| Africatime
Samedi 29 Avril 2017
(Le Quotidien d'oran 12/04/17)
Comme pour répondre à la décision italienne et rassurer du même coup ses partenaires européens, le ministre de l'Energie, Noureddine Bouterfa a déclaré, à partir de Bruxelles, que l'Algérie est capable, aussi bien, de répondre aux besoins énergétiques domestiques que d'assurer aussi ses engagements contractuels sur le marché international. Une mise au point qui survient, une poignée de jours, après l'annonce officielle de l'Italie de ne pas renouveler son contrat d'importation de gaz à long terme (par gazoduc), avec l'Algérie. Rome ira jusqu'à remettre en doute la capacité des Algériens à honorer, à l'avenir, leurs engagements contractuels, en livraison de gaz, à cause de la forte consommation interne. A l'ouverture, hier, des travaux de la deuxième réunion annuelle de dialogue...
(Jeune Afrique 12/04/17)
Présent depuis plus de 40 ans en Afrique, le groupe AccorHotels, premier opérateur hôtelier en France et sixième au niveau mondial, vient de consolider son réseau en Algérie par l’ouverture d’un double Novotel - Ibis dans la ville de Sétif, à 270 kilomètres à l’est d’Alger. Achevé en 2016, le complexe Novotel et Ibis a été inauguré en grandes pompes, jeudi 6 avril 2017, en présence de très nombreux invités et officiels, parmi lesquels, Abdelouahab Nouri, ministre algérien du Tourisme, Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe AccorHotels et Djillali Mehri, l’homme d’affaires algérien, partenaire du groupe AccorHotels avec lequel il est associé à travers une co-entreprise créée en 2005. Après la ville de Constantine, c’est donc celle de Sétif qui bénéficie...
(Le Soir d'Algérie 12/04/17)
L’incertitude continue de planer sur le secteur automobile. Décisions, contre-décisions, revirements de dernière minute, autant d’attitudes qui ne permettent nullement de se projeter ni sur le court, ni le moyen et encore moins le long terme. Les candidats à l’investissement dans le cadre du développement d’une industrie mécanique nationale ne s’y retrouvent plus. Les dernières déclarations du chef du gouvernement, Abdelamlek Sellal, lors de la visite du Premier ministre français, viennent remettre une couche supplémentaire de flou. Il a, en effet, annoncé : «Nous sommes en train d’analyser la situation de l’industrie automobile et de re-calibrer nos projets en fonction des besoins du marché algérien ainsi que des perspectives d’exportation vers le marché africain, sachant que la Transsaharienne est en...
(Midi Libre 12/04/17)
La douane française a émis hier une alerte aux voyageurs transportant des denrées alimentaires en provenance d’Algérie, dans le cadre de la lutte contre la fièvre aphteuse. « Des foyers de fièvre aphteuse sont apparus au nord de l’Algérie », indique la douane française sur son site internet. « Il est rappelé aux voyageurs que l’importation de viande, de lait et de produits à base de viande ou de lait dans les bagages et les envois personnels est strictement prohibée quelle que soit la quantité transportée, ces produits étant des vecteurs potentiels de la fièvre aphteuse », avertit la douane française. « Non transmissible à l’homme, cette maladie animale affecte les bovins, les ovins, les caprins et les porcins ainsi...
(AFP 11/04/17)
Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres entend proposer une nouvelle issue diplomatique au conflit qui secoue le Sahara occidental, potentiellement en proposant la tenue d'un référendum au Maroc, selon un document confidentiel obtenu lundi par l'AFP. Dans ce rapport envoyé lundi au Conseil de sécurité, le patron de l'ONU promeut une "nouvelle dynamique" et un "nouvel esprit" pour résoudre la dispute territoriale entre le royaume marocain et le Front Polisario, le mouvement indépendantiste sahraoui. Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental, immense étendue désertique, est en grande partie sous le contrôle du Maroc depuis 1975. Un cessez-le-feu supervisé par une force de maintien de la paix de l'ONU (Minurso) est intervenu en 1991. Le Polisario réclame un référendum d'autodétermination...
(Le Quotidien d'oran 11/04/17)
Tous les partis politiques engagés dans les élections législatives 2017 ont pris conscience de la gravité sociale et économique actuelle, estime M. Mustapha Mékidèche, vice-président du Conseil national économique et social (CNES). Il a expliqué, hier lundi, dans une intervention à la radio nationale qu'il ne suffit pas «d'avoir un pacte social pour aborder l'étape difficile actuelle pour un changement de paradigme de croissance». Il relève, face aux différents programmes économiques des partis engagés dans cette campagne électorale, qu'«il y a d'abord un progrès très significatif du contenu économique des différents programmes, tous partis confondus». «J'ai plus trouvé des éléments de convergence entre les différents programmes que des éléments clivants», précise-t-il, soulignant un consensus des partis sur la question de...
