Dimanche 21 Janvier 2018
(Le Monde 26/12/17)
Lancée comme la ville du futur capable de répondre au défi démographique du pays, elle n’est aujourd’hui qu’une gigantesque cité-dortoir. Par Charlotte Bozonnet (Sidi Abdellah (Algérie), envoyée spéciale) D’Alger, il faut prendre la route vers l’ouest pour quelque 25 kilomètres. Quitter la ville, sa densité qui fait place peu à peu à la campagne, aux champs et à quelques serres. Au bout de quarante minutes, elle apparaît avec son arche d’entrée monumentale : Sidi Abdellah, ville nouvelle. A perte de vue, des immeubles, comme une forêt de béton, séparés non pas par des rues, mais par des boulevards. L’ensemble a des allures de gigantesque cité-dortoir dans laquelle les habitants semblent des fourmis. Bienvenue à Sidi Abdellah, présentée par les autorités...
(Jeune Afrique 23/12/17)
Le gouvernement suspendra à partir de janvier l’importation de près de 900 produits. Certains patrons craignent un risque de pénurie. L’Algérie, dont le déficit commercial s’élève à 9,5 milliards de dollars, revoit sensiblement sa copie en matière d’importations. Le ministère du Commerce, Mohamed Benmeradi, a annoncé le 19 décembre la fin du système des licences, deux ans seulement après leur introduction. Une mesure pour le moins inattendue puisqu’en mars dernier, le gouvernement, alors dirigé par Abdelmalek Sellal, élargissait le système de quotas d’importations à une douzaine de produits. Faut-il y voir une volte-face orchestrée par le gouvernement d’Ahmed Ouyahia ?
(APA 23/12/17)
APA-Laayoune (Maroc) - Le 2è Sommet maghrébin des jeunes leaders, organisé par l'Union de la jeunesse de Sakia Al Hamra-Oued Eddahab, a ouvert ses travaux, vendredi à Laâyoune, sous le thème "La jeunesse maghrébine, une force pour l’Afrique". Cette rencontre connaît la participation des délégations de jeunes des cinq pays de l’Union du Maghreb Arabe (Maroc, Algérie, Mauritanie, Tunisie, Libye), outre la Palestine en tant qu’invitée d’honneur du sommet. Le sommet se veut un espace de débat autour des questions et préoccupations des jeunes maghrébins dans l’objectif d’aboutir à des propositions et des idées nouvelles ayant trait au rôle du mouvement juvénile dans la consolidation des facteurs d’unité entre les peuples et les gouvernements de la région maghrébine. Intervenant à...
(Jeune Afrique 22/12/17)
Contrairement aux affirmations de l'ambassadeur saoudien à Alger, le Premier ministre algérien s'est contenté de dire que la banderole anti-saoudienne n'engageait en rien son gouvernement et son pays. Le mot « excuse » n'a pas été prononcé. Contrairement à ce qui a été annoncé, mardi 19 décembre, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia n’a pas prononcé d’excuses officielles à l’Arabie saoudite suite à une banderole anti-saoudienne brandie lors d’un match de foot à Ain M’llila (400 km au sud est d’Alger), nous confie une source au Palais du gouvernement. Ce jour-là, les deux équipes phares de cette ville s’affrontaient dans un match.
(La Tribune 22/12/17)
L'Etat algérien prévoit porter de sa production sidérurgique à 12 millions de tonnes par an à l'horizon 2020, contre une production actuelle avoisinant les 2,5 millions de tonnes. L'accélération de la hausse de la production résulterait de l'entrée en exploitation des projets publics et privés déjà en cours. L'Algérie serait sur la voie de décupler la production de son industrie sidérurgique. D'après le ministre algérien de l'Industrie et des mines, Youcef Yousfi, la production sidérurgique annuelle sera portée à 12 millions de tonnes à l'horizon 2020, contre 2,5 millions de tonnes enregistrées en 2016, grâce à l'entrée en exploitation des projets publics et privés en cours de réalisation. Ainsi, aux 3,5 millions de tonnes annuelles de capacité installées actuellement, sans...
