacomi Electronics Pour cette implantation, Wiko s’est associé à l’Algérien Sacomi Electronics, déjà distributeur de la marque dans le pays. Le fabricant français, qui a opté du...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Après plusieurs années d'interruption liées aux menaces terroristes, la course souhaiterait organiser à nouveau la course dans le pays. Les responsables du groupe français Amaury Sport Organisation, à l’origine du Rallye Dakar (ex-Paris-Alger-Dakar), se rendront dans les prochains jours à Alger afin d’explorer les possibilités d’organiser une course qui passerait par plusieurs villes du pays. Les autorités algériennes ont, après plusieurs relances, donné leur accord pour ouvrir des discussions portant sur des dates et un parcours. Fin décembre 2017, Amaury avait fait part de son souhait de revenir en Algérie pour y reprendre cette course interrompue en 1993 en raison du risque terroriste. Lire sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/529508/societe/algerie-vers-un-retour-du...
(La Tribune 16/02/18)
Entre 31,38 et 41,8% de la masse monétaire de 4.780 milliards de dinars jusqu'au 31 décembre 2017, sont en dehors du circuit bancaire, a déclaré le gouverneur de la Banque de l'Algérie, Mohamed Loukal, ce lundi à l'occasion de la présentation du rapport annuel relatif à l'évolution économique et monétaire dans le pays. Le responsable a appelé à une réintroduction de cet argent dans le circuit bancaire. Sur un montant total de près de 4.780 milliards de dinars, représentant les fonds en circulation (billets de banque et pièces de monnaie compris), quelque 1500 à 2000 milliards de dinars sont thésaurisés et circulent actuellement hors circuit bancaire, selon les estimations avancées ce lundi 12 février par le gouverneur de la Banque...
(Agence Ecofin 16/02/18)
L’Algérie a économisé 5,4 milliards $ sur les deux dernières années, grâce à son système de licences d’importation. C’est ce qu’a annoncé, ce jeudi, le ministre du Commerce Mohamed Benmeradi (photo), devant le Parlement algérien. S’inscrivant dans le cadre de la politique nationale de régulation du commerce extérieur, le système avait été mis en vigueur par Alger, en 2016. Selon les autorités, il aurait permis d’économiser plus de 3 milliards $, en 2016, et environ 2,4 milliards $, en 2017. Malgré cette performance, le gouvernement estime que le système n’a pas répondu à toutes les attentes, ce qui a conduit, en janvier 2018, à une suspension des importations de 900 produits, afin de réduire le déficit commercial du pays. Rappelons,...
(Xinhua 16/02/18)
Un terroriste et trois complices de groupes terroristes ont été arrêtés mercredi par l'armée algérienne dans deux opérations distinctes dans l'est du pays, a indiqué jeudi dans un communiqué le ministère de la Défense nationale. "Grâce à l'exploitation efficiente de renseignements, l'armée a arrêté, le 14 février 2018 à Azzaba, dans la province de Skikda (480 km à l'est d'Alger), un terroriste recherché, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont appréhendé à Batna (390 km au sud-est d'Alger), trois éléments de soutien aux groupes terroristes", précise le texte. Même si la menace terroriste a largement reculé en Algérie en comparaison des années 1990, il subsiste encore des foyers dans les régions de l'Est et dans le Sahara.
(Agence Ecofin 15/02/18)
En Algérie, l’ingénieur pétrolier italien, Saipem et la société publique algérienne des hydrocarbures, Sonatrach, ont mis un terme aux différends qui les opposent sur quatre projets de développement énergétique, annonce un communiqué de Saipem en date du 14 février. Au terme de l’accord conclu entre les deux parties, Saipem versera 200 millions de dollars à Sonatrach. Cette dernière avait introduit une demande en arbitrage en 2008 contre Saipem pour non-respect de clauses contractuelles. Les différends concernent ...
(RFI 15/02/18)
En France, le Conseil constitutionnel a ouvert le droit pour des victimes algériennes de la guerre d’Algérie à obtenir une pension. Jennifer Cambla est l’avocate du citoyen algérien qui a suscité cette décision du Conseil. En 2017 il avait fait valoir sa demande d’obtenir une pension pour invalidité en France après avoir été blessé par balles à l’âge de 8 ans au cours d’un attentat commis en Algérie en 1958. Avec cette décision du Conseil constitutionnel, il obtient aujourd’hui gain de cause. Pourquoi ...
(Xinhua 15/02/18)
Un total de cinq soldats algériens, dont un officier, ont été tués et deux autres ont été grièvement blessés mercredi suite à la déflagration d'une bombe artisanale au niveau de la localité de Negrine, relevant de la province de Tebessa et située à 620 km au sud-est d'Alger, soit à la frontière avec la Tunisie, ont indiqué les médias locaux. Citant des sources concordantes, le quotidien El Watan a rapporté que "l'engin meurtrier qui était enfoui sous terre aux abords d'une piste fréquentée régulièrement par les forces de sécurité a sauté au passage d'une ambulance à bord de laquelle se trouvaient les victimes et qui devait rejoindre un détachement militaire en opération de ratissage entre les provinces de Tébessa et...
(AFP 14/02/18)
Le groupe public pétrolier algérien Sonatrach et la société italienne d'ingénierie et exploration pétrolière et gazière Saipem, filiale du géant Eni, ont annoncé avoir signé mercredi à Alger un accord réglant une série de litiges qui les opposaient. Le contenu de l'accord, paraphé par les PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et de Saipem, Stefano Cao, n'a pas été dévoilé. Il met "un terme aux procédures en cours" concernant plusieurs contrats entre les deux entreprises, notamment celui d'une installation gazière -comprenant unités de liquéfaction de gaz, de séparation d'huile et de production de condensats- à Hassi Messaoud (800 km au sud d'Alger), ont indiqué Sonatrach et Saipem dans un communiqué commun.
(AFP 14/02/18)
Un avion d’Air Algérie aurait perdu un élément de son train d'atterrissage au décollage de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 8 février, a-t-on appris mardi auprès du Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA). "A ce stade nous n'ouvrons pas d'enquête, nous nous coordonnons avec les autorités algériennes, l'avion étant arrivé" à destination en Algérie, selon un porte-parole du BEA. Selon les premières constatations, l'avion "au décollage aurait perdu une pièce métallique qui appartiendrait à la roulette de nez" c'est-à-dire "un élément du train d'atterrissage situé sous le nez de l'avion", a-t-on précisé de même source. La direction de l'aéroport de Toulouse a indiqué à l'AFP qu'"un axe de roue sectionné (...) a été retrouvé sur la piste,...
(Xinhua 14/02/18)
Un total de 21 personnes ont succombé depuis le début de l'année au virus de la grippe H1N1, a indiqué mardi le directeur général de la prévention au ministre algérien de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Fourar. "Nos services ont confirmé que 21 personnes âgées entre 4 et 65 ans ont succombé au virus H1N1 de la grippe porcine", a précisé le responsable de la santé, dans une déclaration rapportée par la télévision nationale. Décembre dernier, le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, a nié l'existence d'un quelconque cas confirmé de grippe H1N1 mais, dès janvier, l'Institut Pasteur d'Alger (IPA) a annoncé la confirmation de 35 cas, ajoutant qu'un patient avait succombé. En Algérie,...

Pages