(Jeune Afrique 11/04/17)
Lors de sa visite à Alger (5-6 avril), Bernard Cazeneuve devait rencontrer Abdelaziz Bouteflika dans sa résidence médicalisée de Zeralda. L’audience avait été programmée pour le 6 avril à 16 heures, mais la délégation française est restée dans l’expectative toute la matinée. En début d’après-midi, elle annonçait qu’elle n’aurait finalement pas lieu. « Nous avions fait une demande, mais le rendez-vous ne nous a pas été confirmé par le protocole algérien », confiait un membre de l’équipe du Premier ministre français. Bouderie ou déprogrammation ? Aucune explication n’a été fournie de part et d’autre. En février déjà, le président Bouteflika, souffrant d’une bronchite aiguë, avait demandé à la chancelière allemande, Angela Merkel, de reporter sa visite à Alger.
(L'Expression (alg) 11/04/17)
«Nous n'avons pas besoin d'utiliser les moyens de l'Etat», a affirmé le patron du FLN en marge d'une audience qu'il a accordée, hier, à une délégation des représentants du Congrès américain. Le FLN a ses propres moyens pour animer sa campagne. Le secrétaire général Djamel Ould Abbès a démenti l'utilisation des moyens de l'Etat. «Nous n'avons pas besoin d'utiliser les moyens de l'Etat», a affirmé le patron du FLN en marge d'une audience qu'il a accordée, hier, à une délégation des représentants du Congrès américain. Interpellé sur la lettre ouverte adressée par un ancien de l'APN au président Bouteflika pour contester l'utilisation des moyens de l'Etat par certains ministres FLN, Ould Abbès a démenti cette information. Il a rappelé que...
(Libération (ma) 11/04/17)
Le Maroc est devenu un point de repère chez nos voisins de l’Est. L’approche comparative ou même d’imitation est systématique dans toute initiative. A chaque fois, l’on cite la dynamique d’un pays voisin, souvent sans le nommer pour éviter d’être dans l’embarras. Que ce soit pour les autoroutes, les zones industrielles, les niches d’investissements étrangers, le Plan Maroc Vert et même la politique antiterroriste … la comparaison avec le voisin de l’Ouest est omniprésente. Cela devient même une politique d’Etat, comme l’avait souligné un journaliste algérien. Les journalistes et analystes reprochent, au pouvoir algérien tacitement mais quelquefois de manière manifeste, de n’avoir rien fait pour assurer un leadership géostratégique, en dépit des fonds colossaux durant la période faste des ventes...
(Midi Libre 11/04/17)
Le nouveau modèle de croissance économique, adopté par le gouvernement en 2016 dans la perspective de diversification et de transformation structurelle de son économie, sera exécuté en trois phases avec pour objectif d’atteindre une croissance soutenue du PIB hors hydrocarbures de 6,5% au cours de la prochaine décennie, indique le document-synthèse de ce modèle publié par le ministère des Finances sur son site web. La première phase (2016-2019) est consacrée au décollage de cette nouvelle politique de croissance. Elle sera marquée par une évolution de la part des différents secteurs dans la valeur ajoutée vers leur niveau cible. Quant à la deuxième phase (2020-2025), dite de transition, elle permettra la réalisation du potentiel de rattrapage de l’économie, qui sera suivie...
(Le Monde 11/04/17)
Le groupe français abandonne son arbitrage contre Sonatrach et va lancer de nouveaux projets. La brouille ne pouvait pas durer. Trop de symboles étaient en jeu. Trop de liens unissent la France et l’Algérie pour que leurs champions industriels Total et Sonatrach se fassent longtemps la guerre, au risque de peser sur les relations entre les deux pays. Lundi 10 avril, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, s’est donc rendu à Alger pour signer la paix avec le patron de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour. Les deux hommes ont conclu un « accord global » qui vise à « consolider le partenariat existant » entre leurs compagnies, selon le communiqué officiel. Ce pacte prévoit à la fois de mettre fin aux...
(Midi Libre 11/04/17)
La loi organique relative à l’organisation judiciaire est conforme à la constitution. C’est en effet l’avis du Conseil constitutionnel. L’institution que préside Mourad Medelci vient de se prononcer sur cette loi organique suite à la saisine du président de la république, Abdelaziz Bouteflika. Toutefois cet avis, qui a été publié dans le journal officiel N° 20 du 29 mars 2017, comporte des remarques sur le fond et sur la forme et, de fait, invite à apporter les correctifs nécessaires à ce qui a été qualifié « d’omission ». Dans le détail, et s’agissant du fond, le Conseil constitutionnel a rendu son verdict sur la question des visas de la loi organique. Il s’agit plus précisément du non référence au 5éme...
(AFP 11/04/17)
Le gardien de but du club algérien de football MC Alger (1ère division), Faouzi Chaouchi, a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis pour avoir agressé un policier, ont rapporté des médias locaux. L'ancien gardien de l'équipe algérienne de football, âgé de 32 ans, était poursuivi pour "agression" contre un policier chargé de la fouille des joueurs lors d'un match du championnat algérien disputé par son équipe le 7 février à Alger contre le NAH Dey. Selon la télévision privée Echorouk, le tribunal de Bir Mourad Rais, à Alger, a également condamné M. Chaouchi à une amende de 50.000 dinars (423 euros). Lors de l'audience du 28 mars, le parquet avait requis un an de prison ferme...