(Jeune Afrique 22/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a demandé à plusieurs reprises à l’Algérie de s’associer au G5 Sahel, en vain. Le 13 décembre, aucun représentant algérien n’a participé à la rencontre portant sur le G5 Sahel qu’organisait Emmanuel Macron au château de La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. Une absence d’autant plus remarquée que le président français tente depuis des mois d’obtenir le soutien d’Alger à la force conjointe de l’organisation sahélienne. En juin, lors d’un entretien téléphonique avec Ahmed Ouyahia, alors directeur de cabinet d’Abdelaziz Bouteflika et aujourd’hui Premier ministre, Emmanuel Macron avait sollicité une première fois l’appui des autorités. Le 6 décembre, lors de sa visite en Algérie, il a une nouvelle fois abordé le sujet, notamment avec le président...
(AFP 22/12/17)
Les autorités tunisiennes pensent à importer de l'Algérie, des véhicules et des engins agricoles, selon le ministre tunisien du Commerce, Omar Bahi. Le responsable qui s'adressait aux parlementaires à l'Assemblée nationale de la Tunisie, a indiqué que cette décision s'explique par une volonté de promouvoir les échanges entre les deux voisins. L'Etat tunisien vient d'annoncer qu'il importera bientôt des véhicules en provenance d'Algérie. D'après le ministre tunisien du Commerce Omar Bahi, qui a révélé l'information devant les membres de l'Assemblée nationale tunisienne, ces importations concernent les voitures et les engins agricoles, dont les tracteurs. Selon lui, cette nouvelle orientation s'inscrit dans le cadre de la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays voisins d'Afrique du nord. Le ministre a...
(Jeune Afrique 22/12/17)
Depuis quelques jours, l'Algérie est secouée par un fait divers : un homme s’est attaqué à la statue de la belle dame de Sétif, à l’aide d’un marteau et d’un burin. Une vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux, où l'on y aperçoit un homme barbu qui porte un qamis blanc. Précisions sur le profil de l’auteur, placé sous mandat de dépôt depuis ce mercredi. Après 48 heures de garde à vue, Abbas A., présenté mercredi 20 décembre devant une juridiction de Sétif, a été placé sous mandat de dépôt. L’homme est à l’origine des actes de destruction et de vandalisme sur la statue d’ « Ain Foura » (« source jaillissante » en français). Selon des informations de...
(Agence Ecofin 22/12/17)
En Algérie, la Sonatrach a signé mercredi, avec le Britannique British Petroleum (BP) et le Norvégien Statoil, un avenant au contrat d’exploitation du projet gazier de Tiguentourine, situé sur la licence d’In Amenas, localisée à 1 300 kilomètres au sud-est d'Alger, dans le désert. Selon Algérie Focus, les trois partenaires ont convenu de nouvelles opportunités d’accroissement de réserves au niveau du périmètre d’In Amenas, à travers un potentiel additionnel de l’ordre de 11 milliards de m3 par an de gaz, moyennant la mise en œuvre d’un programme d’investissement supplémentaire pour un montant supérieur à 500 millions de dollars. Le programme permettra le forage de plusieurs nouveaux puits de développement et favorisera le maintien de la production gazière du site, au-delà...
(Le Monde 22/12/17)
Sous-officier parachutiste de l’armée française, il déserta en 1956 pour rejoindre l’Armée de libération nationale. Il a été condamné à mort deux fois pour avoir refusé de se battre à 22 ans et pour s’être enfui avec un prisonnier algérien : Noël Favrelière est décédé le 11 novembre à 83 ans, a annoncé sa famille mardi 19 décembre. Né en 1934 à La Rochelle, profondément marqué par l’occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale, il effectue son service militaire en Algérie avant le soulèvement de la Toussaint 1954, date du début de la guerre d’Algérie. Rappelé en 1956, il retourne en Algérie, où il est témoin d’exactions. Choqué par le sort réservé aux musulmans, il écrira dans son livre Le...
(AFP 21/12/17)
La sécurité alimentaire en Afrique du Nord et au Moyen-Orient "se détériore rapidement" à cause des conflits, a estimé l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un rapport publié jeudi au Caire. "La prévalence de la sous-alimentation dans les pays en conflit de la (région) est similaire à celle des pays les moins avancés (PMA) du monde", a alerté la FAO dans son rapport annuel consacré à la région. Selon ce dernier, l'écart se creuse entre les pays en conflit (la Syrie, l'Irak, le Yémen, le Soudan et la Libye) et les autres. "Le niveau de sous-alimentation dans les pays en conflit est maintenant six fois plus important", a précisé la FAO. "Pire crise humanitaire au monde"...
(RFI 21/12/17)
On a frôlé la crise diplomatique entre Alger et Riyad. A l’origine, un match du championnat algérien de deuxième division, le 15 décembre dernier, lors duquel de jeunes supporteurs du club d'Aïn M'lila (400 km au sud-est d'Alger) ont brandi une immense banderole avec un portrait représentant le souverain saoudien et le président américain unis en un seul visage. Une geste de protestation contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Ce portrait mêlant les deux visages du président américain et du souverain saoudien et accompagné de la phrase : « Deux faces d'une même pièce de monnaie », a été jugé comme très offensant par Riyad. C'est l'ambassadeur saoudien à Alger qui le fait savoir. De nombreux...
(AFP 20/12/17)
Une enquête judiciaire a été ouverte en Algérie après l'apparition, dans une tribune d'un stade de football, d'une banderole jugée offensante pour l'Arabie Saoudite, sur fond de reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël, a annoncé le ministre de la Justice. Le 15 décembre, lors d'un match du championnat algérien de deuxième division, des supporteurs du club d'Ain M'lila (400 km au sud-est d'Alger) ont déployé une immense banderole affichant un portrait mêlant les visages du roi Salmane et du président américain Donald Trump, au côté de l'image de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, avec le slogan: "les deux faces d'une même pièce". Ils accusaient par cette banderole le roi d'Arabie Saoudite, pays allié des Etats-Unis, de soutenir la décision...
(Le Monde 20/12/17)
Le profil de ceux qui prennent la mer, direction l’Espagne, a changé : ce sont de plus en plus des travailleurs et des jeunes issus de la classe moyenne. A l’horizon, le ciel est noir. L’orage de la veille s’éloigne. Dans le petit port, des pêcheurs réparent les filets. « Des jeunes qui partent ? Il y en a plein, dit en plaisantant un homme coiffé d’un bonnet en laine. Ils cachent leur matériel dans le port et viennent le chercher au dernier moment. » Kristel, 3 000 habitants, n’est qu’à une vingtaine de kilomètres d’Oran. C’est l’un des principaux points de départ des harragas (« ceux qui brûlent les frontières ») de la région. En 2017, le nombre d’Algériens...
(Le Monde 20/12/17)
Peu médiatisé, l’historien laisse derrière lui une impressionnante œuvre sur l’Algérie, un pays auquel il a consacré plus de quarante ans de recherches. Malgré la fatigue, il avait tenu à être présent à Vaulx-en-Velin, en octobre, pour la journée d’hommage aux Algériens tués le 17 octobre 1961 à Paris lors d’une manifestation réprimée par la police française. L’historien Gilbert Meynier est mort, mercredi 13 décembre, à l’âge de 75 ans. Il laisse derrière lui une impressionnante œuvre sur l’histoire de l’Algérie, à laquelle il a consacré plus de quarante ans de recherches. Né en 1942 à Lyon, père de trois enfants – Hélène, Pierre-Antoine et Jean-Luc –, marié à la militante des droits de l’homme Pierrette Meynier, il était professeur...