(Midi Libre 11/04/17)
Le nouveau Code de procédure pénale est entré officiellement en vigueur le 29 mars dernier après sa publication au dernier Journal officiel. Le nouveau texte introduit notamment de nombreuses modifications dans la procédure pénale. L’amendement du Code intervient un peu plus d’une année après la révision de la Constitution. Parmi les mesures, le nouveau Code stipule ainsi entre autres que « toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été établie par jugement », que « le doute est interprété, dans tous les cas, dans l’intérêt de l’accusé », ou encore que « toute personne condamnée a le droit de faire examiner sa condamnation par une juridiction supérieure ». En effet, le nouveau Code de procédure pénale...
(Le Soir d'Algérie 10/04/17)
RND Ouyahia commence par El Tarf... C’est devant une salle archicomble que M. Ahmed Ouyahia a animé, hier matin, son premier meeting de campagne. D’emblée, l’orateur a fait valoir le passé révolutionnaire et glorieux de la wilaya d’El-Tarf, en mettant en relief les sacrifices consentis par sa population pour la libération du pays durant la guerre de Libération. Puis, M. Ouyahia a indiqué que «le programme du RND s’articule autour de 4 axes majeurs, à savoir la stabilité et l’unité du pays, la gestion de l’état, l’économie dans ce contexte de crise et enfin le bien-être des citoyens». Il explicitera son approche par le fait que «nous vivons dans un 21e siècle qui fait peur. Des pays, du jour au...
(L'Expression (alg) 10/04/17)
Noureddine Boutarfa n'aura certainement pas la partie facile demain à Bruxelles. Le rendez-vous algéro-européen sur le gaz, qui aura lieu demain dans la capitale de l'Union européenne est, de loin, l'un des épisodes les plus essentiels du partenariat entre Alger et Bruxelles. Préparée de longue date par les deux parties, la rencontre est une étape déterminante dans un dialogue qui, à défaut d'être de sourds, est tout de même très difficile, notamment pour l'Algérie. La renégociation des contrats d'alimentation...
(L'Expression (alg) 10/04/17)
«Notre ascendant sera déterminant sur les futurs gouvernements», a-t-il indiqué en promettant un fort et total engagement. Le chef charismatique de TEJ a inauguré sa campagne électorale en se rendant à Tiaret. Il a, à la faveur d'un discours qu'il a prononcé à la Maison de la culture de la wilaya, donné les grandes lignes de son programme politique tout en présentant à l'assistance les candidats de sa formation, notamment la tête de liste Bouali Mustapha. Ce dernier a pour colistier(e)s le syndicaliste Djafi Toumi et Kaouane Faïza qui est fonctionnaire de justice. «Assez de discours politiques, place à l'économie» a tout de go annoncé Ghoul qui a expliqué que les solutions dont a besoin le pays doivent être d'essence...
(RFI 10/04/17)
En Algérie, la campagne pour les élections législatives du 4 mai est lancée ce dimanche 9 avril. Devant la grande indifférence des électeurs, les autorités cherchent à mobiliser tous azimuts : des spots passent en boucle à la télévision et des slogans s'affichent sur des panneaux publicitaires partout dans le pays. La presse officielle consacre des pages entières de publicités à l'événement et le ministre de l'Intérieur est intervenu en personne pour appeler les Algériens à voter massivement. Mais les citoyens semblent convaincus que cela « ne change rien », comme l'explique Fouad Soufi, du centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle à Oran.
(AFP 10/04/17)
Des défenseurs des droits de l'Homme et des journalistes ont appelé dimanche les autorités algériennes à libérer le militant Kamel Eddine Fekhar, en grève de la faim depuis 97 jours. Incarcéré depuis juillet 2015 à la prison de Laghouat (420 km au sud d'Alger), notamment pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et "trouble à l'ordre public", ce militant pour la défense des droits de l'Homme attend toujours d'être jugé. Il avait été arrêté dans la foulée de heurts intercommunautaires sanglants dans la région de Ghardaïa (centre). "Vingt chefs d'inculpation au total pèsent sur lui, dont trois sont passibles de la peine de mort", a déclaré à l'AFP son avocat Salah Dabouz. Les signataires de l'appel, publié par le quotidien...
(L'Expression (alg) 10/04/17)
Qu'ils soient de la coalition ou de l'opposition et malgré les divergences, les partis ont un seul ennemi commun, à savoir le boycott. Un test difficile pour la classe politique. La bataille contre le boycott ne sera pas facile. Les partis mettent le paquet pour une meilleure participation durant cette élection. Ils sont plus de 50 partis et 12 000 candidats à prendre part au scrutin du 4 mai prochain. Jamais un tel nombre n'a été enregistré par le passé. A l'exception de quelques- uns, tous les partis sont engagés dans la course à l'APN. Les concurrents ont un délai de 21 jours pour convaincre le maximum de citoyens à se rendre aux urnes. Qu'ils soient de la coalition ou...

Pages