(AFP 19/12/17)
Un homme, atteint de "déficience mentale" selon la police, a endommagé lundi à coups de burin la statue féminine de l'emblématique fontaine Ain El Fouara de Sétif (300 km à l'est d'Alger). Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre un homme barbu et vêtu d'un qamis blanc -tenue islamique originaire du Golfe adoptée par les salafistes en Algérie- s'attaquer, juché sur le socle de la fontaine à plus de 1,50 m du sol, au visage et aux seins de la statue avec un marteau et un burin. Des passants tentent de le déloger en lui lançant des pierres, jusqu'à l'arrivée de la police. L'auteur présumé, arrêté par la police, est un homme de 34 ans, issu de la commune...
(Le Point 19/12/17)
À Sétif, l'attaque au burin de la statue d'Ain El Fouara rappelle les scènes de Daech détruisant les colosses de Bâmiyân. Tout un symbole bien loin de rassurer. En cette froide matinée dans le centre-ville de Sétif, à 300 km à l'est d'Alger, A. A., 34 ans, en barbe et qamis, armé d'un marteau et d'un burin, s'attaque à la statue d'Ain El Fouara, la « source de la fontaine », une belle naïade, nue, de marbre, sculpté par l'artiste français Francis de Saint-Vidal en 1898. Sur des vidéos qui ont fait le tour du Web algérien ce matin, on voit le forcené s'acharner sur la nymphe de marbre, rejouant l'horrible scénographie des daechiens détruisant les statues mésopotamiennes ou des...
(Le Point 19/12/17)
Alors qu'un projet de résolution a été introduit au Conseil de sécurité à l'initiative de l'Égypte pour « révoquer » la décision de Trump sur Jérusalem, les Algériens se sont remis en branle pour marquer leur désapprobation vis-à-vis de celle-ci. Sous la voûte de la Coupole, salle omnisports sur les hauteurs d'Alger en forme de soucoupe volante géante en béton, des centaines de manifestants sont rassemblés, ce samedi 16 décembre, pour dénoncer la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. « Armée et peuple avec la Palestine » ou « Al Qods capitale de la Palestine » scandent les participants à ce rassemblement, hissant drapeaux algériens et palestiniens sous le regard du chef de l'État...
(Jeune Afrique 19/12/17)
La statut de la Fontaine « Ain Foura » (« source jaillissante », en français) qui fait la gloire de la ville de Sétif, a été vandalisée lundi par un individu qui serait atteint de troubles psychiatriques. L'homme s'est attaqué au burin à l'oeuvre réalisée en 1898 par le sculpteur français Francis de Saint-Vidal. Sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir un homme barbu, habillé d’un qamis blanc qui s’attaque à la statue emblématique de la ville de Sétif : une femme dénudée, juchée sur la fontaine qui figure sur la plupart des guides touristiques comme l’un des lieux incontournables de cette ville de l’est de l’Algérie. L’individu s’en prend au visage et à la poitrine...
(Agence Ecofin 19/12/17)
Jil FCE, la section du Forum des Chefs d’entreprises (FCE) dédiée aux membres de moins de 40 ans, a signé un mémorandum d’entente avec ZTE, le 16 décembre 2017. A travers cet accord paraphé en marge de la 2ème édition du « Oran Silicon Valley », Jil FCE a confié à l’équipementier télécoms chinois la formation de ses entreprises-membres, spécialisées dans les travaux télécoms, aux techniques de pose de la fibre optique. Au terme de la formation, ces entreprises seront certifiées aux normes internationales. Selon Bounab Adel, le directeur général-adjoint de ZTE Algérie, la nécessité de cette formation est justifiée par le manque de sous-traitants qualifiés dans la pose de la fibre optique. Il a expliqué que, depuis quelques années,...

Pages